Géographie urbaine critique, néolibéralisme, gentrification et droit à la ville (MàJ)

J’ai déjà évoqué ici l’excellente Revue des Livres, qui succède à la Revue internationale des livres et des idées, animés par l’équipe qui publie par ailleurs les Editions Amsterdam, spécialisées dans la traduction de travaux de sciences sociales et de pensée critique venant du monde anglophone, dont notamment un texte de David Harvey. C’est en partie sur cette même thématique qu’est bâtie la RdL. Elle s’intéresse régulièrement à des travaux de géographie ou d’urban studies, ainsi qu’à l’écologie. Elle publie de longs comptes rendus le plus souvent d’ouvrages non encore accessible en France, ainsi que des entretiens avec des auteurs.Jeune revue encore à la recherche de son équilibre, la RdL a besoin de votre soutien. L’abonnement permet l’accès aux textes en archives. Les numéros sont vendus individuellement 5,90€ en kiosque.

Gentrification et droit à la ville selon Anne Clerval

La gentrification à Paris : une carte de synthèse - (c) Cybergéo / Anne Clerval

A signaler dans le numéro de mai-juin 2012 justement : un long entretien avec Anne Clerval, géographe à l’université de Paris Est-Marne la Vallée, sur le thème de la gentrification. Elle y revient d’abord sur les fondements théoriques du droit à la ville, qu’elle oppose vigoureusement à la pensée molle sur le vivre ensemble et la mixité urbain en vigueur dans les politiques urbaines bien pensantes françaises. Elle regrette l’absence de fondement critique de la plupart des géographes en France, qu’elle rapproche des liens historiquement construits par cette corporation avec les différentes autorités publiques de l’aménagement, de la DATAR à la politique de la ville. Elle propose également une réappropriation de la pensée d’Henru Lefebvre et une mise en pratique du droit à la ville, vu comme “l’équivalent pour la ville de l’autogestion de la production, après la reprise en main collective des moyens de production, aujourd’hui accaparés par les capitalistes”(p.31).

Son travail sur la gentrification s’inscrit dans la lignée de celui de Neil Smith, qui réinscrit cette transformation de la ville dans une lutte des classes prenant forme à plusieurs échelles, et de plus en plus, à l’échelle mondiale. Elle place au centre de son analyse le rôle de la “petite bourgeoisie intellectuelle”, allant des ingénieurs aux professions intellectuelles, fortement impliqués dans le processus de gentrification. Toutefois, une certaine fraction de cette petite bourgeoisie intellectuelle, la plus précarisée, pourrait selon elle effectuer une jonction avec les classes populaires pour lutter contre la gentrification.

Elle revient ensuite sur l’exemple parisien, en analysant le rôle de gentrifieurs et les politiques ambiguës, mais en fin de compte adjuvantes de ce mouvement, menées par la municipalité parisienne. Elle souligne aussi les résistances à la gentrification, à commencer par les stratégies de classes populaires, notamment l’immigration récente qui s’installe dans certains quartiers de Paris, par son occupation de l’espace public, ou encore par la construction de centralités commerciales. Elle finit par une allusion intéressante à une proposition de D. Harvey sur un ancrage local du syndicalisme comme un des moyens pratiques de construire des solidarités de classe ancrées sur les lieux d’habitat.

On pourra prolonger cette réflexion par la lecture de ses travaux empiriques, notamment sa synthèse cartographique de la gentrification à Paris, ou encore sa note de lecture sur David Harvey et le matérialisme historico-géographique.

Actualité de ces questions dans la recherche urbaine

Les travaux d’Anne Clerval ne sont pas isolés et on constate, au sein de la géographie urbaine, une réappropriation convergente de ces auteurs et de ces enjeux sociaux dans la ville. En témoignent par exemple deux journées d’étude récemment organisées à Tours au sein du laboratoire Citères. La première sur justement sur L’action publique au service de la gentrification, la seconde pilotée par Olivier Legros sur Les territoires du capital. Accumulation financière et transformation urbaine dans le Monde arabe et en Europe.

Un autre exemple de ces réflexions se retrouve dans l’appel à contribution de la revue Justice Spatiale, dont j’ai déjà parlé ici, sur le thème Villes, néolibéralisation et justice spatiale.

Cet intérêt des géographes et urbanistes pour les analyses néomarxistes pour comprendre les mutations urbaines se manifeste avec le colloque organisé par plusieurs collègues lyonnais, et en premier lieu les politologues qui dans la lignée de Bernard Jouve, animent la revue Métropoles. Intitulé La ville néolibérale : une thèse crédible ?, ce colloque se tiendra du 13 au 14 septembre prochain.

Programme riche et témoignant d’une inscription internationale du débat, même si on peut regretter que le Sud n’y soit guère représenté, hormis la Chine et quelques voisins. Un des enjeux de la discussion sur le néolibéralisme est précisément la question de sa plasticité dans des contextes fort différents – et en quoi ces contextes peuvent renouveler l’interprétation qui en est faite notamment en termes de convergence. Par exemple, voir l’argumentaire du panel organisé par Mona Fawaz et Najib Hourani l’an dernier à Florence, auquel je participais.

Dans cet argumentaire, la référence aux travaux de Timothy Mitchell était notamment proposée. Transition idéale pour boucler ce billet, puisque Timothy Mitchell accorde lui aussi un passionnant entretien à la RdL, autour de son dernier livre Petrocratia, dont j’ai parlé ici dans ce carnet.

MàJ du 10 mai 2012 : à noter la journée d’étude “Epistémologie des savoirs géographiques”. Construction et circulation des savoirs de géographie critique et/ou radicale le Jeudi 24 mai 2012, 9.00-17.30 organisé par l’IRG/ EVS, Université de Lyon 2, campus de Bron. Le  programme.



Citer ce billet
Eric Verdeil (2012, 5 mai). Géographie urbaine critique, néolibéralisme, gentrification et droit à la ville (MàJ). Rumor. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ttzq

Une réflexion sur « Géographie urbaine critique, néolibéralisme, gentrification et droit à la ville (MàJ) »

  1. Ping : Chopin (chopina04) | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.