Archives par étiquette : Liban-Sud

La reconstruction post-2006 au Liban : un laboratoire pour de nouvelles pratiques de l’urbanisme

Cliquer pour accéder à la présentation du livre sur le site de Rouledge

La revue Métropolitiques, dont je suis devenu correspondant pour le Moyen-Orient, vient de publier mon commentaire sur l’ouvrage de Al-Harithy, Howayda (dir.) 2010. Lessons in post-war reconstruction. Case studies from Lebanon in the aftermath of the 2006 war, Londres : Routledge, 218 p. Ce compte rendu est également publié, dans une version légèrement différente et en arabe, dans le numéro 15, summer 2011 de Idafat, la revue arabe de sociologie (cf. ici le texte en arabe en PDF). Je remercie Sari Hanafi qui est à l’origine de cette initiative, ainsi que Mona Fawaz avec qui je poursuis la discussion sur ces questions (ici par exemple).

Voilà le résumé et le lien vers le texte sur le site de Métropolitiques.

Les reconstructions sont souvent des moments d’accélération de l’évolution des modes d’intervention urbanistique. Le cas du Liban post-2006 en est un exemple. Cet ouvrage présente l’analyse par des urbanistes et universitaires de leur propre intervention, dans un contexte marqué par le retrait de l’État et l’implantation locale forte du Hezbollah.

Violences et polémiques autour d’une poussée de la construction illégale au Liban

Toujours loin du Liban,  j’en suis l’actualité par le reflet déformant et appauvri de la presse. Après la crise des déchets à Saïda, et dans une situation de vide politique persistant (dans l’attente de la formation d’un nouveau gouvernement) renforcée par les événements en Syrie, les semaines qui viennent de passer ont été marquées par des heurts et des violences autour de chantiers de construction illégaux en divers points du pays.

L’enchainement de la violence, de la répression aux réactions des habitants

Photo The Daily Star (22/4/2011)

Les infractions en cause semblent principalement concerner l’occupation illégale de biens-fonds du domaine public, notamment sur le littoral mais également d’autres terrains publics appartenant à des administrations. Des terrains waqf gérés par Dar al Fatwa ont été également concernés à Ouzaï, ainsi que des terrains appartenant au Vatican et d’autres terrains privés sont mentionnés. Deux régions sont principalement touchées : la banlieue sud de Beyrouth où se localisent déjà les plus grandes concentrations de logement irréguliers au Liban et le littoral entre Zahrani et Tyr, au sud du pays. Près de l’aéroport, ces constructions pourraient constituer une menace pour le trafic aérien.

Le ministère de l’Intérieur et une institution appelée le Conseil central de sécurité (mais dans certains articles on parle du Conseil régional de sécurité ou du Sud) ont entrepris depuis le début du mois (première occurence dans la presse : le 7 avril dans le Daily Star) d’empêcher ces constructions, sans qu’on sache clairement si cette décision est liée à une recrudescence effective des chantiers illégaux ou à une autre autre raison. L’Orient-Le Jour parle de 3000 cas d’empiétements mais sans pouvoir vérifier ce chiffre. Dans les différents sites, les habitants se sont opposés aux forces de l’ordre venues interrompre les chantiers et dans certains cas détruire les constructions frauduleuses. Manifestations, sit-in, jets de pierre, blocages des rues par des pneus ou des poubelles incendiés, ainsi que violences contre leurs véhicules (3 chars des FSI ont été incendiés à Tyr) ont conduit à des épreuves de force. A Tyr, deux personnes ont été tuées, semble-t-il par des balles perdues. L’Orient-Le Jour (22 avril) a rapporté que des snipers tiraient sur les policiers. 6 policiers au moins ont été blessés.

Enjeux politiques et confessionnels

Photo publiée sur le site de Now Lebanon, et reprise sur L'Orient-Le Jour, tous deux proches du 14 mars. La photo suggère clairement l'instrumentalisation de la question des constructions illégales par le Hezbollah (portait de Hassan Nasrallah au premier plan)

Cette explosion de violence combine répression par les forces gouvernementales, mobilisation de type insurrectionnel voire même engagement milicien. Dans L’Orient-Le Jour et The Daily Star, proches du 14 mars, cette crise est interprétée comme un défi au gouvernement sortant de Saad Hariri et au ministre de l’Intérieur Ziyad Baroud, proche du Président Michel Sleimane et candidat à sa reconduction. Mais il s’agirait également d’un moyen de pression sur Najib Mikati chargé de la formation du nouveau gouvernement, qui fait montre d’indépendance par rapport au 8 mars. A l’appui de cette interprétation est avancé le constat que ces violations se produisent dans des régions qui tombent sous le contrôle du Hezbollah et de Amal, qui les auraient donc encouragées. De leur côté, ces deux partis dénoncent ces violences et ces violations, et apportent leur soutien aux forces de l’ordre (Al Manar, la télévision du Hezbollah indique que « le Hezbollah a affirmé que les forces de l’ordre doivent « réprimer sévèrement » les violations »). Un député du Hezbollah interprète même l’affaire en sens inverse, comme une volonté de nuire au 8 mars. Ces partis déplorent par ailleurs l’absence d’Etat (notamment par la voix de Nabih Berry, le Président du Parlement : cf. la polémique entourant ses propos). Certains protagonistes soulignent aussi que les violations des propriétés publiques ont commencé dans un village sunnite et seraient des proches de Bahia Hariri, ce que cette dernière a nié. D’autres soulignent les empiètements littoraux à finalité balnéaire, tolérés ou autorisés, bénéficiant à des proches du 14 mars : voir notamment cet article sur Al Manar). Comme souvent, il serait réducteur de limiter la question à un enjeu confessionnel.

L’approfondissement de la crise sociale dans le contexte des révolutions arabes

Force est de constater que ces dénonciations ne suffisent pas à interrompre les violations ni à faire en sorte que les habitants consentent à abandonner leurs constructions. Faut-il y voir la preuve de la duplicité de ces partis? ou bien le signe de leurs difficultés à contrôler leurs « troupes » supposées? Le scénario rappelle les émeutes de l’électricité en janvier 2008 qui avaient également été interprétées comme une instrumentalisation politique contre le gouvernement mais qu’on pouvait aussi également comprendre comme un ras-le-bol contre les insupportables coupures électriques dans un contexte de pauvreté croissante. J’avais ici proposé une interprétation de cette éruption de violence. Aujourd’hui, ces violations interviennent dans un contexte économique tout aussi tendu, marqué par la hausse du prix de l’essence en particulier. Et on ne peut bien sûr s’empêcher de faire le lien avec les révoltes et révolutions arabes dont une des motivations a été la protestation contre les mauvaises conditions de vie et les difficultés de logement, et dans le cas égyptien, les menaces d’éviction notamment dans le quartier de Bulaq au Caire.

Ces violations s’enracinent en particulier dans un contexte de crise du logement, comme le reconnait d’ailleurs implicitement le Conseil central de sécurité dans un communiqué du 7 avril. Il y est affirmé qu’il faut, en même temps qu’empêcher les occupations sur le domaine public, faciliter la construction sur les terrains privés  en autorisant dans les zones rurales des surfaces inférieurs à 120 m² (en faisant donc abstraction de la loi sur le permis de construire) et en débloquant les problèmes liés à la reconstruction des logements suite à la guerre de 2006.

Ressources et éléments bibliographiques

On trouvera ici une chronologie des événements sur cette question depuis le 7 avril à partir des articles du Daily Star (c’est en fait une requête sur le mot-clé illegal construction que j’archive ici (Chronologie de la crise de la construction illégale au Liban)- impossible de faire la même chose pour l’Orient-Le Jour dont les articles ne restent en accès libre que pour deux jours)

Plus largement, il est important de souligner que cette question des violations de la loi de la construction et de la construction sur des terrains illégaux s’inscrit dans la longue durée, en lien avec la guerre du Liban et avec les mouvements de population vers le littoral. A ce titre, on peut renvoyer aux travaux suivants :

– sur l’illégalité dans la banlieue sud de Beyrouth :

CLERC-HUYBRECHTS V. Les quartiers irréguliers de Beyrouth : Une histoire des enjeux fonciers et urbanistiques dans la banlieue sud. Beyrouth : Institut Français du Proche-Orient, 2008. Disponible sur : http://ifpo.revues.org/63.
CLERC-HUYBRECHTS V. « Beyrouth: l’influence du foncier et des plans d’urbanisme sur la formation des quartiers irréguliers de la banlieue sud ». M@ppemonde [En ligne]. 2006,. Vol. 84, n°4,. Disponible sur : < http://mappemonde.mgm.fr/num12/articles/art06406.html >
FAWAZ M. « An Unusual Clique of City-Makers: Social Networks in the Production of a Neighborhood in Beirut (1950-75) ». International Journal of Urban and Regional Research [En ligne]. 2008,. Vol. 32, n°3, p. 565-585. Disponible sur : < http://dx.doi.org/10.1111/j.1468-2427.2008.00812.x >
– sur l’occupation du littoral
La question des empiétements sur le domaine public maritime est ancienne. Dans le texte suivant, j’analysais il y a plus de 13 ans le développement des complexes balnéaires datant de la guerre civile pour lequel aucune régularisation ni démolition n’a jamais eu lieu (du moins à l’époque, et pas depuis à ma connaissance). La violation du domaine public renvoie donc aussi à un urbanisme illégal des « riches », en zone chrétienne notamment.
VERDEIL É. « Entre guerre et reconstruction : remblais et empiétements littoraux à Beyrouth ». In : BARON-YELES N, Goeldner-Gianella, VELUT S, ÉD. Le Littoral, regards, pratiques et savoirs, Etudes offertes à F. Verger, Editions Rue d’Ulm, 1999. p. 319-335. Disponible sur : < http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00003471 >
Sur l’artificialisation du littoral libanais, voir le chapitre 4 de l’Atlas du Liban, qui inclut aussi une analyse de W. Bakhos  sur le cas de Sarafand, particulièrement concerné par les empiétements.

VERDEIL É., FAOUR G. et VELUT S. , avec la coll. de BAKHOS W., « Chapitre 4 : Les mutations territoriales », in Atlas du Liban, Beyrouth, Liban, Institut français du Proche-Orient / CNRS Liban (« Études contemporaines »), 2007, [En ligne],  URL : http://ifpo.revues.org/419

Cette analyse de Sarafand est mise en perspective dans cet article :

BAKHOS W. « Le rôle de la puissance publique dans la production des espaces urbains au Liban ». M@ppemonde [En ligne]. 2005,. Vol. 80, n°4,. Disponible sur : < http://mappemonde.mgm.fr/num8/articles/art05403.html >