Retour sur les coupures électriques : Jordanie, Egypte, Liban

La crise électrique s’aggrave et les tensions sociales s’enveniment. Après les pays du Golfe au début de l’été, la Jordanie (MaJ 30/8/2010 : ici aussi) que je présentais comme relativement préservée dans mon dernier billet, ainsi que, en plein Ramadan,  l’Egypte et le Liban subissent de très importantes coupures.

Le cas égyptien

En Egypte, il semblerait que soit en cause une production insuffisante, peut être à cause des livraisons de gaz au voisin israélien. Cette explication, qui emplit des rumeurs, nourrit le ressentiment de la population face à l’Etat hébreu, officiellement en paix avec l’Egypte depuis 1977. D’une manière structurelle, comme dans les autres pays de la région, la hausse très sensible de la consommation, imputable à la croissance de la population et aux  nouveaux usages, doit également être mise en avant.

Au Liban, une épreuve de vérité pour le aounisme?

Au Liban, la crise actuelle était annoncée. Mais plus inattendues sont les violentes manifestations qui se sont produites en différents points du pays, banlieue sud, villes du Sud (Saïda, Nabatiyeh, Samsakiyeh), Nord (Tripoli, Akkar, Denniyeh), ainsi que plus étonnement Beyrouth. Alors que le rationnement s’amplifiait partout, Beyrouth subissait également des coupures plus importantes que d’habitude (jusqu’à huit heures certains jours selon la presse). Pour l’instant, elles n’ont pas mené aux dérapages du 27 janvier 2008, où des heurts de manifestants avec l’armée à Chiyah avaient fait plusieurs victimes.

Entrainant de nombreuses surenchères de la part des responsables des différents partis politiques, qui ont notamment attaqué le ministre de l’Energie Gebran Bassil, cette aggravation de la situation s’explique pour de nombreux observateurs par la tension entre le Hezbollah et le 14 mars autour du Tribunal international. Certains y voient même une stratégie délibérée pour provoquer la chute du gouvernement, ce que Nasrallah a réfuté. Mais à un autre niveau, elle révèle aussi, à mon sens, la fragilisation politique des ministres aounistes et leur prise en tenaille sociopolitique entre le 14 mars et leurs alliés chiites.

D’une question confessionnelle à la question sociale, et retour…

Depuis l’arrivée de Alain Tabourian au ministère de l’Energie puis de Gebran Bassil, il semblait qu’un diagnostic relativement partagé sur la crise de l’électricité et les voies d’une solution avait été atteint. Pour résumer, il me semble qu’on peut dire qu’entre 2000 et 2005, l’agenda était dominé par la question de la privatisation, poussée par les milieux d’affaires locaux, les pro-haririens et les bailleurs de fonds internationaux. En arrière plan, l’idée que l’EDL était une entreprise insauvable, complètement pourrie par le clientélisme, dominée par les pro-Lahoud et les proches d’Amal. L’autre point majeur du diagnostic était qu’un des points à améliorer immédiatement était la collecte et la répression du piratage, le non-paiement et le vol étant parmi les principaux responsables de la situation de l’entreprise et de ses pertes. Dans un contexte de grande opacité, ces pratiques délictueuses étaient imputées pour l’essentiel aux quartiers chiites, alors même que les rares informations circulant auraient du conduire à des appréciation beaucoup plus nuancées.

Avec l’arrivée au ministère de Fneish, membre du Hezbollah, puis avec l’intérim assuré par Safadi, plusieurs changements dans le diagnostic sont apparus. D’une part, la hausse du prix de l’énergie durant cette période a mis en évidence que la déficit d’EDL était surtout fonction de la non-indexation du tarif de l’électricité sur le cours du fuel. De ce constat dérive également que la dette de l’Etat a de plus en plus été vue comme une forme de subvention, dont le caractère très antiredistributif (favorable aux gros consommateurs beyrouhins)  a alors été de mieux en mieux perçu, posant la question d’une nouvelle échelle tarifaire. Ensuite, l’affrontement sur la question de la privatisation s’est calmé, d’une part parce qu’il est apparu qu’aucun investisseur ne pouvait être intéressé dans l’immédiat vue la situation du secteur, d’autre part parce que les « opposants » à la privatisation ont fait valoir qu’ils étaient prêts à examiner pragmatiquement des solutions impliquant ponctuellement et à terme la privatisation de certains éléments de la filière.

Le ministère Tabourian a recentré les débats sur les problèmes de capacité de production. Tout le monde a bien compris que le principal problème était d’augmenter la capacité de production. Il est aussi apparu que l’augmentation de la capacité de production par le privé risquait de se payer au prix fort et ne pouvait représenter l’unique solution. En revanche, sur les options techniques pour la production, les propositions de Tabourian ont été très contestées (centrale à charbon, refus des énergies renouvelables). Sur ce point, le plan Bassil propose une approche plus flexible et plus équilibrée. L’adoption à l’unanimité du plan Bassil fin juin semblait avoir montré que ce ministre aouniste avait su convaincre les autres membres du gouvernement de sa compétence technique tout en préservant les intérêts financiers à long terme de l’Etat par rapport à des options de privatisation intégrale dont les haririens ont une approche très dogmatique. On peut sans doute esquisser un parallèle avec les projets pour l’Internet et les négociations sur la question de la privatisation des télécoms gérés par Charbel Nahas.

Le aounisme au prisme confessionnel

On peut se demander si le nouvel épisode de la crise électrique et la réaction de Bassil ne révèlent pas, au delà de cette affirmation de compétences sur les dossiers de service public, les ambiguïtés du positionnement aouniste. Il y a quelques mois, comme j’en discutais dans ce billet, Bassil avait surpris en déclarant vouloir préserver les dossiers de l’eau et de l’électricité de toute « politisation », ie sans doute hors d’un traitement confessionnel. Pourtant, c’est lui qui la semaine dernière, de la manière la plus fracassante, a réintroduit le paramètre confessionnel dans le dossier électrique. Réagissant aux manifestations, il a déclaré selon l’Orient-Le Jour du 20/8/2010, « Dans certaines régions, les protestations contre les coupures du courant sont motivées par des considérations politiques. Seuls les chrétiens ne bronchent pas parce que personne ne les manipule. […]  Il n’est pas permis qu’une région dans laquelle les branchements illicites se multiplient proteste contre les coupures. […] Il est apparu que les régions chrétiennes s’acquittent davantage que d’autres de leurs factures, mais c’est la vérité. Il est apparu que dans ces mêmes régions, les branchements illicites sont moindres qu’ailleurs, mais c’est aussi la réalité. Mais cela ne veut pas dire bien sûr que dans d’autres zones, on ne paie pas ».

Je n’ai pas connaissance des données précises du paiement et du non-paiement par région ces dernières années. Dans les informations datant de 2000-2004 que j’avais utilisé dans mes travaux précédents, la zone de la banlieue-sud était loin d’être la plus mal placée du point de vue du paiement des factures. Certaines régions chrétiennes (Zghorta-Ehden et Marjayoun) étaient très mauvaises payeuses. Du reste, après avoir rencontré une délégation du Hezbollah venue lui demander des comptes, Bassil l’a reconnu, puisque le taux de paiement atteint 93,8% dans la région de la banlieue sud (OJ du 24/8; DS). Le vol de courant est beaucoup plus délicat à appréhender faute de données géographiques fines (il n’y a pas de compteurs à l’entrée de tous les sous-districts géographiques, donc le vol est difficile à localiser précisément). Il est clair que les branchements pirates sont importants dans les camps palestiniens et certaines zones informelles de la banlieue sud. Toutefois, mes interlocuteurs à EDL faisaient aussi observer que, parmi les « piqueurs » , se trouvaient alors aussi de grandes entreprises industrielles situées en zone chrétienne de sorte que, du point de vue du total du courant volé, le déséquilibre confessionnel n’était pas si flagrant. Les choses ont-elles changées? La publication de données précises éclaircirait la question… En tout cas, les réactions des membres du Hezbollah, de Nabi Berry et de Karameh, notamment, ont été très vigoureuses contre la « faute » de Bassil.

La reconfessionnalisation publique de la question électrique par Bassil ne constitue-t-elle pas une sorte de retour aux fondamentaux socio-politiques du mouvement aouniste, aux croyances politiques de sa base chrétienne? N’est-il pas l’expression du ressentiment d’une base chrétienne appartenant majoritairement à la classe moyenne, payant les « quatre factures électriques » évoquées par Jamil Mroueh (celle de l’EDL, celle de l’abonnement au générateur, l’endettement public pour couvrir les avances à l’EDL et le fait d’avoir encore de l’obscurité en plus de tout cela…) et qui s’offusque de la politisation possible de ces manifestations dans le contexte tendu des polémiques sur l’inculpation éventuelle de membres du Hezbollah par le Tribunal pénal international – politisation ressentie comme une trahison? Cette confessionalisation de la question électrique, au déni de sa dimension sociale, n’illustre-t-elle pas le décalage entre le projet aouniste d’alliance avec le Hezbollah et le ressenti de sa base, d’appartenir à un bloc de classes moyennes chrétiennes qui partage peu avec leurs homologues chiites de l’électorat Hezbollah? Je risque cette hypothèse sans doute bien maladroite, mais on manque vraiment beaucoup sur la base aouniste, sa sociologie et ses réactions face à la politique du CPL. D’où cette proposition, à discuter…


6 réflexions au sujet de « Retour sur les coupures électriques : Jordanie, Egypte, Liban »

  1. Ping : Twitted by Rezonet

  2. Ping : Villes arabes : en route vers la révolution | Urbanisme – Aménagement – Fiscalité

  3. Mancilla

    Bonjour,
    Je vous écris parce que j’ai quelques questions concernant le secteur de l’électricité au Liban.
    – Sur le site seenthis dans lequel vous postez des commentaires et conseillez des articles, vous avez écrit que c’est « l’Etat qui, par l’intermédiaire d’une société publique (LOI : Lebanon Oil Imports) aurait le monopole des importations de diesel rouge, utilisé pour les générateurs ». Il n’y aurait dès lors aucun lien entre les entreprises privées d’importations de produits pétroliers et les propriétaires de générateurs. Est-ce bel et bien le cas? Parce que Katarina Uherova Hasbani dans son article Electricity Sector Reform in Lebanon: Political Consensus in Waiting, (Standford Working Paper, 2011) sous-entend qu’il existerait un lien entre ces entreprises privées et le secteur de l’électricité lorsqu’elle écrit: « Undoubtedly, any future reform of the sector will seek to reduce the country’s oil dependence. Naturally, companies involved with oil trade do not find added value in such prospects ». Si oui, alors lequel?
    – Pendant la guerre, les milices et associés ont fini par prendre le contrôle de tous les ports. Nombre d’entre elles (essentiellement Forces Libanaises, le PSP et Amal en association avec des hommes d’affaires) importaient (COGECO) ou du moins taxaient les produits pétroliers. Etant donné que les deux centrales thermiques (Zouk et Jieh) se trouvaient de fait dans des enclaves miliciennes (Forces libanaises pour la première et PSP pour la seconde à partir de 1983), n’étaient-elles pas à même de fixer le prix du fioul importé? Selon Traboulsi, l’État importait le fioul dont il avait besoin (Identités et solidarités croisées dans les conflits du Liban contemporain, thèse de doctorat). Mais les milices ont très vite intégré l’État (du moins à partir de la présidence d’Amine Gemayel). Il avance d’ailleurs que le fioul était taxé par les Forces Libanaises à $20/tonne. Il cite également un certain Khalîl Ghattâs, spécialisé dans le fioul et propriétaire de la MEBCO, qui fit fortune au temps de Béchir Gemayel.

    Je vous pose ces questions parce que j’aimerais comprendre d’une part le lien aujourd’hui entre les compagnies d’importation de produits pétroliers et le secteur d’électricité et d’autre part, voir s’il y a une continuité entre les acteurs du secteur pétrolier qui sont apparus pendant la guerre et ceux d’aujourd’hui.

    Bien à vous,

    Jimena MM

  4. Everd

    Bonjour et merci de votre intérêt au long cours pour ce blog! Vous avez raison : lors de mon dernier séjour, un interlocuteur différent du ministère de l’Energie a lui aussi suggéré que les importateurs de mazout vert sont directement intéressé par le commerce des carburants pour générateur, contrairement à ma première source… Certains de ces acteurs seraient même les héritiers des milices, notamment en lien avec le PSP.
    Poursuivez vous des recherches sur ce sujet?

  5. Mancilla

    Bonjour et merci d’avoir répondu aussi vite.
    En réalité, je fais mon mémoire (master en relations internationales à l’Université catholique de Louvain la Neuve) sur la question de l’électricité au Liban. Et après avoir lu votre commentaire, je ne savais plus si je devais considérer les compagnies privées d’importation de produits pétroliers comme une catégorie d’acteurs pertinents pour ce secteur. Quand vous dites que ces importateurs seraient intéressés, cela signifie qu’ils n’y ont pas encore pris part?
    Si les générateurs électriques ne fonctionnent qu’à partir du mazout rouge et si les importateurs ne sont autorisées à importer que du mazout vert (du moins pas du mazout rouge) alors a priori ces deux catégories d’acteurs ne sont pas liés (ils ne partagent pas les mêmes intérêts).
    Mais selon le rapport du Ministère de l’Environnement, l’activité de ces entreprises privées est très peu régulée et contrôlée. Il se peut dès lors qu’elles importent du mazout rouge. Comme le secteur des générateurs privés n’est ni régulé ni contrôlé, il n’est pas possible de savoir la quantité totale de mazout rouge utilisée pour la production d’électricité ni son origine.

    Il est malheureusement très difficile de trouver de l’information sur ces deux catégories d’acteurs. Je crains dès lors de tirer des conclusions fausses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *