Le nouvel esprit de Marseille, par André Donzel : compte rendu

donzel marseilleLivre recensé : André Donzel, 2014, Le nouvel esprit de Marseille, Paris, L’Harmattan, Questions contemporaines/ Série questions urbaines, 176 p.

Marseille a été soumise, ces dernières années, à une exposition médiatique intense mais contradictoire : aux feux des paillettes illuminant les réjouissances culturelles de l’événement “Capitale de la culture”, qui s’inscrivent dans une temporalité éphémère, s’opposent ceux des règlements de compte violents qui ensanglantent la ville, ou la chronique nauséabonde des affaires politico-économiques, deux expressions d’une histoire maudite qu’on pourrait croire indépassable. A ces images dominantes, André Donzel oppose un livre de synthèse qui se donne pour objectif de mettre au jour les transformations invisibles ou méconnues de la ville, de son économie, de l’action publique aménageuse et de son esprit civique. Il place sa réflexion sur ce Nouvel esprit de Marseille sous le patronage intellectuel de Boltanski et Chiapello, qui le conduit à insister sur l’émergence d’un capitalisme cognitif reconfigurant les expériences et les mondes, notamment par la prise en charge du rôle nouveau de la culture. Ce faisant, il lutte contre ces raccourcis médiatiques qui font de Marseille une ville irrémédiablement soumise à la pauvreté, à la corruption et au grand banditisme dont Marseille Provence 2013 ne constituerait qu’un brillant contre-exemple, mais sans lendemain.

L’auteur suit les transformations sociales et économique de Marseille et de sa région depuis longtemps, en sociologue urbain, et inscrit sa réflexion à la fois dans un dialogue avec ses pairs marseillais, en se basant sur des sources d’information très pointues et diverses, mais aussi avec les grands courants de la recherche urbaine et sociologique. Marseille est ainsi replacée dans une grille de lecture élargie ; si la ville a une trajectoire singulière, elle n’en reste pas moins en relation avec les autres villes françaises.

Le livre est structuré en six chapitres. André Donzel met d’abord en avant l’émergence d’une nouvelle économie urbaine, soulignant à l’encontre des clichés le dynamisme portuaire, la construction du pôle technopolitain et, plus classiquement le poids de l’économie résidentielle, notamment le secteur de la construction. Le deuxième chapitre analyse la “dynamique de franchisation urbaine”, autrement dit le rôle croissant des opérateurs privés dans la production urbaine, dans un contexte de retrait des acteurs publics. A. Donzel reconnaît que ces mutations ne sont pas favorables à une mise en œuvre satisfaisante de la transition écologique, ce dont les avatars de la question des déchets offrent une cinglante illustration. La société locale apparaît, en conséquence de ces dynamiques, de plus en plus polarisée, les classes moyennes fragilisées faisant grossir la masse des populations défavorisées. C’est l’objet du troisième chapitre. La gouvernance urbaine est mise en tension par ces évolutions, comme le montre le chapitre quatre. Les acteurs publics locaux, notamment la municipalité centrale, sortent paradoxalement affaiblis de la décentralisation, ce qui explique la montée en puissance des grands opérateurs privés et le retour de l’Etat, notamment avec la construction à marche forcée d’une communauté d’agglomération élargie. La fragmentation sociale au sein de l’agglomération et l’affaiblissement du pouvoir local contribue à des formes de défection politique, parmi lesquelles il range le vote FN ou les logiques d’entre soi visibles dans la montée de l’habitat fermé. Mais en contrepoint, André Donzel souligne aussi d’autres formes de mobilisation sociales. Il présente ainsi une vision nuancée des mobilisations syndicales, auxquelles il a consacré par ailleurs une étude poussée, des nouvelles mobilisations au sein des élites mais aussi de la réinvention de la démocratie urbaine par en bas, sans enjoliver le bilan ni les minimiser les clivages politiques existants (chapitre cinq). Enfin l’auteur analyse les transformations culturelles de la cité,  qui dessinent selon lui une dynamique durable. Revenant après d’autres, comme Boris Grésillon, sur Marseille Provence 2013, il montre que cet événement a conforté ces dynamiques, malgré les divisions et les contestations qu’il a aussi suscitées (chapitre six).

Au total, ce livre présente une vision actualisée et neuve des transformations de cette agglomération, avec le souci de lutter contre les légendes noires. S’il ne minimise pas les difficultés et les problèmes, par exemple la pauvreté ou l’environnement, certaines dérives peuvent paraître édulcorées, comme les polémiques récentes sur les fermetures de piscines publiques ou les lacunes de l’encadrement périscolaire qui ont récemment défrayé la chronique et les réseaux sociaux. Par ailleurs, on pourra juger que sa présentation, construite sur un point de vue centré sur le cœur de l’agglomération, sous-valorise les périphéries urbaines et leur variété. Une approche plus géographique aurait sans doute pu rendre compte davantage de cette diversité mais peut être en perdant de la cohérence du propos, qui est un vrai point fort de ce livre. Enfin, si André Donzel souligne les analogies et les différences entre la dynamique métropolitaine marseillaise et celles des autres villes françaises, il aurait aussi pu être intéressant de la confronter avec celles des villes méditerranéennes comparables, surtout si l’on prend au sérieux le renouveau des ambitions internationales de la cité.

PS : Signalons qu’André Donzel a par ailleurs contribué au récent numéro de Rives méditerranéennes consacré à “Faire durer l’événement“, à travers une très intéressante lecture de l’œuvre de Marcel Roncayolo, du point de vue de la sociologie (complémentaire de ma propre lecture de géographe exposée dans la présentation de l’Imaginaire de Marseille récemment reparu).

Pourquoi je marche aujourd’hui

Je participe à la manifestation en hommage aux victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo et de la prise d’otages de Vincennes, mais cette décision n’a pas été sans réticence. Cette manifestation doit être silencieuse, mais comme elle sera surchargée de slogans et de signes que je ne partagerai pas forcément, j’ai préféré à l’avance exprimer les raisons de mon malaise.

Le sens de ma participation est évident : c’est d’abord l’expression de ma douleur face à ces morts horribles et absurdes, c’est l’expression de mon deuil et de ma solidarité à l’égard des victimes et de leurs proches. Je souhaite aussi marquer mon attachement aux valeurs démocratiques et en particulier à la liberté d’expression, clairement visée par ces actes. En outre, je souhaite également exprimer mon refus et ma condamnation de l’antisémitisme effroyable que manifeste la prise d’otages et l’exécution de plusieurs d’entre eux à Vincennes, deux ans après les actes de Mohammed Merah. Cet antisémitisme doit être reconnu pour ce qu’il est et combattu sans réserve.

Mais plusieurs faits me gênent considérablement. Malgré les mises en garde contre l’amalgame après l’odieux assassinat de collaborateurs de Charlie Hebdo et des autres victimes, ces trois derniers jours ont donné lieu à une série d’actes témoignant d’une islamophobie assumée et débridée, qui ne sont guère mis en avant dans les médias et les analyses. Si le Président de la République a condamné l’antisémitisme et le racisme, je crois indispensable, à la lumière de ces actes, de spécifier ce dernier pour ce qu’il est.

En ne le faisant pas, et en promouvant un unanimisme aveugle aux failles qu’il prétend recouvrir, la classe politique dans son ensemble laisse fermenter le poison de la division au cœur de notre société. Les nombreux incidents et malaises qui ont émaillé le moment de deuil national décrété jeudi en portent témoignage1 : brimades à l’égard de jeunes “arabes” ou “musulmans” voire tout simplement lycéens qui exprimant des questions, des doutes ou qui revendiquent un autre point de vue que “je suis Charlie”. Si la liberté d’expression a un sens, ces faits sont regrettables. D’autres faits plus anciens, évidemment pas majoritaires ni même nombreux, mais non moins avérés, incitent à l’inquiétude. Par exemple cet enseignant d’un établissement fréquenté par mes enfants qui a expliqué, après l’assassinat du randonneur Hervé Gourdel en Algérie : “il faut savoir que la décapitation est une coutume courante chez les Arabes”.

A mon malaise face à cet aveuglement et à ce silence coupable sur l’islamophobie, s’ajoutent la surenchère et la récupération à laquelle se sont livrés les dirigeants politiques nationaux et étrangers qui se sont invités à cette manifestation, parmi lesquels des pseudo-démocrates alliés des jihadistes ou au minimum complaisants à leur égard; des extrémistes juifs et leurs alliés sans scrupule ; des assassins ordinaires de la démocratie ; des pourfendeurs de la liberté d’expression et du “blasphème”; etc. Cette surenchère révèle à la fois l’amateurisme et les contradictions de la politique étrangère française, enferrée dans des alliances scandaleuses et embarquée dans des équipées contradictoires au nom d’une lutte contre le terrorisme qu’elles ne cessent d’alimenter.

Je manifeste aujourd’hui, mais je ne veux aucunement cautionner ces fautes, ces dérapages et cette récupération.

Notes _____________________
  1. ils ont été rapportés par la presse mais aussi par mes enfants []

Dette de lecture 2 : Le journal du Père Lebret au Liban

malsagne book coverLe journal du Père Lebret au Liban et au Moyen-Orient (1959-1964), publié par Stéphane Malsagne sous le titre de Chronique de la construction d’un Etat, et qu’il m’a amicalement adressé, est une autre dette de lecture de l’année qui vient de passer. Le Père Lebret, dominicain, engagé en faveur du développement du Tiers Monde, fondateur à cette fin de l’IRFED (Institut de recherche et de formation en vue du développement), et par ailleurs l’un des acteurs majeurs du Concile, a joué un rôle majeur dans l’histoire du Liban et la présidence de Fouad Chéhab. Ce journal en livre les dessous. A vrai dire, sa lecture seule peut être malaisée pour à qui ne connait pas un minimum la chronologie de la période et les grands traits de l’œuvre réformatrice menée par Fouad Chéhab. Evidemment, je ne saurai trop recommander de lire en parallèle la biographie de Fouad Chéhab publiée par ailleurs par S. Malsagne, notamment alimentée, pour la période présidentielle, par la lecture de ce journal et des autres sources de l’IRFED. Mes réflexions suivantes s’appuient de ces deux documents.

Lebret dans ses cercles

Ce journal est véritablement une source exceptionnelle pour comprendre cette période. L’appareil éditorial fourni par S. Malsagne, notamment l’excellente introduction (une présentation raccourcie en a été publiée sur Jadaliyya récemment), les de notes et les index, sans parler des documents cartographiques d’origine1 ou de synthèse, tout cela constitue une fort utile et commode boussole pour se repérer dans cet ensemble hétéroclite, de notations très diverses, parfois d’ordre télégraphique, à d’autres moments d’une rédaction plus aboutie et plus surplombante. De surcroit, le statut du journal est complexe puisque destiné à être reproduit partiellement pour ses collaborateurs, il est voué à la communication et n’est pas un espace d’épanchement.

Carte touristique du Liban sur laquelle sont reportées les itinéraires des visites de terrain du Père Lebret (source : CD Rom accompagnant le le livre (c) Geuthner)

Carte touristique du Liban sur laquelle sont reportés les itinéraires des visites de terrain du Père Lebret (source : CD Rom accompagnant le le livre (c) Geuthner)

La personnalité du Père Lebret s’y dévoile néanmoins: passionné par le Liban et par l’œuvre de développement entreprise, il consacre beaucoup de temps au travail administratif et politique visant à faire valider sa vision et à créer les conditions de sa mise en œuvre. Homme âgé et fatigué, souvent malade, il brûle son énergie et sa santé dans des tâches qui lui inspirent beaucoup de frustration et d’amertume. Le Père est aussi un religieux, qui porte sur la société libanaise et les personnes rencontrées un regard constamment marqué par ses catégories spirituelles et religieuses. Son engagement auprès du concile n’apparaît cependant qu’en pointillé ; du moins le journal libanais ne permet-il pas de s’en faire une idée très construite, peut être par un effet de sélection des extraits.

Sur un autre plan, il est frappant d’observer combien le Liban de cette époque est encore étroitement uni avec la France, du moins une certaine société libanaise que fréquente Lebret. Les cercles d’expatriés sont très nombreux et semblent instaurer une certaine distance avec le reste de la population.

Le journal est un révélateur très éclairant de la proximité entre Chéhab et Lebret et de la manière dont le président s’appuie fortement sur ce dernier pour mener ses réformes. En revanche, il n’est pas très explicite sur les profondes oppositions politiques qu’a suscité ces réformes et cette politique chéhabiste. Si certains adversaires sont parfois nommés, et des confrontations, plutôt détendues d’ailleurs, rapportées (par exemple avec Pierre Eddé), cette adversité passe surtout par la presse et des jeux politiques qui sont lointains et n’est pas analysées avec précision.

Les relations avec les collaborateurs libanais de l’IRFED

Ayant, dans mon livre Beyrouth et ses urbanistes: une ville en plans, largement étudié les réalisations chéhabistes concernant l’urbanisme et l’aménagement du territoire, c’est avec délectation que j’ai utilisé cet ouvrage pour vérifier certaines conjectures élaborées sur la base de mes propres sources. A mon avis, c’est là une des grandes utilités du document livré par S. Malsagne. On peut relever plusieurs points.

Le premier concerne le rapport entre le groupe de l’IRFED, Lebret et ses équipiers, et le groupe des collaborateurs libanais, souvent eux-mêmes favorables aux réformes mais en désaccord voire en conflit avec les mesures prônées dans le détail. Par rapport à ma lecture (voir notamment ce chapitre), le journal de Lebret permet de restituer des nuances dans l’évolution des positions. S. Malsagne a bien en évidence dans ses travaux et repris dans la biographie de Chéhab, l’émergence d’une technocratie d’ingénieurs et de bureaucrates chéhabistes, qui vont d’ailleurs durablement structurer l’administration libanaise et contribuer à la persistance de pratiques et d’intentions réformistes et volontaristes dans un environnement politique devenu contraire après 1965-67. Mais à côté de cette catégorie, j’ai souligné qu’un certain nombre de techniciens et d’experts libanais avaient critiqué l’IRFED. On retrouve ces oppositions dans le journal, par exemple les cas de Joseph Naggear ou Henri Eddé. Toutefois, on constate aussi l’adoucissement de ces oppositions au fil du temps. Naggear semble plus ouvert et facilite le travail de la mission en 1964, quand il est devenu ministre, alors que plusieurs désaccords sont mentionnées en 1960-61-62. Un des enjeux concernait finalement la reconnaissance des idées et des premières tentatives de l’élite libanaise, dans les années 1950-58, notamment l’élaboration d’une première mouture du plan, et leur inclusion dans la poursuite des travaux.

C’est sans doute ainsi qu’il faut comprendre les rapports complexes avec des personnalités considérées comme proche de la mission IRFED, comme les économistes Pierre Ganagé ou Mohammed Atallah, qui entrent dans un rapport de concurrence avec les experts français, tout en cherchant en même temps des bénéfices économiques de leur collaboration.  Lebret livre ici une étonnante anecdote, à travers une conversation qu’il a avec Gannagé, où ce dernier cherche à évincer son collègue Attalah de la présidence ou de direction de la Commission de la planification – alors qu’en fait, il veut le poste pour lui (20 octobre 1963, p.296). Mais rien ne permet d’y lire une dimension politique au-delà de la concurrence individuelle. S. Malsagne indique que le journal révèle les difficultés de construction de l’Etat mais au fond, en le lisant, on voit peu le clientélisme ou le communautarisme dont il dénonce par ailleurs la persistance, en tout cas pas à travers des faits aussi concrets que dans cette anecdote.

Par ailleurs, Corm, dans la préface à la biographie de Chéhab, se plaint des difficultés d’accès des collaborateurs libanais au Père Lebret et suggère en fait une certaine coupure, voire un certain aveuglement, face à certaines réalités. C’est à mon sens un point qu’il serait nécessaire d’explorer davantage.

L’IRFED Liban, monstre administratif?

Un deuxième point que le journal permet de documenter, et qui correspond à l’une des difficultés majeures qu’a rencontré l’IRFED, paradoxalement peu soulignée par Malsagne, tient aux hésitations sur son statut administratif, et aux inconvénients de la solution choisie.

L’itinéraire de Mohammed Atallah peut illustrer ce point. Cet économiste en poste à l’AUB était pressenti pour diriger la direction de la planification en préfiguration, ce qui finalement ne se fit pas. Il me semble que dans la biographie de Chéhab, S. Malsagne ne souligne pas assez son importance et notamment omet le fait qu’il deviendra le premier président du CDR, en 1977, après sa création par le Président du Conseil Sélim Hoss. Cela met en évidence la continuité entre l’IRFED et cette institution toujours centrale aujourd’hui. Mais en fait, cette continuité n’en est pas totalement une, notamment sur le plan de la structure administrative, puisque la création du CDR constitue une liquidation du ministère du Plan tel que conçu et construit par Lebret et son équipe. En effet,  après la première étude, en 1959-60, qui avait dégagé la diagnostic de la situation socio-économique du Liban, Chéhab confie à Lebret une deuxième mission consistant à élaborer un plan des investissements publics. En pratique, cette deuxième mission, composée d’experts français, libanais et d’autres nationalités, constitue la colonne vertébrale du ministère du Plan, qui existait déjà mais sans administration propre. Le journal montre que le Père Lebret a par moment rêvé d’une autre structure, plus proche d’une administration de mission, sur le modèle du Commissariat au Plan, ce que fut la DATAR fondée d’ailleurs en 1963 en France, et ce que  fut plus ou moins le CDR fondé en 1977.

En effet le journal montre que cette organisation et cette intégration dans l’administration libanaise fut loin d’être aisée : du recrutement du personnel aux règles d’engagement des crédits, sans parler même du problème des locaux, tout est en permanence objet de négociations, de réunions avec les directeurs généraux, les ministres, etc. Une énergie considérable fut perdue ici. Du reste, le journal montre aussi que vers la fin de la mission, le Père Lebret réalise la nécessité d’une transition vers les experts libanais, transition qui n’est pas aisée car tous les instruments sont dans les mains et dans la tête des experts français, ce qui explique aussi en bonne partie l’animosité ou du moins les frictions avec les potentiels relais libanais. De ce point de vue, l’héritage de l’IRFED est sans doute plus problématique que bénéfique, et cela a pu expliquer, outre les oppositions politiques et le retour des “fromagistes”, l’abandon d’une partie du projet chéhabistes. En ce sens, la mission IRFED fut bien une sorte de “monstre administratif”, un point que Georges Corm avait bien mis en avant au sujet de l’administration régionale dans son ouvrage de 1964, écrit après avoir travaillé deux ans dans l’équipe de l’IRFED. Curieusement, que ce soit dans les entretiens qu’il m’a accordé lors de ma recherche ou dans sa préface à la biographie de Malsagne, Corm modère les critiques contenues dans son ouvrage sur ces aspects administratifs (voir dans mon livre). Lebret lui-même semble n’y voir que des “réserves d’usage” (1er novembre 1964, p. 345).

Les politiques du développement au Moyen Orient

Un troisième aspect très intéressant du journal concerne les missions du Père Lebret en Jordanie, en Syrie et au Koweit où il cherche à comprendre l’économie et les politiques de développement des autres pays de la région, et les liens qui pourraient se nouer entre eux et le Liban. Par exemple, il indique tous les avantages qui pourraient naître d’une bonne articulation commerciale et financière entre le Koweit en plein boom et le Liban. Il se montre aussi très intéressé par l’expérience de développement jordanienne et notamment le Planning Board. Dans un commentaire du livre de Paul Kingston sur les politiques de développement en Jordanie et en Irak, j’avais fait un petit parallèle entre les deux expériences, et souligné aussi les différences. Les annotations de Lebret permettent d’identifier d’autres différences : par exemple, le Planning Board jordanien est une institution à la fois plus flexible et réactive, plus ouverte aussi, que le monstre administratif créé au sein  du ministère du Plan libanais, et Lebret fait part de son approbation pour cette formule, et semble regretter la voie choisie / imposée au Liban. Je renvoie à cette note sans développer plus avant ce point, mais il y a là aussi des matériaux utiles pour entreprendre une histoire comparée des politiques de développement dans la région.

Pour conclure

Pour finir, la lecture du journal m’a laissé sur ma faim sur un dernier point: les rapports entre Michel Ecochard et Lebret, qui semblent avoir réellement été ténus. Et si les questions d’urbanisme préoccupent beaucoup Lebret, son interlocuteur principal paraît surtout avoir été André Bricet, un expert des Nations Unies détaché auprès de la direction générale de l’urbanisme en 1964, et rarement Ecochard, mentionné seulement en 1960 et 1961. Par contraste avec le désordre beyrouthin, il faut citer l’admiration – ou simplement l’ébahissement – de Lebret pour Koweit City, une ville si moderne, aux rues si larges, bordées de tant de magasins si pleins de richesse. La fascination pour le Golfe, contrepoint de la frustration face aux impasses libanaises : un motif devenu récurrent dans l’histoire économique et urbaine du Liban?

Notes _____________________
  1. luxe rare dans l’édition aujourd’hui, un CD ROm accompagne le Journal, où sont reproduites des cartes d’époque au 1/50 000 []

Dette de lecture : Marges urbaines et néolibéralisme en Méditerranée

En ces derniers instants de suspension temporelle avant la reprise du manège et de son rythme endiablé, je voudrais profiter d’un peu de loisir pour reconnaître quelques dettes intellectuelles et plaisirs de lecture de l’année passée, durant laquelle la tenue de ce carnet de recherche aura été singulièrement moins régulière.

La première de ces lectures est celle de l’ouvrage Marges urbaines et néolibéralisme en Méditerranée, que m’ont amicalement adressé ses auteurs-coordinateurs Nora Semmoud, Bénédicte Florin, Olivier Legros et Florence Troin. Ce livre témoigne du dynamisme retrouvé de l’équipe des géographes et spécialistes des études urbaines de Tours, avec leur focalisation privilégiée sur le Monde arabe. Avec cet ouvrage et les Cahiers d’EMAM, publiés depuis 2009, ils redonnent vigueur à l’héritage de l’équipe d’URBAMA, carrefour d’idées et de recherche entre la France et le Maghreb et plus largement le monde arabe depuis les années 1980. Avec ces publications collectives, il me semble aussi qu’ils renouent avec ce qui avait fait la force de ce laboratoire, c’est-à-dire la construction d’un espace de dialoque et d’échanges entre les deux rives, dans un véritable esprit d’équipe, dont la construction du collectif constitue un véritable projet soutenu dans la durée – ambition qui doit être saluée dans un contexte où les pressions managérialo-universitaires ont plus souvent pour effet, au nom d’improbables convergences et exigences de visibilité, de brouiller l’identité intellectuelle des collectifs de recherche.

Les travaux publiés, désormais en ligne comme une partie de l’héritage des publications d’URBAMA, donne visibilité à l’équipe Monde arabe Méditerranée (EMAM), tout en montrant ses ouvertures et volonté de dialogue par delà la aire culturelle arabe. La présente publication en porte témoignage, s’ouvrant à un ensemble de chercheurs méditerranéens (espagnols et italiens en particulier), du nord comme du sud, de l’est et de l’ouest. De surcroit, par le jeu des références à l’Amérique latine ou à l’Afrique, par la préface accordée par Philippe Gervais Lambony, et par la mise en dialogue avec un certain nombre d’auteurs majeurs de la géographie et des études urbaines anglophones, ce travail fait œuvre d’un désenclavement intellectuel véritablement salutaire qu’il faut saluer et dont il faut espérer la poursuite et l’élargissement.

Ces quelques lignes n’ont pas l’ambition d’être une véritable recension car, je l’avoue piteusement, je n’ai pas lu l’ensemble  des textes proposés. Mais j’ai d’autant plus à coeur de les écrire que les auteurs me font l’honneur et l’amitié de citer quelques-uns de mes écrits et de m’associer ainsi à leur réflexion. Je retiens ainsi plusieurs éléments de ma lecture partielle.

Le premier est le plaisir de trouver, dans l’introduction du volume par Bénédicte Florin et Nora Semmoud, une sorte d’inventaire des principaux travaux d’URBAMA, où donc l’héritage de cet équipe est présenté à travers une récapitulation de ces principaux objets, définis au départ comme des espaces et progressivement conceptualisés de manière transversale, grâce à la construction comme objets scientifiques des notions de politiques urbaines, d’acteurs, et de citadinité. Sur la base de cette relecture, les auteures identifient la la spécificité du moment présent et de leur posture de recherche dans l’articulation de deux dimensions : une intensification du capitalisme mondialisé ou, pour le dire autrement, néolibéral ; et l’évidence des capacités de résistance des habitants et des dominés, que symbolisent les soulèvements populaires de l’année 2011 (mais qui existaient antérieurement et se poursuivent, quoique peut être sous d’autres formes et moins spectaculairement – quant à parler de succès…). Les études présentés peuvent alors être lues à partir de trois axes. Tout d’abord, les transformations urbaines se singularisent avec les grands projets qui introduisent des logiques d’action, déjà abondamment décrites; deuxièmement, ces nouvelles politiques urbaines produisent un ensemble d’effets socio-spatiaux caractérisés par l’accroissement des écarts et des contradictions; troisièmement, les habitants font montre de capacités d’ajustement et de résistance, qui constituent de nouveaux objets pour la recherche.

Les réflexions conclusives d’Olivier Legros constituent un autre passage stimulant de cet ouvrage. Prenant le contrepied d’un certain grégarisme académique qui consisterait à accepter sans précaution les thèses et les idées des tenants de la géographie critique ou radicale (et je ne rentre pas ici dans les détails de ces distinctions : voir plutôt le beau travail mené par M. Morange et Y. Calbérac dans les Carnets de géographes), Olivier Legros questionne la nouveauté des pratiques qu’on regroupe derrière le paradigme du néolibéralisme ainsi que des formes de résistance qu’il suscite. Il évoque aussi les limites de la diffusion de ce modèle d’action dont certains pays restent relativement préservés, et les différences entre Nord et Sud de la Méditerranée. En outre, il rappelle le rôle central de l’Etat dans la mise en œuvre des politiques usuellement regroupées sous ce nom. Enfin, il souligne les incertitudes et les inflexions actuelles qu’on peut observer qui pourraient conduire à penser que le néolibéralisme est aujourd’hui moins flambant qu’on ne pourrait croire, et qu’il serait même en berne. Il appelle donc à un examen minutieux, circonstancié et critique de ces notions, posture où nombre de géographes de tradition francophone se retrouveront, quand bien même le risque pour eux, à trop décortiquer cet outillage conceptuel pour en éprouver la solidité, serait de rater la/les prochaine(s) vague(s) paradigmatique(s) propulsée(s) par la machine académique anglo-américaine et de son moteur à fabriquer frénétiquement de la distinction individuelle…

Il me reste, au terme de ces quelques réflexions, à exprimer l’ombre d’un doute concernant l’intérêt de la notion de marge urbaine telle qu’elle est, ici en particulier, proposée. Refusant une définition spatiale de la marge par une position spécifique dans l’espace urbain (la périphérie), tout autant qu’une définition sociale (par la pauvreté), les auteurs utilisent le sociologue Robert Castel dont la définition de la marginalité revient à insister sur des processus de marginalisation, liés à l’organisation du travail et au système des valeurs dominantes. La dimension de stigmatisation est ainsi mise en avant. La notion de marge est donc avant tout relationnelle, et éminemment contextuelle. Mais, de ce point, un collectif socio-spatial n’est il pas toujours susceptible de devenir la marge d’un autre? Il me semble que la notion perd en spécificité et en intérêt ce qu’elle gagne en flexibilité. Au fond, ce dont traitent les auteurs, c’est bien plutôt de la ville et des sociétés urbaines dans leur ensemble confrontées aux dynamiques spatiales du capitalisme. La notion de marge introduit alors une focalisation ou une réduction de périmètre qui ne paraît guère justifiée. Débat à poursuivre ?

Les problématiques énergétiques de la Jordanie

A lire sur le site Les clés du Moyen Orient cet entretien réalisé par le journaliste Olivier de Trogoff, en marge du colloque Le Moyen Orient à l’heure du Golfe. On lira aussi avec intérêt l’entretien avec Bernard Cornut, autre participant au colloque, sur un sujet proche.

Q°: Quelles sont les ressources énergétiques de la Jordanie aujourd’hui ?

La Jordanie est énergiquement dépendante à 97% de l’extérieur. Face aux difficultés d’importation, le pays cherche aujourd’hui à diversifier ses sources d’approvisionnement, mais aussi à repenser la consommation énergétique nationale.

La situation a beaucoup évolué. Jusqu’en 2003, la Jordanie bénéficiait d’importations d’hydrocarbures à prix réduit de la part de l’Irak. Le pétrole irakien passait par la Jordanie et en contrepartie, l’Irak accordait au pays des prix très faibles. Cet accord a pris fin avec l’invasion américaine en Irak.

La politique énergétique jordanienne a dû alors évoluer. Les importations de pétrole se sont diversifiées : en plus de l’Irak, elles viennent d’Arabie saoudite et d’autres fournisseurs. De plus, elles sont désormais payées à un prix beaucoup plus élevé. Les Jordaniens se sont mis à importer du gaz naturel d’Egypte afin d’assurer leur production d’électricité, via un gazoduc à travers le désert du Sinaï pour alimenter la Jordanie en gaz naturel. Cette nouvelle source d’énergie va cependant se révéler insuffisante. En effet, à partir de 2007, les Egyptiens réduisent leurs exportations de gaz. Depuis 2011, le tube a subi de multiples attaques dans le désert du Sinaï, car il alimente aussi l’Etat d’Israël.

Depuis, la Jordanie doit trouver de nouvelles sources d’alimentation en énergie. De nouveaux oléoducs sont en discussion, en provenance d’Irak notamment. Un terminal de liquéfaction de gaz est actuellement en construction à Aqaba, afin d’accueillir du gaz qatarie. Parallèlement, les découvertes de gaz se sont multipliées en Méditerranée. Israël cherche donc de nouveaux clients en vue de futures exportations, et se tourne donc naturellement vers son voisin jordanien. La compagnie des phosphates jordanienne et le gouvernement jordanien sont donc en train de conclure des accords énergétiques avec Israël. L’émotion est forte en Jordanie, mais la mobilisation limitée. Le gouvernement justifie son rapprochement avec Israël en insistant sur la diminution des coûts de l’énergie qui pourrait résulter de l’opération.

Lire la suite

Ma lecture de l’Atlas des Etats du Golfe

J’ai le plaisir de signaler la parution sur Jadaliyya Cities de mon compte rendu de Philippe Cadène and Brigitte Dumortier, Atlas of the Gulf States. Leiden: Brill, 2013. Cet ouvrage était paru en français en 2011, comme je l’avais alors signalé. Mon séjour d’enseignement à Abu Dhabi, en septembre, m’avait permis de me faire une petite idée de cette région. Cet ouvrage permet évidemment d’aller beaucoup plus loin. Dans ce compte rendu destiné à un public anglophone, j’explique certains des trucs de conception d’un tel atlas, si typiquement français. Sur un ouvrage concurrent, mais franchement mauvais, on lira aussi ce billet.

Mapping as a French Academic Tradition and its Critics

It seems that English-speaking geographers and urbanists publish many fewer atlases, and draw fewer maps, than their French and—at least until recently—German counterparts. In France, there has been a frenzy of publishing atlases of everything and everywhere since the 1990s. What was first, at the advent of digital cartography, limited to academia, soon became a larger movement covering many topics and countries or regions of the world. The academic tradition of regional geography contributed to the launching of scientific books illustrated by various digitally processed cartograms and other varied infographics. The series “Dynamiques du territoire,” which geographer Roger Brunet launched in the 1990s, was pioneering in this perspective, with more than twenty-five books. But soon, other publishers followed a similar path, which soon transformed into an editorial highway. This is particularly the case with the publisher Autrement, which has also translated and/or adapted historical atlases initially written in English. With less than a hundred pages, these books, intended for the general public, have transformed the genre, pushing colored and attractive images and illustrations at the expense of text, limited to short notes. They offer interesting introductions to many subjects and areas, particularly those associated with current geopolitical issues such as Atlas de l’Islam dans le monde or Atlas mondial de l’eau.

Using a more demanding approach, the team of Le Monde Diplomatique and its famous cartographer, Phillippe Rekacewicz, have introduced a series of critical atlases, dealing with globalization, global conflicts, and environmental issues. In so doing, they are subverting the usual canons of mapping, often viewed by its critics as a tool in the hands of (military) powers, rather than an instrument of revolt and awareness. The former is probably the reason that, since the cultural and post-colonial turn of the 1990s, English-speaking academics seem to be wary of such intellectual products, seeing them as instruments of domination that utilize oversimplified—if not altogether flawed—categories intended to impose facts on the ground that in reality do not exist. Indeed, most governmental statistical data contribute to the legitimation of borders that often continue to be irrelevant.

Lire la suite

Soutenance de thèse de Mouayad Kanaan : Les quartiers non-réglementaires de l’agglomération de Damas

Un bâtiment en construction dans la localité d'Al Baadaliya, banlieue de Damas, mai 2011

Un bâtiment en construction dans la localité d’Al Baadaliya, banlieue de Damas, mai 2011 – (c) M. Kanaan

Je suis très heureux d’annoncer la soutenance de thèse de Mouayad KANAAN intitulée « Les quartiers non-réglementaires de l’agglomération de Damas : entre les projets urbains et les initiatives des habitants », sous la co-direction de Jacques Bonnet et moi-même.

Le jury se compose, outre les co-directeurs, de Valérie Clerc, Marcus Zepf, Taoufik Souami et Fabrice Balanche.

La soutenance publique aura lieu le mercredi 19 novembre, à 10h, salle de la Rotonde, Université jean Moulin, 18, rue Chevreul.

Résumé : cette thèse de doctorat repose essentiellement sur notre analyse critique des études et des projets menés par différents consultants (syriens, européens, internationaux) et sur nos enquêtes de terrain à Damas, capitale de la Syrie. En 2004, près de 40 % de la population de l’agglomération de Damas vivaient dans des zones non-réglementaires. Celles-ci représentent donc une composante essentielle de l’expansion urbaine. Premièrement, la thèse analyse le phénomène de l’habitat non-réglementaire à Damas. Elle explique le marché foncier et les caractéristiques des lotissements clandestins dans trois études de cas, deux quartiers: Assad Al Din et Daf Al Chok et un village : Al Bahdalya. Elle montre également comment le maître d’œuvre effectue les étapes de sa construction. Deuxièmement, la thèse traite de la politique urbaine. Elle présente les consultants : MAM, Cities Alliance, Al Diwan, qui ont mené des études et des projets pour les zones étudiées. Elle examine ici leurs études et projets dans une analyse critique approfondie. Troisièmement, la thèse traite de la politique urbaine à l’épreuve des usagers. Elle étudie les caractéristiques socioéconomiques des habitants interviewés des zones étudiées, leur mobilité résidentielle et leurs attitudes à l’égard des projets et des études proposés. Certains des chefs de ménage interviewés pensent qu’ils seront logés, mais beaucoup pensent qu’ils seront expulsés. C’est pourquoi la thèse traite finalement la question du relogement en s’appuyant sur notre enquête de terrain dans une banlieue de relogement Al Hussainyah.

Mots-clés : Syrie, agglomération de Damas, politique urbaine, habitat non-réglementaire, relogement, marché foncier, logement, municipalité, services, , projets urbains, diagnostic, analyse critique, mobilité résidentielle, expropriation, compensation, expulsion.

La Planète des Z’u. Des univers s’y terrent. Compte rendu de Franck Mermier

livre troinJ’ai le plaisir d’accueillir ce compte rendu de Franck Mermier sur le roman de Jean-François Troin, La Planète des Z’u. Des univers s’y terrent, Saint-Jean des Mauvrets, Editions du Petit Pavé, 2014, 278 pages, ISBN : 978-2-84712-398-2, 25 euros.

Profession universitaire, ou enseignant-chercheur, soit l’habitant de la Planète des Z’u habitée par de drôles d’énergumènes. L’auteur, qui fut professeur de géographie à l’université de Tours, est connu pour ses travaux sur le Maroc avec, notamment, sa thèse d’Etat monumentale sur les souks ruraux du Maroc. Cette qualité d’enquêteur de terrain, Jean-François Troin l’a exercée sur les habitants de sa planète. A la lecture de ce roman, le « petit monde » de David Lodge vient certes à l’esprit si ce n’est que, dans le livre de Jean-François Troin, le protagoniste principal promène son regard d’entomologiste dans ces différents univers qui façonnent les manières d’être de l’Homo Academicus, soit le campus de Sélant, en France, celui de Slow Coast aux Etats-Unis, et l’université d’Al-Batî’a (La lente) dans un pays arabe non précisé. Ces noms sonnent comme une référence peut-être involontaire au mouvement de Slow Science qui tente de sauver ce qui reste de bénéfique dans le métier de chercheur en proie à la récurrence frénétique des appels à projets, seul moyen de financement. On pourrait aussi penser aux livres iconoclastes de Nigel Barley qui, sous une forme romancée, relate ironiquement les aventures d’ « un anthropologue en déroute » en Afrique. Jean-François Troin ne se contente cependant pas de pointer les travers de la profession d’universitaire sur ces trois sites régis par des traditions si contrastées, il en montre aussi l’abnégation, voire le sacerdoce un peu absurde quand on connaît l’étroitesse de certains enjeux. Son récit du déroulement d’une soutenance de thèse est un morceau d’anthologie criant de vérité, parce qu’il est fictif. Qui n’a jamais saisi ce contraste parfois scandaleux entre les efforts prodigués par le directeur de thèse pour constituer un jury idéal à la mesure du travail acharné de son doctorant et les négligences de certains membres du jury venant juste de parcourir la thèse dans le TGV. Mais, on se doit d’insister, ce livre est un roman, servi par la force incisive d’un récit sans rature, qui transporte le lecteur dans des zones de gravité affective où se mêlent ambitions et désirs. C’est que la Planète des Z’u, sous ses airs parfois débraillés, est un monde fortement hiérarchisé, avec des codes très différents selon que l’on se trouve à Sélante, à Slow Coast ou à Al-Batî’a. Clin d’œil à l’éditeur, ce pavé dans la mare universitaire n’est cependant ni un pamphlet, ni une satire, mais une fiction informée et sensible qui redonne de la chair à un milieu souvent perçu comme sec, aride, ou cérébral, alors que son obsession et sa quête parfois vaine de la reconnaissance semblent isoler cette planète au sein de son système solaire.

 

 

Jérusalem. Bâtir deux villes en une

Couv-Salenson-Jérusalem-bâtir-deux-villes-en-uneIrène Salenson vient de publier  Jérusalem. Bâtir deux villes en une aux éditions de l’Aube-Bibliothèque des territoires. J’avais eu le plaisir de participer à la soutenance de la monumentale thèse qui est à l’origine de ce livre. Irène m’a fait l’honneur de me demander d’en écrire la préface, que je reproduis ici.

*

*   *

Jérusalem incarne par excellence la coexistence difficile des grandes trois religions monothéistes et leurs affirmations superposées et concurrentes sur un même espace. Mais elle est aussi un désespérant symbole du conflit israélo-palestinien et de ses impasses meurtrières. La ville est revendiquée par Israël comme sa capitale, au mépris du droit international qui condamne l’annexion de Jérusalem-Est. Al Quds est également la capitale dont les Palestiniens rêvent pour leur futur Etat. Depuis le début des années 2000, le mur de séparation et l’accélération de la colonisation à Jérusalem-Est comme en Cisjordanie illustrent les dimensions schizophrènes du projet israélien cherchant à étendre et à consolider le territoire annexé tout en refusant le contact avec les Palestiniens.

Sur un tel sujet, où les écrits antagonistes ne manquent pas, il est difficile de poser un regard équilibré qui sans faire nécessairement droit à des revendications contradictoires et passionnelles, cherche du moins à les examiner avec distance critique. C’est cet objectif immensément ambitieux que s’est donné Irène Salenson. Il lui vaudra nécessairement quelques volées de bois vert. Ce petit livre courageux synthétise une thèse très dense, soutenue en 2007 au terme d’un travail de terrain long et méticuleux, et actualisée ici sur certains points. L’auteure fréquente Jérusalem depuis quinze ans. Elle parle l’hébreu, comprend l’arabe, a travaillé dans divers organismes publics israéliens d’aménagement, des structures officielles palestiniennes en charge de projets urbains, avec des ONG arabes et israéliennes, en contact avec des habitants israéliens et palestiniens. S’il est toujours vain, comme elle l’indique, de revendiquer une quelconque “neutralité” et si d’ailleurs sa subjectivité d’urbaniste et d’observatrice engagée affleure dans ce livre, du moins dispose-t-elle comme peu de personnes du recul et de la connaissance nécessaires pour délivrer une analyse dépassionnée des politiques et stratégies urbaines qui se déploient dans cette ville et qui la façonnent.

Si la ville attire quantité de géopolitologues obsédés par les dimensions ethniques et religieuses du conflit, il est beaucoup plus rare de lire cette lutte pour l’espace à partir de cette grille d’analyse plus technocratique en apparence. Elle se révèle pourtant à l’usage très heuristique pour à la fois et approfondir la compréhension des mécanismes à l’œuvre sur le terrain et dépasser certains clichés. Irène Salenson a bénéficié, durant son parcours, de la bourse Michel Seurat, octroyée chaque année par le CNRS à de jeunes chercheurs qui enquêtent sur des terrains du Moyen Orient en souvenir de l’œuvre de ce sociologue mort en captivité pendant la guerre du Liban. Seurat est notamment connu pour ses travaux sur les politiques urbaines au Proche Orient. Il y mettait en garde contre la pensée urbanistique et aménageuse, porteuse d’un risque de réification de l’urbain dans sa matérialité technique, “à l’aune du kilomètre de trottoir”, écrivait-il. Le risque, pour lui, était de perdre de vue la réalité des pouvoirs et la dynamique des mobilisations sociales qui s’y inscrivent et qui font de la ville l’enjeu même des luttes. Dans cet ouvrage, Irène Salenson ne tombe pas dans cette ornière même si elle étudie très sérieusement les instruments et les justifications des urbanistes qu’elle a longuement côtoyés et interrogés – mais aussi les visions et revendications des ONG et des habitants – palestiniens et israéliens – qui les contestent, les négocient, ou y résistent.

L’un de ses apports est de montrer à la fois la réalité du rapport de force très défavorable aux Palestiniens mais aussi un ensemble d’autres déterminations et controverses secondaires, parfois orthogonales à cette ligne d’analyse majeure. Ainsi cette lecture urbanistique renvoie-t-elle à des enjeux rarement présentés dans le cas de Jérusalem, qui rapprochent la situation de cette ville d’autres métropoles. La mise en évidence du manque d’attractivité, sur le plan démographique, de la métropole de l’intérieur par rapport à sa concurrente Tel Aviv, fait partie de ces éléments méconnus, qui justifient certaines actions d’aménagement.

A un autre niveau, l’ouvrage retrouve également, dans ce contexte si particulier, les impasses d’un mode d’action publique naguère paré des vertus de la modernité et de la rationalité et aujourd’hui contesté pour son caractère hiérarchique et autoritaire, et critiqué pour les effets pervers qu’il génère sur le plan social et politique. La planification urbaine yérosalémitaine, puisque c’est de cela qu’il s’agit, et ses schémas directeurs, sont pris en défaut à la fois face aux revendications et critiques venant de la société civile israélienne – et sans doute aussi de pratiques spéculatives qui auraient pu être davantage éclairées dans l’ouvrage – et face aux besoins ignorés et niés des habitants palestiniens de la ville. De sorte que, comme dans de nombreux autres contextes, cet urbanisme officiel est pris de court, controversé et contourné par de multiples pratiques. Les unes, militaires et de type colonial, visent à étendre et à renforcer l’assise territoriale israélienne et enrôlent les instruments urbanistiques à leur service – en dehors d’une planification approuvée. Les autres relèvent de la dignité du fait accompli face au déni et à l’oubli, ou encore de microstratégies de résistance – parfois conçues et mises en œuvre par l’association d’habitants palestiniens et de professionnels israéliens.

Au total, le livre révèle une multiplicité de formes de mobilisations et d’interactions qui, dans le cadre d’un rapport de force – de plus en plus ? – déséquilibré, illustrent néanmoins l’existence et la conquête de marges d’action alternatives, autonomes ou semi-autonomes. A cet égard, le livre n’apporte pas seulement une connaissance plus fine des formes de production de la ville à Jérusalem, il illustre bien, plus largement, certaines des inflexions majeures de l’urbanisme contemporain, notamment en situation asymétrique. Irène Salenson, en urbaniste critique et engagée, offre ainsi aux professionnels de l’aménagement urbain des éléments pour repenser leurs pratiques en lien avec les habitants et les ONG – qu’on pense aux bidonvilles des villes émergentes ou aux Roms en France.

Alors que l’avenir de Jérusalem et de l’ensemble Israël/Territoires palestiniens est essentiellement envisagé à travers le prisme de la géopolitique, la prise en compte de ces pratiques et fabriques territoriales fines est essentielle. Car ces expériences, pour ténues, fragiles et limitées qu’elles soient, inscrivent modestement sur le terrain d’autres modalités possibles de coexistence ou du moins d’interactions, qui compteront dans le futur peut être plus qu’on n’ose l’espérer en regardant les choses d’en haut.

 

Les Chemins Politiques de la Transition Ecologique

Je suis membre du comité scientifique du Colloque Les Chemins Politiques de la Transition Ecologique, qui aura lieu à l’ENS de Lyon les 27 et 28 octobre 2014. Voici le résumé de son argumentaire.

La nécessité de passer d’un mode de développement destructeur de la nature à un autre, qualifié de « durable » ou d’« écologique » s’inscrit désormais dans tous les agendas politiques, de Rio +20 au récent programme du Ministère de l’écologie. Tout comme les notions de « résilience » ou de « développement durable » qui l’ont précédé, le terme générique de « transition écologique » désigne un modèle de société qui interroge les sciences humaines et sociales et amène à des diagnostics nombreux et contradictoires.

Ce colloque interdisciplinaire réunira des philosophes, des géographes, des sociologues et des historiens afin de réinsérer la notion de transition dans le contexte temporel et spatial qui l’a vu émergé. Les modes d’action collective et les modèles économiques seront examinés à la lumière d’autres initiatives politiques se revendiquant d’autres courants historiques.

Le colloque se déroulera les 27 et 28 octobre prochains à l’ENS de Lyon, site Descartes (amphithéâtre de l’IFE). Les inscriptions sont ouvertes sur le site du colloque (http://events.it-sudparis.eu/transition/).

Il est organisé par le réseau franco-allemand Saisir l’Europe – Europa als Herausforderung, l’UMR5600 EVS, le Laboratoire du Changement Social et Politique (Paris VII Denis-Diderot), Mines-Telecom. L’événement est soutenu par l’ENS de Lyon et le CNRS Rhône-Auvergne.

Programme provisoire

Lundi matin

9h-11h Atelier épistémologie :

Florence Rudolf (théorie sociologique et transition écologique)

Cédric Rio (accélération et présentisme)

Jean Chamel (politique et religieux)

Jean Le Goff (temporalités et militantisme)

11h15-13h15 Théories de la transition :

Dominique Méda (travail et transition écologique)

Lydie Laigle (mise en mouvement de la transition écologique par la société civile)

Aliènor Bertrand (histoire politique)

Thierry Brugvin (écosocialisme et écocommunisme) ;

Nicolas Haeringer et Maximes Combes (transition écologique et action politique)

Lundi après-midi

15h-16h30 De la transition énergétique à la transition écologique :

Benoit Granier (smarts communities au Japon)

Marie Gérin-Jean (transition énergétique au Maroc)

Teva Meyer (transitions énergétiques et géopolitique, ex. France, Allemagne, Suède)

17h-19h Table-ronde : quelle économie pour la transition écologique : Fabrice Flipo, Denis Couvet, Philippe Pelletier

Mardi matin

9h-10h30 Transition écologique à l’épreuve des histoires politiques européennes :

Anne-Marie Thirion (écocités France/ Danemark)

Yves Chetchouki (village en transition)

Karin Maire Parienti (jardins partagés en France et en Allemagne)

11h-12h30 Les pratiques matérielles de la transition :

Alice Canabate (initiatives de transition post-crise)

Gabriel Montrieux (circuits-courts alimentaires)

Eric Doidy (théorie du care et jardins)

14h30-17h Déplacements et échelles :

Geoffrey Pleyers (âge global)

Malcom Ferdinand (postcolonial studies dans les Caraïbes)

Maura Benegiamo (Etat et marché dans le développement)

René Audet (sustanaibility transition, échelles)

Sofiane Bouhdiba (biocarburants nord/sud)

17h30-19h : Plénière : synthèse du colloque