Archives par étiquette : Tripoli

Suspended Architecture in Lebanon : la foire de Tripoli

foire-tripoli

Suspended Spaces est un collectif international d’artistes, plasticiens, vidéastes, chercheurs… dont l’objectif est « de développer une recherche
artistique et théorique sur les héritages contemporains de la modernité à partir de sites spécifiques. ». Après des travaux qui ont porté sur Famagouste, des villes françaises, puis Beyrouth, ils organisent un symposium qui portera sur le site de la Foire internationale d’Oscar Niemeyer à Tripoli au Liban.  « Ce site est envisagé comme un espace qui ne parle plus une langue fonctionnelle mais résiste sourdement, un suspended
space. Il nous intéresse par sa présence même, l’insistance de sa structure à se maintenir debout, et à lutter passivement contre l’effacement en
restant énigmatique dans son « être-là » tout en reposant sans cesse une question à l’Histoire. Objet de désir abandonné à un destin trop complexe, ce lieu a une force muette qui poussera à la modestie, à l’interrogation, au suspens du jugement. Le travail commencera là. »

Ce symposium aura lieu à Beyrouth (Galerie Ashkal Alwan / Beirut Art Center / Mansion – Zarif) et sur place à Tripoli, du 18 au 21 avril 2013.

Le programme est téléchargeable ici et plus d’informations sur le travail du groupe sont disponibles sur leur site Suspended Spaces.

Voici quelques liens vers des ressources en ligne relatives à la Foire et à son environnement social, économique et urbain.

Tout d’abord un article de Jad Tabet sur la Foire de Tripoli dans le précédent opus Suspended Spaces #2 :

  • Tabet J., 2012, Le projet d’Oscar Niemeyer, in Suspended spaces#2 – une expérience collective, Paris, Editions BlackJack, p. 22‑27. En ligne 

Un article de Mousbah Rajab qui replace le projet dans l’histoire des projets urbains de Tripoli :

  • Rajab M., 2006, Les grands projets de Tripoli. Systèmes de décisions et besoins de réappropriation., in Conquérir la ville. Réappropriation urbaine : Acteurs, mécanismes, enjeux, Conquérir la ville. Réappropriation urbaine : Acteurs, mécanismes, enjeux, p. 5‑20. En ligne.

Un texte fondamental de Charbel Nahas pour comprendre les déséquilibres socio-économiques de Tripoli et une prospective sur le rôle possible que la foire pourrait jouer dans ce cadre :

  • Nahas C., 2007, La Foire internationale et Tripoli, quel avenir ?, in Conférence à la Fondation Safadi, centenaire d’Oscar Niemeyer, Tripoli, En ligne (PDF)
Article de Bruno Dewailly analysant la genèse de l’environnement urbain immédiat de la foire, la fameuse extension sud-ouest de la ville connue sous le nom de dam wa farez (le remembrement):

  • Dewailly B., 2001, La municipalité de Tripoli : entre pouvoirs locaux et services de l’État, Les Cahiers du CERMOC, 2001, n°24, p. 295‑318. En ligne.

Voici aussi quelques liens vers des billets sur Tripoli sur ce blog.

Réédition de l’Etat de Barbarie de Michel Seurat

En 1989 paraissait, au Seuil, L’Etat de barbarie, recueil de textes de Michel Seurat, sociologue français mort en détention dans les geôles du Jihad Islamique en 1985 à Beyrouth. Ce recueil épuisé fait l’objet d’une réédition augmentée dans la collection Proche Orient dirigée par Gilles Kepel aux Presses Universitaires de France, sous un titre légèrement différent (Syrie, l’Etat de barbarie). Gilles Kepel la présentait ce 3 mai au matin sur France Culture, alors que se tient à l’Institut du Monde arabe, une journée d’études intitulée : « Syrie : pertinence et actualité de Michel Seurat » (programme). Continuer la lecture

L’urbanisation au Liban selon Géopolis : incertitudes démographiques mais vertus d’une diffusion des données scientifiques en ligne

Dans ce nouveau billet (et dernier – voir le premier et le deuxième), j’aborde les estimations démographiques concernant les villes libanaises dans la base MENAPOLIS/e-geopolis. Dans le tableau de bord explicitant leurs choix méthodologiques, les auteurs soulignent l’extrême incertitude entourant les données démographiques au Liban, dont j’ai rappelé certaines dans le billet introductif de cette série. On ne peut qu’être d’accord avec eux. Pour autant, à l’examen des données globales comme de la liste des agglomérations qu’ils proposent, plusieurs incohérences apparaissent. Les choix des sources démographiques pour les années 1960-1970 semblent hasardeux et donnent des résultats problématiques. Certaines incohérences relèvent manifestement d’erreurs d’interprétation des définitions et pratiques de l’administration libanaise, notamment concernant le comptage des Palestiniens. D’autres incohérences apparaissent dans les évolutions attribuées aux grandes agglomérations dont l’origine est plus complexe. Je reviendrai pour finir en conclusion sur les limites et les leçons qui peuvent être tirées de cette tentative à l’épreuve d’un cas extrême, en me demandant en quoi cela fragilise ou renforce l’ambition sous-jacente au projet Géopolis. Continuer la lecture

L’urbanisation au Liban selon MENAPOLIS/e-Géopolis : les nouveaux périmètres urbains

Dans le billet précédent, j’ai rappelé les principes méthodologiques de l’approche Géopolis et son intérêt pour le cas particulier du Liban. Dans celui-ci, il s’agit principalement de présenter les résultats concernant l’extension de l’urbanisation au Liban, en privilégiant la question de l’extension spatiale. La discussion des données démographiques est laissée au billet suivant. On en tirera quelques observations sur le décalage entre les formes urbaines constatées en 2010 et les instances de gestion existantes au Liban. En troisième lieu, on se penchera sur les tendances d’évolution spatiale de l’urbanisation, tout en relevant les lacunes de la base de données MENAPOLIS/e-geopolis à cet égard. Les résultats seront comparés à ceux des analyses du Schéma directeur d’aménagement du territoire libanais (SDATL), réalisées en 2002 sur des données démographiques de 1997 et des données d’imagerie de 1998. Continuer la lecture

Eau & assainissement des villes et pays riverains de la Méditerranée

Lien vers l'étude

L’IPEMED, think tank consacré à la promotion de la coopération entre les rives nord et sud de la Méditerrannée, diffuse des études sur différents sujets en lien avec ce programme. Dans les domaines qui m’intéressent, signalons cette étude sur l’eau, parue en 2009 (mais le contenu est de 2006) . On y trouvera plutôt le point de vue des multinationales (françaises en particulier) prestataires de services dans les villes du de la Méditerranée.

En tout cas, cela m’a frappé à propos de Tripoli (Liban), où ONDEO filiale de Suez a géré la distribution d’eau potable de 2002 à 2007. Ce cas est présenté comme une opération plutôt réussie alors les désaccords ont été très importants avec le client (l’office des eaux de Tripoli), tandis que d’autres observateurs locaux soulignent la difficulté d’évaluer la performance. J’en parle brièvement ici et . Et on trouvera ici le compte-rendu d’une discussion à l’AFD où cette expérience a été discutée, notamment par Claude Raymond, alors chef de mission AFD sur place, par Héla Yousfi, auteure d’une thèse sur ce sujet, et par Bruno Dewailly, géographe qui en prépare une sur cette ville.
Il n’en reste pas moins que dans ce domaine où l’information est rare, des informations sur des cas précis sont utiles (en l’occurrence : Tétouan, Tanger, Casablanca, Fès au Maroc; la SONEDE et l’ONAS en Tunisie; Alger; Amman en Jordanie; Alexandrie).

Résumé

Cet ouvrage, réalisé sous la direction de Claude Martinand, est le fruit de la réflexion menée par le groupe international Eau mis en place par Ipemed afin d’identifier les actions les plus efficientes en matière d’assainis sement de l’eau dans les pays du pourtour méditer ranéen. Une démarche d’autant plus nécessaire que la pollution d’origine terrestre est prépondérante dans la région et qu’elle pose d’importants problèmes de santé pour les populations. L’ouvrage examine les politiques intégrées en matière de gestion globale des services de l’eau et analyse les facteurs qui conduisent à leur réussite.

A télécharger ici.

Séminaires de recherche urbaine à Beyrouth

Séminaires organisés par

L’IFPO, Département d’Etudes Contemporaines, Beyrouth

Observatoire urbain

Et

Le CERDA, Centre de recherche du Département d’Urbanisme de l’Université Libanaise.

Le lundi, de 16h à 18h

Salle de conférence, Rectorat de l’Université Libanaise,

Carrefour du Musée

–          le lundi 29 mars

Le projet CHUD (Cultural Heritage and Urban Development) entre intention et réalité.

Le cas de Tripoli

avec Mousbah Rajab, urbaniste, enseignant chercheur à l’Université Libanaise,

Samira Baghdadi, universitaire et élue municipale à Tripoli,

Habib Debs, architecte urbaniste, responsable de l’équipe consultante,

Nabil Itani, architecte-restaurateur, membre de l’unité responsable du projet au CDR,

–          le lundi 19 avril

 » Zokak El Blat, ou le rôle de la culture dans la régénération urbaine »

avec Serge Yazigi, architecte urbaniste, professeur à l’Académie Libanaise des Beaux-Arts,

et Liliane Barakat, géographe, professeur à l’Université Saint-Joseph

–          le lundi 24 mai

Beirut: Mapping Security

avec Mona Fawaz, Ahmad Gharbieh et Mona Harb, enseignants au Département d’Architecture et de Design, Université Américaine de Beyrouth

–          le lundi 21 juin

Les espaces commerciaux à Alep

avec Thierry Boissière, anthropologue, maître de conférence à l’Université Lyon 2, chercheur à l’IFPO

Place Karamé, place de la Lumière à Tripoli

La place Karamé, également nommée place de la Lumière, à Tripoli (sept. 2009, EV)

La place Karamé, également nommée place de la Lumière, à Tripoli (sept. 2009, EV)

Dans Liban, espaces partagés et pratiques de rencontres, on lit un très intéressant article du sociologue Khaled Ziadeh sur la grande place qui marque l’entrée de Tripoli en venant de Beyrouth. Alors que les souks, aujourd’hui en rénovation comme je l’évoquais ici, représentent la face traditionnelle de la ville, cette grande place marque son ouverture vers la capitale et symbolise, comme l’explique Khaled Ziadeh dans son texte, l’intégration au Liban de cette cité longtemps rebelle. Elle était ornée d’une statue de Abdel Hamid Karamé, et était également baptisée du nom du chef de la grande famille qui domine cette ville depuis un siècle, dont la résidence se trouve sur un monticule à deux pas de la place. Le ficus qui dépasse derrière la bâtiment incurvé de la Lebanon and Gulf Bank, à droite de la photo, se trouve dans le jardin de ce « palais », comme on dit au Liban de ces demeures patriciennes.

Mais durant la guerre, la statue du zaïm fut endommagée et retirée de son emplacement. A la place, si l’on peut dire, le Tawhîd, le mouvement islamiste qui domina Tripoli après 1982, y fit installer le mot « Allah » écrit en grandes lettres métalliques que l’on voit sur la photo. Depuis lors, la place est appelée place de la Lumière (Sâhat al-Nûr). Mais le nom officiel reste parfois utilisé et figure toujours sur les panneaux récemment réimplantés  – source probable de confusion pour les touristes…

Ces dénominations concurrentes dont Khaled Ziadeh fait l’inventaire des usages renvoient à l’identité contestée de la grande ville du nord, à ses rapports ambigus avec le reste de pays, à la place qu’y tient l’Islam et à celle qui y est faite aux chrétiens qui y demeurent. Ces clivages et ses tensions rejouent dans un contexte de grande pauvreté et de tensions politiques qui touche notamment la partie nord de la ville (on découvrira à ce propos un texte inédit fort instructif de l’économiste Charbel Nahas, récemment devenu ministre). Mais depuis les troubles post-2005, l’affrontement de Nahr al-Bared et ses répliques locales illustrent d’autres fractures, notamment, en caricaturant, entre sunnites et alaouites, entre Bab Tebbaneh et Jabal Mohsen, que le sociologue Michel Seurat avait magistralement analysées dans son célèbre article consacré à « Bâb Tebbâné à Tripoli (Liban). Etude d’une ‘asabiya urbaine » (hélas, introuvable sur Internet, même sur Google Livres… à quand une rétronumérisation des anciennes collections du CERMOC sur Persée?).

MàJ: illustrant la complexité des fractures tripolitaines, qui vont au-delà des affrontements alaouites-sunnites, de violents échanges de tirs ont eu lieu dans le quartier résidentiel de Abu Samra, entre des membres de la famille Hassoun (décrite par l’Orient-Le Jour comme un « clan ») et des partisans du groupe islamiste Al Tawhîd (un autre « clan »), tous sunnites. Voir l’article dans le Daily Star. Cycle de la vengeance et de l’honneur, probablement sur fond de contrôle de divers trafics et circuits commerciaux, forment les enjeux de cette « mini-guerre ».

Passage à Tripoli (Liban)

Pour inaugurer ces notations, je rends compte dans les prochains billets d’une mission au Liban.

Le 27/9/2009

Départ matinal pour Tripoli dont  je n’ai pas visité la vieille ville depuis plusieurs années. Depuis 2002, le projet CHUD financé par la Banque mondiale et confié aux urbanistes Habib Debs et Jad Tabet, assisté par l’architecte Mousbah Rajab, envisage une transformation importante des espaces publics de la vieille ville. Je n’ai plus le détail du projet en tête mais l’un de ses principes consiste à tenter de rapprocher les deux parties de la vieille ville éventrée par la canalisation du Nahr Abou Ali, après la crue destructrice de 1953. Cet ouvrage surdimensionné, véritable égout à ciel ouvert, vient redoubler une ségrégation sociale très puissante entre le sud de la ville, plus aisé, et la partie de la vieille ville la plus touristique même si elle est appauvrie, et le nord, dont le bâti est très dégagé, notamment à cause des séquelles de la guerre civile et d’une paupérisation encore plus marquée.

p10302283

(Le fleuve Abou Ali, égout à ciel ouvert. Vue de la couverture destinée à aménager un marché – lien entre les deux rives. Les bords de la rivière seront aménagés en surplomb, pour élargir l’espace de promenade. Photo E. Verdeil, 2009)

Sur la colline de Qobbé, une grande opération d’urbanisme a été réalisé par la Caisse des déplacés. 900 logements ont été livrés, en accès à la propriété, selon une architecture imposante qui domine l’horizon. Pour la première grande opération d’habitat « social » au Liban, on semble avoir reproduit les recettes du mouvement moderne. Selon M.R. qui m’en parlait lors de mon dernier séjour, de nombreux défauts de réalisation causent divers soucis et la maintenance laissée à la charge des nouveaux propriétaires les aggravent, par exemple concernant l’entretien des ascenseurs. J’ai l’impression que la façade de ces immeubles a été mitraillée durant les affrontements qui ont opposés ces deux dernières années Baal Mohsen le quartier alaouite, et Bab Tabbané, au bas de la colline, sunnite. Qobbé, plus ou moins entre les deux, a souffert. Peu de recherches traitent de cette transformation majeure du tissu urbain.

p10302391

(En couverture du fleuve, et dans la continuité de l’axe historique de la vieille ville, aménagement des structures fixes pour le marché, dont on voit les installations vermoulues au deuxième plan. Sur la colline, l’opération de la Caisse des réfugiés de Qobbé. Photo E. Verdeil 2009)

En revanche, selon H.D., de nombreux travaux de recherche et d’étudiants s’intéressent au réaménagement de la vieille ville. La réalisation la plus spectaculaire, encore en travaux, est la couverture d’une partie de la rivière canalisée sur environ 300 m pour y construire un marché avec des structures fixes où les marchands ambulants qui occupent les rives du fleuve pourront se redéployer. En même temps, cet équipement a pour ambition de reconstituer le lien entre les deux berges séparées de la ville. Un autre volet du projet consiste en une réorganisation du stationnement. Le boulevard longeant le fleuve permet d’accéder au cœur de la vieille ville en voiture. Sauf que le stationnement est très difficile en raison de l’encombrement, des étals des marchands ambulants etc. L’aménagement de parcs de stationnement aux extrémités de l’aménagement va tenter d’améliorer la situation. Un autre volet du projet consiste à mettre en valeur la vieille mosquée Al-Bortassi en aménageant des gradins vers la rivière et en cassant donc la bordure de la canalisation.

p10302291

(Vue du fleuve vers le sud. La mosquée Al-Bortassi et son jardin qui doit être réaménagé en gradin vers la rivière. Photo E. Verdeil, 2009)

Le projet a apparemment suscité de nombreuses contestations selon H.D. et M.R. Difficile d’y voir clair sans me pencher sur le fonds du dossier, ce que n’ai pas fait. D’une part, les limites mêmes du projet, qui n’intervient que sur l’espace public sans améliorer l’habitat si dégradé et si paupérisé, a constitué un motif récurrent de critique. Les urbanistes ont pourtant tenté d’infléchir la position du position du bailleur à cet égard et un projet de réaménagement d’un ancien khan occupé depuis 1953, en logements sociaux, a été proposé. Sur l’aménagement de l’espace public, les contestations ont été aussi été nombreuses. De nombreux marchands ont voulu profiter des nouvelles installations et la sélection effectuée a semble-t-il été l’objet de surenchères, de pressions, etc.  Dans le contexte des élections de juin, certains députés hostiles à la liste majoritaire ont agité cette question pour rallier à leur cause une partie des habitants ou des marchands. Mais globalement, le projet semble avoir bénéficié du soutien de la municipalité et avance. L’aménagement des espaces publics est même terminé en différents endroits, même si l’exécution laisse H.D. amer car elle n’est pas selon lui à la hauteur de ses préconisations.

p1030245

(L’aménagement des espaces publics dans la vieille ville de Tripoli – Photo E. Verdeil, 2009)

En tout cas, en ce dimanche matin, le souk est très animé et vivant et les différentes rénovations financées par des coopérations bilatérales me semblent réussies, comme au khan al-Khayatin. Elles embellissent la ville. Pourtant, on ne peut pas du tout parler d’une touristification et la fréquentation demeure essentiellement populaire, comme en témoignent les boutiques, orientées vers la consommation courante : alimentaire, y compris pâtisserie, vêtements, quincaillerie, etc.

Changement d’ambiance en retrouvant mes amis A. et S. qui habitent depuis 2006 une villa dans le Koura, le plateau agricole où Tripoli s’étend inéluctablement le long des nouvelles routes. Le paysage change et avec lui, la population. Cette région autrefois grecque orthodoxe devient de plus en plus sunnite. Dans le village où résident mes amis, il y aurait 70 % de musulmans. D’ailleurs, l’union des municipalités de Koura aurait récemment décidé de limiter la constructibilité des terrains agricoles non loties à 5% d’exploitation, afin de limiter le mitage et l’expansion de Tripoli. Il faut dire que le différentiel de prix semble très important et que la ville, notamment les quartiers aisés et de classe moyenne, vers Mina, dans la zone de la foire et sur les plateaux, connaît une flambée immobilière sans précédent qui donne lieu à toutes les spéculations.

p1030256

(Avancée de l’urbanisation dans le Koura, le long des routes principales qu’il faut élargir. Mise en place du recueil des eaux pluviales. Photo E. Verdeil, 2009.)

p1030260

(Le mitage du plateau de Koura – Photo E. Verdeil, 2009)