Archives par étiquette : espace public

Domaine public, espace public et espaces verts : rapports de classe et espace urbain à Beyrouth

De retour d’une dizaine de jours à Beyrouth, je voudrais revenir sur deux questions abordées auparavant sur ce carnet, notamment dans le billet Lutter pour l’espace public : Beirut, the Space In Between Hope and the Public et dans la note de lecture Beyrouth : les nouvelles lignes de front de la recherche urbaine. Mes rencontres et observations sur place me permettent d’y apporter quelques compléments.

Domaine public

Arrivée d’une manifestation des travailleurs pour la hausse des salaires de la fonction publique sur Zaytouna Bay (Photo Marwan Tahtah pour Al Akhbar, 14/3/2013)

Mon arrivée à Beyrouth a coïncidé, jeudi 21 mars, avec la dernière grande journée de mobilisation des fonctionnaires pour obtenir que le projet de loi révisant l’échelle des salaires dans la fonction publique soit transmis au Parlement par le Conseil des ministres. Jusqu’alors, le gouvernement s’y refusait, sous la pression du patronat, bien représenté au sein du même conseil par une pléthore  d’hommes d’affaires, au nom de la catastrophe économique que cela représenterait, à cause notamment des ponctions fiscales à opérer. Ce mouvement des fonctionnaires, auquel se sont joint les enseignants des écoles privés, constitue le plus grand mouvement social de ces dernières années.  Malgré les nombreuses tentatives de le diviser et les menaces contre ses leaders et ses participants, cette vaste mobilisation a battu le pavé depuis plusieurs semaines, perturbant fortement l’enseignement et l’activité administrative. Jeudi, enfin, le Premier ministre, sous la pression de Nabih Berri et de plusieurs politiciens du 8 mars directement exposés aux revendications de plus en plus véhémentes de leurs bases, a cédé et un accord pour financer cette hausse des salaires a été trouvé (voir ici). Le lendemain, le Premier ministre a démissionné, dans une décision qui paraît avoir été longuement murie et préparée (ici une intéressant analyse) – tout a été fait pour que le gouvernement sortant donne au moins l’impression d’avoir écouté et partiellement satisfait les revendications des travailleurs. Continuer la lecture

Lutter pour l’espace public : Beirut, the Space In Between Hope and the Public

Espace public, littoral et contestation urbaine au Liban

Au Liban, depuis les années de reconstruction, la mobilisation pour l’espace public est un vecteur essentiel de la contestation urbaine. Celle-ci vise un pouvoir politique qui cherche à se légitimer par l’urbanisme, tout en faisant de l’urbanisme un instrument d’enrichissement d’une élite privilégiée. Ainsi, dans les années 1990, le débat sur le projet de reconstruction du centre-ville avait mis au centre des questions soulevées la redéfinition de l’espace public dans le projet Solidere. A la même période, l’occupation illégale du littoral et son accaparement pour des usages touristiques élitistes avait suscité également de fortes réactions, à la tête desquelles on trouvait notamment l’Ordre des Ingénieurs alors présidé par Assem Salam qui vient de disparaître. En 1996, un colloque sur cette question avait eu lieu1 Continuer la lecture

Notes _____________________
  1. Voir Le littoral Libanais : quel avenir ?, actes du colloque organisé par l’Ordre des Ingénieurs et Architectes de Beyrouth, le 16 mai 1996, préparé par M. Abu Khalil et J. Tabet []

Tahrir Square : histoire et analyse d’un espace reconquis par le public

Tahrir Square, early 1960s; in the background is the Nile Hotel, formerly the Nile Hilton, built under Nasser and designed by the U.S. firm Ellerbe Becket. vintage postcard courtesy of Mohamed Elshahed

Tahrir Square, undated photo; the fence appeared during the Mubarek years, part of the government's policy of discouraging public assembly. postcard courtesy of Mohamed Elshahed

Tahrir Square, Feb. 6, 2011. (C) Mohammed Elshahed

En complément du billet signalé avant-hier de Y. Elsheshtawy sur la place Tahrir au Caire, point crucial de la contestation politique en Egypte, et de mon analyse esquissée sur Métropolitiques sur les lieux urbains des révolutions arabes, il faut absolument lire la très intéressante  analyse que fait Mohammad Elshahed, un doctorant cairote à la New York University, de son organisation physique. Les trois photos qui retracent l’évolution de la place, en vue panoramique, sont très explicites. Elles montrent la présence initiale d’un jardin, puis sa clôture depuis les années 1970 dont la principale justification -en tout cas le principal effet- étant précisément d’empêcher les rassemblements, et enfin la place reconquise par la foule politisée que nous avons connue ces dernières semaines.