Archives par étiquette : révolutions arabes

Parution: Arab Cities after ‘The Spring’

BE V40 N1 Cover.inddJ’ai le plaisir d’annoncer la parution du numéro de la revue Built Environment reprenant une partie des actes du colloque du Caire : « Revolts and Transitions in the Arab World: Towards a New Urban Agenda ». Coordonné par Roman Stadnicki avec Leila Vignal et Pierre-Arnaud Barthel, il comporte neuf contributions (voir ci-dessous).  Voici un résumé du texte introductif

This article puts the contributions in this special issue of Built Environment into the perspective of the massive transformations that have taken place in the cities of the Arab world over the last thirty years. It analyses the specifi cities of the modes of production of the urban fabric and identifi es the spatial, social, economic and political disjunctions that developed within the Arab cities – and led, with other factors, to the ‘Arab Spring’. The perceptions of the city and the claims on the urban environment have been transformed. The article demonstrates that the impacts of ‘Arab Spring’ on the production and the politics of the Arab cities remain to be seen. However, temporalities of change refl ect gaps and iterations. Change faces resistance, drawbacks, and uncertainties. In-depth reshuffling of the hierarchy of powers, shifts in the mindset of the decision-makers, and transformation of the administrative and political bodies are long-term processes. In the meantime, the urban mobilizations, activism, as well as the stakes embedded in the urban fabric and materiality, are back on the agenda of research.

Je suis particulièrement heureux d’extraire les quelques lignes qui suivent de la conclusion de ce texte, qui met en avant la page Cities de Jadaliyya à laquelle je contribue depuis son lancement au mois de septembre 2013.

Collaborations through alternative platforms accompany these new discussions. Two of the contributors, Farah al-Nakib and Eric Verdeil, participated in the launch in the Autumn 2013 of the ‘cities’ page of Jadaliyya, a leading website of critical information and debates on and in the Arab world. The launch of this page is a stepping-stone towards the much needed ‘de-Westernization of urban studies’ (Choplin, 2013). It is a welcome indication that the revolutions of the Arab peoples have also an impact on the intellectual and academic milieu.

Table des matières

Stadnicki, Roman; Vignal, Leïla; Barthel, Pierre-Arnaud Assessing Urban Development after the ‘Arab Spring’: Illusions and Evidence of Change 

Al-Nakib, Farah  Towards an Urban Alternative for Kuwait: Protests and Public Participation

Les villes petites et moyennes dans les révoltes arabes: un état des lieux

confl-med-conflits-cutCompte rendu de: Karine Benafla (dir.), Dossier « Villes Arabes : Conflits et Protestations », Confluences Méditerranée, 85 (2013), 9-164.
Publié sur Jadaliyya Cities

Une des dimensions singulières des révoltes arabes est leur territorialité, qui a d’emblée constitué une clé de leur interprétation. Or, cette territorialité est plurielle et se décline en plusieurs moments. Aux révoltes des petites et moyennes villes tunisiennes (Sidi Bouzid, Kasserine), libyennes (Misrata et Benghazi) ou syriennes (Deraa, Homs), et des villes industrielles secondes comme Mahalla al-Koubra ou Suez en Egypte, se sont d’abord agrégés les soulèvements des quartiers populaires des métropoles. Puis, s’est produite une convergence, parfois brève, avec les jeunesses protestataires plus favorisées, sur les grandes places des capitales. C’est alors que le mouvement a gagné sa visibilité médiatique et qu’il a acquis une force qui a précipité la chute des régimes (voir, par exemple, Ayeb 2011). De cette chorégraphie à trois temps, c’est souvent la dernière scène, dramatique, que de nombreux observateurs ont privilégiée, laissant les autres dans une semi-pénombre qui ne commence que maintenant à être véritablement explorée (voir néanmoins Beware of Small Cities, par Deen Sharp). L’analyse proposée ici ne portera pas sur les quartiers des périphéries des grandes villes, pourtant essentiels pour comprendre les recompositions en cours, comme l’illustre le récent collectif piloté par Pierre-Arnaud Barthel avec l’appui de Sylvy Jaglin auquel j’ai modestement participé. Je voudrais plutôt m’intéresser à la place des villes petites et moyennes dans les conflits et protestations en cours, qu’aborde un numéro thématique de la revue Confluences Méditerranée, partiellement issu d’un colloque tenu à Lyon en octobre 2012, à l’initiative des géographes du GREMMO, notamment son directeur, Fabrice Balanche, et Karine Bennafla, qui le coordonne. Continuer la lecture

Kurdistan(s) : la préfiguration d’une nouvelle carte du Moyen-Orient?

L’autonomisation récente des régions kurdes de Syrie, abandonnées (en apparence en tout cas) par l’armée syrienne, après des années d’autonomisation du Kurdistan d’Irak (KRG : Kurdistan Regional Government), représente-t-elle une première étape d’une reconfiguration majeure de la carte du Moyen-Orient? Ce n’est l’objectif de ce billet que de répondre à cette question mais de signaler, autour de ces transformations, une multiplicité de réflexions et de débats, non seulement dans les milieux politiques concernés et dans la presse internationale mais également parmi les chercheurs.

L’utopie d’un grand Kurdistan

Continuer la lecture

Le bus 678 et la dignité des femmes du Caire

Ce film était encore visible dans une salle obscure hier à Lyon. Je le conseille à tous le monde et aux lecteurs de ce carnet en particulier qui y verront le Caire sous un jour glauque, à travers les yeux de femmes victimes de harcèlement sexuel, des beaux quartiers aux banlieues sordides. La ligne de bus éponyme est le symbole de cette violence faite aux femmes et le lieu de la vengeance de l’une d’elles. Le film dénonce la lâcheté de toute la société qui ne veut pas voir ces agressions répétées, du bas au haut de l’échelle sociale, et inversement. Mais il montre aussi que cette violence impunie et tue pervertit toutes les relations sociales, des femmes avec leurs maris ou fiancés, et réciproquement; avec les supérieurs; les parents; les policiers; les gamins dans la rue, etc. Continuer la lecture

Sur la confessionnalisation et les autres lectures territoriales de la révolte syrienne (à propos des contributions du GREMMO)

Mes collègues et amis du GREMMO, très réactifs dans les médias français au sujet du suivi de l’évolution du conflit syrien (voir leur rubrique On en parle dans les médias), publient une double tribune dans les pages Rebonds de Libération ce matin 13/6/2012.

Pour Fabrice Balanche, géographe, dans « Syrie : la «Montagne des Kurdes», prochaine zone martyre de la révolte ? »

La «Montagne des Kurdes» (Jebel Akrad) sera-t-elle le lieu du prochain massacre en Syrie ? Avec les deux tueries de Houla et de Qoubayr, la communauté internationale a compris que la Syrie était désormais au bord d’une guerre civile généralisée, car plusieurs indices indiquent qu’elles ont des causes communautaires. (en ligne pour les abonnés du journal)

Thierry Boissière, anthropologue,  s’interroge quant à lui sur « Les limites d’une approche confessionnelle de la crise syrienne » :

Sans écarter le risque d’une libanisation du conflit, il convient donc de souligner les limites d’une approche en termes purement confessionnels de celui-ci. La société syrienne a une longue tradition de mixité confessionnelle et a, jusqu’à présent, à peu près résisté aux dangers d’une orientation communautaire du conflit. L’opposition a conscience de ces dangers. A elle maintenant de trouver le langage qui permettrait de rassurer toutes les composantes de la société syrienne, alaouites compris. (en ligne pour les abonnés du journal).

Ce double éclairage a les vertus de la complémentarité. Il reflète aussi deux états d’esprit face aux événements, l’un qui calcule les probabilités de déclenchement du pire (Balanche), l’autre qui s’efforce de voir les dimensions « positives » des noirs événements actuels. Leur juxtaposition peut également se lire comme celle de deux postures scientifiques opposées dans leur lecture des dimensions géographiques et historiques du conflit politique qui traverse aujourd’hui la société syrienne. Continuer la lecture

Cartographie électorale de la Tunisie

Sous le pseudonyme d’El Kasbah, un facebookien tunisien met en ligne un dossier cartographique et infographique fort intéressant sur les résultats des élections du 23 octobre (accès ouvert).

Basées sur les résultats publiés par l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), les données utilisées ne sont pas exemptes de défauts. Seules sont disponibles les nombres de voix sur les partis qui ont obtenus des sièges. Cela fausse la représentation d’un vote très dispersé. Mais l’auteur est conscient de ce problème et propose diverses analyses pour contourner cet écueil.

Les commentaires très nombreux – et les réponses de l’auteur – apportent dans de nombreux cas des compléments utiles. Facebook non plus comme miroir égotique mais comme le meilleur d’un dispositif citoyen et participatif.

J’en extrais deux figures qui, avec leurs commentaires, me paraissent fort instructives. Continuer la lecture

Révoltes arabes : inscription dans les luttes sociales, enjeux de dénomination, lieux de contestation. Une sélection de textes

Manifestants incrédules d'occuper la place Tahrir aux premiers jours de la révolution égyptienne. (c) Jimmy Markoum

Dans le cadre du séminaire Villes, territoires, mondialisations, commun aux masters Systèmes territoriaux, Aide à la décision et développement durable et Ville et Société, que je coordonne avec Myriam Houssay-Holzschuch, l’une des séances portera sur « Villes, contestations et citoyenneté : lecture des révoltes arabes ». Contrairement aux autres séances, qui reposent totalement sur des textes académiques (la plupart volontairement en anglais), j’ai privilégié ici, faute de recul et de production scientifique suffisante, un ensemble de témoignages, tribunes et analyses publiés sur internet par des journalistes, des chercheurs ou des observateurs. Il s’agit d’une sélection, forcément arbitraire, issue de mon propre butinage pour utiliser ce joli terme québécois. Trois thématiques, inégalement représentées, sont proposées. Ce classement résulte pour partie de l’orientation disciplinaire et thématique privilégiée pour le séminaire, destinée à des jeunes géographes et urbanistes. Continuer la lecture

Regards sur la révolution égyptienne, une révolution des villes

Dans Echogéo, les géographes Delphine Pagès-ElKaroui et Leïla Vignal proposent un article qui fait pendant à celui de Abdelkarim Daoud sur la Tunisie dont j’ai déjà parlé, et qui analyse les racines géographiques de la révolution du 25 janvier. Elles soulignent notamment, au-delà de la chronologie politique, le poids de plusieurs révolutions silencieuses, notamment démographiques, éducatives et urbaines qui ont rendues insupportables les pratiques politiques du régime et les conditions de vie imposées à la population. Elles soulignent aussi que, contrairement à ce qu’on a observé en Tunisie, ce sont plutôt les villes du Delta et les populations insérées dans la mondialisation et qui en subissent les dures conséquences (ouvriers de l’industrie, etc.) qui ont été les moteurs de la mobilisation. L’article confirme sur ce point, tout en l’approfondissant, une hypothèse que j’avais émise dans mon papier sur les révolutions arabes dans Métropolitiques. Continuer la lecture

La démographie pour expliquer les révolutions arabes?

Youssef Courbage / photo John Foley/Opale

HMO/ Histoire du Moyen Orient contemporain à l’INALCO, un nouveau carnet d’Hypothèses, écrit par Chantal Verdeil à destination principale des étudiants en histoire du Monde arabe de l’INALCO, propose parmi ses premiers billets le compte rendu d’une conférence lyonnaise de Youssef Courbage, démographe bien connu du monde arabe à l’INED. Cet éclairage apporte un complément intéressant aux débats sur les révolutions arabes dont j’ai parlé à plusieurs reprises sur ce carnet.

Pour lui, il n’y a pas de doute, la transition démographique (qui passe par le déclin de la fécondité) mène à la transition démocratique : le contrôle des naissances suppose et induit une plus grande égalité au sein de la famille (entre maris et femmes comme entre parents et enfants) et conduit à accorder davantage de place aux individus. Toutes ces transformations ne peuvent pas, selon Youssef Courbage, ne pas avoir de conséquences au plan politique. Quand une population prend en main sa destinée démographique (mariage, procréation), elle ne peut pas laisser à d’autres le soin  de décider de son avenir politique. Youssef Courbage va même jusqu’à défendre l’idée d’un modèle qui associerait famille élargie et autoritarisme d’une part, famille restreinte et démocratie de l’autre, tout en reconnaissant que la Chine constitue une notable exception.

Lire la suite sur HMO

Révolution et décentralisation en Tunisie : les chantiers des géographes tunisiens

La dimension territoriale de la révolution tunisienne

Ce carnet s’en est fait plusieurs fois l’écho ces derniers mois (voir ces billets), la dimension territoriale a constitué un point central de l’analyse de la révolution tunisienne. A ce titre, elle a attiré les commentaires de plusieurs géographes. Le dernier en date est celui de Abdelkrim Daoud dans Echogéo, paru ces jours-ci (rubrique Sur le vif).

Il commence par un rappel de l’évolution des politiques d’aménagement du territoire qui souligne le tournant libéral adopté depuis les années 1990. Ces politiques se sont traduites par une métropolisation et une littoralisation marquées, et ont pénalisé les régions de l’intérieur. L’auteur, géomorphologue, a consacré une bonne partie de ses recherches à ces régions, soulignant notamment les conflits autour de la répartition de l’eau. Dans les mois qui viennent de s’écouler, ces questions deviennent des conflits ouverts, et l’on voit par exemple les habitants de la région de Sidi Bouzid menacer de couper une conduite d’eau traversant leur territoire vers la grande agglomération de Sfax si leurs besoins en eau ne sont pas satisfaits.

L’auteur en appelle à une politique d’aménagement du territoire refondée. Pour cela, il invoque notamment une décentralisation offrant aux municipalités et aux régions des outils et des moyens pour déterminer leurs propres politiques d’aménagement. Pour lui, l’Etat devrait continuer d’apporter son soutien financier, sous la forme d’une péréquation fiscale, et permettant précisément aux collectivités territoriales refondées de devenir des acteurs. Les investissements privés devraient également selon lui prendre leur part à ce rééquilibrage. Cet appel rejoint les positions défendues par l’association des urbanistes tunisiens, dont je rendais compte en avril dernier. On sait que c’est également l’objet d’un prochain colloque organisé par l’ISTEUB.

La contestation de l’Etat dans les périphéries tunisiennes

Cette vision conciliant autonomie locale et rééquilibrage est pourtant bien peu « politique » et ne donne guère de place à la réalité des revendications des populations locales. L’actualité des régions intérieures tunisiennes est bouillonnante. Les institutions gouvernementales, notamment les gouvernorats et la police, y ont été plusieurs fois prises pour cibles de mécontentement voire d’émeutes ces derniers mois (ex. à Métlaoui). Les entreprises privées ont été forcées d’intégrer, sous la contrainte d’un chantage souvent violent, des jeunes, diplômés ou non, au chômage (voir par exemple quelques articles concernant British Gas ici et là). Quant aux administrations et entreprises publiques, elles ont également été priées d’élargir leurs effectifs dans des proportions très importantes, notamment les régions périphériques (25000 emplois publics et 10000 recrutements dans les entreprises publics, voir cet article de la Presse de Tunisie).

Malgré ces mesures, le mécontentement reste vif. La politique suivie par le gouvernement de transition, non élu et qui n’a pas clairement rompu avec les anciennes élites, notamment administratives, est perçue comme contre-révolutionnaire par certains. Je n’assure pas une veille systématique sur ces questions mais ici et là, on perçoit ce malaise. Pour en avoir un témoignage direct, on peut par exemple se référer deux billets récents sur la situation à Kasserine, une de ces villes de l’intérieur (ici et ). La dimension « tribale » y est notamment mise en avant pour souligner les faiblesses de la construction nationale tunisienne et le défaut d’adhésion à l’Etat, voire la contestation ouverte de ce dernier. C’est là un point que les géographes (notamment tunisiens) n’ont guère étudié dans leurs travaux.

Une géographie électorale à suivre

Il est difficile d’émettre un pronostic sur le résultat des élections constituantes qui auront lieu le 23 octobre. Les préparatifs de la campagne, qui sera lancée le 1er octobre, vont bon train. A Tunis ou à Sfax, des banderoles signalant les permanences des partis et des slogans partisans sont affichées aux murs et dans leur diversité et leur désordre (tout relatif), elles offrent un réjouissant contrepoint à ce qu’était la triste iconographie du culte de la personnalité à l’époque de Ben Ali. Pour autant, l’effervescence politique qui prévaut dans le pays s’est traduit par un émiettement considérable de l’offre politique. Plus de 100 partis ont été déclarés.

Les coalitions de partis politiques (cc: fhimt.com)

Certes, on peut identifier cinq grands courants, bien résumés à travers l’infographie ci-dessus, sur le site fhimt.com. Mais malgré ces convergences idéologiques, il semblerait que la « divisionnite » règne en maître et que la plupart de ces partis partiront à la bataille en concurrents, sans réunir leurs forces dans des listes unies.

Dans ces conditions, et même si le scrutin proportionnel au plus fort reste favorise ce jeu pluraliste, il est à craindre que de nombreuses listes de gauche ou modérées ne parviennent pas à obtenir de sièges, ou du moins autant de sièges que l’addition de leurs voix l’auraient permis. Sans compter sur l’effet démobilisateur et opaque de cette abondance d’offre politique, dont il est difficile aux citoyens de clairement comprendre les mots d’ordre et les programmes. Il n’est pas donc pas exclu que, même minoritaire en voix, la mouvance islamiste (elle-même divisée mais plutôt moins que les autres forces) ne parviennent à fédérer un vote de protestation (et peut être aussi d’adhésion) assez large pour apparaître comme une force majeure sinon majoritaire dans le paysage.

Géographie électorale et décentralisation

Il faudra en particulier suivre avec attention la dimension régionale de ce scrutin. Certains géographes s’y emploient et cela ne va pas sans difficulté méthodologique (recueil des données aux bonnes échelles, choix d’agrégation de données pour constituer les indicateurs pertinents, sémiologie adaptée – pour un avant-goût, voir ici, une carte problématique du nombre d’inscrits). On espère que des cartes de la participation électorale ainsi que de la géographie partisane seront vite disponibles. La géographie électorale qui se dessinera le 23 octobre aura beaucoup d’incidence non seulement sur la nouvelle constitution mais aussi sur les réformes de décentralisation. Si les forces politiques d’opposition de gauche ou islamiste sont minoritaires mais avec des implantations locales fortes, il est possible que la décentralisation apparaissent comme un choix trop risqué pour ceux qui (« centristes » ou « modérés »?) seront alors au gouvernement, qui rechigneront alors à déléguer une partie des pouvoirs concentrés aujourd’hui aux mains de l’administration centrale.

Dire que la révolution tunisienne doit être territoriale, comme le souhaite Daoud Abdelkrim, ne peut se limiter à souhaiter une révolution institutionnelle. C’est aussi accepter que le pouvoir soit pris par des groupes et des forces dont le projet social et politique remettrait profondément en cause les structures sociales et spatiales de la Tunisie actuelle. C’est pourquoi une telle réforme sera largement dépendante de la nouvelle carte politique du pays.

[MàJ: pour prolonger cette discussion, cf. cet intéressant article de Amin Allal,  « Tunisie : Le bal des prétendants », Alternatives économiques, 7 octobre 2011,http://www.alternatives-economiques.fr/tunisie—le-bal-des-pretendants_fr_art_630_55593.html]