Archives par étiquette : Beyrouth

Domaine public, espace public et espaces verts : rapports de classe et espace urbain à Beyrouth

De retour d’une dizaine de jours à Beyrouth, je voudrais revenir sur deux questions abordées auparavant sur ce carnet, notamment dans le billet Lutter pour l’espace public : Beirut, the Space In Between Hope and the Public et dans la note de lecture Beyrouth : les nouvelles lignes de front de la recherche urbaine. Mes rencontres et observations sur place me permettent d’y apporter quelques compléments.

Domaine public

Arrivée d’une manifestation des travailleurs pour la hausse des salaires de la fonction publique sur Zaytouna Bay (Photo Marwan Tahtah pour Al Akhbar, 14/3/2013)

Mon arrivée à Beyrouth a coïncidé, jeudi 21 mars, avec la dernière grande journée de mobilisation des fonctionnaires pour obtenir que le projet de loi révisant l’échelle des salaires dans la fonction publique soit transmis au Parlement par le Conseil des ministres. Jusqu’alors, le gouvernement s’y refusait, sous la pression du patronat, bien représenté au sein du même conseil par une pléthore  d’hommes d’affaires, au nom de la catastrophe économique que cela représenterait, à cause notamment des ponctions fiscales à opérer. Ce mouvement des fonctionnaires, auquel se sont joint les enseignants des écoles privés, constitue le plus grand mouvement social de ces dernières années.  Malgré les nombreuses tentatives de le diviser et les menaces contre ses leaders et ses participants, cette vaste mobilisation a battu le pavé depuis plusieurs semaines, perturbant fortement l’enseignement et l’activité administrative. Jeudi, enfin, le Premier ministre, sous la pression de Nabih Berri et de plusieurs politiciens du 8 mars directement exposés aux revendications de plus en plus véhémentes de leurs bases, a cédé et un accord pour financer cette hausse des salaires a été trouvé (voir ici). Le lendemain, le Premier ministre a démissionné, dans une décision qui paraît avoir été longuement murie et préparée (ici une intéressant analyse) – tout a été fait pour que le gouvernement sortant donne au moins l’impression d’avoir écouté et partiellement satisfait les revendications des travailleurs. Continuer la lecture

Lutter pour l’espace public : Beirut, the Space In Between Hope and the Public

Espace public, littoral et contestation urbaine au Liban

Au Liban, depuis les années de reconstruction, la mobilisation pour l’espace public est un vecteur essentiel de la contestation urbaine. Celle-ci vise un pouvoir politique qui cherche à se légitimer par l’urbanisme, tout en faisant de l’urbanisme un instrument d’enrichissement d’une élite privilégiée. Ainsi, dans les années 1990, le débat sur le projet de reconstruction du centre-ville avait mis au centre des questions soulevées la redéfinition de l’espace public dans le projet Solidere. A la même période, l’occupation illégale du littoral et son accaparement pour des usages touristiques élitistes avait suscité également de fortes réactions, à la tête desquelles on trouvait notamment l’Ordre des Ingénieurs alors présidé par Assem Salam qui vient de disparaître. En 1996, un colloque sur cette question avait eu lieu1 Continuer la lecture

Notes _____________________
  1. Voir Le littoral Libanais : quel avenir ?, actes du colloque organisé par l’Ordre des Ingénieurs et Architectes de Beyrouth, le 16 mai 1996, préparé par M. Abu Khalil et J. Tabet []

Assem Salam, disparition d’une figure majeure de l’architecture et de l’urbanisme au Liban

Assem Salam chez lui, photo par Jens Schwarz (c) pour GéoMagazine 2010

Assem Salam, né en 1924, est décédé le 5 novembre 2012 à Beyrouth. La presse libanaise consacre quelques articles à ce triste événement (notamment Al Akhbar English), mais sans se hisser à la hauteur du défunt. J’ai eu la chance de rencontrer A. Salam à diverses reprises durant ma thèse, lorsque je travaillais à l’IFPO Beyrouth. Il était en effet très accessible et recevait facilement les chercheurs. S’il n’aimait pas employer le français en public, il le parlait pourtant très bien. Je l’avais brièvement revu tout récemment, en juillet 2012, lors de l’atelier consacré au projet Waad de reconstruction de la banlieue-sud de Beyrouth. Opposant ce dernier à l’opération Solidere dans le centre-ville de Beyrouth, il avait mis en avant les réussites d’une reconstruction qui a permis en quelques années de faire revenir les habitants de son quartier sur leurs lieux de vie. A. Salam s’était en effet engagé de toutes ses forces contre Solidere, et plus largement la politique urbaine de Rafic Hariri à Beyrouth et au Liban, notamment à cause de leurs impacts sociaux, environnementaux et patrimoniaux, sans parler du problème de l’expropriation qu’il considérait comme anticonstitutionnelle malgré les jugements rendus. C’est dans ce contexte qu’il avait été élu, en 1996, Président de l’Ordre des ingénieurs et architectes de Beyrouth. Régulièrement sollicité sur les problèmes d’urbanisme au Liban, il répondait avec vivacité pour souligner les carences de la gestion publique comme la lutte contre les abus, par ex. dans cet entretien suivant le drame de l’immeuble Fassouh à Achrafieh. Si cet aspect de son engagement urbain et politique est bien connu, d’autres épisodes  méritent également d’être évoqués. Continuer la lecture

Retour sur la reconstruction de la banlieue sud de Beyrouth dans les Carnets de l’IFPO

Rumor délocalisé! A la suite de ma participation, les 12 et 13 juillet, à « l’atelier de travail » intitulé « Waad: Une expérience unique » organisé par la municipalité de Haret Hreik et la structure d’aménagement Waad avec l’appui d’universitaires de l’Université Libanaise et de la Lebanese American University, Les Carnets de l’IFPO m’ont invité à en présenter un compte rendu. L’occasion peut-être pour les lecteurs qui ne connaissent pas ce carnet de haute tenue d’y jeter un œil. L’occasion pour moi aussi d’être connu par de nouveaux lecteurs. Continuer la lecture

Signs of conflicts: posters de guerre en ligne

Après avoir été une exposition montrée à Beyrouth, puis un livre, Off the Wall devient une exposition online, sous licence CC. A l’initiative de l’universitaire, designer et activiste Zeina Maasri, ce projet consiste dans l’analyse tant historique, idéologique qu’iconographique d’un ensemble d’affiches de guerre publiées par les milices libanaises durant la période 1975-1990 et rassemblées à la bibliothèque de l’AUB. La version online reprend ces classifications et propose des modes de visualisation adaptés, comme une frise chronologique pour chaque milice impliquée, ou une entrée par thème : appartenance, commémoration, leadership, martyrs, qui met en évidence les similitudes entre les modes d’expression et les styles graphiques de cette communication milicienne.

L’exposition en ligne s’enrichit d’une rubrique actualité, autour des pérégrinations de ce matériau exceptionnel, ainsi que d’une série de textes sur la thématique de l’iconographie des conflits dans d’autres contextes contemporains, notamment avec les révolutions arabes.

(via @mona_harb)

Beyrouth : les nouvelles lignes de front de la recherche urbaine

Lecture croisée, pour la revue Métropolitiques, de :

  • Bou Akar, Hiba et Hafeda, Mohamed. 2011. Narrating Beirut from its Borderlines, Beyrouth : Heinrich Böll Stiftung – Middle East Office.
  • Shayya, Fadi. 2010. At the Edge of the City. Reinhabiting Public Space Toward the Recovery of Beirut’s Horsh Al-Sanawbar, Beyrouth : Discursive Formations/Heinrich Böll Stiftung – Middle East Office.

À Beyrouth, les mutations extrêmement rapides des espaces urbains comme des politiques urbaines nourrissent les interrogations et les travaux des chercheurs. Deux ouvrages collectifs récemment publiés témoignent de la vitalité de la recherche urbaine beyrouthine et du renouveau de la critique urbaine. Continuer la lecture

Retour sur un livre involontaire

Sur un sujet assez proche du billet précédent, j’en profite pour signaler, dans la même revue Planning Perspectives, une recension de Nora Lafi au sujet de mon livre Beyrouth et ses urbanistes : une ville en plans (2010) (autres recensions ici).
Son compte rendu précis offre au lectorat anglophone un très bon aperçu du livre et je lui en suis très reconnaissant. Son appréciation finale témoigne que l’idée principale du livre emporte la conviction. Les milieux d’urbanistes portent un  « imaginaire aménageur » qui, à défaut d’être intégralement mis en œuvre, structurent les représentations urbaines dans la durée. Au-delà de cet accord, N. Lafi pointe néanmoins deux limites. Continuer la lecture

L’urbanisme moderne à Beyrouth et à Damas

Michel Ecochard (c) Cité de l'architecture et du patrimoine

Mon article « Michel Ecochard in Lebanon and Syria (1956–1968). The spread of Modernism, the building of the independent states and the rise of local professionals of planning », repris d’une communication au colloque de l’Association européenne d’histoire urbaine de Lyon en 2008, vient enfin d’être publié dans Planning Perspectives, après une longue série de valse hésitation. En voici le résumé. On peut le consulter ici ou en version d’auteur sur Hal-SHS.

The architect and planner Michel Ecochard has had a long career in developing countries, from its first works in Syria under the French rule, until the 1970s. He represented the modernist and functionalist approach to planning in a time of modernization. In this article, we concentrate on his work in Lebanon and Syria between the end of the 1950s and the 1960s. He prepared the master plans of Beirut and of Damascus. Those works represented the end of an era rooted in colonial planning. It was also the beginning of a new time, with the local planners taking on, sometimes sharing, sometimes contesting Ecochard’s visions. Building on recent scholarship on the circulation of planning ideas, we focus on the reception of Ecochard’s proposals. Though most political elites and planning professionals shared most of Ecochard’s views, the political circumstances and the changing social conditions led to adjustments and reorientations. The new planning framework was also a major factor of change.

Référence:
Verdeil É., 2012, Michel Ecochard in Lebanon and Syria (1956-1968). The spread of Modernism, the Building of the Independent States and the Rise of Local professionals of planning, Planning Perspectives, avril 2012, vol. 27, n°2, p. 243–260. < http://dx.doi.org/10.1080/02665433.2012.646774 >

Voir aussi un précédent billet sur un thème proche : « Circulations urbanistiques : Ecochard comme pivot « 

Délimiter les banlieues de Beyrouth. Noms et périmètres

Voici le résumé de ma communication au colloque Des banlieues à la ville, espaces et acteurs de la négociation urbaine (IFPO, Beyrouth, 31 octobre-1er novembre 2011), ainsi que le support de la présentation. Le texte (version provisoire) est téléchargeable sur Hal-SHS.

Cette communication propose l’analyse de quelques découpages et délimitations des banlieues de Beyrouth et de leurs dénominations. L’objectif est de mettre au jour derrière, les enjeux cognitifs et politiques de cette double opération d’identification cartographique et langagière. Les travaux des géographes et des urbanistes sont particulièrement étudiés. Générale dans l’histoire de l’urbanisme, la volonté de subsumer les banlieues sous un nom de métropole englobante renvoie, particulièrement dans le cas libanais, à un conflit entre l’Etat central principal détenteur des compétences urbanistiques et différents acteurs et pouvoirs locaux, en particulier les municipalités. La communication montre ce qui apparaît comme un tournant depuis le début de la décennie 2000, à savoir un désintérêt récent pour la notion d’un Grand Beyrouth, et la montée de nouveaux types de découpages renvoyant à de nouvelles modalités de l’action publique.

Délimiter les banlieues de beyrouth ppt

View more presentations from verdeil.
En prolongement de cette réflexion, lire aussi la série de trois billets consacrés à la nouvelle délimitation de l’urbain au Liban par l’équipe du projet MENAPOLIS-e-Géopolis (1, 2, 3).

Les luttes quotidiennes de l’électricité au Liban : un vecteur d’indignation?

Un générateur en cours d'installation à Ras en Nabaa - Beyrouth - 2011 (EV)

Les générateurs sont devenus un symbole de la crise électrique au Liban et en même l’illustration de la débrouillardise des Libanais à vivre sans l’Etat. Les premiers travaux sur les générateurs ont en effet insisté sur l’inventivité des Libanais face à l’absence de courant et la solidarité de quartier dans l’épreuve (Awada, 1998 ou Davie, 1991). A la fin des années 1990, les Libanais ont cru qu’il serait bientôt possible de se passer de ces bruyantes et polluantes machines. Toutefois, depuis 2006, la crise électrique se prolonge et s’approfondit (voir ici). Les récentes initiatives du ministre Bassil peuvent sembler aller dans le bon sens, mais beaucoup de gens expriment un profond scepticisme. Dans ce contexte, de multiples reportages sont publiés dans la presse qui mettent désormais l’accent sur les abus (par ex.cet excellent article du Daily Star en septembre dernier) et les problèmes de santé posés par les générateurs. Durant tout mon récent séjour à Beyrouth, je n’ai cessé d’entendre parler des méfaits des générateurs et même de pratiques mafieuses, ce qui recoupait des choses déjà entendues mais à une échelle plus sensible. Mais il est également intéressant de mettre en parallèle ce problème avec la lutte des habitants de Ain Najem (Mansourieh) contre le passage d’une ligne à haute tension. Ces luttes témoignent de nouvelles formes de mobilisation qui sortent des grilles de lecture dominantes sur la politisation au sein de la société libanaise. Continuer la lecture