Regards de chercheurs sur les événements en cours en Tunisie

L’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) offre une série de contributions pour éclairer les bouleversements en cours en Tunisie.

D’abord, un communiqué des chercheurs en poste sur la page d’accueil du site de cette institution:

L’immense mouvement populaire tunisien, à la fois inattendu et en gestation depuis longtemps, a engagé le pays dans un vaste débat démocratique. Les chercheurs de l’IRMC tiennent à exprimer leur soutien à cette vague salvatrice et innovante. Dans leurs traditions d’interrogation et d’interprétation des faits sociaux, les sciences sociales sont particulièrement interpellées par ces évènements. Entre l’analyse scientifique qui nécessite un recul et l’urgence de l’implication au présent, tout les invite à apporter leur contribution professionnelle à cette révolution de la rue et des esprits. Que nous soyons historiens, géographes, économistes, sociologues ou anthropologues, juristes ou politologues, psychologues, philosophes ou littéraires, chacun sera désormais conduit à repenser ses concepts de jeunesse, de solidarité et lien social, d’identité, puis de gouvernance, de citoyenneté, d’information et communication, mais aussi de développement régional, de mouvement social, de révolution, de transition… Cette onde de choc devrait avoir un impact fort sur l’autonomie professionnelle de la recherche, sur la transmission et la diffusion des savoirs, ainsi que sur les dynamiques d’évolution des institutions d’enseignement universitaire et de recherche scientifique. L’IRMC a souhaité placer ces évènements au cœur de ses prochaines actions scientifiques au Maghreb, et initier des débats et actions (séminaires, écriture d’articles, publication d’ouvrage), sur les thématiques du changement social et politique, de la communication numérique, de la contribution des sciences sociales à l’analyse des crises, et de l’écriture de l’histoire. A ce titre, il en appelle à la communauté nationale et internationale des chercheurs pour être force de proposition.

Ensuite, la dernière lettre d’information de l’IRMC (PDF) offre un dossier présentant une série de contributions d’universitaires et intellectuels tunisiens. Ils reviennent, dans des textes courts parfois déjà parus dans la presse, sur le changement de régime et les défis qui s’ouvrent.
L’IRMC propose également sur son site une page de références bibliographiques, en partie en ligne, qui permettent de revenir sur la gestation de ces événements depuis une dizaine d’années.
Plus largement, dans l’éditorial de la lettre, Pierre-Noël Denieul, le directeur de cette institution, évoque les transformations de l’activité de recherche et de publication que le changement de régime rend possibles (fin de la surveillance et de la censure, accès facilité au terrain en particulier). Ceci permettra à l’IRMC de reprendre un rôle structurant, non seulement pour la recherche française en Tunisie et au Maghreb, mais également comme partenaire des institutions universitaires tunisiennes, pour lesquelles s’ouvrent également de nouvelles perspectives.

Sur la dimension éditoriale, l’IRMC se propose en particulier d’éditer et de vendre à nouveau des ouvrages en Tunisie. Fort bien. Mais parallèlement, alors que l’institut annonce lancer un séminaire de recherche sur la révolution numérique, on ne saurait trop l’encourager à poursuivre ses efforts en direction de l’édition numérique, à la fois rétrospective et pour ses prochains travaux, à la manière de l’IFPO.


3 réflexions sur « Regards de chercheurs sur les événements en cours en Tunisie »

  1. Ping : Tweets that mention Regards de chercheurs sur les événements en cours en Tunisie | Rumor -- Topsy.com

  2. mehrezi

    Deux événements majeurs ont marqué le début de l’année 2011. La révolution tunisienne et égyptienne qui vient mettre fin à des années de dictature et de pouvoir absolu. Deux régimes autoritaires se sont retrouvés face à une vague de manifestation sans précédent. L’acteur principal des deux révolutions est la jeunesse des deux pays. L’élément crucial qui uni les deux mouvements est sans doute le rôle des moyens de communication dans le déroulement des événements. Facebook, tweeter et les différents moyens de communication ont joué un vrai rôle face au silence des médias nationaux manipulés par le pourvoir en place.
    Les vidéos des manifestations, les informations en temps réel et les images de la répression policière ont fais le tour du monde. En l’absence des médias nationaux et internationaux interdits par le régime, la bavure de la police de Ben Ali aurait passé dans la douceur comme le cas des années 1990 où des manifestations ont été réprimées dans le sang et le silence. Même les récents mouvements de contestation de 2008 à Gafsa (zone minière à 500 KM de Tunis juste à coté de Sidi Bouzid) qui se sont déroulés dans la répression et qui sont passés sans bruit faute de moyen de communication capable de dépasser la censure.
    Donc, tous les éléments de la contestation étaient présents depuis des années ; le régime, la corruption, le sentiment de l’injustice, la bavure policière, le silence des médias… Le seul élément nouveau est le grand nombre de tunisien inscrit sur les réseaux sociaux et notamment facebook avec plus de deux million d’inscrit. Avec un téléphone portable 3 G et quelques clics sur l’ordinateur, le monde entier a pu voir en direct le pur régime policier du vingt et une ème siècle. Quelque jour après la tentative d’immolation par le feu du jeune marchant ambulant, la Tunisie entière se rebelle face au dictateur et le monde arabe face à la dictature. Et c’est grâce aux nouveaux moyens de communication qui les populations arabes ont enfin trouvé un outil de contestation fiable et efficace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.