La carte des 500 millions d’amis

Le monde selon Facebook

Grâce à Affordance, je tombe sur un très stimulant billet de mon collègue Thierry Joliveau sur son (non-)blog Monde géonumérique. Il commente une carte réalisée par un stagiaire chez Facebook représentant les liens d’amitié entre les membres de ce réseau social. C’est une très belle analyse de déconstruction à la fois sur le plan géomatique (quelles données, quels traitements statistiques et cartographiques) et sur le plan sémiologique. Parmi les conclusions (de ce qui n’est qu’un premier volet), citons

C’est une construction faite pour communiquer efficacement la doctrine Facebook que l’on décrypte en creux : la compagnie relie les hommes du monde entier par-delà les frontières, les montagnes et les océans. Elle prend soin de toutes les amitiés qu’elle aide à éclore. Elle accompagne  chacune d’entre elles avec attention. Elle connaît chaque fil particulier du grand écheveau rassurant et bienveillant qu’elle tisse autour de la planète grâce à son savoir technique parfaitement maîtrisé.

Bravo Thierry pour ce très bel exercice d’analyse géomatique et sémiologique. Sans doute parce que je suis en ce moment plongé dans une analyse des atlas de la mondialisation (voir ici et ), je suis frappé aussi par la projection choisie. Alors que pour illustrer les phénomènes de flux mondiaux, de nombreux cartographes ont recours à une projection polaire, ici la cartographe choisit une projection classique (probablement celle fournie par défaut par ESRI), centrée sur l’Europe. Choix inconscient ou pas, cela a un effet net : le Pacifique est repoussé aux marges extérieures de la carte. De fait, peu de poissons sont inscrits à Facebook…! Mais on a aussi l’impression que les liens entre les deux rives asiatiques et américaines sont ténus, se réduisant presque à une sorte de fuseau qui passe par Hawaï. Ce qui est bizarre c’est qu’en fait, ces liens existent mais passent par la zone polaire et sont difractés, faisant apparaître le Pacifique comme une zone d’échange beaucoup moins dense que l’Atlantique. Une projection polaire aurait permis de mieux visualiser ces liens, tout en repoussant hors de la carte les liens d’amitié inter-manchot, un terrain de chasse encore délaissé par Facebook…


3 réflexions sur « La carte des 500 millions d’amis »

  1. Thierry Joliveau

    Merci de ton analyse, Eric. Tes remarques sur la projection choisie et son impact sur le rôle du pacifique sont tout à fait justes. Je n’ai pas vérifié la projection choisie, mais j’y suis confronté pour les deuxième et troisième parties du billet qui sont « une reconstruction de cette carte ». J’ai tendance à penser qu’il s’agit d’une projection minimale type plate carrée des coordonnées lat-Long récupérées par Butler sur un géolocaliseur quelconque. Le report vers l’Arctique et l’Antarctique des liens semble en revanche voulu par l’Auteur pour dédensifier la zone centrale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.