Archives par étiquette : Tunisie

Transition politique et action publique locale : un colloque, un livre, une thèse

Des associations de jeunes fêtent le cinquième anniversaire du 14 janvier 2011, à Mahdia devant le musée de la ville. L'ambiance était très bon enfant. CC by Eric Verdeil.

Des associations de jeunes fêtent le cinquième anniversaire du 14 janvier 2011, à Mahdia devant le musée de la ville. L’ambiance était très bon enfant. CC by Eric Verdeil.

Alors qu’une partie du monde arabe est à feu et à sang, qu’en Tunisie la révolte de la jeunesse sans emploi à Kasserine s’étend vers d’autres villes et fait peser la menace d’une nouvelle révolution, d’autres évolutions, au rythme plus lent, se produisent. Si les élections tunisiennes ont légitimement retenu l’attention, le chantier de la redéfinition de la gouvernance locale avance également, mais selon des temporalités complexes et sans produire encore des résultats visibles. Dans ce billet, je présente plusieurs événements et travaux scientifiques récents qui proposent des éclairages diversifiés mais convergents sur ces thématiques. Continuer la lecture

Quel modèle de décentralisation des services urbains en Tunisie ?

Je participerai le 6 juin prochain au séminaire organisé par l’association tunisienne des urbanistes, la direction générale des collectivités locales et l’unité de recherche Droit et gouvernance.

AFFICHE -ATU

Argumentaire

La question territoriale a été au cœur de la révolution tunisienne. Les déséquilibres régionaux et les difficultés d’accès à l’emploi et aux services ont dès lors fait partie des thèmes les plus médiatisés sur la scène politique de l’après 14 janvier 2011. La décentralisation a rapidement figuré comme un principe phare des réformes, d’abord dans les programmes des principaux partis en course vers la constituante (ANC) et ensuite dans les orientations dégagées des travaux de l’ANC. L’approbation de la constitution de janvier 2014, et notamment son chapitre 7 sur le Pouvoir Local constitue le couronnement du consensus sur la décentralisation.

Aujourd’hui, la Tunisie a atteint un second palier dans sa course à l’instauration d’un système décentralisée avec l’affirmation des principes  de décentralisation, de subsidiarité, de libre administration des collectivités et de participation citoyenne aux affaires locales. Et en même temps, un chantier est ouvert, celui de la préparation de l’opérationnalisation de la réforme.

Dans cette perspective, et dans l’attente de la mise en place de structures chargées de mener les débats et les travaux sur les orientations des réformes de décentralisation, l’Association Tunisienne des Urbanistes en partenariat avec la Direction Générale des Collectivités Locales, et l’unité de recherche Droit et Gouvernance et avec l’appui de la Fondation Hanns Seidel, organise un séminaire  de réflexion sur les enjeux liés à la décentralisation des services urbains. L’objectif principal étant de rassembler chercheurs, experts et parties prenantes dans des discussions sur les thématiques clés de la réforme, afin de délimiter les contours des grandes questions à traiter. Le sujet principal qui sera débattu dans ce séminaire concerne les modèles possibles d’organisation des services urbains conformément aux nouveaux principes constitutionnels, en partant de l’organisation actuelle de ces services, ainsi que les problématiques que ces modèles suscitent.

Ma participation s’inscrit dans la suite d’une étude menée entre juin et juillet 2013 avec Sami Yassine Turki, de l’ISTEUB (et président de l’ATU), sur la décentralisation en Tunisie, dans le cadre plus large d’une recherche coordonnée par le Lebanese Centre of Policy Studies, à paraître très prochainement sous le titre suivant : Harb M., and Atallah S. (eds.), 2014, Local Governments and Public Goods: Assessing Decentralization Experiences in the Arab World Beirut: LCPS. (en arabe, mais la version anglaise sera téléchargeable sur le site du LCPS). Un résumé de cette étude est disponible ici :Mona Harb et Sami Atallah, Decentralization in the Arab World Must be Strengthened to Provide Better Services, Policy Brief, LCPS

En attendant, notre étude est disponible ici: Turki_Verdeil_Decentralisation_Tunisie_final-PDF (version française).

Les enjeux énergétiques au coeur de la (post-)révolution en Tunisie

éoliennes de la STEG dans le village d'El Alia près de Bizerte

éoliennes de la STEG dans le village d’El Alia près de Bizerte

Le débat sur la stratégie énergétique tunisienne, que j’évoquais ici, est toujours ouvert. Le projet de loi visant à promouvoir les énergies renouvelables est actuellement en discussion. Il fait l’objet d’une vive opposition du syndicat des travailleurs du secteur électrique, qui représente essentiellement les employés de la Société Tunisienne d’Electricité et de Gaz, la société publique gérant l’essentiel du secteur (production, transport, distribution). Leur crainte principale est la privatisation de leur entreprise, qui n’est pas à l’ordre du jour malgré quelques alertes récentes (voir ce billet). Mais ils voient la libéralisation du secteur et l’encouragement aux renouvelables comme une menace pour l’intégrité de leur entreprise et le premier pas d’un démantèlement plus large du secteur.

Pour autant, la diversification énergétique est un enjeu central pour le pays, dont les ressources en hydrocarbure diminuent, ce qui ne manque pas de fournir des arguments, là bas aussi, aux promoteurs du gaz de schiste. Toute une controverse a éclaté sur le sujet. Face à cela, et pour éviter que ne se reproduisent des scandales de concessions d’hydrocarbure octroyées dans des conditions opaques (notamment révélées par le remarquable travail de Med Dhia Hammami sur Nawaat), l’Assemblée nationale constituante a du reste défini le principe de la souveraineté du peuple sur les ressources naturelles nationales. Continuer la lecture

Du vent et des protestations dans les collines de Bizerte

La Tunisie dans le débat sur la transition énergétique

La Tunisie est polarisée par les luttes politiques et idéologiques entre sa majorité parlementaire islamiste et son opposition composite. Cette situation masque une série d’enjeux socio-économiques très lourds, dont celui d’une nécessaire transition énergétique aux contours encore très flous. Le 27 juin dernier a eu lieu une conférence gouvernementale consacrée au lancement d’un débat national sur l’énergie, piloté par le ministère de l’Industrie et le secrétariat d’Etat à l’Energie et laissant à vrai dire peu de place à la discussion (voir le commentaire de Med Dhia Hammami sur Nawaat). L’urgence de la réflexion vient du poids croissant des subventions à l’énergie sous ses différentes formes, que l’Etat très endetté et sans guère d’autres de solutions que de se tourner vers le FMI, se doit de contenir et même de diminuer. Continuer la lecture

Géographie de l’éclairage public dans les villes du Sud : quelques exemples arabes

Un récent billet de blog qui est plus que cela attire mon attention sur la question de la lumière dans la ville et me suggère une variété de pistes de recherche qui me font revenir sur quelques matériaux de recherche non exploités.

Affiche vantant le Plan Lumière pour Beyrouth par la municipalité de Beyrouth – via Marie Bonte

Brilliant Beirut est un texte brillant de Marie Bonte, jeune géographe lyonnaise sur le point de s’engager en thèse sur la thématique de la fête à Beyrouth, question qui dévoile entre autres une territorialité de la nuit. Dans ce billet, paru sur le site de Tim Edensor Lighting Research @ MMU, elle explore les territoires de la lumière la nuit dans Beyrouth. Pour cela, elle examine les inégalités et les dysfonctionnements de l’éclairage public qui laissent de nombreuses rues dans l’obscurité, notamment en raison d’un défaut d’entretien chronique – on ne parle pas ici des coupures de courant qui touchent peu le territoire municipal de Beyrouth. Inversement, les secteurs éclairés sont largement ceux de la fête et des loisirs nocturnes, comme dans la zone de Solidere, à Gemmayzeh ou encore à Hamra… En fin de billet, elle montre aussi que cette question de l’éclairage public devient à un enjeu de politique publique. Elle analyse par exemple, à travers cette affiche vantant l’illumination de Beyrouth, le Plan Lumière récemment mis en place par cette municipalité qui s’est lancé, avec l’appui parisien, dans une politique d’éclairage et de mise en valeur de son patrimoine architectural. Elle fournit aussi une très belle carte de synthèse à la fin de son billet qui montre que cette géographie de la lumière est très inégalitaire. Il faudrait en complément s’intéresser aux projets de SOLIDERE qui a également entrepris une politique de mise en valeur de ses bâtiments (Lighting Beirut Architecture). Ces politiques de la lumière représentent un nouveau type de politique publique au Liban, à analyser dans une perspective mêlant transfert de modèles, marketting urbain et partenariats public-privé. Cette approche du cas beyrouthin est paradoxale puisqu’on peut aussi – voire plutôt – considérer cette ville comme une métropole de l’obscurité en s’intéressant à la thématique des coupures de courant, comme je le fais dans mes recherches de mes dernières années – et ce sera justement le thème d’un papier que je prépare pour le prochain congrès de la RGS. Continuer la lecture

Les enjeux du développement et de la gestion du gaz naturel dans les villes tunisiennes : cas de l’agglomération de Sfax

Hugo Bolzon a soutenu en septembre, sous ma direction, son mémoire de Master 1 en Urbanisme de l’Université Lumière Lyon 2, sous le titre Les enjeux du développement et de la gestion du gaz naturel dans les villes tunisiennes : cas de l’agglomération de Sfax. Il s’agit d’un excellent mémoire qui est désormais accessible en ligne sur le serveur DUMAS, à l’instar de ceux de Elvan Arik sur Istanbul et de Jimmy Markoum sur Le Caire, sur la même thématique, dont j’avais synthétisé ici quelques enseignements.

Résumé du mémoire de Hugo Bolzon

Ce mémoire vient questionner l’accès à l’énergie en Tunisie par le cas du développement du réseau de gaz naturel dans l’agglomération sfaxienne. À la croisée de thématiques comme les services urbains en réseau ou encore la ville durable dans les pays arabes, l’enjeu est ici d’analyser les logiques d’accès à l’énergie dans une perspective de rétroaction entre le local et le national. La problématique de l’efficience énergétique dans les villes tunisiennes doit être appréhendée dans toute sa globalité, afin de déterminer clairement quelles sont les causes des difficultés rencontrées. La diminution des ressources énergétiques par rapport à la demande croissante et la saisie du concept de développement durable sont à l’origine d’une nouvelle orientation de la politique énergétique tunisienne, dont les villes sont le support privilégié. L’application de ces mesures se révèle parfois bien éloignée des effets d’annonce, notamment en ce qui concerne le paramètre de durabilité, nouveau fourre-tout constamment invoqué par les décideurs politiques. En conséquence, les modalités d’accès à l’énergie s’en trouvent modifiées, et constituent un nouveau lieu de discrimination sociale ; peut-on pour autant parler de fragmentation urbaine ?

Référence bibliographique complète :

Bolzon H., 2012, Les enjeux du développement et de la gestion du gaz naturel dans les villes tunisiennes : cas de l’agglomération de Sfax, Lyon, Lumière Lyon 2/Institut d’urbanisme, 129 p. < http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00745821 >

L’urbain en Tunisie, de Morched Chabbi

L’urbaniste et sociologue Morched Chabbi vient de publier, à Tunis, chez l’éditeur Nirvana, sous le titre L’urbain en Tunisie. Processus et projets une synthèse de ses travaux menés depuis une trentaine d’années et qui constituent une référence incontournable sur l’urbanisme tunisien. Ce volume issu de son HDR est l’indispensable complément reprend une sélection des principaux articles de son recueil photocopié disponible seulement dans quelques centres universitaires (voir ici).

ISBN : 978-9973-855-43-5

Prix : 30 DT

Chercheurs et professionnels de l’urbain en dialogue au sud de la Méditerranée

Avec retard, je veux prendre le temps de signaler cet ouvrage édité par Lamia Zaki: L’action urbaine au Maghreb. Enjeux professionnels et politiques. Au nom de l’actualité tout d’abord, car l’article qu’y signe l’urbaniste et sociologue Morched Chabbi (Role et fonctions des urbanistes dans la fabrication des villes du sud: le cas de Tunis 1960-2009) vient d’être salué par un prix de l’ISOCARP, l’organisation internationale des urbanistes. Au nom bien sûr de l’amitié pour plusieurs de ses auteurs, avec qui d’autres collaborations sont engagées par ailleurs. Au nom enfin de mon compagnonnage avec le programme dont ce livre est issu, puisque je fus invité à une des séances initiales, et que ces travaux s’inscrivent dans la continuité du livre Concevoir et gérer les villes. Milieux d’urbanistes au Sud de la Méditerranée édité en 2006 avec Taoufik Souami et qu’ils en représentent une magnifique continuation et une reconnaissance qui ne me laisse pas insensible – surtout que ce livre n’a par ailleurs pas suscité beaucoup d’échos… Continuer la lecture

La participation aux élections tunisiennes : un regard géographique

Dans un billet du 29 novembre de son carnet La course vers la Maison blanche, intitulé « Démocratie et taux d’abstention » l’américaniste Elisabeth Vallet souligne les ambiguïtés des commentaires sur l’abstention qui caractériserait les élections américaines, souvent estimée à des niveaux d’environ 70%. Ce faible taux est souvent utilisé pour critiquer implicitement la faible représentativité des dirigeants élus dans ce pays. Elle fait observer que, à strictement parler, cette utilisation de la notion d’abstention est infondée car le taux d’abstention désigne le rapport entre le nombre d’inscrits qui n’ont pas voté et le nombre total d’inscrit (soit le complémentaire du taux de participation). Or, dans le cas états-unien, le taux de participation se monte en moyenne à environ 70%, c’est à dire qu’il est tout à fait comparable à ce qu’on observe dans d’autres démocraties occidentales. Ce qui est donc davantage à interroger, c’est donc plutôt la faible proportion des inscrits sur les listes électorales et, en arrière-plan, l’extrême diversité locale des modes d’inscription sur les listes, dont l’imbroglio floridien en 2000 constitue la plus mémorable illustration, comme elle le rappelle. Mais il ne faudrait pour autant pas en conclure à l’absence de vitalité démocratique aux Etats-Unis. Un élément nouveau sera la possibilité désormais offerte du bulletin de vote temporaire (provisional ballot) qui permet à tout électeur qui se présente sans être inscrit de voter. Dans ce contexte, la mesure de la participation par le ratio classique devient plus compliquée. Continuer la lecture

Cartographie électorale de la Tunisie

Sous le pseudonyme d’El Kasbah, un facebookien tunisien met en ligne un dossier cartographique et infographique fort intéressant sur les résultats des élections du 23 octobre (accès ouvert).

Basées sur les résultats publiés par l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), les données utilisées ne sont pas exemptes de défauts. Seules sont disponibles les nombres de voix sur les partis qui ont obtenus des sièges. Cela fausse la représentation d’un vote très dispersé. Mais l’auteur est conscient de ce problème et propose diverses analyses pour contourner cet écueil.

Les commentaires très nombreux – et les réponses de l’auteur – apportent dans de nombreux cas des compléments utiles. Facebook non plus comme miroir égotique mais comme le meilleur d’un dispositif citoyen et participatif.

J’en extrais deux figures qui, avec leurs commentaires, me paraissent fort instructives. Continuer la lecture