Archives par étiquette : Amman

Géographie de l’éclairage public dans les villes du Sud : quelques exemples arabes

Un récent billet de blog qui est plus que cela attire mon attention sur la question de la lumière dans la ville et me suggère une variété de pistes de recherche qui me font revenir sur quelques matériaux de recherche non exploités.

Affiche vantant le Plan Lumière pour Beyrouth par la municipalité de Beyrouth – via Marie Bonte

Brilliant Beirut est un texte brillant de Marie Bonte, jeune géographe lyonnaise sur le point de s’engager en thèse sur la thématique de la fête à Beyrouth, question qui dévoile entre autres une territorialité de la nuit. Dans ce billet, paru sur le site de Tim Edensor Lighting Research @ MMU, elle explore les territoires de la lumière la nuit dans Beyrouth. Pour cela, elle examine les inégalités et les dysfonctionnements de l’éclairage public qui laissent de nombreuses rues dans l’obscurité, notamment en raison d’un défaut d’entretien chronique – on ne parle pas ici des coupures de courant qui touchent peu le territoire municipal de Beyrouth. Inversement, les secteurs éclairés sont largement ceux de la fête et des loisirs nocturnes, comme dans la zone de Solidere, à Gemmayzeh ou encore à Hamra… En fin de billet, elle montre aussi que cette question de l’éclairage public devient à un enjeu de politique publique. Elle analyse par exemple, à travers cette affiche vantant l’illumination de Beyrouth, le Plan Lumière récemment mis en place par cette municipalité qui s’est lancé, avec l’appui parisien, dans une politique d’éclairage et de mise en valeur de son patrimoine architectural. Elle fournit aussi une très belle carte de synthèse à la fin de son billet qui montre que cette géographie de la lumière est très inégalitaire. Il faudrait en complément s’intéresser aux projets de SOLIDERE qui a également entrepris une politique de mise en valeur de ses bâtiments (Lighting Beirut Architecture). Ces politiques de la lumière représentent un nouveau type de politique publique au Liban, à analyser dans une perspective mêlant transfert de modèles, marketting urbain et partenariats public-privé. Cette approche du cas beyrouthin est paradoxale puisqu’on peut aussi – voire plutôt – considérer cette ville comme une métropole de l’obscurité en s’intéressant à la thématique des coupures de courant, comme je le fais dans mes recherches de mes dernières années – et ce sera justement le thème d’un papier que je prépare pour le prochain congrès de la RGS. Continuer la lecture

Le transport durable à Amman : un petit décryptage

Robinson Crusoé selon Emad Hajjaj : Les jours passaient et il ne savait toujours pas comment traverser...

Amélie Pinel, étudiante à l’ENTPE et stagiaire à l’IFPO, vient de publier un petit billet à la fois instructif et amusant sur les enjeux de la construction d’un nouveau Bus Rapid Transit (un bus en site propre), qui vient d’être arrêté au milieu d’une polémique. Elle décrypte quelques enjeux de cette affaire sur les Carnets de l’IFPO, qui relaie les recherches en train de se faire à Amman, Beirut et Damas.

J’avais abordé dans un texte à paraître un autre volet de ces politiques de développement durable à Amman et dans d’autres villes de Jordanie, en soulignant aussi que la vision développement durable peine souvent à prendre en compte les aspirations des habitants, alors qu’il semble plus aisé de comprendre les besoins des entreprises privées…

Villes arabes en révolution

MàJ 7/2/2011 : une version légèrement différente de ce billet est repris par la revue Métropolitiques.

Comme beaucoup d’observateurs, je suis resté bouche bée depuis le 14 janvier devant le spectacle extraordinaire et inattendu de la révolution tunisienne et, depuis cette semaine, devant l’extension de la contestation en Egypte (pays que je connais très mal). Rétrospectivement, quelques petits faits relevés durant mon séjour tunisien cet automne et mes contacts avec des collègues de Sfax auraient dû attirer mon attention, comme cette pétition pour Facebook pour s’opposer à un renouvellement du mandat de Ben Ali signée par un nombre surprenant de personnes vers la fin septembre. L’indignation devant les pratiques de la famille Trabelsi a également constitué le sujet de nombreuses conversations à Sfax en novembre.

Dans ce billet, je voudrais proposer quelques réflexions sur les caractéristiques urbaines de la contestation qui se répand comme une trainée de poudre de la Tunisie à l’Egypte, à la Jordanie ou au Yémen. Remarques d’un géographe familier de plusieurs pays arabes, au regard de travaux et de lectures récents.

Une dramaturgie urbaine

Le premier point à souligner est que nous sommes face à des révoltes ou des révolutions urbaines. Les campagnes qui pourtant sont partout très pauvres paraissent moins impliquées. Est-ce un effet médiatique? Il semble qu’on assiste, comme les commentateurs le soulignent à propos de la Tunisie, à une révolte essentiellement portée par les jeunes urbains éduqués des classes populaires ou moyennes.

Le fait est que les manifestations se déroulent essentiellement dans les villes. En Tunisie, on a assisté à une progressive montée vers la capitale à partir des villes petites et moyennes de l’intérieur tunisien (et il faut rappeler le précédent de Gafsa en 2008). Le mouvement est ensuite monté en puissance et a agrégé les mécontentements et les frustrations dans les villes de la côte (Sfax, Hammamet) puis a culminé dans la capitale sans baisser d’intensité dans les autres villes – mais à distance c’est surtout la capitale qu’on a vue. Les émeutes du quartier de Ettadhamen, grand quartier populaire non-réglementaire du nord ouest de Tunis, ont marqué un tournant avant la cristallisation et la convergence des différents mouvements dans le centre de Tunis.

En Egypte, la capitale a d’emblée été le point focal de la mobilisation qui semble aussi très forte à Alexandrie et Suez. On entend moins parler des villes du Delta ou surtout du sud du pays(en tout cas dans les médias que j’ai pu consulter). Il me semble, pour le peu que j’en sais, que la contestation est surtout urbaine au Yémen aussi. En Jordanie, les manifestations sont concentrées à Amman et semblent moins concerner les autres grandes villes (Zarqa ou Irbid). Certains analystes ont relevé les déplacements récents du roi Abdallah dans des villages de bédouins de la région de Maan, en l’interprétant comme la recherche d’un renouvellement de l’allégeance des tribus transjordaniennes non ou peu urbanisées au régime, par opposition à une contestation sociale croissante dans les villes, largement menée par les islamistes. Mais on peut s’interroger sur la pertinence de cette opposition villes-campagnes. Depuis plus d’un an, on a assisté à de nombreuses éruptions de violence ponctuelle, rurale – ou localisée dans les petites villes périphériques comme Maan, foyer récurrent de contestation violente depuis vingt ans. Ces violences sont présentées comme tribales par les commentateurs et souvent liées à des règlements de compte entre clans. Pour autant, pour le bloggueur Muhammad Nas (Black Iris of Jordan), cette violence répétée peut s’interpréter comme un défi à l’Etat dans sa capacité à faire prévaloir les valeurs civiques, dans un contexte marqué par la corruption et la paupérisation de la population. Autrement dit, dans ces villes, en deça de la politisation, le défi à l’Etat est bien présent .

Manifestation à Tunis le 18 janvier 2011 (cc: Nasser Nouri)

A la différence de mouvements sociaux de protestation de ces dernières années qui étaient restés localisés dans des localités précises (révoltes populaires de Mahalla al-Kubra en Egypte, en réaction aux restructurations affectant l’industrie textile en 2007-2008), la force de ces mouvements et l’ampleur des foules rassemblées leur ont permis d’occuper les espaces centraux des villes et en particulier de converger vers les espaces publics de représentation des régimes en place, comme l’avenue Bourguiba ou, ces derniers jours, la place de Kasbah à Tunis, ou encore la place Tahrir (de la Libération) au Caire. D’où des images saisissantes et inédites dans ces capitales ordinairement policées au sens fort du terme, où l’on observe dans une grande confusion la contestation et la dégradation des symboles du pouvoir (tags, grafitis, incendies des images à la gloire du régime de Ben Ali ou de Moubarak), scènes de violence ou de fraternisation avec des représentants des forces de l’ordre. Un véritable renversement de l’ordre iconique dans ces capitales marquées par le culte de la personnalité.

Une économie urbaine défaillante

Les motifs déclencheurs de la contestation sont multiples, et de surcroît, il est plus que délicat de généraliser d’un pays à l’autre, voire sans doute d’une ville à l’autre. Chômage, conditions de vie urbaine, dénonciation de la corruption et revendications des libertés démocratiques s’entremêlent et se renforcent dans la dynamique contestatrice. Si ces deux dernières motivations apparaissent essentielles, il faut souligner à quel point l’insatisfaction et le mécontentement ont donné lieu, ces dernières années, à de nombreuses éruptions de mécontentement et formes de résistance qui en un sens, préfiguraient les mouvements actuels et, peut-être, leur ont servi de moments et de lieux d’apprentissage.

Les effets de la crise financière de 2008 sont spécifiques dans chaque pays arabe mais des éléments communs apparaissent. En Tunisie, le secteur industriel est orienté vers l’exportation et se révèle très dépendant de la baisse de la consommation européenne. Le tourisme y subit la concurrence d’autres destinations, la baisse du pouvoir d’achat des Européens et surtout une réorientation vers des clientèles originaires d’Europe de l’Est. Tout cela tire les revenus des travailleurs vers le bas. En Egypte, le tourisme subit aussi les effets de la crise (mais ce n’est pas le cas en Syrie, où le tourisme est au plus haut). Partout, les migrations vers l’Europe ou vers le Golfe sont ralenties tandis les investissements extérieurs marquent le pas (notamment en provenance du Golfe pour les années 2009-2010). L’insertion dans la mondialisation libérale a des conséquences cruelles alors que les économies se sont libéralisées et ouvertes aux investisseurs, ce mouvement étant contrôlé par les bourgeoisies liées (de très près dans le cas tunisien – mais ailleurs aussi) aux régimes. Ces évolutions économiques ont été bien analysées dans la récente synthèse Maghreb et Moyen-Orient dans la mondialisation du géographe Bouziane Semmoud (voir ici et ). Salaires plus faibles et chômage en augmentation vont de pair avec des inégalités accrues avec la petite élite enrichie au train de vie m’as-tu-vu forment donc le terreau de la mobilisation des jeunes.

Les tensions sur le marché du logement doivent aussi être particulièrement soulignées. Dans les jours qui ont précédé la chute de Ben Ali, on a pu voir des résidents de quartiers populaires à Tunis ouvrir leurs intérieurs aux caméras de télévision, révélant la grande pauvreté des habitants des périphéries. Qui a voyagé dans les banlieues des villes arabes n’a pu manquer de relever la précarité de cet habitat, souvent bâti en contravention avec les règles de construction et dont la régularisation ne peut s’effectuer qu’aux prix de longues négociations où les habitants restent suspendus à la merci de l’arbitraire des autorités, entre corruption, arbitraire politique et violence sociale. De nombreux travaux de géographes ou d’urbanistes ont bien documenté ces luttes depuis des années (voir Bouchanine au Maroc, Chabbi en Tunisie, Deboulet au Caire, Fawaz au Liban…). Plus récemment, de nouvelles tensions sont apparues. Les nouveaux standards de la régularisation de ces quartiers, marqués par les paradigmes libéraux, visent à les reconnaître et à distribuer des titres fonciers aux habitants. Mais selon un très intéressant travail d’Eric Denis consacrés à la situation du Caire (La marchandisation des ashwayiat(s)), ces politiques conduisent à une inflation des prix du logement et donc renforcent les difficultés résidentielles. D’autre part, le développement de méga projets et des infrastructures et équipements qui les desservent met également sous pression des secteurs urbains jusque là occupés par des classes populaires (voir les contributions sur le monde arabe dans Villes internationales, sous la direction de I. Berry-Chikhaoui, A. Deboulet, L. Roulleau-Berger). Cette compétition foncière produit un effet de chasse et tire les prix immobiliers vers le haut. Les jeunes des classes populaires et moyennes sont particulièrement touchés, notamment parce que la location est peu développée dans les villes arabes et que le mariage et l’installation en couple sont conditionnés par l’acquisition d’un logement (souvent le seul de toute une vie).

Ces enjeux expliquent de ces grandes opérations mais aussi l’inflation des prix ont suscité de nombreuses formes de résistance et de contestation ces dernières années, bien identifies dans des travaux comme Villes internationales, déjà cité ou Participations citadines et action publique. Ces contestations ne constituent-elles pas une sorte de banc d’essai dont les révoltes actuelles seraient le prolongement?

Les transformations et les réformes qui touchent les services publics représentent sans doute une autre composante du malaise des villes du monde arabe. Ces réformes sont de nature diverses : délégations de services publics, rationalisation de la gestion, modernisation technique… (voir Services urbains en réforme dans le monde arabe) Une des motifs principaux de contestation ou de méfiance face à ces réformes est la hausse des tarifs. Celle-ci s’explique également par l’augmentation des du prix du pétrole qui se traduit par des hausses des prix des carburants et donc des transports publics, mais aussi par des hausses du gaz et du diesel utilisé pour la cuisine et le chauffage, ainsi que de l’électricité et de l’eau. Ces hausses des prix des services publics s’inscrivent dans un mouvement inflationniste qui touche aussi les produits alimentaires. Selon les classes sociales, la sensibilité à telle ou telle hausse est diverse. Les classes moyennes sont très sensibles aux hausses de l’essence qui contraignent la mobilité automobile, mais les classes populaires qui empruntent les transports collectifs en subissent bien sûr aussi les conséquences. En Jordanie, en Syrie et au Liban, ces sujets occupent l’actualité. L’insatisfaction à l’égard des services publics est souvent aussi plus basique : les citadins subissent des problèmes d’alimentation électrique et de coupures (qui obligent à accéder à d’autres sources d’énergie, également onéreuses) constituent aussi des motifs de mécontentement récurrents, de même que des problèmes d’eau (coupures fréquentes, nécessité de se tourner vers d’autres sources d’approvisionnement).

Le mécontentement à l’égard des services publics alimente une conflictualité importante depuis plusieurs années, dont divers travaux ont rendu compte : ainsi, sur les émeutes de l’électricité au Liban ou sur la contestation de la réforme de la collecte des déchets dans les grandes villes égyptiennes, qui s’est traduite par des hausses de taxes pour des résultats jugés peu satisfaisants (voir ici – lien payant). Là encore, je m’interroge : ces révoltes ponctuelles ont-elles constitué des antichambres, des répétitions des manifestations ou des contestations en cours? Pour le montrer, il serait intéressant de se pencher sur les leaders de ces mouvements, et d’essayer de cerner si des formes de mobilisation ou de prise de parole, ou de négociations avec les forces de l’ordre qui ont été alors expérimentées, sont présentes dans les soulèvements actuels.

Une conséquence probable des mouvements de contestation actuelle est que les réformes en question vont être mises en pause voire arrêtées. Déjà, les régimes jordaniens et syriens ont annoncé des baisses des tarifs de carburant ou des aides pour certaines catégories sociales. En Jordanie, la hausse du tarif électrique a été brutalement remise en cause en 2009, et de même au Liban. Les autorités sont ici face à un piège économique et social. Elles ont peu de marges de manœuvre car ces services, souvent peu efficaces, sont encore fortement subventionnés et occasionnent de lourds déficits. Or ils apparaissent comme un des derniers symboles d’équité sociale (même si dans les faits, malgré l’existence de tarifs sociaux, ce ne sont pas les plus pauvres qui bénéficient des bas tarifs – voir par exemple la question des tarifs d’eau potable en Tunisie).

Violences urbaines et recomposition de l’ordre urbain

Les premières journées après la fuite de Ben Ali ont été marquées par les pillages de « miliciens » apparemment lié au régime, qui ont également terrorisé la population. On a alors assisté à des formes d’organisation populaires pour sécuriser les quartiers, fondées sur l’interconnaissance et le contrôle social de proximité, qui ont été louées par beaucoup d’observateurs comme une preuve de la « maturité du peuple tunisien ». C’est ce qu’on observe également en Egypte depuis ce week-end avec la « disparition » de la police des rues.

Etant donné la collusion d’une partie de la police avec le régime et la violence de la répression, les forces de maintien de l’ordre apparaissent largement délégitimées et cet état de fait risque de se prolonger pendant toute la période de transition ou de contestation. Dans les semaines et les mois à venir, on peut craindre en outre un accroissement de la crise économique et du chômage, en particulier à cause du marasme touristique et d’un attentisme des investissements, et donc des tensions sociales plus fortes. La recomposition de l’ordre urbain apparaît comme un enjeu majeur du moment qui s’ouvre, alors que les villes arabes étaient jusqu’à présent considérées comme relativement sûres.

La décomposition irakienne constitue une illustration sans doute extrême d’une telle évolution, notamment en raison du contexte d’invasion étrangère. Le travail de Jérôme Tadié en Indonésie fournit un intéressant cadre d’analyse pour penser un tel moment de violence politique et de recomposition de l’ordre urbain (Les territoires de la violence à Jakarta). Analysant les suites de la décomposition du régime de l’Ordre nouveau à Djakarta à la fin des années 1990, il a montré que la violence politique du moment du renversement du régime s’inscrivait dans la continuité de formes de violence sociale (bagarres entre clans, délinquances et contrôle de la rue par des organisations criminelles). Face à ces irruptions de violence, les citadins s’organisent à l’échelle des quartiers, souvent d’ailleurs en symbiose avec les organisations criminelles implantées sur place.

A Tunis, le maintien de l’ordre et la répression s’appuyaient sur la police ou les services de renseignement et sur les antennes du parti dans les quartiers (voir le travail d’Olivier Feneyrol ou celui d’Olivier Legros en Tunisie). Mais ces chefs de quartier ne tirent pas leur force uniquement de leur allégeance au parti mais aussi de leur insertion locale qui passe souvent par un contrôle et une connaissance des rouages sociaux et économiques, y compris de l’économie informelle. Dans une étude consacrée au quartier d’Imbaba au Caire (L’ordre des caïds. Conjurer la dissidence urbaine au Caire, éd. Kartalha), le politologue Patrick Haenni a analysé le rôle des caïds dans la structuration politique des quartiers populaires. On peut penser également au Liban et au contrôle milicien à l’échelle des quartiers qui est réapparu au grand jour après les affrontements de 2008 (voir M. Fawaz, M. Harb & A. Gharbieh, Beirut. Mapping Security). Il est très probable que dans la période de transition qui s’ouvre dans ces deux pays, mais aussi dans les autres qui sont secoués, ces formes d’organisations locales sont appelées à jouer un rôle fondamental, probablement au grand jour, autant ou plus que les mobilisations islamistes (et peut être contre elles).

Conclusion

Les villes arabes entrent en ce mois de janvier dans de profonds bouleversements. Les luttes urbaines en cours illustrent l’enjeu de l’occupation et du contrôle des espaces publics par les opposants aux régimes en place pour changer l’ordre politique. Ces luttes renvoient également aux dysfonctionnements profonds des économies urbaines confrontées à la crise de l’économie mondiale mais aussi des fonctions urbaines de base comme le logement et les services publics. La contestation qui s’élève manifeste un rejet des politiques de libéralisation et/ou de désengagement de l’Etat, dont les effets sont durement ressentis par la population en termes de niveau de vie. Ces enjeux constitueront sans doute un point majeur des débats politiques à venir. Au quotidien, la décomposition de l’ordre policier et l’incertitude sur les moyens d’assurer la sécurité urbaine dans un contexte de crise économique qui va aller croissant vont représenter un défi crucial pour la transition politique et de la réinvention d’un nouvel ordre civique.

Les paysages de l’électricité au Moyen-Orient

Pour rebondir sur le précédent billet et illustrer comment ces paysages de l’électricité pourrait devenir le sujet de nouvelles recherches, voici deux photos brièvement commentées.

L'immeuble de l'EDL à Beyrouth - cliché EV oct. 2005 DR

La première représente le siège de l’EDL, la compagnie Electricité du Liban, à Beyrouth. Il est situé dans le quartier de Gemmayzeh, un vieux quartier qui s’est développé durant la période ottomane et le Mandat français, avant de connaître un certain déclin jusqu’à la fin des années 1990. A cette date, il a connu un double mouvement de patrimonialisation, de gentrification alimentant autant qu’alimenté par sa transformation en disctrict récréatif. Devenu une sorte de symbole du Beyrouth d’antan, c’est là que sont tournés de nombreux films empreints de nostalgie sur le Beyrouth d’avant.

Ce haut immeuble, accolé à l’autoroute, dont la silhouette moderne domine le quartier et en est devenue un repère majeur au fil du temps, a été construit dans un tout autre contexte. La compagnie publique fut créée, en 1954, à la suite de l’interruption de la concession accordée à une compagnie privée pour l’électricité et les tramways, incapable de faire face à l’augmentation de la demande. Cette nationalisation de l’électricité est emblématique de cette période et on la retrouve dans pratiquement tout les pays voisins. Elle illustre la volonté des Etats de la région de lancer des politiques de développement. L’électricité était bien entendu au coeur de ce projet. L’arrivée en 1958 du général Chéhab à la présidence de la République donna au Liban un coup d’accélérateur à une telle visée. Et dans le cadre d’un vaste programme de réorganisation de l’administration, diverses initiatives furent pour construire des nouveaux locaux. L’architecte Pierre Neema joua un rôle important. Il fut le concepteur de la Cité gouvernementale de Bir Hassan et on lui confia également l’immeuble de l’EDL. L’architecture de ce dernier illustre, notamment par le traitement des pare-soleil inspiré des architectes brésiliens, l’essor d’une architecture moderne du Tiers-Monde et il n’est pas indifférent que cette architecture soit placée au service d’un secteur d’activité qui symbolisait l’entrée du Liban dans la modernité.

L'ancienne centrale électrique d'Amman réhabilitée par Rami Daher

L'ancienne centrale électrique d'Amman réhabilitée, vue du sud (2010)

Le deuxième cliché représente le première centrale électrique d’Amman, construite par la Jordan Electric Power Company dans les années 1940. L’usine depuis longtemps désaffectée, est située à proximité du nouvel hôtel de ville d’Amman, dans un vaste site réaménagé à la charnière de l’Amman moderne et de l’Amman populaire, au fond du Wadi Amman. La municipalité, sous l’impulsion de l’architecte Rami Daher (dont j’ai déjà parlé ici), a décidé de conserver ce vestige et a confié à ce dernier son réaménagement. Il pourra abriter un café, des expositions, etc. Le tout n’était pas finalisé lors de mon dernier passage. Pour R. Daher, conserver ce rare témoignage de l’activité industrielle d’Amman, de même que quelques salles de cinéma, participe d’une démarche de sauvegarde des traces de l’entrée dans la modernité de cette ville, traces aujourd’hui frappées d’obsolescence, déconsidérées au regard du développement tertiaire de la ville, évincées par la nouvelle architecture verticale et clinquante de Jordan Gate ou de Abdali, et menacées de disparition par le renouvellement urbain.

Au Moyen-Orient, ce sont souvent les paysages du pétrole qui viennent à l’esprit lorsqu’on évoque l’empreinte de l’énergie sur la société, que ce soit sur le plan économique et politique (comme le fait par exemple Timothy Mitchell dont j’ai parlé ici) ou, donc, sur le plan urbanistique et architectural (ici). Les paysages de l’électricité et ce qu’ils sous-tendent (notamment l’organisation des territoires) constituent toutefois également un légitime objet pour la recherche. Espérons que nous assisterons bientôt à des recherches sur ce sujet.

Forêts de fils électriques à Beyrouth - photo historique à Gemmayzeh, ce bâtiment ayant aujourd'hui disparu (cliché EV 2005)

PS / mise à jour : j’aurais bien sûr du citer aussi le très intéressant travail de Pauline Gabillet dans le récent numéro de Géocarrefour, sur les générateurs électriques au Liban. Elle montre de manière fine, dans le cas de Jbeil, comment la dimension esthétique liée au passage de câbles anarchiquement disposés dans la ville devient un enjeu politique local (couplé à la question du prix de l’énergie). Voir son article Le commerce des abonnements aux générateurs électriques au Liban dans Géocarrefour.

Villes refuges, refuges dans la ville et réfugiés

Sites du néolibéralisme à Amman : érection de tours (T), gated communities (C), déplacement de secteurs informels. Source : Diwan (c)

Diwan est une initiative éditoriale coordonnée par Philipp Misselwitz, de l’Université de Stuttgart (Institut d’urbanisme) et Cay Altan, qui ont mis en place en novembre 2009 une très intéressante exposition à la Biennale d’Architecture de Rotterdam. Les chercheurs et étudiants impliqués, issus d’universités de Beyrouth, du Caire, de Amman et d’Istanbul, ont exploré différentes facettes du refuge dans la ville, des camps de réfugiés aux gated communities comme lieux de refuge, des dispositifs de sécurité dans la rue aux espaces de l’intimité personnelle ou de la foi partagée… Cette thématique transversale est une manière d’interroger les effets du néolibéralisme dans son versant urbain, comme puissant facteur de mutation des espaces et de fragilisation des sociétés urbaines.

Les gated communities à Istanbul : en rouge, les quartiers de villas; en noir les "vertical gated communities". Source : Diwan (c)

Dispositifs sécuritaires à Beyrouth Ouest. Cliquer sur l'image pour une carte de plus grande taille et sa légende. Source : Diwan (c).

Ces recherches allient des enquêtes de terrain originales, des textes d’analyse et des éclairages théoriques et une mise en forme graphique particulièrement frappante. Outre les panneaux de l’exposition que je n’ai pas vus mais qui circulent (à New York, à Amman, à Beyrouth, à Istanbul), les travaux ont fait l’objet d’une impression au format journal en bichromie, chaque ville ayant sa couleur.

Cartes, schémas, croquis et photos proposent des regards souvent très originaux sur ces agglomérations et la montée des contrastes et divisions sociales en leur sein, et même sur les conflits qui les traversent, comme dans le volet Beirut. Mapping Secrurity, très impressionnant.
Un catalogue de 48 pages est disponible à la vente (15€) : je ne sais pas comment il reprend les matériaux pour chaque ville, pour lequel chaque journal représente 32 p., dont voici les références:

  • Istanbul – Living in Voluntary and Involuntary Exclusion (edited by Tansel Korkmaz, Eda Ünlü-Yücesoy and Yaşar Adanalı, Can Altay, Philipp Misselwitz)
  • Beirut – Mapping Security (edited by Mona Fawaz, Mona Harb, Ahmad Gharbieh)
  • Amman – Neoliberal Urban Management (edited by Rami Farouk Daher)
  • Cairo – Resilience: City as Personal Practice (edited by Dina Shehayeb and Shahira Issa)

Voici le texte de présentation (source):

International Conference

Diwan conference held in connection with the sub-exhibit Refuge of the 4th International Architecture Biennale Rotterdam (IABR).

Refuge – Architectural Propositions for Unbound Spaces – Cairo, Amman, Istanbul, Beirut

« Refuge » explores the causes and spatial impact of migration through voluntary or involuntary « refugees » who are transforming cities around the globe. Individuals or groups are elegantly or forcefully encapsulated from within the context of the city and society. Refuge produces an ever more atomized urban tissue where the « camp » has become both spatial paradigm and everyday reality, be it in the form of a gated community, slum, or humanitarian refugee camp.

The conference as part of the International Architecture Biennial of Rotterdam will explore the concept of “Refuge,” describing the increasingly polarised and fragmented urban tissue, which characterises cities in Turkey and the Middle East: looking at both on involuntary responses and needs on the one hand, and on voluntary seclusion, withdrawal, and barricadization on the other. The conference aims to provoke a critical discourse on the current trends which are radically transforming cities in the region.

The conference is related to an exhibition and a publication project, which launched an inquiry into the way the physical and socioeconomic texture of the contemporary cities in the Turkey/ Middle East region is conditioned and transformed by the principle of “refuge.” A network was set up amongst academics of architecture and urbanism from Universities in the region, responsible for gathering existing data and complementing it with new field work, to reach to mappings of each city with a particular devoted focus theme. These five themes have been defined – one for each city – each representing a specific aspect of a general trend towards “refuge urbanism” ranging from gated living (Istanbul), controlled mobility/access (Dubai), obsessive security (Beirut), new forms of urban governance (Amman) as well as a complex forms of resistance and subversion through practices of everyday life (Cairo). Each city/theme becomes the focus of a journal issue –the Diwan publication- bringing together the research taken on in each city with maps, case studies, as well as guest columnists from varying fields ranging from political scientists to novelists, who work and write on the particular cities and their urban conditions.

Through combining reflections, thoughts, ideas and utopias the Diwan publications hope to act as a trigger and nucleus for a multitude of regional projects – generating links, networks and collaborations in a region that is geographically united with common histories and traditions, that is dealing with very similar challenges, yet still remains often divided and fragmented.

Une maquette de la ville d’Amman

The Amman Model. Vue à partir du nord-ouest avec les deux repères que sont la Jordan Gate en cours de construction sur la droite et le quartier d'Abdali sur la gauche (il n'est pas aussi avancé en réalité).

J’ai rendu visite lundi dernier au Amman Institute. Ce think tank a pour slogan, en toute modestie, « Independent, Global Thninking, Adapted Locally ». Il se présente comme une sorte d’agence d’urbanisme au service de la municipalité du Grand Amman, et d’autres administrations jordaniennes et même dorénavant, dans d’autres pays. C’est une expérience très intéressante et originale de construction d’une expertise locale, dans le prolongement du travail du bureau d’étude canadien Planning Alliance. On trouvera sur leur site une étude que leur a consacré le Middle East Research Center de Columbia University. A défaut de démontrer un grand recul sur sur l’objet étudié, on y trouvera néanmoins une analyse riche de l’histoire, des objectifs et des méthodes urbanistiques originales de cette institution.
Entre autres produits de communication, le Amman Institute a agi pour aménager, dans un espace donnant sur l’esplanade de la municipalité (un jardin agréable par ailleurs hélas envahi de voitures), une exposition permanente sur la capitale jordanienne, composée d’une grande et magnifique maquette d’environ 5x5m, qui fait admirablement voir le relief de la ville et la morphologie urbaine, notamment les différences de densités entre les camps palestiniens et les zones plutôt classes moyennes, ou encore les secteurs qui se hérissent de tours. J’adore les maquettes de ville!
L’exposition comporte aussi une série de panneaux, dus à l’incontournable Rami Daher, sur l’histoire d’Amman, ses habitants illustres et moins illustres, sur les pratiques sociales, et sur les projets actuels. Le tout constitue un musée urbain comparable dans son esprit à ce qu’on trouve au Pavillon de l’arsenal. Contrairement à Beyrouth où seul le secteur sous la juridiction de Solidere est exposé au regard. L’ouverture officielle n’a pas encore eu lieu mais on peut déjà accéder en parlementant avec le gardien… A voir absolument si vous passez par Amman.

Libéralisation, nouvelle gouvernance locale et développement urbain durable : stratégies jordaniennes face à la dépendance énergétique

Ferme d'éoliennes de Hofa, Jordanie (photo CEGCO)

Ferme d'éoliennes de Hofa, Jordanie (photo CEGCO)

Voici le résumé de la communication que j’aurais du présenter lors du colloque Les villes durables au Maghreb et en Méditerranée : enjeux opérationnels et scientifiques les 29 et 30 janvier dernier.

Le propos de cette communication est d’analyser le redéploiement de la politique énergétique jordanienne dans le contexte de l’affirmation d’une priorité en faveur du développement durable. L’orientation de notre questionnement consiste à étudier la mise en œuvre de ces réformes à partir d’une grille de lecture des mutations de l’action publique en termes de nouvelles relations entre acteurs (désengagement de l’Etat, partenariat public-privé, injonctions internationales) et de nouvelles territorialisations, en particulier en observant la place faite par les concepteurs de ces réformes à l’échelon local. Inversement, il s’agit de voir comment les acteurs urbains, dans un contexte de décentralisation plus nominale qu’effective, perçoivent les enjeux énergétiques et s’en saisissent. A cet égard, nous cherchons à inscrire notre propos dans une discussion sur la territorialisation des politiques énergétiques et notamment, sur le rôle des villes et acteurs des politiques urbaines dans la conception des politiques énergétiques.

L’exemple jordanien est instructif et paradoxal. Comme de nombreux pays qu’on peut classer comme émergents, la Jordanie connaît actuellement une croissance très rapide de sa consommation énergétique et en particulier de l’électricité, en raison du mouvement d’urbanisation et de la diffusion de nouveaux usages fortement consommateurs. D’autre part, cette croissance est perçue par le gouvernement comme une source de fragilité politique dans la mesure où le pays est totalement dépendant des importations d’hydrocarbures pour satisfaire cette demande. Enfin, l’accès à l’électricité, largement subventionné, fait partie intégrante du contrat social jordanien, ce qui a sur le long terme, lourdement pesé sur l’équilibre des finances publiques. Or, pour rompre sa dépendance, le gouvernement jordanien entend mettre fin aux subventions, privatiser le secteur et développer de nouvelles sources de production valorisant des énergies renouvelables (solaire, éolien, à plus long terme nucléaire).

Ces orientations très volontaristes se traduisent par une redéfinition du rôle des acteurs étatiques. D’un côté, l’opérateur historique intégré du secteur est restructuré et une partie de ces actifs privatisée. De l’autre, les agences étatiques conservent un rôle central dans la définition de la politique énergétique notamment en ce qui concerne la stratégie, les énergies renouvelables et le nucléaire. Mais la mise en place de cette nouvelle stratégie ne va pas sans heurt entre l’impératif du développement durable et les réactions des consommateurs qui en subissent le coût accru. D’autre part, une lecture attentive à l’échelon local souligne également que les réformes en cours s’inscrivent à rebours du mouvement revendiqué de décentralisation. Les entreprises gestionnaires de la distribution, fortement inscrites dans leur territoire et liées à des municipalités, subissent des changements de stratégie qui remettent en cause leurs ancrages locaux.

En définitive, notre communication souligne les enjeux sociaux des politiques énergétiques (notamment liée à la pauvreté urbaine) et le caractère spécifique – et en tout cas à rebours des évolutions constatées en Europe occidentale et aux USA – de leur territorialisation. Le tournant local des politiques énergétiques ne semble pas se produire en Jordanie.

Le texte de la communication est téléchargeable ici. Les commentaires sont bienvenus pour améliorer cette première version qui devrait être publiée dans des actes prochainement.

Bilan quadriennal : quatre points forts

Comme beaucoup de chercheurs CNRS actuellement, je prépare mon bilan quadriennal (2007-2010). Je pense mettre en avant quatre points forts dont je livre ici une première esquisse.

Publication de Atlas du Liban.  Territoires et société (2007)

Atlas du Liban. Territoires et société, Presses de l'IFPO, Beyrouth, 2007

Atlas du Liban. Territoires et société, Presses de l'IFPO, Beyrouth, 2007

Cet ouvrage est le résultat du travail mené avec Ghaleb Faour du CNRS Liban et de Sébastien Velut, alors ENS-IRD, avec la collaboration de différents collègues dont principalement Walid Bakhos. Cette publication constitue l’achèvement d’un programme de longue durée, lancé en 1999 par Ghaleb Faour et Eric Huybrechts. Il a profondément bénéficié, de 2002 à 2004, de la collaboration avec l’IAURIF mais cette collaboration nous a obligé, en fait, à profondément transformé le projet de publication puisque l’IAURIF a établi et publié en 2005, dans le cadre du projet d’aménagement du territoire libanais, un premier atlas du Liban dont il nous a fallu nous démarquer. Cela a été fait notamment en introduisant des dimensions absentes de ce premier opus: géopolitique régionale et interne du Liban, approfondissement des mutations environnementales du Liban, introduction de la dimension confessionnelle. De surcroît, la guerre de juillet-aout 2006 nous a obligé à réaliser, dans l’urgence, un dernier chapitre de mise à jour réalisant un premier bilan compte des dommages subi par le Liban à cette occasion. Cet atlas constitue une introduction de niveau académique au Liban contemporain, tout en relevant le double défi de proposer une cartographie innovante, allant de l’échelle des villages à celle du monde, et de recourir à des sources statistiques variées, dont les apports sont soulignés sans sacrifier leur nécessaire critique.

L’ouvrage paru à l’automne 2007 a bénéficié d’un intérêt notable au Liban aussi bien qu’en France. 11 comptes-rendus lui ont été consacrés, dont 7 dans des revues spécialisées. J’ai eu l’occasion de le présenter lors de plusieurs conférences publiques et rencontres avec le public aussi bien en France qu’au Liban, en Syrie et en Jordanie. Compte tenu des difficultés de vente en France d’un ouvrage publié au Liban, les ventes semblent avoir été très satisfaisantes aux dires de l’IFPO. La diffusion scientifique est rendue plus facile grâce à une édition électronique en ligne gratuite (ou payante pour accéder à la version PDF) dans les collections de l’IFPO en ligne.

A paraître : Beyrouth et ses urbanistes: une ville en plans

Elevation d'un projet de rénovation pour le quartier de Ghalghoul, P. el-Khoury et A. Salam, archs. (cliché E.Verdeil, 1999, coll. part.)

Elevation d'un projet de rénovation pour le quartier de Ghalghoul, P. el-Khoury et A. Salam, archs. (cliché E.Verdeil, 1999, coll. part.)

Réticent à accepter de toucher à la cohérence de ma thèse, j’ai longtemps hésité à la remanier en un livre de format acceptable par un éditeur. Les pressions amicales de collègues et surtout la guerre de 2006 au Liban m’ont conduit à changer d’avis. En effet, une nouvelle reconstruction touche Beyrouth. Mes analyses de la situation dans les années 1990 se transforment en faits historiques, qui prennent avec la nouvelle reconstruction une signification autre qui mériterait d’être analysée. En revanche, l’histoire des politiques urbaines au Liban de l’Indépendance à la guerre civile s’évanouit de la mémoire des acteurs de l’urbanisme libanais tandis que ses témoins directs disparaissent petit à petit (par ex. Joseph Naggear), alors qu’elle continue à mon sens de déterminer de manière souterraine l’aménagement de la ville. J’ai donc décidé de remanier les éléments relatifs à cette période dans un ouvrage. Après que des éditeurs commerciaux ont hésité à l’accepter avant de le considérer comme trop spécialisé, j’ai estimé que les Presses de l’IFPO constituaient, comme pour l’Atlas, un éditeur totalement légitime bien que « non-commercial ». Cet éditeur permet en effet de toucher directement et efficacement le public libanais, tandis que sa politique d’édition électronique assurera une bonne diffusion internationale du livre (le tout, bien sûr, sans droits d’auteur).

Elargissement thématique et géographique de mes recherches: services urbains, électricité, Jordanie, Tunisie

Réparation sur un cable électrique à Amman (E.Verdeil, 2008)

Réparation sur un cable électrique à Amman (E.Verdeil, 2008)

En lien avec les thèmes de recherche développés dans le laboratoire Environnement Ville Société et en particulier avec l’axe Action/territorialisation, je me suis attaché à un nouvel objet, les politiques de réforme de l’électricité dans les pays du Moyen-Orient, en explorant notamment les enjeux liés à leur territorialisation. Cela m’a conduit à explorer la question électrique dans une double perspective: en tant que service urbain en réseau d’une part, et dans la perspective des enjeux de la transition énergétique dans les pays émergents et en développement d’autre part. L’approche de ce nouveau thème a été pour moi l’occasion, en participant à diverses actions de recherche, d’élargir mes terrains d’investigation. En plus du Liban que j’ai analysé sous cet angle, j’ai effectué plusieurs séjours en Jordanie pour commencer à creuser cette question. D’autre part, une coopération de recherche réalisée avec Ali Bennasr de l’Université de Sfax sur la thématique des services urbains en réseau, avec une première application à la question de l’eau potable, va évoluer vers une recherche sur les politiques d’efficacité énergétique et les villes en Tunisie. En prime, j’ai fait aussi un petit détour par l’Allemagne. Des recherches de financement sont en cours pour développer ces travaux, dont quatre publications apportent les premiers résultats.

Bennasr Ali et Verdeil Éric, 2009, « Gestion publique de l’eau potable, développement urbain durable et Majel-s (citernes d’eau pour l’eau de pluie) à Sfax en Tunisie », Flux, vol. , n° 76-77, p. 38-50. En ligne.

Verdeil Eric, 2009, « Electricité et territoires : un regard sur la crise libanaise », Revue Tiers Monde, vol. 198, p. 421-436. En ligne.

Verdeil Eric, 2008, « Géopolitiques de l’électricité au Machrek », Maghreb Machrek, 195, pp.106-128. En ligne.

Verdeil Eric, Féré Cécile et Scherrer Franck, 2009, « De la rétroaction entre différenciation territoriale et modèle universel des services urbains en réseau : les enseignements du cas libanais », Flux, vol. 75. En ligne.


bloc-geocarrefourImplication dans l’édition électronique en SHS

L’édition des SHS constitue le dernier point fort de mes activités de ces quatre dernières années. Depuis 2005, je participe au comité de rédaction de Géocarrefour et depuis 2007, j’en suis l’un des co-directeurs avec Christian Montès et Anne Honegger. Dans ces fonctions, outre le suivi des numéros, ma principale contribution a été le pilotage de la rétro-numérisation de la revue sur Persée (80 ans d’archives, depuis le Bulletin de géographie rhodanienne à Géocarrefour, en passant par la Revue de géographie de Lyon), puis la mise en ligne sur Revues.org et la diffusion payante de la revue sur Cairn. La revue reste fidèle au papier mais propose désormais des inédits, principalement des comptes rendus d’ouvrages qui sont publiés sur papier ultérieurement. Cette plongée dans l’édition électronique m’a conduit à suivre de plus près les débats liés à ce grand tournant que connaissent les SHS, y compris la polémique sur l’évaluation des revues par l’AERES (et ) et celle, distincte mais liée, sur les publiants. Dans cette perspective, j’ai participé à l’Université d’été de l’édition électronique organisée par le CLEO. L’ouverture de mon carnet de recherche Rumor s’inscrit en droite ligne de cette évolution, de même que mon investissement dans des enseignements sur cette thématique dans l’année universitaire 2009-2010. Dans le même esprit de saisir les bénéfices de cette mutation technologique et intellectuelle, j’ai modifié mes méthodes de travail et surtout de collecte d’information, notamment en utilisant le logiciel Zotero pour mes compilations de presse et ma documentation internet et la gestion de mes références bibliographiques.