Les développements de Crévilles

crevillesNous avons eu hier matin dans notre UMR Environnement Ville Société de Lyon la visite de Pascal Garret, l’un des animateurs du portail Crévilles (Centre de ressources électroniques sur les villes), qui propose depuis près d’un an une information très riche à destination des chercheurs en études urbaines. Basé à la Maison des Sciences de l’homme de Tours sous la direction de Sylvie Denèfle, il est animé par quatre personnes, dont plusieurs ont une pratique directe de la recherche, ce qui leur permet d’appréhender assez clairement les besoins des autres chercheurs.
Crévilles assume plusieurs fonctions. Il s’agit tout d’abord d’un agrégateur d’informations dispersées sur l’urbain: annonces de publications, séminaire, appels d’offres et appels à contributions, expositions, etc. A la différence de Calenda, dont le contenu est également répertorié, la plus grande partie de l’information est glanée par les animateurs de Crévilles, même si il est aussi possible, comme sur Calenda, de proposer soi-même de l’information.
Cette information, remise en page de manière attractive, sera bientôt structurée pour être compatible avec le protocole OAI-PMH, c’est-à-dire qu’elle sera disponible dans un format ouvert, compatible avec le système des archives ouvertes, « moissonnables » par d’autres moteurs de recherches. D’une certaine manière, Crévilles reprend le flambeau du site d’information sur la ville Métrolab, aujourd’hui arrêté, lancé par le regretté Bernard Jouve. Parmi les fonctionnalités très intéressantes de la plateforme, notons la possibilité de récupérer des flux RSS pré-déterminés et surtout d’en créer d’autres sur des sujets propres à chaque chercheur (par exemple, le flux Beyrouth cher à mon cœur mais aussi bien développement durable ou bidonville), que l’on peut donc intégrer ensuite dans son lecteur de flux RSS.
Parmi les autres ressources offertes par la plateforme, on peut noter des tutoriels pour un certain de tâches liées à l’archivage de la documentation électronique et à la bibliographie électronique (mais rien sur Zotero…). Par exemple le logiciel Coppermine pour gérer ses bases de données photo en ligne (il faut que j’essaye).

D’autre part Pascal Garret a présenté deux fonctionnalités encore en développement qui me paraissent très intéressantes. La première est une iconothèque, conçue comme une base de données en ligne, conforme au protocole OAI-PMH, un peu dans la lignée de la Phonothèque de la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix en Provence construite par Véronique Ginouvès (le patrimoine sonore à valeur d’information ethnologique, linguistique, historique, musicologique ou littéraire sur l’aire méditerranéenne). L’enjeu est d’indexer, de conserver et de rendre consultable (directement ou sur autorisation) les matériaux iconographiques de la recherche (urbaine en l’occurrence). A l’heure où de nombreux chercheurs et programmes de recherche se posent la question de l’archivage et de la consultabilité (si j’ose dire: oh le barbarisme!) ultérieure de leurs matériaux de recherche (une condition de base de la science), cette possibilité me paraît centrale. On pourrait notamment imaginer sur ce modèle, la constitution de base de données d’enquêtes, de répertoires cartographiques (voir Cartomed-Cartomundi), etc.
Dans ce registre, Crévilles développe aussi pour des groupes de recherches (pour l’instant liés à l’Université de Tours) des sites web collaboratifs, permettant la gestion en commun de sources, de matériaux de recherche, de communications orales (enregistrements), etc. C’est le cas pour le programme SUD: Sociétés urbaines et déchets (site fermé). Bien sûr un outil comme Hypothèses le permet déjà, et plus largement les fonctionnalités du type Google Sites aussi. L’enjeu est de prendre en main les choses très rapidement, sans perdre de temps à la conception de l’outil.
Un dernier développement très utile pour la recherche urbaine est le programme de numérisation des thèses et HDR en études urbaines, de même que des monographies épuisées (en particulier les publications de labo). Je vais y consacrer un billet séparé.

Bref, un outil de travail utile et à faire connaître! En plus deux d’entre eux sont des copains, et ils ont gentiment fait de Rumor leur coup de cœur de la semaine! Merci les gars!


2 réflexions sur « Les développements de Crévilles »

  1. Gillio Claire

    Retraitée du PUCA, je contribue à la réalisation d’un espace de ressources documentaires sur la ville, le territoire et la gouvernance \ CITEGO\ à l’initiative de la fondation L Meyer pour le progrès de l’homme .
    A l’examen de votre site il me parait que nous pourrions être complémentaires car CITEGO s’adresse aux praticiens, acteurs de la villes aux chercheurs et citoyens engagés et offre des informations en provenance de chercheurs ou autres dans un format consultable pour un public plus vaste que celui des chercheurs.
    Il serait très intéressant de pouvoir rencontrer Pascal Garret pour parler des possibilités de coopération .
    Si vous confirmiez cet intérêt nous pourrions fixer un rendez vous avant la fin avril .
    Réponse sur l’adresse cgillio.ctg@orange .fr

  2. Ping : Inquiétude sur le devenir des plateformes numériques : adieu à Crevilles.org | Les carnets de la phonothèque

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.