Apartheid / Israël-Palestine : une intéressante comparaison

Le mur de sécurité à Jérusalem (avril 2009. cliché E. Verdeil)

Le mur de sécurité à Jérusalem (avril 2009. cliché E. Verdeil)

On lit dans The Jordan Times du 15 novembre 2009 une intéressante comparaison entre la sortie de l’apartheid en Afrique du Sud et de la solution, aujourd’hui à vrai dire bien difficilement vraissemblable, des deux Etats:

By Ali Abunimah

“Anyone who rejects the two-state solution, won’t bring a one-state solution. They will instead bring one war, not one state. A bloody war with no end,” said Israeli President Shimon Peres, on November 7, 2009.

One of the most commonly voiced objections to a one-state solution for Palestine/Israel stems from the accurate observation that the vast majority of Israeli Jews reject it, and fear being “swamped” by a Palestinian majority. Across the political spectrum, Israeli Jews insist on maintaining a separate Jewish-majority state.

But with the total collapse of the Obama administration’s peace efforts, and relentless Israeli colonisation of the occupied West Bank, the reality is dawning rapidly that the two-state solution is no more than a slogan that has no chance of being implemented or altering the reality of a de facto bi-national state in Palestine/Israel. This places an obligation on all who care about the future of Palestine/Israel to seriously consider the democratic alternatives.

I have long argued that the systems in post-apartheid South Africa (a unitary democratic state), and Northern Ireland (consociational democracy) – offer hopeful, real-life models. But does solid Israeli Jewish opposition to a one-state solution mean that a peaceful one-state outcome is so unlikely that Palestinians should not pursue it, and should instead focus only on “pragmatic” solutions that would be less fiercely resisted by Israeli Jews?

Lire la suite…

Ce texte aborde les faits d’un point de vue très politique, et en relevant uniquement les arguments qui vont dans le sens de son argumentation. Il ne s’agit pas ici de le lui reprocher s’agissant d’un article d’opinion et non à visée scientifique. Toutefois, il nous semble que le rapport de force démographique est très différent. Les Blancs d’Afrique du Sud étaient environ 4 millions sur une population d’une vingtaine. En Israël-Palestine, au contraire, et à l’encontre de ce qui a longtemps été avancé, la balance serait aujourd’hui et pour le futur, plutôt favorable aux Israéliens (voir la très intéressante analyse de Youssef Courbage à ce sujet dans les Cahiers de l’IFPO). On rappellera en contrepoint que les géographes français se sont intéressés depuis longtemps à cette comparaison, à ses ambiguïtés et à ses limites, notamment lors d’un débat hébergé dans Cybergéo entre Frédéric Giraut d’un côté et Yves Guermond et Nicole Matthieu de l’autre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.