Un être cher a publié…

Je m’associe à la satisfaction de ma chère moitié, dont les efforts débouchent sur deux livres hautement recommandables

Le Moyen-Orient par les textes, de Anne-Laure Dupont, Catherine Jaouen-Mayeur et Chantal Verdeil (A. Colin)

L’expression Moyen-Orient est récente, son acception changeante. Le présent recueil couvre les actuels Turquie, Iran, États arabes orientaux (Égypte, États de la péninsule Arabique, Syrie, Liban, Jordanie, Irak), Israël et territoires palestiniens. Les textes réunis en racontent l’histoire sur plus de deux siècles, en tenant compte des événements les plus récents. Ils témoignent non seulement des bouleversements politiques, mais aussi des transformations économiques, sociales, religieuses et culturelles et des réalités vécues. Ce sont les intéressés eux-mêmes, Arabes, Turcs, Iraniens et d’autres, qui prennent la parole, donnant à voir de l’intérieur une région souvent analysée au seul prisme des relations internationales.
Collectés depuis plus de vingt ans par les auteurs du recueil, ces textes ont fait l’objet d’un enseignement dans différents cursus de licence d’histoire et d’arabe. Tous précédés d’une introduction, ils sont destinés aux étudiants, aux professeurs désireux de disposer d’un support pédagogique sur des sujets difficiles et passionnants, et à tout lecteur soucieux d’en apprendre davantage et autrement sur le Moyen-Orient.

Plus d’informations

On y trouvera un peu d’urbain, notamment la reprise d’un entretien avec l’architecte jordanien Jafar Tukan, initialement publié dans Amman, de pierre et de paix, par Myriam Ababsa chez Autrement (en bonnes feuilles ici), ainsi qu’un texte Yachar Kemal sur l’expulsion d’un gecekondu en 1982 à Istanbul, initialement publié dans Istanbul. Histoires, promenades, anthologie, dictionnaire, de N. Monceau (Bouquins, R. Laffont). Pour le reste, quelques textes diplomatiques mais aussi beaucoup d’extraits de romans offrant des tranches de vie et des témoignages d’une grande diversité sociale et géographique, et un peu de culture arabe actuelle en suivant un remarquable guide (CPA/YGQ, c’est par ici).

Et aussi:

La mission jésuite du Mont-Liban de Syrie (1830-1864), de Chantal Verdeil (Les Indes Savantes)

Créée à Beyrouth dans le dernier quart du XIXe siècle, l’Université Saint-Joseph reste l’œuvre la plus prestigieuse de la mission jésuite de Syrie. Ce  « phare spirituel de la Méditerranée », selon l’expression de Maurice Barrès, symbolise à la fois son rayonnement, la présence française au Levant, et les rivalités entre les puissances occidentales au Proche-Orient.

Cet ouvrage retrace la genèse de cet établissement en étudiant le développement de la mission jésuite au Mont-Liban puis en Syrie dans une période troublée, celle de la Question d’Orient, marquée notamment par l’occupation égyptienne et les massacres de 1860.

De plus en plus nombreux, soutenus par la France impériale, les religieux de la Compagnie de Jésus ne cherchent pas à convertir les musulmans et se consacrent surtout à l’instruction, religieuse et profane, des catholiques orientaux. Leur action s’inscrit ainsi dans l’histoire des différentes Eglises chrétiennes du Proche-Orient et plus généralement dans celle de l’empire ottoman.

Pour plus d’information.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.