Archives par étiquette : Hezbollah

Retour sur la reconstruction de la banlieue sud de Beyrouth dans les Carnets de l’IFPO

Rumor délocalisé! A la suite de ma participation, les 12 et 13 juillet, à « l’atelier de travail » intitulé « Waad: Une expérience unique » organisé par la municipalité de Haret Hreik et la structure d’aménagement Waad avec l’appui d’universitaires de l’Université Libanaise et de la Lebanese American University, Les Carnets de l’IFPO m’ont invité à en présenter un compte rendu. L’occasion peut-être pour les lecteurs qui ne connaissent pas ce carnet de haute tenue d’y jeter un œil. L’occasion pour moi aussi d’être connu par de nouveaux lecteurs. Continuer la lecture

Un parallèle heuristique entre le Hezbollah et le Parti communiste français

Fabrice Balanche publie dans Géocarrefour un provoquant commentaire du livre de Mona Harb, Le Hezbollah à Beyrouth, de la banlieue à la ville (1985 – 2005) (Presses de l’IFPO).
Particulièrement intéressant est le parallèle entre le Hezbollah et le PCF:

« A la lecture de cet ouvrage, nous ne pouvons nous empêcher de faire un parallèle avec le Parti communiste français de l’après guerre et son action publique dans la banlieue rouge parisienne. Tout comme le Hezbollah, il était le parti de la résistance, constituait une contre société par rapport à un modèle consumériste et exerçait une action sur l’urbanisme et dans le social qui contribuaient à légitimer le « communisme municipal ». Malgré le déclin du pouvoir d’attraction du modèle soviétique dès les années 1970 et la chute de l’URSS en 1991, le communisme municipal s’est maintenu. La légitimation locale permet de surmonter les déconvenues géopolitiques. Que l’Iran réduise son soutien, que l’axe pro-iranien (ou « croissant chiite ») soit coupé par un basculement de la Syrie dans le camp occidental, le Hezbollah perdurera au Liban. Ce sont des études de terrain comme celle de Mona Harb qui nous font prendre conscience de la futilité des raisonnements géopolitiques qui considèrent l’espace comme un simple échiquier et comme quantité négligeable l’inscription des acteurs dans la réalité socio-spatiale. »

Dans un billet précédent, j’avais aussi proposé cette analogie. On peut bien sûr la justifier par des éléments tirés du contexte de l’action politique (résistance à l’envahisseur comme source de légitimation, opposition à la clique économique dominante) mais je crois comme FB que la dimension de la construction locale de la légitimité à travers les services (logement, infrastructures) est essentielle. Voir aussi sur le même thème ce que dit Jihad Farah dans sa thèse, où il étudie l’action de la municipalité de Ghobeiri, tenue par le Hezbollah depuis 1998. Mais à la différence de Mona, Jihad ne traite pas de l’articulation des différents niveau d’action politique (local/national) du parti de Dieu.

Il va sans dire que cette comparaison porte sur les modes d’action politique et non pas sur les idéologies respectives de ces deux formations politiques. Les contextes historiques et géographiques sont évidemment sans lien.

Tensions foncières à Hadath (banlieue sud de Beyrouth)

Affiche de la municipalité de Hadath enjoignant les propriétaires à ne pas vendre leurs terrains

Hadath, une banlieue de Beyrouth à population majoritairement chrétienne, mais proche de la banlieue sud chiite en fort développement, connaît depuis la fin de la guerre civile une urbanisation importante sur ses terres agricoles. Cette pression urbaine est en bonne partie due à des chiites. L’anthropologue Annie Tohmé y a consacré diverses études à la fin des années 1990 [Tohmé, 1999]. L’Orient-Le Jour a publié à ce sujet un long reportage dans son édition d’hier : Hadath résiste difficilement aux »visées immoblières » du Hezbollah (voir ici ou en PDF). Ce type de polémiques est fréquent au Liban, et n’est pas propre à la banlieue-sud. Au même moment, les députés du 14 mars s’insurgent aussi contre l’occupation d’un bien-fonds de l’Eglise maronite à Lassa dans la région de Jbeil, un village majoritairement chiite de ce caza et agitent la menace de l’établissement d’une tête de pont du Hezbollah, en continuité territoriale avec les zones chiites de la Beqaa. D’ailleurs, dans les années récentes, Walid Joumblatt a également agité le spectre d’une colonisation chiite dans le sud du Chouf, ce qui montre que ce discours n’est pas propre à certaines factions chrétiennes.

Je reproduis ci-dessous une réaction intéressante à cet article de Jihad Farah, auteur d’une récente thèse sur l’urbanisation des banlieues sud et sud-est de Beyrouth.

Cet article est assez typique de la façon la presse libanaise aborde la question de l’immobilier dans les zones pluri-communautaires. Je pense qu’il y a plus d’un facteur qui font qu’on s’intéresse à la question aujourd’hui:

1. Le retour des grands partis communautaires chrétiens après 2005 et leur compétition pour la prééminence politique au sein des communautés chrétiennes

Comme d’habitude le moyen le plus rapide de le faire c’est de s’ériger en « défenseur de la communauté » contre les « exactions » des autres communautés. Ce n’est pas nouveau spécialement dans cette zone du Sahel. Déjà dans les années 70, Hadath avait la plus grande permanence Kataëb dans la région (900 affiliés à Hadath). Un des principaux aspects de sa réthorique à l’époque face à ses opposants locaux prinicipalement les Chamounistes et PSNS était la surenchère communautaire et « libaniste » face aux palestiniens des camps de Bourj AlBarajné et Chatila. Mohammad Abi Samra (du Nahar) rapporte dans une série d’articles – bien que sous la forme de « récits de vieilles personnes originaires de la région » – comment Haret Hreik qui ne connaissait pas dans l’avant-guerre une forte implantation Kataëb s’est retrouvée prise en étau dès 1969 entre les milciens Kataëb venant de Hadath et les factions palestiniennes des camps. Que se soit au début de la guerre avec les Kataëb ou plus tard avec le général Aoun, Hadath a toujours été présentée,  comme Aïn AlRemméné, par les partis communautaires chrétiens comme un “rempart face aux chiites”. L’après-guerre a propulsé à l’avant-plan de nouveaux acteurs à Hadath notamment Elie Hobeika et le député Dakkach. Ce dernier surtout avait une position moins radicale et a cherché à développer des ponts entre les deux parties de la ligne de démarcation notamment à Hadath et Haret Hreik. A Haret Hreik c’est lui qui parraina l’accord entre le Hezbollah et les clans familiaux chrétiens pour les élections municipales de 1998 (un accord qui tient toujours, puisque repris par les Aounistes). Ainsi pour les Forces Libanaises et les Kataëb après 2005, le retour en force ne peut se faire qu’en se présentant comme les défenseurs de la communauté face aux chiites – surtout qu’Aoun a réussi à remporter une grande victoire électorale en s’attaquant à « la mainmise des sunnites sur le pays » via l’ex-president du conseil des ministres Saad Hariri et son movement du Futur. Toutefois ce qui est surprenant – mais pas vraiment – dans le cas de Hadath c’est que la municipalité est tenue par les Aounistes, alliés du Hezbollah, et c’est eux qui lèvent ce slogan qui vise principalement la communauté chiite. Je pense bien que débordé à sa droite, pour se maintenir à Hadath (une base historique de son mouvement), Aoun ne prive pas sa base locale – qui partage largement d’ailleurs les mêmes valeurs que les Kataëb et les FL – de porter un tel discours.

2. La hausse de la valeur foncière dans les cinq ou six dernières années

Une hausse qui fait que cette plaine au milieu de l’agglomération beyrouthine gagne un intérêt capital. On est à l’opposé de la situation autour des années 2000 décrite en détail dans un mémoire de Pierre Minier (2000). Ainsi dans l’après-guerre et après une tentative du conseil municipal de l’avant-guerre, toujours actif, de freiner l' »étalement chiite », à travers un schéma directeur qui restreint les COS et les coefficients d’exploitation à l’échelle de petites maisons – une tentative bloquée après deux ans par le president du parlement Nabih Berri – on change catégoriquement de logique. Minier décrit un marché qui se met en place où les principaux notables de Hadath se trouvent dans une logique de complémentarité avec des promoteurs immobiliers chiites. A cette époque et vu la crise immobilière depuis 1998, la spéculation immobilière était à son plus bas. Hadath n’était pas assez intéressante pour attirer des grands acteurs métropolitains. Toutefois, la vente de terrains permettait aux notables de Hadath de retirer des liquidités pour investir dans d’autres secteurs, et pour d’autres familles chrétiennes qui ont quitté Hadath depuis longtemps ou qui ont payé lourdement le tribut de la guerre, la vente représentait un moyen de refaire sa vie. En fait comme l’explique Minier, beaucoup de gens de Hadath voulaient vendre. Ce n’est pas spécial à Hadath partout au Liban dans les zones qui ont connu les moments les plus difficiles de la guerre, les gens cherchaient à vendre dans l’après-guerre pour se faire une vie. La « singularité » de Hadath c’est qu’elle se trouve près de la banlieue sud et la ligne de demarcation et que les acheteurs sont d’une communauté différente. D’autre part, il est clair que les enjeux ont fortement changé depuis 2000. Comme me l’ont souligné certains de mes interlocuteurs locaux à Chiyah lors de mon travail de terrain pour ma thèse, des entrepreneurs chrétiens cherchent à profiter du boom immobilier de ces dernières années en reprenant les choses en main dans leurs « zones » notamment en mobilisant deux leviers essentiels: les municipalités et le discours communautariste. Toutefois, à Chiyah par opposition à la situation de Hadath, la question ne fait pas l’unanimité chez les partis politiques chrétiens.

3. La banlieue sud connaît dans l’après-guerre une forte densification poussant vers l’étalement

On voit ainsi les quartiers irréguliers se densifier et s’étaler sur les sables. Toutefois la mise en place d’Elyssar et la montée du prix du foncier et de l’immobilier (non-informel) dans cette zone freine l’étalement de la banlieue sud populaire dans ce sens. Clairement Saqi AlHadath, ligne de démarcation de la guerre, comme Sahra Choueifet représentent un horizon possible. Comme le décrivent Mona Fawaz et Hiba Bou Akar, la banlieue sud comprend un grand nombre d’entrepreneurs de tout genre, pas forcément rattachés au Hezbollah, mais aussi pas très loin de ses cercles. Elles décrivent très bien ces stratégies immobilières et notamment à Sahret Choueifet. Cependant un changement de taille arrive avec la guerre de 2006. Beaucoup de ménages de la classe moyenne dans la communauté chiite veulent sortir de la banlieue sud pour des espaces plus sûrs. Et ce n’est même pas forcément des anciens habitants de la banlieue sud, c’est aussi des émigrés d’Afrique qui comme beaucoup d’expatriés libanais voient dans l’immobilier un placement rentable avec la hausse des prix surtout après 2008, ce qui renforce la dynamique d’étalement. La construction bât son plein. Les entrepreneurs chiites passent la ligne de démarcation et construisent dans des zones qu’on imaginait pas avant comme Aïn AlRemméné.

4. La diabolisation du Hezbollah

L' »Orient-Lejour » est clairement un journal fortement ancré dans le camp du 14 mars. Depuis 2005 et surtout dans les trois dernières années, on peut bien voir que quand on traite de questions en rapport  avec la communauté chiite et plus précisemment le Hezbollah, dans ce journal, comme pratiquement tous ceux du 14 mars, on perd tout sens de professionnalisme et on verse dans un discours que je peux pour le moins qualifier de « racisme cru » (on peut voir aussi le cas inversé parfois quand on traite de la communauté Sunnite et du movement du Futur dans ceux du 8 mars). Bien sûr, la communauté chiite comme toutes les communautés est loin de ne comprendre que des anges et la politique du Hezbollah sur nombre de dossiers politiques est bien sûr aussi débatable, mais quand je lis un tel article qui lit les choses avec le prisme communautaire où une communauté est présentée comme un grand méchant loup essayant de déposséder une autre communauté de « ses biens », je suis assez triste. L’article est bien journalistique (dans le sens léger du mot). Il cherche le sensationnel, et ne cherche pas à décortiquer les discours, il utilise les dits pour des faits et surtout il n’essaie aucunement d’avoir une autre version des faits. Je pense que dire « Nous avons tenté d’appeler les responsables du parti pour vérifier l’authenticité des faits. En vain. » est trop facile. C’est d’abord concorder en amont la thèse que le Hezbollah est l’acteur derrière la scène qui avance ces entrepreneurs en pions et qui envoie des gens squatter des terrains. Comme on pourrait retirer des nombreux travaux sur le Hezbollah et sur l’urbanisation de la banlieue sud, ceci est une grotesque simplification. Comme j’ai dit plus haut, les cercles des entrepreneurs chiites ne sont pas forcément très loins du Hezbollah mais ils sont loins d’en être que les pions. L’apât du gain, dans un secteur forcément très rentable, n’a pas de communauté et n’a besoin de s’appuyer sur aucune stratégie politique. Ainsi, je pense que c’est les entrepreneurs que l’auteur devait contacter, et de mon expérience ils sont bien accessibles et ne se privent pas de s’exprimer.

Voilà en gros mes idées sur cet article. Je pense que lire le fait urbain, d’ailleurs comme tout au Liban, hors du carcan communautaire – même si je ne dis pas que la question communautaire n’a pas de poids – n’est pas pour demain dans nos médias, mais j’espère du moins que cela se maintiendra pour la recherche sur le Liban… chose qui n’est pas sûre quand j’entends toujours certains auteurs s’appuyer toujours sur  la communauté comme le référentiel primaire expliquant les phénomènes sociaux au Liban et où toutes les autres variables ne seront que des variables secondaires permettant de comprendre certaines dynamiques… mais dans chaque communauté à part!

Jihad Farah, Université de Liège

Références citées

BOU AKAR H. “Displacement politics and governance: access to low-income housing in a Beirut suburb”, mémoire de recherche en urbanisme à MIT, Cambridge, 2005

FARAH J. “Différenciations sociospatiales et gouvernance municipal dans les banlieues de Beyrouth: à travers l’exemple du Sahel AlMatn AlJanoubi et des municipalité de Chiyah, Ghobeiri et Furn AlChebbak”, Thèse de doctorat en urbanisme à l’université de Liège, Liège, 2011

FAWAZ M. “An unusual clique of city-makers: social networks in the production of a neighborhood in Beirut” in International Journal of urban and regional research, Vol 32.3, sept. 2008, pp. 565-85

FAWAZ M. “Hezbollah as an urban planner? Questions to and from planning theory” in Planning theory, vol 8-4, 2009, 323-334

HARB M. “Le Hezbollah à Beyrouth (1985-2005): de la banlieue à la ville”. Karthala/Ifpo, Paris, 300p

MINIER P. “Jeux et enjeux de la croissance urbaine: la reconquête de la ligne de demarcation à Hadath, banlieue de Beyrouth”. Mémoire de géographie à l’Université François Rabelais, Tours, 2000

TOHMÉ A. « L’urbanisation de la plaine de Hadath à la fin de la guerre :  recompositions sociales à Hay el-Amercan ». In : HUYBRECHTS E, DOUAYHI, ÉD. Reconstruction et réconciliation au Liban. Négociation, lieux publics, renouement du lien social.  Beyrouth : CERMOC, 1999.  p. 45-65.

MàJ le 25/8/2011: voir un nouvel article sur cette question, avec des projets de changement dans le plan d’occupation des sols et donc dans les prix des terrains.

Une thèse sur les municipalités de banlieue à Beyrouth

Le Sahel Al Matn Al Janoubi (c) J. Farah

Jihad Farah, 2011, Différenciations sociospatiales et gouvernance municipale dans les banlieiues de Beyrouth. A travers l’exemple du Sahel AlMatn AlJanoubi et des municipalités de Chiyah, Ghobeiri et Furn AlChebbak, Thèse en art de bâtir et urbanisme, Université de Liège, 562 p.

J’ai participé le 6 juillet à l’Université de Liège à la soutenance de la thèse de Jihad Farah. Elle mérite d’être connue (elle est d’ailleurs accessible en ligne) et voici une version remaniée et enrichie de mon rapport (il ne s’agit donc pas d’un rapport de soutenance mais uniquement des notes préparées pour mon intervention). Continuer la lecture

La reconstruction post-2006 au Liban : un laboratoire pour de nouvelles pratiques de l’urbanisme

Cliquer pour accéder à la présentation du livre sur le site de Rouledge

La revue Métropolitiques, dont je suis devenu correspondant pour le Moyen-Orient, vient de publier mon commentaire sur l’ouvrage de Al-Harithy, Howayda (dir.) 2010. Lessons in post-war reconstruction. Case studies from Lebanon in the aftermath of the 2006 war, Londres : Routledge, 218 p. Ce compte rendu est également publié, dans une version légèrement différente et en arabe, dans le numéro 15, summer 2011 de Idafat, la revue arabe de sociologie (cf. ici le texte en arabe en PDF). Je remercie Sari Hanafi qui est à l’origine de cette initiative, ainsi que Mona Fawaz avec qui je poursuis la discussion sur ces questions (ici par exemple).

Voilà le résumé et le lien vers le texte sur le site de Métropolitiques.

Les reconstructions sont souvent des moments d’accélération de l’évolution des modes d’intervention urbanistique. Le cas du Liban post-2006 en est un exemple. Cet ouvrage présente l’analyse par des urbanistes et universitaires de leur propre intervention, dans un contexte marqué par le retrait de l’État et l’implantation locale forte du Hezbollah.

Le Hezbollah, de la banlieue à la ville

Vient de paraître
Mona Harb, Le Hezbollah à Beyrouth (1985-2005). De la banlieue à la ville, IFPO-Karthala, 300 p.

Alors que la tension monte à Beyrouth autour du Hezbollah, devenu acteur central de la vie politique après les conflits de 2006 (contre Israël) et de mai 2008 (facile victoire contre les forces du 14 mars), ce livre propose un retour en arrière sur la construction du fief de la banlieue sud et de la manière dont le parti de Dieu s’est installé comme un acteur central du jeu politique urbain (et pas seulemlent politique tout court): urbanisme, services, environnement…

Présentation. Malheureusement peu de détails sur le site de Karthala qui indique un lien inactif vers Google Books.

Le monde occidental connaît le Hezbollah en tant que parti chiite, agent de l’Iran au Liban et force militaire qui fait la guerre à Israël. Médias et gouvernements dénoncent le rôle destructeur du « parti de Dieu » au sein du pays du Cèdre, ainsi que ses ambitions islamistes et terroristes néfastes au bon développement de la société plurielle libanaise. Ce livre s’adresse aux lecteurs et lectrices qui ne se suffisent pas d’une telle analyse réductrice.

Basé sur une connaissance du terrain longue de quinze années et sur l’analyse d’une trentaine d’entretiens, ce livre propose une nouvelle grille de lecture du Hezbollah, qui l’examine non pas comme phénomène externe à la société libanaise mais comme protagoniste inscrit dans l’histoire sociale et politique du pays. Mona Harb analyse aussi comment le Hezbollah forge au sein de la communauté chiite, longtemps stigmatisée, une conscience collective et un sentiment d’appartenance territoriale qui engendrent des sentiments de fierté, d’orgueil et de confiance.

Mona Harb est professeur associée d’urbanisme à l’Université américaine de Beyrouth. Quelques éléments de son parcours sur sa page web de l’AUB.

Sur des sujets proches, voir :

L’agenda domestique du Hezbollah

Reconstruction urbaine après une catastrophe : quelques liens

Le Hezbollah urbaniste?

L’agenda domestique du Hezbollah

Iconographie partisane, Université Libanaise, Juin 2010 (c)

Dans le prolongement d’un précédent billet sur le Hezbollah urbaniste, il me semble intéressant de signaler cette contribution de Marlin Dick, journaliste américain basé à Beyrouth, intitulée Hizbullah’s Domestic Growing Pains sur le site Middle East Report Online.

Dans un contexte politique de tensions renouvelées autour de la question du Tribunal International créé pour instruire et juger l’assassinat de Rafik Hariri, alors qu’il est question d’une implication du Hezbollah dans ce crime, cet article contraste avec le ton généralement très critique à l’égard du parti dans la presse internationale. M. Dick s’élève contre la présentation de ce dernier comme un Etat dans l’Etat (« The area’s portrayal as a mini-Islamic republic under absolute Hizballah domination is a caricature »), et s’attache à montrer comment sa participation au gouvernement depuis 2005, et plus largement ses mandats municipaux locaux, le transforment en un parti classique, impliqué dans les tâches gestionnaires où il se distingue de ses concurrents libanais par son efficacité et son professionnalisme. L’auteur fait de la reconstruction réussie (en tout spectaculaire) de Haret Hreik un marqueur de cette transformation tout en soulignant bien l’enjeu de cet investissement en termes de légitimité politique. L’article souligne aussi la contribution du parti à la lutte contre la criminalité dans la banlieue-sud, y compris contre la fraude électrique (voir la polémique récente à ce sujet).

« In November 2009, Hizballah blessed a long overdue clean-up operation, as personnel from the Internal Security Forces (a centralized police force) and various intelligence bodies established a presence in the dahiya to root out the criminals. The party dubbed the campaign al-Nizam min al-Iman (“public order is a part of faith”), and it covered everything from regulating traffic and use of sidewalks to sanitation and discouraging the theft of state electricity supplies via illegal connections to the network. »

L’article évoque très peu la pression militaire qu’excerce le parti et son organisation de type milicien, et encore moins la permanence de son engagement militaire contre Israël (le réarmement, la présence discrète dans la zone de la FINUL) généralement mis en avant par les détracteurs du parti. A cet égard, l’article ne va pas au fond des choses. Pour autant, le regard qu’il porte est original et intéressant.

Le Hezbollah urbaniste?

Bâtiments de Haret Hreik détruit après la guerre de 2006. Source : Waad

Bâtiments de Haret Hreik détruit après la guerre de 2006. Source : Waad. Waad est le nom de l'organisme qui mène l'opération, sous la tutelle du Hezbollah

« Hizbullah as urban planner? Questions to and from planning theory »: tel est le titre d’un stimulant article de Mona Fawaz dans Planing Theory (2009). Professeur associée à l’AUB où elle enseigne dans le master Urban Design and Planning, M. Fawaz s’est fortement engagée, au lendemain de l’opération israélienne de l’été 2006 qui a ravagé le Liban, dans les débats sur la reconstruction des zones détruites, au sein de la Reconstruction Unit de la Faculté d’Architecture de l’AUB.

La zone la plus touchée était un secteur de la banlieue sud de Beyrouth, Harek Hreik. Sur un périmètre de 40 ha, 265 immeubles ont été totalement détruits et un grand nombre d’autres endommagés. 20.000 personnes (3100 familles) se retrouvèrent sans logement. Les réflexions et propositions de M. Fawaz et de ses collègues ont été compilées, avec un utile état des lieux du quartier, dans un petit ouvrage publié par l’AUB, abondamment illustré et passé inaperçu (Ghandour et Fawaz, 2007). Cet ouvrage, à vrai dire, avait été écrit en grande partie en réaction à un processus de reconstruction complètement dominé par le Hezbollah, principal parti politique chiite, très implanté dans la banlieue sud et en particulier dans ce secteur, où ses infrastructures essentielles étaient établies et furent largement détruites.

C’est de cette mainmise sur l’urbanisme de ce secteur par un acteur « privé », acteur à la fois politique et religieux (décritici  comme religious and political group), que traite ce texte court, modeste dans ses formulations, mais très synthétique et éclairant. Alors que l’urbanisme est traditionnellement conçu comme une tâche relevant du public, l’exemple de Haret Hreik offre une occasion de réfléchir à ce qu’il advient lorsqu’un tel acteur en détient tous les leviers, de la conception à la mise en œuvre. M. Fawaz replace cette discussion dans une critique radicale (au sens américain) de l’urbanisme, telle que la revue Planning Theory s’en fait notamment l’écho.  Plutôt que de l’étudier à partir de ce qu’il devrait être t, en postulant la bonne volonté (the  goodwill) des urbanistes et de l’action publique, il s’agit au contraire d’y voir un processus éminemment politique, de construction et de reproduction des inégalités socio-économiques et de pouvoir.

Les ingénieurs de Waad en visite sur le projet. Source: Waad. L'image illustre la domination des ingénieurs sur le processus de conception.

Les ingénieurs de Waad en visite sur le projet. Source: Waad. L'image illustre la domination des ingénieurs sur le processus de conception.

L’auteur examine l’action du Hezbollah au regard de deux paramètres : sur le plan de la procédure et sur celui de ce qu’est une bonne ville et donc des valeurs sociales et esthétiques qu’impliquent l’urbanisme. Elle souligne ainsi que, bien que prétendument menée selon une logique participative, ce projet d’aménagement a en fait été mené dans une logique top-down par des professionnels de l’aménagement urbain travaillant en secret. D’autre part, elle montre que l’esthétique du projet (l’architecture) et ses principes par exemple en matière de transport, à travers la priorité donnée à la circulation routière, restent marqués par les conceptions professionnelles dominantes. Enfin, le choix fait de reconstruire très vite, au même endroit, et à l’identique (pour gagner du temps et ne pas se heurter à des problèmes réglementaires), a conduit à reproduire les défauts de ce quartier qui s’était développé, de manière d’ailleurs illégale sur le plan de la construction, avec une densité très forte, des espaces publics limités et malcommodes et un déficit d’éclairage naturel pour de nombreux habitants.

Maquette d'un projet illustrant la densité du projet. Source: Waad

Maquette d'un projet illustrant la densité du projet. Source: Waad

En conclusion, M. Fawaz souligne le caractère paradoxal, au regard de la perspective néolibérale, de cette décharge de l’Etat un tel acteur « privé ». En effet, Hezbollah, à la différence de Solidere ou plus largement des autres acteurs privés opérant dans l’urbanisme au Liban et dans bien d’autres contextes, ne recherche pas l’accumulation de capital et la rentabilité. C’est l’une des raisons qui permet le maintien sur place des habitants. Mais pour autant, le processus n’est pas plus démocratique, voire moins. Elle souligne à l’envi les formes de pressions exercées contre les habitants et la manipulation de l’information pour les empêcher d’adopter d’autres solutions. Elle relie cela à l’objectif central du parti dans cette affaire, à savoir la reconstitution d’un bastion territorial et la mise en dépendance de ses habitants à l’égard du parti, opérateur de cette reconstruction.

Tout en saluant ce remarquable « essai », il me paraît utile de proposer deux commentaires complémentaires qui permettent d’entamer un débat non pas sur l’analyse et le cas eux-mêmes mais sur la nature de l’urbanisme au Liban et la question des formes du pouvoir local.

Ma première remarque a trait à la définition du Hezbollah comme un acteur non public (a non state actor). A l’évidence, le Hezbollah qui agit en l’occurrence en dehors des règles et procédures légales de l’urbanisme et de la construction, dans un défi permanent à l’Etat, est bien un acteur d’un type inhabituel. Pour autant, le rapport au territoire et au local dont témoigne son engagement dans ce projet d’urbanisme – dont MF souligne qu’il est inédit même si le Hezb a déjà participé à des projets d’urbanisme comme opposant ou comme médiateur- est-il si différent du comportement de forces politiques enracinées au niveau local sur d’autres terrains? En un sens, on pourrait aisément faire une comparaison avec la stratégie du Parti communiste français dans les banlieues rouges de la région parisienne dans les années 1960 (voir ce fameux article de Yves Lacoste, 1963), construisant des logements sociaux distribués à ses partisans dans l’objectif très clair de concentrer leurs votes, de maintenir donc son inscription territoriale et sa masse de députés (et donc son poids politique global) à un niveau qui est du reste longtemps resté supérieur à sa représentativité dans la société française.

Acteur non public donc, mais acteur politique local. D’une certaine manière, on dira que la stratégie du Hezbollah est très comparable à celle d’une municipalité disposant de compétences dans le domaine de l’urbanisme, à ceci près que son action s’exerce en l’occurrence largement à l’extérieur du cadre officiel de l’urbanisme, et en particulier, que le parti court-circuite ici la municipalité qui lui pourtant proche politiquement.

Ma deuxième remarque porte alors justement sur la place des municipalités dans l’urbanisme au Liban. Celle-ci est notoirement très faible. Malgré un héritage ottoman, l’urbanisme est au Liban et les autres pays de la région largement un héritage colonial, et à ce titre une pratique aux mains des administrations centrales. Avec la décolonisation, les Etats indépendants ont assumé cet héritage, voire l’ont renforcé. Comme nous l’analysons avec Taoufik Souami dans Concevoir et gérer les villes, l’urbanisme dans les pays arabes est une pratique moderniste et modernisatrice enrôlée au service du nationalisme. Dans le même temps, les municipalités dotées de peu de pouvoir et de moyens, sans conseil municipal élu pendant certaines périodes, ont très peu investi le champ de l’urbanisme. C’est là une différence majeure avec l’Europe, où les municipalités ont joué un rôle moteur dans l’invention de l’urbanisme. Ainsi, on peut dire qu’au Liban et dans de nombreux pays arabes, l’urbanisme a rarement été un outil pour les municipalités, et en particulier, n’a que rarement été un moyen de contrôle et de reproduction d’une base sociale d’électeurs, sur la base d’un système clientéliste ou de services à la population. Une des rares exceptions à ce schéma au Liban est la politique de logement sociaux menée à Borj Hammoud avant la guerre civile, analysée en particulier par Tristan Khayat dans un travail hélas non publié (voir quand même Khayat 2001). De manière paradoxale, comme j’essaie de le montrer dans le livre issu de ma thèse à paraître prochainement (Beyrouth et ses urbanistes. Une ville en plans (1950-1975), Presses de l’IFPO) l’urbanisme n’a donc pas vraiment été, au moins jusqu’à la guerre civile, un instrument de contrôle communautaire par les outils du logement ou de l’affectation spatiale. Mais plutôt un outil de prestige pour l’Etat et un outil d’accumulation de capital pour les propriétaires fonciers et autres acteurs dominants du marché immobilier. Un des éléments d’explication de cette situation  est certainement à rechercher dans le décalage entre la population résidente et le corps électoral, qui reste attaché au « village » (là encore, une intuition de T. Khayat 2001, que j’ai développée dans cet article sur les territoires du vote au Liban).

La stratégie du Hezbollah de défense et de reproduction de son bastion territorial à Haret Hreik par l’urbanisme apparaît dans ce contexte comme relativement inédite. Mais on peut y voir simplement la mise en œuvre d’une stratégie de pouvoir local – un pouvoir local suffisamment fort, certes, pour défier l’Etat jusqu’à bafouer ses règles élémentaires d’urbanisme, ce que ne peut faire normalement une municipalité. En ce sens, la qualification du Hezbollah comme acteur religieux alternatif apparaît comme un euphémisme réducteur voire trompeur.

J’ajouterai un dernier point d’interrogation concernant ce cas de Haret Hreik. Mona Fawaz ne parle guère de la population résidente et notamment de sa sociologie et cela constitue une sorte de point aveugle de son texte. Sans doute manque-t-on d’études précises à ce sujet. M. Fawaz décrit des habitants intimidés, apeurés, leurrés et comme privés de ressources, ce qui apparaît en décalage avec le statut social majoritaire dans ce quartier qui se caractérise pour une mixité sociale forte, avec une bonne représentation des couches moyennes voire de l’élite économique et sociale de la société chiite. Une part significative de cette population était – reste – certainement affiliée directement ou indirectement au Hezbollah. Cette proximité et cette relative aisance sociale ont-elles pesé dans la stratégie et les choix du parti? Déterminé une implication plus forte pour la reconstruction sur place? Dans de nombreux autres contextes (y compris au Sud), ce sont les couches sociales moyennes, éduquées et politiquement mobilisées qui sont les moteurs des mobilisations autour de la transformation du cadre de vie. La reconstruction de Haret Hreik est de ce point de vue particulièrement paradoxale. On peut certes lire le déroulement des opérations comme une confirmation de l’encadrement très étroit de la population par le Hezbollah mais ne le lire qu’à cette aune est quelque peu frustrant et nous laisse perplexe alors même que d’autres travaux récents comme le livre de Lara Deeb offrent l’image d’une classe moyenne sinon diverse dans ses choix politiques, du moins très engagée et active dans la construction de sa vie quotidienne. On aimerait que ce paradoxe soit analysé plus en détail.

Références

Fawaz Mona and Ghandour Marwan, eds., 2007, The Reconstruction of Haret Hreik: Design Options for Improving the Livability of the Neighborhood, Beirut: AUB Reconstruction Unit (L’ouvrage était distribué gratuitement sur demande à l’AUB. Je ne sais pas s’il est encore en stock).

Khayat Tristan, 2001, «Construction du territoire municipal et aménagement métropolitain à Borj Hammoud», in Favier A. (dir.), Municipalités et pouvoirs locaux au Liban. Beyrouth: CERMOC, col. «Les Cahiers du CERMOC», n° 25, p. 207-225.

Lacoste Yves, 1963, « Un problème complexe et débattu: les grands ensembles », Bulletin de l’association des géographes français, pp.37-46 (apparemment non encore disponible sur internet)

<!–[if !mso]> <! st1\:*{behavior:url(#ieooui) } –>

Le Hezbollah urbaniste?

« Hizbullah as urban planner? Questions to and from planning theory »: tel est le titre d’un stimulant article de Mona Fawaz dans Planing Theory (2009). Professeur associée à l’AUB où l’auteure enseigne dans le master Urban Design and Planning, M. Fawaz s’est fortement engagée, au lendemain de l’opération israélienne de l’été 2006 qui a ravagé le Liban, dans les débats sur la reconstruction des zones détruites, au sein de la Reconstruction Unit de la Faculté d’Architecture de l’AUB.

La zone la plus touchée était un secteur de la banlieue sud de Beyrouth, Harek Hreik. Sur un périmètre de 40 ha, 265 immeubles ont été totalement détruits et un grand nombre d’autres endommagés. 20.000 personnes (3100 familles) se retrouvèrent sans logement. Les réflexions de M. Fawaz et de ses collègues ont été compilées, avec un utile état des lieux du quartier, dans un petit ouvrage publié par l’AUB, abondamment illustré et passé inaperçu (Ghandour et Fawaz, 2007). Cet ouvrage, à vrai dire, avait été écrit en grande partie en réaction à un processus de reconstruction complètement dominé par le Hezbollah, principal parti politique chiite, très implanté dans la banlieue sud et en particulier dans ce secteur, où ses infrastructures essentielles étaient établies et furent largement détruites.

C’est de cette mainmise sur l’urbanisme de ce secteur par un acteur « privé », acteur à la fois politique et religieux (décrit comme religious and political group), que traite ce texte court, modeste dans ses formulations, mais très synthétique et éclairant. Alors que l’urbanisme est traditionnellement conçu comme une tâche relevant du public, l’exemple de Haret Hreik offre une occasion de réfléchir à ce qu’il advient lorsqu’un tel acteur en détient tous les leviers, de la conception à la mise en œuvre. M. Fawaz replace cette discussion dans la remise en cause actuelle, menée notamment au sein de la revue Planning Theory, d’une étude de l’urbanisme à partir de ce qu’il devrait être plutôt qu’à partir de ce qu’il est, autrement dit en refusant son caractère implicitement utopique et orienté vers la production du bien. Il s’agit au contraire de voir dans l’urbanisme un processus éminemment politique, de construction et de reproduction des inégalités socio-économiques et de pouvoir.

Elle examine l’action du Hezbollah au regard de deux débats: sur le plan de la procédure et sur celui de ce qu’est une bonne ville et donc des valeurs sociales et esthétiques qu’impliquent l’urbanisme. Elle souligne ainsi que, bien que prétendument menée selon une logique participative, ce projet d’aménagement a en fait été mené dans une logique top-down par des professionnels de l’aménagement urbain travaillant en secret. D’autre part, elle montre que l’esthétique du projet (l’architecture) et ses principes par exemple en matière de transport, à travers la priorité donnée à la circulation routière, restent marqués par les conceptions professionnelles dominantes. Enfin, le choix fait de reconstruire très vite, au même endroit, et à l’identique (pour gagner du temps et ne pas se heurter à des problèmes réglementaires), conduit à reproduire les défauts de ce quartier qui s’était développé, de manière d’ailleurs illégale sur le plan de la construction, avec une densité très forte, des espaces publics limités et malcommodes et un déficit d’éclairage naturel pour de nombreux habitants.

En conclusion, M. Fawaz souligne que dans une perspective néolibérale, où l’Etat se décharge sur des acteurs privés, le schéma en question à Beyrouth est paradoxal. En effet, Hezbollah, à la différence de Solidere ou plus largement des autres acteurs privés opérant dans l’urbanisme au Liban et dans bien d’autres contextes, ne recherche pas l’accumulation de capital et la rentabilité. C’est l’une des raisons qui permet le maintien sur place des habitants. Mais pour autant, le processus n’est pas plus démocratique, voire moins. Elle souligne à l’envi les formes de pressions exercées contre les habitants et la manipulation de l’information pour les empêcher d’adopter d’autres solutions. Elle relie cela à l’objectif central du parti dans cette affaire, à savoir la reconstitution d’un bastion territorial et la mise en dépendance de ses habitants à l’égard du parti, opérateur de cette reconstruction.

Tout en saluant ce remarquable « essai », il me paraît utile de proposer deux commentaires complémentaires qui permettent d’entamer un débat non pas sur l’analyse et le cas eux-mêmes mais sur la nature de l’urbanisme au Liban et la question des formes du pouvoir local.

Ma première remarque a trait à la définition du Hezbollah comme un acteur non public (a non state actor). A l’évidence, le Hezbollah qui agit en l’occurrence en dehors des règles et procédures légales de l’urbanisme et de la construction, dans un défi évident à l’Etat, est bien un acteur d’un type inhabituel. Pour autant, le rapport au territoire et au local dont témoigne son engagement dans ce projet d’urbanisme – dont MF souligne qu’il est inédit même si le Hezb a déjà participé à des projets d’urbanisme comme opposant ou comme médiateur- est-il si différent du comportement de forces politiques enracinées au niveau local sur d’autres terrains? En un sens, on pourrait aisément faire une comparaison avec la stratégie du Parti communiste français dans les banlieues rouges de la région parisienne dans les années 1960 (voir ce fameux article de Yves Lacoste, 1966), construisant des logements sociaux distribués à ses partisans dans l’objectif très clair de concentrer leurs votes, de maintenir donc son inscription territoriale et sa masse de députés (et donc son poids politique global) à un niveau qui est du reste longtemps restés supérieur à sa représentativité dans la société française.

Acteur non public donc, mais acteur politique local. D’une certaine manière, on dira que la stratégie du Hezbollah est très comparable à celle d’une municipalité disposant de compétences dans le domaine de l’urbanisme, à ceci près que son action s’exerce en l’occurrence largement à l’extérieur du cadre officiel de l’urbanisme, et en particulier, que le parti court-circuite ici la municipalité qui lui pourtant proche politiquement.

Ma deuxième remarque porte alors justement sur la place des municipalités dans l’urbanisme au Liban. Celle-ci est notoirement très faible. Malgré un héritage ottoman, l’urbanisme est au Liban et les autres pays de la région largement un héritage colonial, et à ce titre une pratique aux mains des administrations centrales. Avec la décolonisation, les Etats indépendants ont assumé cet héritage, voire l’ont renforcé. Comme nous l’analysons avec Taoufik Souami dans Concevoir et gérer les villes, l’urbanisme dans les pays arabes est une pratique moderniste et modernisatrice enrôlée au service du nationalisme. Dans le même temps, les municipalités dotées de peu de pouvoir et de moyens, sans conseil municipal élu pendant certaines périodes, ont très peu investi le champ de l’urbanisme. C’est là une différence majeure avec l’Europe, où les municipalités ont joué un rôle moteur dans l’invention de l’urbanisme. Ainsi, on peut dire qu’au Liban et dans de nombreux pays arabes, l’urbanisme a rarement été un outil pour les municipalités, et en particulier, n’a que rarement été un moyen de contrôle et de reproduction d’une base sociale d’électeurs, sur la base d’un système clientéliste ou de services à la population. Une des rares exceptions à ce schéma au Liban est la politique de logement sociaux menée à Borj Hammoud avant la guerre civile, analysée en particulier par Tristan Khayat dans un travail hélas non publié (voir quand même Khayat 2001). De manière paradoxale, comme j’essaie de l’argumenter dans le livre issu de ma thèse à paraître prochainement (Beyrouth et ses urbanistes. Une ville en plans, Presses de l’IFPO) l’urbanisme n’a donc pas vraiment été, au moins jusqu’à la guerre civile, un instrument de contrôle communautaire par les outils du logement ou de l’affectation. Mais plutôt un outil de prestige pour l’Etat et un outil d’accumulation de capital pour les propriétaires fonciers et autres acteurs dominants du marché immobilier. Un des éléments d’explication est certainement à rechercher dans le décalage entre la population résidente et le corps électoral, qui reste attaché au « village » (là aussi, encore une intuition de T. Khayat 2001, que j’ai développée dans cet article sur les territoires du vote au Liban).

La stratégie du Hezbollah de défense et de reproduction de son bastion territorial à Haret Hreik par l’urbanisme apparaît dans ce contexte comme relativement inédite. Mais on peut y voir simplement la mise en œuvre d’une stratégie de pouvoir local – un pouvoir local suffisamment fort, certes, pour défier l’Etat jusqu’à bafouer ses règles élémentaires d’urbanisme, ce que ne peux faire normalement une municipalité. En ce sens, la qualification du Hezbollah comme acteur religieux alternatif apparaît comme un euphémisme trompeur voire mensonger.

J’ajouterai un dernier point d’interrogation concernant ce cas de Haret Hreik. Mona Fawaz ne parle guère de la population résidente et notamment de sa sociologie et cela constitue une sorte de point aveugle de son texte. Sans doute manque-t-on d’études précises à ce sujet. M. Fawaz décrit des habitants intimidés, apeurés, leurrés et comme privés de ressources, ce qui apparaît en décalage avec le statut social majoritaire dans ce quartier qui se caractérise pour une mixité sociale forte, avec une bonne représentation des couches moyennes voire de l’élite économique et sociales de la société chiite. Une part significative de cette population était – reste – certainement affiliée directement ou indirectement au Hezbollah. Cette proximité et cette relative aisance sociale ont-elles pesé dans la stratégie et les choix du parti? Déterminé une implication plus forte pour la reconstruction sur place? Dans de nombreux contextes, ce sont les couches sociales moyennes, éduquées et politiquement mobilisées qui sont les moteurs des mobilisations autour de la transformation du cadre de vie. La reconstruction de Haret Hreik est de ce point de vue particulièrement paradoxale. On peut certes lire le déroulement des opérations comme une confirmation de l’encadrement très étroit de la population par le Hezbollah mais ne le lire qu’à cette aune est quelque peu frustrant et nous laisse perplexe alors même que d’autres travaux récents comme le livre de Lara Deeb offrent l’image d’une classe moyenne sinon diverse dans ses choix politiques, du moins très engagée et active dans la construction de sa vie quotidienne. On aimerait que ce paradoxe soit analysé plus en détail.

Références

Fawaz Mona and Ghandour Marwan, eds., 2007, The Reconstruction of Haret Hreik: Design

Options for Improving the Livability of the Neighborhood, Beirut: AUB Reconstruction Unit (L’ouvrage était distribué gratuitement sur demande à l’AUB).

Khayat Tristan (2001). «Construction du territoire municipal et aménagement métropolitain à Borj Hammoud», in Favier A. (dir.), Municipalités et pouvoirs locaux au Liban. Beyrouth: CERMOC, col. «Les Cahiers du CERMOC», n° 25, p. 207-225.

Lacoste Yves, 1963, « Un problème complexe et débattu: les grands ensembles », Bulletin de l’association des géographes français, pp.37-46 (apparemment non encore disponible sur internet)