Le CEDEJ dans l’incertitude

Logo du CEDEJ

Logo du CEDEJ

Le Centre d’études et de documentation économiques et juridiques (CEDEJ), basé au Caire, placé sous la tutelle du ministères des Affaires étrangères, est une unité de service et de recherche associée au CNRS. Dans le cadre des restrictions budgétaires qui affecte le MAE et particulièrement ses missions culturelles, il est aujourd’hui frappé dans l’une de ses composantes essentielles : la documentation. Ce service est fermé de manière définitive au 31 décembre, ses sept employés licenciés. Sa contribution à la recherche est pourtant essentielle et l’on peut même dire que sans sa documentation, le CEDEJ est mort. Or, ce centre est l’un des fleurons de la recherche SHS française autour de la Méditerranée. Consultez son site pour prendre la mesure des publications qu’il a édité.

MàJ 10 septembre 2010 : malgré les licenciements des employés de la bibliothèque, celle-ci reste ouverte (mais fonctionne au ralenti). Un déménagement est toujours prévu, mais aucune décision ne semble prise quant au choix du nouveau lieu.

Une pétition a été lancée par quelques-uns de ses anciens chercheurs. J’en reproduis le texte ci-dessous.

Non à la casse de la recherche française en Égypte

Pétition à signer en suivant ce lien.

La pétition « Non à la casse de la recherche française en Égypte » est lancée par les personnes suivantes :

* Ghislaine Alleaume, DR au CNRS, ancienne directrice du CEDEJ, directrice de l’IREMAM,

* Vincent Battesti, CR au CNRS, Muséum national d’Histoire naturelle, ancien chercheur au CEDEJ,

* Michel Camau, professeur des Universités émérite, ancien directeur de l’IRMC (Tunis), ancien directeur de l’IREMAM (Aix),

* François Ireton, IE CNRS (SEDET), ancien chercheur au CEDEJ,

* Anne Marie Moulin, DR CNRS, ancienne directrice du département Société et santé à l’IRD, ancienne chercheuse au CEDEJ,

* Nadine Picaudou, professeur à l’Université de Paris I,

* Frédéric Vairel, professeur associé à l’Université d’Ottawa, ancien chercheur au CEDEJ,

* Jean-Claude Vatin, DR CNRS émérite, ancien directeur du CEDEJ, ancien directeur de la Maison française d’Oxford.

Texte de la pétition

Unité de recherche placée sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères et européennes et du CNRS, le CEDEJ a longtemps été un laboratoire renommé, comptant de nombreux chercheurs, doctorants et stagiaires, ainsi qu’une production scientifique et documentaire importantes et reconnue. Or, depuis plusieurs mois, les nouvelles venant de ce centre n’étaient pas bonnes : pas de relance notable des activités scientifiques, des contrats de chercheurs locaux non renouvelés dans des circonstances conflictuelles, le projet de délocaliser le CEDEJ du Caire à Alexandrie, à la suite de la vente des locaux du Consulat général de France au Caire qui l’abritaient.

Les choses se sont précipitées le mardi 8 décembre 2009, quand l’ambassadeur de France en Égypte, réunissant l’ensemble des personnels de ce centre a annoncé la fermeture complète et définitive du service documentation-bibliothèque ainsi que le licenciement de l’ensemble des agents qui y travaillent, c’est-à-dire sept personnes recrutées localement. L’ambassadeur a également annoncé l’éventualité de nouveaux licenciements dans les mois qui viennent et la possibilité de l’installation partielle du CEDEJ à Alexandrie en fonction d’un nouvel axe de recherche qui lui serait imposé et porterait sur l’Union pour la Méditerranée.

Nous tenons à exprimer notre vive inquiétude et notre indignation, tant devant cette fermeture, décidée en dehors de toute évaluation scientifique sérieuse, que devant ces licenciements brutaux et immotivés. Nous exprimons aussi notre condamnation de la conception de l’activité scientifique publique qu’ils expriment :

1°) On peut envisager de transformer un service de documentation. En revanche, le supprimer entièrement et licencier la totalité des documentalistes revient à dire qu’une documentation (presse, littérature grise, données statistiques), ainsi qu’une bibliothèque plurilingue d’ouvrages spécialisés, ne sont pas nécessaires à la recherche en sciences sociales. Recueillir, classer et conserver des données seraient donc une simple perte d’argent et de temps, alors que plus d’une centaine de thèses sur l’Égypte contemporaine, déposées à la bibliothèque, n’auraient pu être menées à bien sans le recours à cette ressource inestimable qu’est le service de documentation du CEDEJ. Rappelons que ce service conserve un million d’articles de presse collectés durant vingt sept ans et plus de 5000 publications et recueils de la statistique égyptienne, ces deux fonds étant absolument uniques en Egypte ; et que la bibliothèque, héritière directe de celle de la prestigieuse École française de droit du Caire, fondée en 1890, contient 40000 ouvrages dont plus de la moitié en langue arabe. Par ailleurs, il est plus que paradoxal de fermer ces services essentiels que sont la documentation et la bibliothèque, dans une formation du CNRS qui est précisément une « Unité de service et de recherche » (USR). Enfin, il n’est pas sérieux de prétendre relancer des activités scientifiques en portant un tel coup à ce qui les nourrit.

2°) Dans cette perspective, il n’est pas davantage conséquent d’envisager de délocaliser le CEDEJ à Alexandrie. Cette délocalisation le priverait de son environnement de travail : les Universités du Caire, de Ain Shams, d’Al Azhar et de Helouan, les nombreux centres de recherches égyptiens, l’Université américaine, le pôle universitaire français, l’Institut français d’archéologie orientale et, plus largement, le monde intellectuel de la capitale. Le prétexte de développer un axe de recherche sur l’Union pour la Méditerranée ne peut être pris au sérieux : faut-il être au bord de la Méditerranée pour cela et doit-on conclure, en ce cas, que Paris ou Le Caire, où se décide la politique méditerranéenne des deux États, sont trop loin des rives de la mer commune pour ce faire ?

3°) Est-il normal d’imposer un axe de recherche à un établissement scientifique en fonction d’un seul agenda politique ? Peut-on à la fois réduire les moyens d’un laboratoire et augmenter son champ d’activité ? L’Égypte, pays complexe et acteur régional de premier plan, ne mériterait-elle plus d’être étudiée pour elle-même ?

Alors qu’un laboratoire comme le CEDEJ a vu passer des centaines de chercheurs français, européens et égyptiens et a accueilli encore davantage d’étudiants, qu’il est lié par des conventions avec de nombreux établissements universitaires et de recherche, est-il normal que des décisions aussi lourdes de conséquences soient prises par quelques personnes, sans concertation avec les enseignants-chercheurs travaillant sur cette région du monde qui sont les premiers intéressés ?

Mise en cause des outils essentiels de la recherche, licenciements de chercheurs et de personnels d’appui à la recherche, délocalisation d’un établissement, imposition des thèmes de recherche en fonction d’un seul agenda politique, absence de concertation, ce qui menace le CEDEJ paraît emblématique d’une certaine conception de la gestion de la recherche. Elle est d’autant plus inquiétante que le CNRS y est associé.

Sans nier qu’il soit nécessaire d’apporter des changements dans le fonctionnement d’un établissement de recherche, nous exigeons l’arrêt impératif des projets de destruction en cours, l’abrogation des mesures de licenciement, ainsi que la mise en place d’une méthode d’évaluation — un audit indépendant — et de pilotage des réformes à la fois plus respectueuse de l’activité scientifique et des personnes, personnels et usagers, qui en sont les premiers acteurs.


Une réflexion au sujet de « Le CEDEJ dans l’incertitude »

  1. Ping : Tweets that mention Le CEDEJ démantelé | Rumor -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.