Appel à contribution : La « ville durable » au sud de la Méditerranée. Enjeux, circulations et mise à l’épreuve de nouvelles pratiques urbaines

Pierre-Arnaud Barthel et moi lançons, pour un dossier thématique de la revue canadienne Environnement Urbain/Urban Environment, un appel à contribution sur le thème : La « ville durable » au sud de la Méditerranée. Enjeux, circulations et mise à l’épreuve de nouvelles pratiques urbaines.

La date limite pour soumettre un résumé au directeur de la revue est le 30 octobre 2011. Les articles doivent être remis avant le 30 janvier 2012 [ce qui est surtout important, c’est de remettre l’article. Le résumé, c’est indicatif. Nous serons ravis d’avoir de bonnes surprises]. Veuillez nous envoyer les manuscrits par voie électronique à l’adresse suivante : EnvUrb@ucs.inrs.ca.

Site de la revue (normes, politique éditoriale, etc.). Appel à contributions détaillé en français ci-dessous ou version PDF

Special Issue: The « sustainable city » in the south of the Mediterranean: Challenges, circulations and the pursuit of the new urban policies. Guest editors : Pierre-Arnaud Berthel and Eric Verdeil.

Abstracts must be submitted by October 30, 2011 and sent to the journal’s editor. The deadline for submitting the final paper is January 30, 2012. All correspondence regarding manuscripts will be handled by e-mail at EnvUrb@ucs.inrs.ca

Call for papers English

Le changement climatique, l’urbanisme  éco-responsable  et   la   maîtrise de  la consommation énergétique sont autant de questions qui ont été érigées depuis quelques années en   problèmes   publics sur la   rive sud   de   la   Méditerranée,   dont   s’emparent   non seulement   élus   et   pouvoirs   publics,   mais   aussi   acteurs   privés,   société   civile   (ONG   et associations)  et  acteurs internationaux     présents  dans   les  pays.   Et  les  villes   en  tant qu’espaces  concentrant désormais une  part   majeure  de  la population  et  de la consommation énergétique, et en tant que systèmes complexes d’acteurs institutionnels et économiques,   sont   des   lieux   très   sensibles d’expérimentation   du   développement   urbain durable (DUD). Ainsi, la question de la diffusion de cette nouvelle injonction depuis au moins les années 2000 du côté sud de la Méditerranée est posée dans ses modalités, ses nécessaires adaptations et appropriations.

Le projet de numéro ne vise pas à identifier la vulnérabilité environnementale des villes arabes     ni  à  dresser   l’inventaire   des   institutions   en   charge,   à  l’échelle   nationale,    du développement         durable.    L’accent    sera   mis   sur   les  mobilisations      et  les  projets   se revendiquant, à l’échelle d’une ou plusieurs villes, de la problématique du développement urbain durable. Un regard critique (théoriquement ainsi que politiquement) sur les mots d’ordre,   autant   que   sur   les   formes   de  mobilisation,   est   attendu.   Nous   suggérons   aux auteurs intéressés par cette thématique plusieurs pistes de questionnement.
L’aire     culturelle    retenue    ne   se  distingue     pas,   à  première     vue,   par   des   initiatives particulièrement pionnières: les premières expérimentations « durables », qu’elles soient ou   non    labellisées    comme      telles,  s’inscrivent     dans    des   approches      encore    timides, essentiellement   impulsées   dans   des   États   caractérisés,   pour   la   plupart,   par   des   formes certaines d’autoritarisme qui brident les initiatives venues de la base et la formation de véritables   pouvoirs   locaux.   Absent   dans   sa  dimension   contestataire,   un   développement durable urbain « institutionnel » semble pourtant en route, impulsé surtout « d’en-haut », en lien avec les acteurs internationaux, encore inégal et fragile et parfois relayé, bien que très   inégalement      d’un    pays   à  l’autre,   par   la  société   civile.  Cela   rend    le  travail   de recherche intéressant : comment les acteurs travaillent-ils ? Comment s’approprient-ils le référentiel alors qu’ils sont plongés dans une réalité politique qui présente de nombreux freins à la concrétisation de territoires et d’actions urbaines vertueusement « durables » ?

En   ce   qui   concerne   le   contenu   des   politiques   urbaines   durables   dans   cette   région   du monde, retrouve-t-on des mécanismes et des lieux d’application qui ont fait leurs preuves ailleurs et qui sont transportées à titre de best practices ou de modèles, comme des éco-quartiers sur des sites d’extension ou de renouvellement urbain ? Ou au contraire, assiste-t-on localement à des initiatives valorisant des tissus urbains spécifiques, par exemple les tissus   historiques   et   les   savoir-faire   traditionnels   vantés   pour   leur   qualité   d’adaptation climatique ? En lien avec l’identification de ces objets d’intervention et de ces modalités d’action, quelles sont les formes de validation et de labellisation du durable dans l’espace considéré ?      Il  semble     que    l’on   assiste    à  l’importation      concurrentielle      de   normes extérieures,  en   particulier   dans    le  domaine      de   la  construction     (LEED,      HQE,     etc.), reflétant les enjeux économiques de l’exportation de ces nouvelles technologies à partir des pays du Nord ou de puissances émergentes pionnières dans ce domaine (la Chine par exemple, notamment pour les panneaux solaires). Pour autant, quelles adaptations de ces normes sont effectuées ?
Un autre axe essentiel du dossier thématique vise à interroger la tension inhérente aux politiques de développement urbain « durable » entre enjeux locaux et enjeux globaux. Alors que l’émergence de la thématique du développement durable, à travers les premiers agendas      21   par    exemple,     avait   fortement     mis    l’accent    sur   les   problèmes      locaux d’environnement,   les   années   récentes   et   les   nouveaux   mécanismes   d’action   (MDP   par exemple)       semblent      avoir   réorienté     les  priorités    vers   des    thématiques      comme       le changement climatique. On peut alors s’interroger sur les changements sociopolitiques et sur    la  recomposition      des   enjeux    économiques  et       sociaux    induits   par   ce  glissement : moindres       retombées     sur   la  qualité   de   l’espace    de   vie  quotidien     dans    les  quartiers précaires,     bénéfices     pour   des    entreprises    locales    ou   extérieures    qui   maîtrisent     des
technologies complexes.

Enfin,     on   s’interrogera     aussi   sur   les  spatialisations     différenciées     de   ces   premières expérimentations   de   la   ville   durable   au   sud de   la   Méditerranée.   Certes,   les   capitales   et leurs   grands   projets   immobiliers   ou   touristiques   apparaissent   comme   des   sites-vitrines pour     ces  nouvelles     approches      –  mais    souvent     en  étant   inféodés     à  une   orientation technologico-commerciale. Par ailleurs, d’autres types de villes et d’espaces urbains sont concernés   également :   on   pense   à   des   villes  secondaires,   voire   petites   et   moyennes,   où des    facteurs    locaux     peuvent     parfois    plus  facilement      converger      vers   une    logique d’expérimentation (certains types de villes industrielles par exemple).

Une dernière précision a trait  à la singularité de l’aire d’étude postulée par cet appel à contributions.   Elle   peut   être   questionnée   au   moins   de   deux   manières :   d’une   part,   en soulignant, par exemple par des comparaisons entre différentes villes de taille, fonction ou    pays   différents,    des   situations   en   décalage    ou   en   convergence. D’autre    part,   la singularité de l’aire du sud et de l’est de la Méditerranée pourrait utilement être mise en perspective   avec   des   ensembles   géographiques  voisins   (nord   de   la  Méditerranée, Golfe arabo-persique,       autres   pays    émergents     ou  du    Sud).   De    telles  mises    en   perspective relieraient explicitement une ou plusieurs villes de l’aire d’étude proposée avec d’autres villes situées ailleurs.

Pour   finir,   on   ne   pourra   pas   faire   l’économie   d’un   questionnement sur  les  effets et perspectives ouvertes par les « printemps arabes ». 2011 est une année qui re-questionne l’action urbaine pour les pays de la région à tous les niveaux. Certes, on ne peut savoir quels   seront   les   résultats   des  différentes   « révolutions »   et  il   vaut   mieux   les   concevoir comme   un   processus   qui   sera   nécessairement   long   en   Égypte   ou   en   Tunisie   pour   ne mentionner       que    ces    deux    pays.    Ce    nouveau     contexte     fait   se   demander      si   un développement          durable     plus   « incarné »      pourrait    se   formaliser      à   l’avenir,    pas nécessairement  high-tech,   et   moins   instrumentalisé   par  les   régimes   à   des   fins   d’image (comme le régime Ben Ali l’a notamment fait). Ou à l’inverse, la situation économique viendra-t-elle   freiner   les   réformes   amorcées  tant   leur   coût   est   trop   important   à   faire supporter aux familles. Le questionnement est ouvert.

Pierre-Arnaud   Barthel   est   maître   de   conférences   en   urbanisme   à   l’Université   Paris-Est Marne   la   Vallée   et   au   LATTS.   Ses   dernières   publications   abordent   le  référentiel   de   la ville   durable    dans    le  monde     arabe :   Barthel    P.-A.    et  Monqid     S.,  2011,   Le    Caire, réinventer la ville, Autrement, collection Villes en mouvement ; Barthel P-A et Zaki L., dir.,   2011,  Expérimenter   la   « ville   durable »   au   sud   de   la   Méditerranée,   éditions   de L’Aube.

Eric Verdeil est géographe et urbaniste de formation. Il est chargé de recherches à Lyon au    laboratoire     CNRS       « Environnement,        Ville,    Société »     et  enseigne      à  l’Institut d’urbanisme de l’Université Lumière Lyon 2. Il a précédemment été en poste à l’Institut français   du   Proche-Orient   (IFPO)   à   Beyrouth.   Ses   travaux   portent   sur   les   politiques urbaines au Moyen-Orient. Il a travaillé en particulier sur la reconstruction du Liban et de Beyrouth.      Aujourd’hui,      ses  recherches     portent   sur   le  développement       urbain    durable, notamment au Liban, en Jordanie et en Tunisie, avec un souci comparatif nord-sud. Il a notamment        publié    avec    Taoufik     Souami     Concevoir        et  gérer   les    villes.  Milieux d’urbanistes du Sud de la Méditerranée (Économica-Anthropos,  2006), et avec Ghaleb
Faour et Sébastien Velut, Atlas du Liban. Territoires et société (Presses de l’IFPO).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.