Archives par étiquette : Israel

Les problématiques énergétiques de la Jordanie

A lire sur le site Les clés du Moyen Orient cet entretien réalisé par le journaliste Olivier de Trogoff, en marge du colloque Le Moyen Orient à l’heure du Golfe. On lira aussi avec intérêt l’entretien avec Bernard Cornut, autre participant au colloque, sur un sujet proche.

Q°: Quelles sont les ressources énergétiques de la Jordanie aujourd’hui ?

La Jordanie est énergiquement dépendante à 97% de l’extérieur. Face aux difficultés d’importation, le pays cherche aujourd’hui à diversifier ses sources d’approvisionnement, mais aussi à repenser la consommation énergétique nationale.

La situation a beaucoup évolué. Jusqu’en 2003, la Jordanie bénéficiait d’importations d’hydrocarbures à prix réduit de la part de l’Irak. Le pétrole irakien passait par la Jordanie et en contrepartie, l’Irak accordait au pays des prix très faibles. Cet accord a pris fin avec l’invasion américaine en Irak.

La politique énergétique jordanienne a dû alors évoluer. Les importations de pétrole se sont diversifiées : en plus de l’Irak, elles viennent d’Arabie saoudite et d’autres fournisseurs. De plus, elles sont désormais payées à un prix beaucoup plus élevé. Les Jordaniens se sont mis à importer du gaz naturel d’Egypte afin d’assurer leur production d’électricité, via un gazoduc à travers le désert du Sinaï pour alimenter la Jordanie en gaz naturel. Cette nouvelle source d’énergie va cependant se révéler insuffisante. En effet, à partir de 2007, les Egyptiens réduisent leurs exportations de gaz. Depuis 2011, le tube a subi de multiples attaques dans le désert du Sinaï, car il alimente aussi l’Etat d’Israël.

Depuis, la Jordanie doit trouver de nouvelles sources d’alimentation en énergie. De nouveaux oléoducs sont en discussion, en provenance d’Irak notamment. Un terminal de liquéfaction de gaz est actuellement en construction à Aqaba, afin d’accueillir du gaz qatarie. Parallèlement, les découvertes de gaz se sont multipliées en Méditerranée. Israël cherche donc de nouveaux clients en vue de futures exportations, et se tourne donc naturellement vers son voisin jordanien. La compagnie des phosphates jordanienne et le gouvernement jordanien sont donc en train de conclure des accords énergétiques avec Israël. L’émotion est forte en Jordanie, mais la mobilisation limitée. Le gouvernement justifie son rapprochement avec Israël en insistant sur la diminution des coûts de l’énergie qui pourrait résulter de l’opération.

Lire la suite

Jérusalem. Bâtir deux villes en une

Couv-Salenson-Jérusalem-bâtir-deux-villes-en-uneIrène Salenson vient de publier  Jérusalem. Bâtir deux villes en une aux éditions de l’Aube-Bibliothèque des territoires. J’avais eu le plaisir de participer à la soutenance de la monumentale thèse qui est à l’origine de ce livre. Irène m’a fait l’honneur de me demander d’en écrire la préface, que je reproduis ici.

*

*   *

Jérusalem incarne par excellence la coexistence difficile des grandes trois religions monothéistes et leurs affirmations superposées et concurrentes sur un même espace. Mais elle est aussi un désespérant symbole du conflit israélo-palestinien et de ses impasses meurtrières. La ville est revendiquée par Israël comme sa capitale, au mépris du droit international qui condamne l’annexion de Jérusalem-Est. Al Quds est également la capitale dont les Palestiniens rêvent pour leur futur Etat. Depuis le début des années 2000, le mur de séparation et l’accélération de la colonisation à Jérusalem-Est comme en Cisjordanie illustrent les dimensions schizophrènes du projet israélien cherchant à étendre et à consolider le territoire annexé tout en refusant le contact avec les Palestiniens.

Sur un tel sujet, où les écrits antagonistes ne manquent pas, il est difficile de poser un regard équilibré qui sans faire nécessairement droit à des revendications contradictoires et passionnelles, cherche du moins à les examiner avec distance critique. C’est cet objectif immensément ambitieux que s’est donné Irène Salenson. Il lui vaudra nécessairement quelques volées de bois vert. Ce petit livre courageux synthétise une thèse très dense, soutenue en 2007 au terme d’un travail de terrain long et méticuleux, et actualisée ici sur certains points. L’auteure fréquente Jérusalem depuis quinze ans. Elle parle l’hébreu, comprend l’arabe, a travaillé dans divers organismes publics israéliens d’aménagement, des structures officielles palestiniennes en charge de projets urbains, avec des ONG arabes et israéliennes, en contact avec des habitants israéliens et palestiniens. S’il est toujours vain, comme elle l’indique, de revendiquer une quelconque « neutralité » et si d’ailleurs sa subjectivité d’urbaniste et d’observatrice engagée affleure dans ce livre, du moins dispose-t-elle comme peu de personnes du recul et de la connaissance nécessaires pour délivrer une analyse dépassionnée des politiques et stratégies urbaines qui se déploient dans cette ville et qui la façonnent.

Si la ville attire quantité de géopolitologues obsédés par les dimensions ethniques et religieuses du conflit, il est beaucoup plus rare de lire cette lutte pour l’espace à partir de cette grille d’analyse plus technocratique en apparence. Elle se révèle pourtant à l’usage très heuristique pour à la fois et approfondir la compréhension des mécanismes à l’œuvre sur le terrain et dépasser certains clichés. Irène Salenson a bénéficié, durant son parcours, de la bourse Michel Seurat, octroyée chaque année par le CNRS à de jeunes chercheurs qui enquêtent sur des terrains du Moyen Orient en souvenir de l’œuvre de ce sociologue mort en captivité pendant la guerre du Liban. Seurat est notamment connu pour ses travaux sur les politiques urbaines au Proche Orient. Il y mettait en garde contre la pensée urbanistique et aménageuse, porteuse d’un risque de réification de l’urbain dans sa matérialité technique, « à l’aune du kilomètre de trottoir », écrivait-il. Le risque, pour lui, était de perdre de vue la réalité des pouvoirs et la dynamique des mobilisations sociales qui s’y inscrivent et qui font de la ville l’enjeu même des luttes. Dans cet ouvrage, Irène Salenson ne tombe pas dans cette ornière même si elle étudie très sérieusement les instruments et les justifications des urbanistes qu’elle a longuement côtoyés et interrogés – mais aussi les visions et revendications des ONG et des habitants – palestiniens et israéliens – qui les contestent, les négocient, ou y résistent.

L’un de ses apports est de montrer à la fois la réalité du rapport de force très défavorable aux Palestiniens mais aussi un ensemble d’autres déterminations et controverses secondaires, parfois orthogonales à cette ligne d’analyse majeure. Ainsi cette lecture urbanistique renvoie-t-elle à des enjeux rarement présentés dans le cas de Jérusalem, qui rapprochent la situation de cette ville d’autres métropoles. La mise en évidence du manque d’attractivité, sur le plan démographique, de la métropole de l’intérieur par rapport à sa concurrente Tel Aviv, fait partie de ces éléments méconnus, qui justifient certaines actions d’aménagement.

A un autre niveau, l’ouvrage retrouve également, dans ce contexte si particulier, les impasses d’un mode d’action publique naguère paré des vertus de la modernité et de la rationalité et aujourd’hui contesté pour son caractère hiérarchique et autoritaire, et critiqué pour les effets pervers qu’il génère sur le plan social et politique. La planification urbaine yérosalémitaine, puisque c’est de cela qu’il s’agit, et ses schémas directeurs, sont pris en défaut à la fois face aux revendications et critiques venant de la société civile israélienne – et sans doute aussi de pratiques spéculatives qui auraient pu être davantage éclairées dans l’ouvrage – et face aux besoins ignorés et niés des habitants palestiniens de la ville. De sorte que, comme dans de nombreux autres contextes, cet urbanisme officiel est pris de court, controversé et contourné par de multiples pratiques. Les unes, militaires et de type colonial, visent à étendre et à renforcer l’assise territoriale israélienne et enrôlent les instruments urbanistiques à leur service – en dehors d’une planification approuvée. Les autres relèvent de la dignité du fait accompli face au déni et à l’oubli, ou encore de microstratégies de résistance – parfois conçues et mises en œuvre par l’association d’habitants palestiniens et de professionnels israéliens.

Au total, le livre révèle une multiplicité de formes de mobilisations et d’interactions qui, dans le cadre d’un rapport de force – de plus en plus ? – déséquilibré, illustrent néanmoins l’existence et la conquête de marges d’action alternatives, autonomes ou semi-autonomes. A cet égard, le livre n’apporte pas seulement une connaissance plus fine des formes de production de la ville à Jérusalem, il illustre bien, plus largement, certaines des inflexions majeures de l’urbanisme contemporain, notamment en situation asymétrique. Irène Salenson, en urbaniste critique et engagée, offre ainsi aux professionnels de l’aménagement urbain des éléments pour repenser leurs pratiques en lien avec les habitants et les ONG – qu’on pense aux bidonvilles des villes émergentes ou aux Roms en France.

Alors que l’avenir de Jérusalem et de l’ensemble Israël/Territoires palestiniens est essentiellement envisagé à travers le prisme de la géopolitique, la prise en compte de ces pratiques et fabriques territoriales fines est essentielle. Car ces expériences, pour ténues, fragiles et limitées qu’elles soient, inscrivent modestement sur le terrain d’autres modalités possibles de coexistence ou du moins d’interactions, qui compteront dans le futur peut être plus qu’on n’ose l’espérer en regardant les choses d’en haut.

 

Proche-Orient : Le pouvoir, la terre et l’eau de Pierre Blanc : un compte rendu

Ouvrage lu : Blanc P., 2012, Proche-Orient : Le pouvoir, la terre et l’eau, Les Presses de Sciences Po, 400 p.

L’ouvrage de Pierre Blanc, issu d’une thèse d’HDR, constitue une synthèse des enjeux géopolitiques de l’agriculture et de l’irrigation au Proche-Orient, entendu comme l’ensemble regroupant le Liban, la Syrie, la Jordanie, Israël et les territoires palestiniens ainsi que l’Egypte. Agronome de formation, l’auteur a exercé dans le domaine de la coopération agricole dans plusieurs de ces pays tout en menant par ailleurs des recherches géopolitiques sur Chypre dans la lignée de l’approche lacostienne. Il offre ici une réflexion inédite sur les fondements géographiques des conflits que connaît cette région : s’attacher à la terre et à l’eau est un moyen de mettre à bonne distance tant la question des identités religieuses et ethniques qu’une lecture en termes de rapports internationaux de puissance, et de réintroduire dans le questionnement d’indispensables dimensions socio-économiques et territoriales qui inscrivent la recherche dans une démarche empirique solide. Continuer la lecture

Le département de sciences politiques de l’Université Ben Gourion du Néguev (Israël) menacé de fermeture pour ses critiques des politiques gouvernementales à l’égard des Palestiniens

Le département « Politics and Government » de l’Université Ben Gourion du Néguev est dans la mire du ministère israélien de l’Enseignement supérieur. Un comité d’évaluation appuyé par des universitaires étrangers considère que les recherches qui y sont menées sont trop marquées par les « approches radicales » et recommande de fermer le département tant qu’un rééquilibrage vers des approches plus « mainstream » (« quantitative methodological approaches, political theory and comparative politics » selon le rapport d’évaluation) n’est pas effectué. Ce faisant, ce comité refuse d’ailleurs de prendre en compte les concessions importantes déjà effectuées en ce sens par le département à travers plusieurs recrutements. Continuer la lecture

Remarques sur La guerre de l’énergie – Israël-Palestine

A propos de : Amsellem David, 2011, La guerre de l’énergie : la face cachée du conflit israélo-palestinien, (Géographies, ISSN 2256-6694). Paris, Vendémiaire, 183 p.

Recension à paraître dans Géocarrefour.

Le conflit israélo-palestinien est généralement abordé par les géographes à partir de deux entrées, la terre et l’eau. L’analyse des rapports de force politico-économiques éclaire alors sur l’appropriation des ressources et les inégalités dans leur utilisation. C’est toute l’originalité de cet ouvrage issu d’une première recherche universitaire que de proposer une nouvelle clé de lecture du conflit. Jusqu’à très récemment, avec la découverte de gisements gaziers en mer, cette région du Proche-Orient était complètement dépendante de l’extérieur pour son approvisionnement en hydrocarbures. Or, la constitution d’une économie israélienne sophistiquée et l’urbanisation croissante rendent l’accès à l’énergie, sous sa forme primaire ou secondaire, indispensable. Inversement, cette question est d’emblée géopolitique car les circuits d’approvisionnement sont liés à l’organisation des territoires et font l’objet de conflits. Continuer la lecture

‘Born here’. Un rap arabe-israélien comme document pour la recherche urbaine

L’intervention de Haim Yacobi Power, Protest and Space, lors du séminaire Villes territoires mondialisations a été l’occasion d’illustrer la variété des matériaux utilisés par les géographes, au service de la problématique de la ville comme lieu d’affirmation du pouvoir dans une perspective toute foucaldienne. Le clip ‘Born Here’ de Tamer al Nafar et du groupe DAM constitue une illustration frappante des enjeux de l’aménagement urbain, entre surveillance et résistance, dans les Mixed Cities israéliennes. Lod est une ancienne ville palestinienne, « judaïcisée » après 1948 mais où la population arabe israélienne augmente régulièrement pour atteindre aujourd’hui 25% de la population, non seulement par croissance naturelle mais aussi par migrations internes, notamment de Bédouins du Negev expropriés de leurs terres et relocalisés dans cette ville. Continuer la lecture

Pouvoir, contestation et espace dans les villes israéliennes

Dans le cadre du séminaire Villes territoires mondialisations, organisé par Myriam Houssay Holzschuch et moi-même, nous avons le plaisir d’accueillir Haim Yacobi, lecturer à l’université Ben Gourion, actuellement bénéficiaire d’une bourse Marie Curie à l’Université de Cambridge. Il présentera ses travaux sous le titre Israeli Cities : Power, Contest, Space, le 10 novembre 2011 à 9h, à l’ENS de Lyon. Continuer la lecture

Le gaz naturel, nouvelle pomme de discorde à la frontière libano-israélienne

On parle depuis quelques années des perspectives d’exploitation d’hydrocarbures au large de la côte libanaise. Certains Libanais y voient la promesse de la résolution de leurs problèmes d’accès à l’énergie. D’autres soulignent plutôt les risques économiques que recèle une telle orientation: corruption et « rentiérisation » de l’économie.

Le champ gazier du Levant, selon le US Geological Survey.

Mais depuis un gros mois, en marge des ambitieux plans de résolution de la crise électrique que le ministre Gebran Bassil a fait approuver par le gouvernement, le démarquage unilatéral par Israël de sa zone économique maritime avec le Liban soulève les protestations à Beyrouth (article du Financial Times cité par Zawya Daily). Il est vrai que côté libanais, les autorités semblent prises de vitesse et qu’aucune disposition légale n’a encore été prise pour organiser la recherche pétrolière ni délimiter la zone de souveraineté au large des eaux territoriales (voir ici).

Carte des champs israéliens ouverts à l'exploration gazière par la compagnie Noble Energy (source : Noble Energy)

Ce nouveau problème frontalier vient s’ajouter à celui de la frontière syro-libanaise (et notamment le problème de Shebaa) (voir ici et une note de Matthieu Cimino dans Syria Comment), objet de nombreuses dissensions entre la majorité et l’opposition.

MAJ: en suivant un lien signalé par NOW Lebanon, il me semble utile de compléter ce billet avec cette carte issue d’un document de la compagnie américaine Noble Energy, qui a obtenu la licence pour l’exploration du gisement côté israélien. On voit que la limite du champ d’exploration s’étend vers le nord assez au delà de la frontière entre les deux pays.