Archives par étiquette : Syrie

La crise des services publics dans le nord de la Jordanie : proposition de sujet de recherche en master

Water kiosk in Zaatari Camp (cc : Oxfam International)

La Jordanie est, avec le Liban, l’un des deux pays les plus affectés par la crise syrienne et en particulier l’afflux de réfugiés. Ceux-ci, regroupés dans de grands camps comme Zaatari, ou dispersés dans les villes jordaniennes de la région nord ou dans la capitale, subissent une grande détresse matérielle ou sociale liée au contexte politique. En outre, leur présence représente un facteur de stress pour des infrastructures urbaines déjà structurellement soumise à une crise grave, dans un pays aride, très déficitaire en eau, et très dépendant de l’importation d’hydrocarbures.

Dans le cadre d’un projet de recherche soutenu par l’Université Lyon 2, intitulé La crise syrienne et le Proche-Orient, je propose d’encadrer un(e) étudiant(e) de Master 1 ou 2 pour réaliser son mémoire de géographie ou aménagement sur cette thématique. La proposition s’adresse à priori aux étudiants de Lyon 2 mais pourra être étudiée pour des étudiants d’autres universités de Lyon-Saint Etienne. Un financement du séjour de terrain est prévu. Une connaissance de l’arabe serait appréciée, une bonne maîtrise de l’anglais est indispensable (notamment anglais technique et des sciences sociales). Une lettre de motivation devra m’être adressée en précisant les compétences dans le domaine des outils de la géographie (enquête/cartographie, etc.). Délai : avant le 20 juillet si possible. Si aucune candidature satisfaisante ne s’est révélée jusque là, une extension jusque début septembre est possible. Contact : eric.verdeil [at] univ-lyon2.fr

Proche-Orient : Le pouvoir, la terre et l’eau de Pierre Blanc : un compte rendu

Ouvrage lu : Blanc P., 2012, Proche-Orient : Le pouvoir, la terre et l’eau, Les Presses de Sciences Po, 400 p.

L’ouvrage de Pierre Blanc, issu d’une thèse d’HDR, constitue une synthèse des enjeux géopolitiques de l’agriculture et de l’irrigation au Proche-Orient, entendu comme l’ensemble regroupant le Liban, la Syrie, la Jordanie, Israël et les territoires palestiniens ainsi que l’Egypte. Agronome de formation, l’auteur a exercé dans le domaine de la coopération agricole dans plusieurs de ces pays tout en menant par ailleurs des recherches géopolitiques sur Chypre dans la lignée de l’approche lacostienne. Il offre ici une réflexion inédite sur les fondements géographiques des conflits que connaît cette région : s’attacher à la terre et à l’eau est un moyen de mettre à bonne distance tant la question des identités religieuses et ethniques qu’une lecture en termes de rapports internationaux de puissance, et de réintroduire dans le questionnement d’indispensables dimensions socio-économiques et territoriales qui inscrivent la recherche dans une démarche empirique solide. Continuer la lecture

Michel Ecochard. L’homme, son œuvre à Martigues et autour du bassin méditerranéen

Je signale cette table ronde à Martigues, mardi 29 janvier 2013, autour de l’œuvre féconde de Michel Ecochard, dont l’itinéraire n’a cessé de tisser des liens entre les rives de la Méditerranée : Syrie, Liban, Maroc, Corse, Martigues…

avec Sophie BERTRAN DE BALANDA, Architecte de la Ville de Martigues, Jean ECOCHARD, Architecte urbaniste, fils de Michel Ecochard, Eric VERDEIL, Géographe, chargé de recherche au CNRS et d’enseignement des universités de Lyon, Rabat et Beyrouth. En présence de Marcel Roncayolo, historien et géographe

Mardi 12 février 2013, 18h30 – Salle des conférences – Hôtel de Ville (Cycle des Mardis du patrimoine de la ville de Martigues) Continuer la lecture

Kurdistan(s) : la préfiguration d’une nouvelle carte du Moyen-Orient?

L’autonomisation récente des régions kurdes de Syrie, abandonnées (en apparence en tout cas) par l’armée syrienne, après des années d’autonomisation du Kurdistan d’Irak (KRG : Kurdistan Regional Government), représente-t-elle une première étape d’une reconfiguration majeure de la carte du Moyen-Orient? Ce n’est l’objectif de ce billet que de répondre à cette question mais de signaler, autour de ces transformations, une multiplicité de réflexions et de débats, non seulement dans les milieux politiques concernés et dans la presse internationale mais également parmi les chercheurs.

L’utopie d’un grand Kurdistan

Continuer la lecture

Sur la confessionnalisation et les autres lectures territoriales de la révolte syrienne (à propos des contributions du GREMMO)

Mes collègues et amis du GREMMO, très réactifs dans les médias français au sujet du suivi de l’évolution du conflit syrien (voir leur rubrique On en parle dans les médias), publient une double tribune dans les pages Rebonds de Libération ce matin 13/6/2012.

Pour Fabrice Balanche, géographe, dans « Syrie : la «Montagne des Kurdes», prochaine zone martyre de la révolte ? »

La «Montagne des Kurdes» (Jebel Akrad) sera-t-elle le lieu du prochain massacre en Syrie ? Avec les deux tueries de Houla et de Qoubayr, la communauté internationale a compris que la Syrie était désormais au bord d’une guerre civile généralisée, car plusieurs indices indiquent qu’elles ont des causes communautaires. (en ligne pour les abonnés du journal)

Thierry Boissière, anthropologue,  s’interroge quant à lui sur « Les limites d’une approche confessionnelle de la crise syrienne » :

Sans écarter le risque d’une libanisation du conflit, il convient donc de souligner les limites d’une approche en termes purement confessionnels de celui-ci. La société syrienne a une longue tradition de mixité confessionnelle et a, jusqu’à présent, à peu près résisté aux dangers d’une orientation communautaire du conflit. L’opposition a conscience de ces dangers. A elle maintenant de trouver le langage qui permettrait de rassurer toutes les composantes de la société syrienne, alaouites compris. (en ligne pour les abonnés du journal).

Ce double éclairage a les vertus de la complémentarité. Il reflète aussi deux états d’esprit face aux événements, l’un qui calcule les probabilités de déclenchement du pire (Balanche), l’autre qui s’efforce de voir les dimensions « positives » des noirs événements actuels. Leur juxtaposition peut également se lire comme celle de deux postures scientifiques opposées dans leur lecture des dimensions géographiques et historiques du conflit politique qui traverse aujourd’hui la société syrienne. Continuer la lecture

Réédition de l’Etat de Barbarie de Michel Seurat

En 1989 paraissait, au Seuil, L’Etat de barbarie, recueil de textes de Michel Seurat, sociologue français mort en détention dans les geôles du Jihad Islamique en 1985 à Beyrouth. Ce recueil épuisé fait l’objet d’une réédition augmentée dans la collection Proche Orient dirigée par Gilles Kepel aux Presses Universitaires de France, sous un titre légèrement différent (Syrie, l’Etat de barbarie). Gilles Kepel la présentait ce 3 mai au matin sur France Culture, alors que se tient à l’Institut du Monde arabe, une journée d’études intitulée : « Syrie : pertinence et actualité de Michel Seurat » (programme). Continuer la lecture

Révoltes arabes : inscription dans les luttes sociales, enjeux de dénomination, lieux de contestation. Une sélection de textes

Manifestants incrédules d'occuper la place Tahrir aux premiers jours de la révolution égyptienne. (c) Jimmy Markoum

Dans le cadre du séminaire Villes, territoires, mondialisations, commun aux masters Systèmes territoriaux, Aide à la décision et développement durable et Ville et Société, que je coordonne avec Myriam Houssay-Holzschuch, l’une des séances portera sur « Villes, contestations et citoyenneté : lecture des révoltes arabes ». Contrairement aux autres séances, qui reposent totalement sur des textes académiques (la plupart volontairement en anglais), j’ai privilégié ici, faute de recul et de production scientifique suffisante, un ensemble de témoignages, tribunes et analyses publiés sur internet par des journalistes, des chercheurs ou des observateurs. Il s’agit d’une sélection, forcément arbitraire, issue de mon propre butinage pour utiliser ce joli terme québécois. Trois thématiques, inégalement représentées, sont proposées. Ce classement résulte pour partie de l’orientation disciplinaire et thématique privilégiée pour le séminaire, destinée à des jeunes géographes et urbanistes. Continuer la lecture

Les territoires des révolutions arabes sur Planète Terre

Carte de la révolte en Syrie et territoires communautaires (c) NYT : http://www.nytimes.com/interactive/2011/05/01/world/middleeast/01syria-map.html

Les deux dernières émissions de Planète Terre, le magazine consacré à la géographie, animé par Sylvain Kahn, sur France Culture, sont consacrées aux territoires des révolutions arabes, en particulier en Syrie et en Tunisie (les émissions peuvent être podcastées ou écoutées en streaming).
Le 11 mai, Fabrice Balanche a souligné la diversité de la situation entre les villes syriennes. Alors que Damas ou Alep semblent très peu touchées, nombre de petites villes et aussi certaines plus importantes comme Homs ou Lattaquié ont participé à la révolte. Pour Fabrice Balanche, le principal facteur explicatif est la dimension confessionnelle (sunnites versus minoritaires), à quoi il ajoute l’alliance entre le clan alaouite et la bourgeoisie commerçante sunnite. Dans le cas d’Alep, il souligne que la bourgeoisie a beaucoup souffert des entraves au développement que le régime a infligé à la ville après les révoltes du début des années 1980. Le mécontentement kurde ne parvient pas, par ailleurs, à s’articuler aux autres groupes contestataires. D’où une situation tendue mais où le régime parvient encore à maîtriser la situation. Le New York Times a publié une très intéressante carte qui illustre fort bien les idées de Fabrice, ce qui ne veut pas dire que toute l’histoire est là. A noter que F. Balanche a également évoqué la situation des autres pays lors d’un café géo, le 18 mai à Lyon, dont le compte-rendu sera bientôt en ligne.
Dans l’émission consacrée à la Tunisie, le 18 mai, la question territoriale est abordée d’une manière originale par Alia Gana, à partir du monde rural. Cette sociologue souligne la montée de revendications et de manifestations d’opposition d’agriculteurs ruinés au cours de l’année 2010. Quant à Hassen Boubakri, il témoigne à partir du cas de Sousse et revient sur le rôle des mobilisations socio-professionnelles dans la chute du régime (avocats, universitaires, etc.)
Le blog de l’émission propose nombre de documents en lien avec les deux cas. Merci à ses animateurs de citer plusieurs articles de Rumor!

On peut également renvoyer au blog Géographie des villes en guerre qui propose un utile recensement des ressources disponibles sur ce sujet.

Migrations, réfugiés et villes au Proche-Orient et au Soudan

La rue principale de Jeramana en 2008 : immeuble en construction à côté d’une des dernières habitations basses de la ville (cliché C. Roussel - RGE)

La Revue géographique de l’Est publie un dossier intitulé Migrations et réfugiés au Proche-Orient et au Soudan, coordonné par Cyril Roussel. En dépit de son titre, il comprend en fait deux articles sur Damas (dont celui de Fabrice Balanche est en marge de la problématique annoncée et propose en fait une synthèse sur le développement de l’habitat non-réglementaire à Damas), deux autres sur la question des réfugiés au Soudan et un dernier sur l’intégration des réfugisés palestiniens au Liban.
Sommaire :

Trois nouveaux ouvrages électroniques aux Presses de l’IFPO

A signaler, en rapport avec le colloque SEDET sur l’Eau dans la ville: du Maghreb au Moyen-Orient, la parution de Stratégies d’acquisition de l’eau et société au Moyen-Orient depuis l’Antiquité, sous la direction de Mohamed Dbiyat et de Michel Mouton.

Raqqa, territoires et pratiques sociales d’une ville syrienne, de Myriam Ababsa

et

Fondations pieuses en mouvement. De la transformation du statut de propriété des biens waqfs à Jérusalem (1858-1917) de Mousa Sroor