L’observatoire urbain de Beyrouth, un outil scientifique en question: petit exercice d’égo-histoire

La vidéo de la table ronde de l’IMA le 5 juin 2015, annoncée dans le dernier billet,  est désormais en ligne. Je profite de la rentrée tardive de ce carnet pour proposer aux lecteurs quelques éléments de mon HDR, enfin terminée, où je reviens sur l’histoire de l’observatoire de Beyrouth. L’analyse pourra de ce fait paraître centrée sur ma personne : c’est un effet de syle lié à l’exercice de l’égo-histoire (ou égo-géographie), et il faut donc relativiser ce biais.

La table ronde rassemblait Mercedes Volait, Julien Loiseau, Eric Denis et moi-même, et fut introduite et animée par Vincent Lemire. (Attention le son est un peu faible.) Vincent Lemire commence à m’introduire pour parler de l’observatoire urbain de Beyrouth vers 24’15 ». Puis vers 34′, j’aborde la mise en réseau des observatoires urbains. C’est sur ces points que revient le texte qui suit. L’idée de développer cette histoire vient tardivement en réponse à un billet de Caecilia Pieri dans Les Carnets de l’IFPO en 2012, pour les 20 ans de l’Observatoire de Beyrouth.

***

Une matrice aménagiste : le contexte de la création du CERMOC

L’observatoire urbain est un programme de recherche de longue durée qui prend place dans un réseau de centres français en SHS particulièrement dense sur le pourtour méditerranéen, d’Istanbul à Rabat, en passant par Beyrouth, Damas, Amman, Jérusalem, Le Caire, Alexandrie et Tunis (et sans oublier Sanaa et Téhéran). Historiquement surtout liés à l’archéologie, ces centres sont également les héritiers de l’histoire complexe d’institutions universitaires ou de centres de documentation francophones, résidus ou reliques de la présence coloniale ou impérialiste de la France dans cette région du monde. A Beyrouth, où existait depuis le Mandat un institut français d’archéologie, le CERMOC (Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain) fut fondé en 1977, dans le contexte de reconstruction à la fois politique et urbaine où se trouvait le Liban au lendemain d’une première série de rounds militaires qui avait causé de très lourdes pertes. Il prenait en fait la suite de l’Ecole des Lettres de Beyrouth, et héritait de sa bibliothèque. Cette institution était une antenne locale de l’Université de Lyon (puis de Lyon 2). Des enseignants détachés et y délivraient des diplômes de premier cycle. On y trouvait en particulier l’institut de géographie du Proche et du Moyen Orient (IGPMO), où plusieurs générations de jeunes enseignants agrégés firent leurs premières armes et devinrent, dans quelques cas, des chercheurs qui publiaient dans la Revue de géographie de Lyon ou dans Hannon, revue de géographie lancée en 1970 par l’Université libanaise, où furent embauchés quelques-unes des anciens étudiants de l’IGPMO1. Parmi ces chercheurs, on peut notamment citer André Bourgey, à qui revint la responsabilité de la transition et la direction du CERMOC nouvellement créé, lorsque l’Université de Lyon 2 cessa ses enseignements, à la fois en raison du contexte de guerre mais aussi parce que les institutions universitaires locales (Université Saint Joseph et Université Libanaise) paraissaient en mesure de prendre le relais. L’équipe de recherche de Bourgey, renforcée par des chercheurs français issus du CNRS et de jeunes universitaires libanais comme Salim Nasr, Makram Sader ou Boutros Labaki (respectivement sociologue, économiste et historien) participa aux études pour la reconstruction du pays (et surtout du centre-ville) en 1977 puis à plusieurs études ultérieures, menées dans un contexte extrêmement tendu, et dont on sait qu’il fut fatal au sociologue Michel Seurat, chercheur CNRS affecté au CERMOC, enlevé et mort en captivité en 1985. Les travaux de Seurat proposaient un nouveau cadre théorique pour l’analyse de la ville proche-orientale, dérivé des travaux d’Ibn Khaldoun2. Le CERMOC représentait donc un laboratoire original, combinant parité franco-libanaise, interdisciplinarité, capitalisation documentaire et engagements marqués dans les chantiers du développement, de la reconstruction, et de la crise politique. Après la mort de Michel Seurat et dans le contexte d’approfondissement du conflit, le CERMOC fut replié à Amman en Jordanie. C’est à peu près à la même époque, dans la deuxième partie des années 1980, que le ministère des Affaires étrangères, ministère de tutelle des centres français de recherche en SHS, en lien avec le CNRS, créa des observatoires urbains au Caire, à Istanbul et à Téhéran, destinés à encourager la recherche française sur ces villes tout en l’articulant aux enjeux du développement et de l’aménagement urbain.

L’observatoire urbain et la reconstruction de Beyrouth

En 1991, la paix civile à peu près revenue au Liban, la reconstruction du pays et de sa capitale redevint à l’ordre du jour et suscita de multiples programmes d’aide internationale. Le soutien français au Liban prit des formes multiples, et se traduisit entre autres par la réouverture d’une antenne du CERMOC à Beyrouth, dès 1991. Alors que la reconstruction suscita un débat public et scientifique très intense, auquel plusieurs institutions françaises, et en particulier la Maison de l’Orient à Lyon, prirent une part importante, des chercheurs et praticiens libanais, très engagés, créèrent un observatoire de la reconstruction qui contribua à la publication des documents et analyses produites lors de ses débats (Beyhum, N., Salam, A., Tabet, J. (Éd.), 1992, Beyrouth: construire l’avenir, reconstruire le passé ?, Dossiers de k’Urban Research Institute, New York/Beyrouth, Ford Foundation)). Le CERMOC retrouva alors naturellement sa vocation de lieu de capitalisation de la documentation, et l’idée de pérenniser l’observatoire dans ses locaux se fit jour. Toutefois, la dimension polémique des contestations et la dénonciation de pratiques de corruption prêtées au Président du Conseil Rafic Hariri conduisit à une reprise en main par l’Ambassade de France de ce programme, en vue d’un recentrement sur les aspects de documentation et sur des enjeux de recherche moins chauds. Le principal animateur libanais de l’Observatoire, Nabil Beyhum, se replia temporairement en 1993 à l’AUB où fut hébergé l’Urban Research Observatory, avant d’obtenir un poste en France à l’Ecole d’Architecture Paris Malaquais.

Débat, documentation, recherche

Jean-Luc Arnaud fut nommé responsable de l’ORBR en 1993. Architecte et historien des formes urbaines, élève de Robert Ilbert, il avait précédemment occupé les fonctions de responsable de l’observatoire urbain du Caire. Il se lança dans l’animation d’un séminaire, coordonna des recherches abordant l’urbanisation de la capitale libanaise sur plusieurs échelles de temps, et poursuivit le travail de structuration de la documentation urbaine, notamment grâce à des outils d’indexation et de catalogage, ainsi que par la publication d’un bulletin d’information, et l’édition de plusieurs recherches individuelles ou collectives. C’est notamment grâce à lui que je mis un pied dans la recherche au CERMOC, m’attelai à la traduction de Ruppert, et participai au colloque Beyrouth Grand Beyrouth de 1996. Les orientations d’Arnaud pour l’ORBR correspondaient donc à un recentrage académique, dans une conception pluridisciplinaire des études urbaines, dans une démarche clairement inspirée de Marcel Roncayolo. Pour autant, il invita régulièrement les opposants historiques aux projets de reconstruction du Premier ministre à participer aux manifestations scientifiques organisées dans le cadre de l’ORBR. Jad Tabet, architecte opposant de la première heure au projet Solidere, y présenta et justifia sa démarche de pilotage du projet de reconstruction des souks pour lequel il avait accepté de travailler avec cette entreprise. De même, Assem Salam, autre opposant notoire, présida une table ronde du colloque Beyrouth Grand Beyrouth, durant laquelle il ne se priva pas de critiquer copieusement les conceptions de la reconstruction. L’ORBR constituait, dans le paysage embryonnaire et fragmenté pour la recherche au Liban, et faute d’institutions libanaises équivalentes, un espace de dialogue non seulement entre chercheurs, mais aussi entre professionnels et chercheurs.

On retrouve une autre dimension de cette vocation au service d’un débat urbain étendu dans la coopération de longue durée entre l’Observatoire urbain et l’IAU(R)IF qui se noua dans ce début des années 1990. J’ai retracé dans ma thèse l’histoire des interventions de l’IAURIF au Liban. Elle remonte à 1965, et s’est intensifiée en 1972-73, avec l’élaboration d’un livre blanc pour l’aménagement de Beyrouth aux horizons 1985 et 2000, avant de reprendre en 1983, avec l’élaboration d’un Schéma directeur d’aménagement de la Région métropolitaine de Beyrouth (livré en 1986). Des liens étroits entre professionnels des deux pays s’étaient noués et se poursuivent jusqu’à aujourd’hui. Dès la reconstruction, l’IAURIF s’engagea, au nom de la région Ile-de-France et/ou avec des financements du gouvernement, dans plusieurs actions d’urbanisme (ligne de démarcation, reconstruction du Bois des Pins, plan de transports, expertise pour Solidere…). Ces différentes actions donnèrent lieu à des interactions diverses avec le milieu local de l’urbanisme, avec lequel les liens étaient forts, ainsi qu’avec le CERMOC-ORBR qui recueillit une grande part des études produites et de leur matériaux constitutifs dans sa documentation. Aussi n’est-il pas surprenant que le successeur de Jean-Luc Arnaud ne fût pas un chercheur patenté, mais un chargé d’études de l’IAURIF, Eric Huybrechts, qui avait participé à plusieurs des études au Liban de l’IAURIF après avoir passé également quelques années au Caire. Arrivé en 1996, il devait rester jusqu’en 2001. Sous sa responsabilité, les orientations de l’ORBR s’infléchirent et les préoccupations de planification, d’intervention opérationnelle et de prospective urbaine prirent une place sensible. Pour autant, plusieurs recherches académiques furent également menées (Reconstruction, réconciliation ; Interface agriculture-urbanisation). L’une des orientations à laquelle je me retrouvais associée, puis dont je repris la direction à partir de 2001-2002, fut le projet d’Atlas des localités du Liban, visant à construire un Système d’information géographique qui avait vocation à être à la fois un outil de recherche et un outil au service de l’administration mais aussi des praticiens et en particulier de l’IAURIF qui poursuivait ses interventions (Reconstruction du Liban Sud, en 2000-2001, Schéma directeur d’aménagement du territoire libanais, 2002-2004). Les liens étroits entre l’ORBR et l’IAURIF, portant à la fois sur l’échange de données et d’information (la capitalisation des données), la construction des données et sur les échanges de vue entre chercheurs et praticiens, représentent donc, sur les plus de vingt années d’existence de ce programme, une dimension fondamentale de la recherche urbaine qui s’est construite dans ce lieu.

Cette relation privilégiée avec le milieu professionnel français de l’urbanisme pour le développement, comme on pourrait le qualifier, vient en complémentarité avec les deux autres fonctions essentielles de l’observatoire, la fonction de lieu de débat sur l’urbanisme au Liban et la fonction de recherche plus académique et théorique. Ces caractéristiques sont représentatives, par-delà les histoires locales, des autres centres français impliqués dans la recherche urbaine, avec ou sans observatoire patenté, sur les rives de la Méditerranée ou dans d’autres contextes (par exemple en Amérique latine ou en Afrique sub-saharienne, avec l’implication forte de l’IRD). De ce point de vue, mon histoire personnelle de chercheur croise celle, plus large, de la recherche française dans les pays en développement – une histoire qui mérite d’être rappelée, pour la richesse de ses productions et l’originalité des rencontres qui l’ont marquée, à l’heure d’un large mouvement de normalisation sinon de démantèlement.

Mise en réseau des observatoires urbains

Les trois années que j’ai passées à Beyrouth dans ces fonctions (2000-2003) ont été marquées par deux inflexions par rapport au dispositif existant. En premier lieu, le ministère des Affaires étrangères souhaitait favoriser une meilleure coordination régionale de la recherche urbaine. Il confia à Emile Lebris (IRD) et Jean Métral (Université Lyon 2-GREMMO), tous deux membres du conseil scientifique du CERMOC, une mission visant à faire des propositions en ce sens. Ils livrèrent leurs recommandations juste avant ma nomination. Elles visaient à financer des recherches transversales associant les observatoires des différents instituts français du réseau et les centres de recherche partenaires en France, à mieux structurer les relations entre ces centres qui courraient sinon le risque d’être avalés par les enjeux locaux, en chargeant l’un des responsables de cette mission de coordination, ainsi qu’à améliorer la formation des doctorants par l’organisation d’ateliers doctoraux thématiques accueillis en alternance dans les différents centres. Dans le contexte de la « cagnotte » des années du gouvernement Jospin, le ministère débloqua les fonds correspondant, et je fus nommé responsable de cette coordination, en même temps que je me retrouvais en charge d’un petit programme de recherche sur les Cultures urbanistiques au sud de la Méditerranée3. En pratique, la coordination des Observatoires urbains du pourtour méditerranéen édita pendant presque trois ans une série mensuelle de bulletins circulant par email, concoctés et mis en page grâce à Souha Tarraf. Deux ateliers doctoraux furent organisés par mes collègues au Caire et à Istanbul, et un séminaire collectif eut lieu à la Défense en juin 2001, en liaison avec le programme Mégapoles porté par Philippe Haeringer.

En deuxième lieu, le dispositif institutionnel des centres de recherche SHS situés au Proche-Orient fut réformé. Il se composait de trois entités : l’Institut français d’archéologie du Proche-Orient, implanté à Beyrouth, Damas et Amman, l’Institut français d’études arabes de Damas et le CERMOC, à Beyrouth et Amman. Le ministère décida de la fusion de ces trois institutions, qui fut actée en janvier 2003. Le CNRS apporta un concours décisif sous la forme de détachement de plusieurs chercheurs supplémentaires, et par une labellisation ad hoc (les UMIFRE). Dans ce cadre, la mission de l’observatoire était redéfinie. Dans mon projet, j’avais déjà mis en avant la nécessité d’un élargissement de la focale d’analyse, à l’échelle du phénomène urbain dans l’ensemble du Proche-Orient. J’amorçais durant mon mandat cette ouverture, notamment en lançant des recensions documentaires à Amman et Damas (où existait déjà depuis longtemps un programme similaire à l’observatoire urbain, l’Atelier Vieux Damas, dont la vocation principale était la documentation du tissu ancien de la ville).

Mes trois successeurs illustrent par leurs activités la continuité de ces tendances et le poids variable, mais néanmoins toujours sensible des trois polarités ou fonctions de l’observatoire de recherche. Fabrice Balanche, géographe spécialiste de la Syrie, a orienté les recherches vers une dimension nettement nationale, chaque pays de la zone se voyant couvert par un projet d’Atlas. F. Balanche collabora par ailleurs avec plusieurs institutions syriennes ou internationales chargées de l’aménagement du territoire en Syrie. Valérie Clerc, nommée à Damas, développa fortement les travaux sur l’urbanisme de cette ville, tout en maintenant des relations fortes avec Beyrouth. Elle a collaboré étroitement avec des consultants chargés d’études de planification à Damas. Caecilia Pieri, nommée de nouveau à Beyrouth, incarne encore un élargissement géographique, puisque ses recherches concernent l’histoire de Bagdad, tout en centrant ses activités de recherche sur les questions patrimoniales et le contexte des villes en guerre.

Parallèlement à l’élargissement régional des activités de l’observatoire, je poursuivis l’activité d’animation de séminaires et de conférences à l’échelle de Beyrouth, tout en menant le développement des deux projets de recherche en cours. Celui portant sur les cultures urbanistiques au Moyen-Orient bénéficia en 2002 du relais d’un financement du Programme de recherche urbaine pour le développement PRUD, dont Taoufik Souami assura la coordination en lien avec moi. Les terrains représentés couvraient le Maroc, l’Algérie, l’Egypte, la Turquie, la Palestine et le Liban. Quant à l’Atlas des localités du Liban, il bénéficia du soutien du programme franco-libanais CEDRE, dans un partenariat avec le centre de télédétection du CNRS Liban et le département de géographie de l’ENS Ulm (labellisée équipe de recherche IRD).

* * *

Pour conclure sur ce petit tour d’horizon, mentionnons que les réductions de postes opérées par le ministère des Affaires étrangères ont abouti à la suppression du poste du chercheur chargé de son animation. Du reste, il y a longtemps qu’il n’y avait plus de budget spécifique pour l’observatoire urbain. Toutefois, le recrutement de Thierry Boissière, anthropologue qui a beaucoup travaillé sur les villes syriennes de Homs et Hama, puis Alep, ainsi que le détachement de Stéphane Cartier, en provenance de Grenoble, laissent augurer une forte continuité des recherches sur les questions, quand bien même le programme Observatoire urbain n’a plus de réalité budgétaire. Souhaitons leur bon courage et plein succès dans leurs initiatives!

En particulier, je pense qu’ils pourront s’appuyer à Beyrouth sur un milieu universitaire local qui s’est beaucoup affirmé et structuré, notamment avec l’Université américaine de Beyrouth et l’Université Libanaise. C’est un atout pour construire des partenariats fructueux sur place, même si cela n’enlève rien à la difficulté du contexte académique français, qui n’a plus guère les moyens de proposer et de structurer la recherche, ce qui pouvait être le cas dans les années 1990.

Citer ce billet ainsi: Eric Verdeil, "L’observatoire urbain de Beyrouth, un outil scientifique en question: petit exercice d’égo-histoire," Rumor, 27 septembre 2015, https://rumor.hypotheses.org/3777.

Notes _____________________
  1. Aurenche, O., Métral, F., 2010, « Lyon, Beyrouth, Damas et retour. Chronique de parcours croisés de chercheurs et d’universitaires », in E. Perrin (Éd.), L’Orient des Lyonnais, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée-Jean Pouilloux, p. 2013‑226 []
  2. Seurat, M., 1989, L’État de barbarie (G. Kepel & O. Mongin, Éd.), Paris, Éd. du Seuil []
  3. [1] Les autres projets concernaient une recherche comparative sur les mégapoles Le Caire-Istanbul-Téhéran, ainsi que des recherches sur la patrimonialisation, développées à partir de Rabat sous la direction de Pascal Garret. Voir les ouvrages suivants:

    Bazin, M. (Éd.), 2008, Le Caire, Istanbul, Téhéran: les trois métropoles du Moyen-Orient, Reims, France, ERIGUR

    Cattedra, R., Garret, P., Miller, C., Volait, M. (Éd.), 2010, Patrimoines en situation. Constructions et usages en différents contextes urbains: exemples marocains, libanais, égyptien et suisse, Beyrouth, Presses de l’IFPO. En ligne []


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *