Archives par étiquette : urbanisation

L’hyperdensité au Caire

Vue de Zamalek, par P.A. Barthel (2008)

La lettre n°12 du pôle ville du CEDEJ (à télécharger au format PDF) est publiée à l’occasion d’un atelier sur les stratégies de densité de la planification des grandes métropoles (Shanghai, Mumbai, Paris, Le Caire) qui a eu lieu le 6 décembre 2010 (programme ici).
Pierre-Arnaud Barthel y revient dans un texte introductif sur l’hyperdensité au Caire, en miroir d’autres métropoles, livré au titre de « bonne feuille ». Il souligne d’abord l’importance des densités cairotes, et montre ensuite que les élites (politiques, urbanistes) ont sur cette hyperdensité un jugement très négatif pour des raisons esthétiques et hygiéniques, mais aussi politiques (peur de ne pas maîtriser les foules). Les nouvelles urbanisations « planifiées » très consommatrices d’espace dans le désert sont donc en miroir inverse de la densité cairote. Mais aujourd’hui, on assisterait de la part des urbanistes à un retour de balancier et à un regain d’intérêt pour la ville compacte, dans le contexte de la lutte contre le changement climatique. L’enjeu apparaît de revaloriser la ville compacte. Mais ce retour de balancier pourrait avoir des conséquences négatives en urbanisant certains des derniers lambeaux d’espaces agricoles au sein de l’agglomération.
On pourra remarquer – et regretter – que ces discussions ne se sont apparemment guère préoccupées d’identifier le point de vue des citadins cairotes sur la meilleure forme de la ville…

Penser l’aménagement d’une métropole au 20ème siècle : Lyon

C. Chalumeau, " Plan général de la commune de Lyon et des améliorations projetées pour son extension ", 29 juillet 1935 : détail (Lyon, Archives municipales, 1541 Wp 7/1). Reprod. 5 Ph 35688.

A signaler : la soutenance de thèse en histoire de Marie-Clotilde Meillerand

« Penser l’aménagement d’une métropole au 20ème siècle. Enjeux territoriaux, politiques publiques et acteurs locaux dans la région lyonnaise « 

La soutenance se tiendra le 4 juin 2010 à 14 h 00 à l’Institut des Sciences de l’Homme (14 avenue Berthelot, 69007 Lyon, la salle sera précisée ultérieurement). Elle sera suivie d’un pot.
Le jury sera composé comme suit :

Viviane CLAUDE, professeure (Université Paris XII)
Marie-Christine JAILLET, directrice de recherches (Université de Toulouse-Le Mirail)
Olivier FARON, professeur (Université Paris IV)
Renaud PAYRE, professeur (Université Lumière Lyon II)
Jean-Luc PINOL, professeur (Université Lumière Lyon II)
Loïc VADELORGE, professeur (Université Paris XIII)

Résumé : Cette thèse porte sur la progressive prise en charge et gestion de l’urbanisation entre les années 1930 et la fin des années 1960. Sur la base d’une enquête portant principalement sur la région lyonnaise, ce travail a permis d’étudier les interactions existantes entre Etat et autorités locales et les modes d’action qui se dégagent pour prendre en compte et maîtriser la croissance urbaine.

En suivant l’évolution des découpages territoriaux sous le poids du développement urbain, il s’agissait d’abord de retracer les étapes de la constitution et de l’institutionnalisation d’un territoire solidaire autour de Lyon.

Ensuite, l’étude des premières réflexions sur la prise en charge des politiques urbaines a permis de comprendre les hésitations de l’Etat et les difficultés des responsables locaux des années 1930 au début des années 1960. Plusieurs dynamiques ont été repérées qui signalent une prise en compte parfois précoce des problèmes d’urbanisation par les autorités locales (édiles et services techniques des villes, départements), allant dans certains cas jusqu’à un repositionnement des services de l’Etat autour des problématiques urbaines. Si ces moments ne sont pas marqués par des évolutions institutionnelles et décisionnelles emblématiques, c’est pourtant sur ces premières réflexions et expériences, que s’appuieront les décisions prises à partir des années 1960. En effet à partir de cette période, l’engagement de l’Etat en direction des grandes métropoles françaises illustre le nouvel enjeu que constituent ces territoires. Cette décennie joue un rôle clé dans la mise en place d’une politique publique en matière d’aménagement urbain. Elle est marquée par le renouvellement des réflexions engagées depuis plusieurs années sur cette thématique.

En parallèle, nos analyses de terrain sur ces métropoles montrent que le parcours et le travail des hommes en charge de ces aménagements illustrent aussi les bouleversements que connaît le monde professionnel autour de l’urbain. Sur la période étudiée, le cadre et la façon de penser l’aménagement des espaces urbains sont profondément modifiés que ce soit en termes de structures, de carrières, d’outils, ou de modes de constitution et d’échange des savoirs. Notre travail s’arrête au seuil des années 1970 qui marquent le retrait progressif de l’Etat sur ces problématiques, et signalent une stabilisation des cadres de décision des politiques urbaines, notamment autour de la mise en place des agences d’urbanisme et du renforcement des échelons intercommunaux.