Archives de catégorie : énergie

Parution: The Energy of Revolt in Arab Cities

fig2-jordanstoveVoici le résumé de mon article The Energy of Revolt in Arab Cities: the Case of Jordan and Tunisia, récemment publié dans Built Environment, dossier Arab Cities after the ‘Spring’.

Energy has become a new urban public issue in Arab cities and, hence, the trigger for new claims, mobilizations, and even revolts or riots. This article proposes another approach to energy politics. In my view, a set of transformations in energy circuits are directly involved in the ‘urbanization’ of energy issues. By such a phrase, I mean different processes that reframe and rescale energy issues, usually national and international ones, at the level of the city. Energy reliability and affordability are new claims in the political arena in many Arab cities. Based on earlier research in Tunisia and Jordan, the article examines how policies of electrification in Arab cities have created a new metabolism associated with new power relations, specifically enhancing State legitimacy through symbolic and economic means. But the neoliberal turn in electricity policies, coupled with fossil fuel price pressures, is undoing this pact. Claims for affordable prices and effective power supply have been fostered in the context of the current uprisings. Grid-embedded resistance practices by ordinary people (customers or workers), which are analyzed in this article, put new light on the vulnerability of urban electricity circuits. Continuer la lecture

Flux: villes et énergie en pays émergents

FLUX_093_L204J’ai le plaisir d’annoncer la parution du numéro 93-94 de la revue Flux, avec un dossier portant sur « Energie et villes des pays émergents : des transitions en question » que j’ai coordonné avec Sylvy Jaglin. Les articles sont principalement issus d’une journée tenue en décembre 2012 à l’AFD dans le cadre des séminaires SERVED. Mais cela s’inscrit aussi plus largement dans des recherches menées pour une part dans le cadre du programme TERMOS/GOUVENUS , ainsi que pour les travaux des membres lyonnais, dans d’autres projets (COLLENER, UTIQUE et POUDEV).

Voici la table des matières du numéro.

Jonathan Rutherford, Avant-Propos. Les Flux d’énergie

Sylvy Jaglin, Éric Verdeil, Énergie et villes des pays émergents : des transitions en question. Introduction

 Ce dossier expose une partie des résultats de deux programmes de recherche comparatifs portant sur les transformations énergétiques urbaines. Les débats actuels montrent que la place des collectivités locales dans la transition vers une société post-carbone reste une question ouverte (Rutherford, Coutard, 2014). Dès lors, il s’agissait de s’interroger sur les facteurs de changement observables aux échelles urbaines et les principaux acteurs porteurs d’une « vision » ou d’une stratégie énergétique, ainsi que sur la capacité à agir des autorités urbaines. Celle-ci doit être jaugée par rapport aux opérateurs traditionnels du secteur énergétique, souvent très liés aux États, d’une part, aux acteurs privés renforcés par les réformes du secteur (libéralisation, dé-intégration, privatisation ou ouverture aux investisseurs privés), d’autre part. Globalement, la question est celle de l’émergence d’une territorialisation des questions énergétiques aux échelles métropolitaines. Dans ce numéro, le propos est centré sur des villes de pays émergents, c’est-à-dire des organismes urbains dont le développement s’inscrit dans des contextes marqués par la conjonction d’une croissance économique élevée, d’une insertion solide dans les marchés globalisés et d’un savoir-faire institutionnel consolidé. La demande énergétique urbaine y est forte, portée à la fois par des taux de croissance urbaine élevés et par l’essor de la consommation des couches moyennes urbaines.

Notre parti méthodologique a été d’interroger ces questions énergétiques urbaines à partir d’analyses empiriques approfondies issues, pour ce dossier, d’études conduites sur quatre métropoles de pays émergents (Buenos Aires, Delhi, Istanbul, Le Cap) et des villes secondaires (Sfax, villes turques). Ces études font clairement apparaître le poids des déterminants locaux (sources énergétiques dominantes, rapports sociaux existants, nature des élites urbaines et des bases économiques locales…) comme les problèmes de capacité réelle et d’efficacité de l’action urbaine locale dans l’ampleur et les modalités de l’engagement des villes. Elles soulignent, ce faisant, des écarts patents entre les trajectoires de transition énergétique urbaine formalisées dans la littérature académique comme dans les politiques sectorielles et les situations urbaines observées. De ce fait, ces recherches  n’ont, dans l’ensemble, pas permis de valider une double hypothèse : celle d’une convergence des évolutions au profit d’un modèle de « transition énergétique » et celle d’une montée en puissance des pouvoirs publics locaux dans la gouvernance énergétique. Pour autant, les villes ne sont pas inertes au regard des changements en cours. Outre la mise en évidence de facteurs proprement locaux, toujours très prégnants, la confrontation des différentes études de cas nous semble livrer un certain nombre d’enseignements plus généraux sur l’avenir de la question énergétique dans de nombreuses villes du Sud, que nous tentons de synthétiser dans la suite de l’introduction. Continuer la lecture

Ecole Energies Recherches de Roscoff : pluridisciplinarité en pratique

Je participe ces jours-ci à la sixième édition de l’école doctorale énergies recherche organisée par un consortium d’institutions scientifiques et industrielles (CNRS, ADEME, CEA, IFPEN…) à Roscoff au fin fonds du Finistère. Son objectif est de présenter à une soixantaine de doctorants de tous les domaines scientifiques un aperçu ou une forme de culture générale partagée sur les enjeux de l’énergie aujourd’hui. Parmi ces doctorants, environ 10% sont issus des SHS, dont plusieurs géographes ou aménageurs, mais aussi sociologue, politologue ou économiste. Un chiffre qui ne doit pas être mal interprété et comparé à 90% de sciences dures: les recherches sont extrêmement diversifiées tant sur le plan disciplinaire qu’entre le pôle recherche fondamentale et recherche appliquée, celle-ci étant sans doute prépondérante. Le dialogue se fait entre toutes ces disciplines.

Cette diversité est l’occasion de mettre en pratique un objectif central de ces éditions successives: un dialogue pluridisciplinaire qui se donne à entendre dans les leçons mais aussi et surtout les conversations de couloir ou lors des repas. Découvertes réciproques des thématiques, des manières de pratiquer la recherche, qui ne vont pas sans susciter des questionnements. Par exemple, les SHS doivent répondre de méthodes d’enquêtes quantitatives impossibles à « contrôler » et de ce fait suspectes d’être entachées d’idéologie. Nombre de recherches en sciences dures sont conçues, vues des SHS, dans une optique étroitement applicative et on se demande où est la part d’autonomie du chercheur dans la construction de son objet par rapport à son directeur et au commanditaire… Les méthodes de communication sont aussi fort différentes: on privilégie le poster, assez rares en SHS sauf peut être chez les géographes à la forte tradition graphique et, en séance plénière, des « clips » de 3 mn résumant le propos: très synthétique et efficace.

J’ai été invité pour parler des enjeux territoriaux dans le déploiement de la transition énergétique et notamment des énergies solaires, que j’ai présentés à partir de mes recherches en Tunisie et en Jordanie (voir ci-dessous ma présentation). Les autres leçons (voir le programme) font le point sur des questions d’actualité : le climat, l’eau, mais aussi des enjeux plus contestés et vivement débattus, comme la question de l’intermittence des énergies renouvelables et les possibilités d’intégration au réseau. Un grand débat : l’intermittence des différences sources renouvelables est-elle compensée par le foisonnement, c’est à dire la compensation entre des sources de production géographiquement dispersées? Conclusion: il n’y a pas de consensus sur ce point, et comme on pouvait s’y attendre, les points de vues sont très corrélés à la position dans le domaine, entre les chercheurs/industriels liés à l’industrie du photovoltaïque ou ceux défendant d’autres approches.

Ouvrage distribué aux participants

Parmi les autres sujets qui ont retenu mon attention, la filière dite Power to Gas consistant à transformer les surplus issus de la production des centrales électriques renouvelables en gaz (hydrogène ou méthane) en vue de le transporter ou de le stocker avant d’autres usages énergétiques (piles à combustion, autres usages industriels). Un domaine en plein développement donnant lieu à de multiples et passionnantes anticipations.

L’ouvrage L’énergie à découvert, publié l’an dernier par CNRS Editions et offert aux participants, présente de façon claire l’ensemble de ces questions.
Présentation:

Actualité de la recherche sur les villes et la transition énergétique

De violentes manifestations ont lieu ces jours derniers à IKhartoum (Soudan), en réaction à la suppression de subventions sur le prix des carburants. Photo AFP-STR via Al Akhbar English

De violentes manifestations ont lieu ces jours derniers à Khartoum (Soudan), en réaction à la suppression de subventions sur le prix des carburants. Photo AFP-STR via Al Akhbar English

Urban Energy Transitions

Les transitions énergétiques urbaines, objet d’un séminaire tenu à Autun en 2009, font l’objet d’un numéro à paraître de la revue Urban Studies où paraît mon article récemment signalé sur le cas jordanien. Ce numéro est désormais entièrement accessible online (en accès restreint) et l’introduction générale, due à Jonathan Rutherford et Olivier Coutard, en présente les principaux enjeux.

Du point de vue des études urbaines, les questions énergétiques apparaissent comme une sorte d’OVNI, comme le recensement qu’ils ont effectué sur les principales revues de géographie anglophone (mais c’est largement la même chose d’un point de vue francophone) l’illustre. Pourtant, la communauté des spécialistes de la gestion de l’énergie, dont est représentative la revue Energy Policy, s’interroge depuis longtemps sur l’urbain. L’apport de la collection issue du séminaire d’Autun réside dans une approche qui ne limite pas l’urbain à une définition administrative ni à un type de morphologie. Fort des acquis d’une recherche critique percevant l’urbain de manière dynamique, relationnelle et conflictuelle, cet ensemble de texte propose une lecture des transitions énergétiques urbaines comme les transformations réciproques de l’urbain et des systèmes énergétiques. Les violents mouvements de protestation qui agitent Khartoum ces jours-ci (photo) illustrent de manière crue ce que la transition énergétique veut dire concrètement pour les citadins…
Voici à titre informatif la liste des articles, tous Onlinefirst avant d’être disponibles sur papier vers avril 2014… Continuer la lecture

Parution : The Contested Energy Future of Amman, Jordan: Between Promises of Alternative Energies and a Nuclear Venture

Districts de gestion électriques et principaux projets de centrales et de lignes HT en Jordanie

Districts de gestion électriques et principaux projets de centrales et de lignes HT en Jordanie

J’ai le plaisir d’annoncer la parution, après un très très long processus éditorial, de l’article « The Contested Energy Future of Amman, Jordan: Between Promises of Alternative Energies and a Nuclear Venture ». dans la revue Urban Studies (Online First) (août 21). doi:10.1177/0042098013500085 – http://usj.sagepub.com/content/early/2013/08/21/0042098013500085
version post-print en libre accès sur HAL-SHS : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00857506

Résumé :

Metropolitan authorities and local business elites are often seen as major players in the energy transition in the city. Such energy transitions are mostly conceived of as low carbon technologies, which permit the retrofitting of urban infrastructure and the rebundling of metabolic circuits. This article contests these views by highlighting the major role of non-urban energy sector institutions and actors. By examining the connections between technology, space and energy politics, and by using a relational understanding of the urban, this article explores the case of Amman’s energy transition. The growth of consumption coupled with new energy practices face a problematic supply because of shifts in regional geopolitics. This situation has prompted energy transition policies, among which are a green growth programme and the building of a nuclear power plant at the edge of the city. The article analyses the socio-political assemblages that shape those policies and unravels the competing interests at stake. It demonstrates the political and highly unruly nature of energy transitions.

Du vent et des protestations dans les collines de Bizerte

La Tunisie dans le débat sur la transition énergétique

La Tunisie est polarisée par les luttes politiques et idéologiques entre sa majorité parlementaire islamiste et son opposition composite. Cette situation masque une série d’enjeux socio-économiques très lourds, dont celui d’une nécessaire transition énergétique aux contours encore très flous. Le 27 juin dernier a eu lieu une conférence gouvernementale consacrée au lancement d’un débat national sur l’énergie, piloté par le ministère de l’Industrie et le secrétariat d’Etat à l’Energie et laissant à vrai dire peu de place à la discussion (voir le commentaire de Med Dhia Hammami sur Nawaat). L’urgence de la réflexion vient du poids croissant des subventions à l’énergie sous ses différentes formes, que l’Etat très endetté et sans guère d’autres de solutions que de se tourner vers le FMI, se doit de contenir et même de diminuer. Continuer la lecture

La crise des services publics dans le nord de la Jordanie : proposition de sujet de recherche en master

Water kiosk in Zaatari Camp (cc : Oxfam International)

La Jordanie est, avec le Liban, l’un des deux pays les plus affectés par la crise syrienne et en particulier l’afflux de réfugiés. Ceux-ci, regroupés dans de grands camps comme Zaatari, ou dispersés dans les villes jordaniennes de la région nord ou dans la capitale, subissent une grande détresse matérielle ou sociale liée au contexte politique. En outre, leur présence représente un facteur de stress pour des infrastructures urbaines déjà structurellement soumise à une crise grave, dans un pays aride, très déficitaire en eau, et très dépendant de l’importation d’hydrocarbures.

Dans le cadre d’un projet de recherche soutenu par l’Université Lyon 2, intitulé La crise syrienne et le Proche-Orient, je propose d’encadrer un(e) étudiant(e) de Master 1 ou 2 pour réaliser son mémoire de géographie ou aménagement sur cette thématique. La proposition s’adresse à priori aux étudiants de Lyon 2 mais pourra être étudiée pour des étudiants d’autres universités de Lyon-Saint Etienne. Un financement du séjour de terrain est prévu. Une connaissance de l’arabe serait appréciée, une bonne maîtrise de l’anglais est indispensable (notamment anglais technique et des sciences sociales). Une lettre de motivation devra m’être adressée en précisant les compétences dans le domaine des outils de la géographie (enquête/cartographie, etc.). Délai : avant le 20 juillet si possible. Si aucune candidature satisfaisante ne s’est révélée jusque là, une extension jusque début septembre est possible. Contact : eric.verdeil [at] univ-lyon2.fr

Parution : Villes arabes, villes durables ?

J’ai le plaisir d’annoncer la parution longuement attendue du dossier Ville arabes, villes durables ? Enjeux, circulations et mise à l’épreuve de nouvelles politiques urbaines , à la suite d’un programme de recherche AUF lancé et piloté par Pierre-Arnaud Barthel qui m’a fait l’amitié de me demander de coordonner avec lui son édition scientifique élargie suite à un appel à contribution dans la revue canadienne Environnement Urbain / Urban Environment.

En voici le sommaire, et en dessous le début du liminaire, dont la suite est disponible en libre accès. Continuer la lecture

Géographie de l’éclairage public dans les villes du Sud : quelques exemples arabes

Un récent billet de blog qui est plus que cela attire mon attention sur la question de la lumière dans la ville et me suggère une variété de pistes de recherche qui me font revenir sur quelques matériaux de recherche non exploités.

Affiche vantant le Plan Lumière pour Beyrouth par la municipalité de Beyrouth – via Marie Bonte

Brilliant Beirut est un texte brillant de Marie Bonte, jeune géographe lyonnaise sur le point de s’engager en thèse sur la thématique de la fête à Beyrouth, question qui dévoile entre autres une territorialité de la nuit. Dans ce billet, paru sur le site de Tim Edensor Lighting Research @ MMU, elle explore les territoires de la lumière la nuit dans Beyrouth. Pour cela, elle examine les inégalités et les dysfonctionnements de l’éclairage public qui laissent de nombreuses rues dans l’obscurité, notamment en raison d’un défaut d’entretien chronique – on ne parle pas ici des coupures de courant qui touchent peu le territoire municipal de Beyrouth. Inversement, les secteurs éclairés sont largement ceux de la fête et des loisirs nocturnes, comme dans la zone de Solidere, à Gemmayzeh ou encore à Hamra… En fin de billet, elle montre aussi que cette question de l’éclairage public devient à un enjeu de politique publique. Elle analyse par exemple, à travers cette affiche vantant l’illumination de Beyrouth, le Plan Lumière récemment mis en place par cette municipalité qui s’est lancé, avec l’appui parisien, dans une politique d’éclairage et de mise en valeur de son patrimoine architectural. Elle fournit aussi une très belle carte de synthèse à la fin de son billet qui montre que cette géographie de la lumière est très inégalitaire. Il faudrait en complément s’intéresser aux projets de SOLIDERE qui a également entrepris une politique de mise en valeur de ses bâtiments (Lighting Beirut Architecture). Ces politiques de la lumière représentent un nouveau type de politique publique au Liban, à analyser dans une perspective mêlant transfert de modèles, marketting urbain et partenariats public-privé. Cette approche du cas beyrouthin est paradoxale puisqu’on peut aussi – voire plutôt – considérer cette ville comme une métropole de l’obscurité en s’intéressant à la thématique des coupures de courant, comme je le fais dans mes recherches de mes dernières années – et ce sera justement le thème d’un papier que je prépare pour le prochain congrès de la RGS. Continuer la lecture

Le soleil en face : des utopies dont les énergies nouvelles seraient les promesses

A propos de : Gaillard F., 2012, Le soleil en face: rapport sur les calamités de l’industrie solaire et des prétendues énergies alternatives, (Négatif (Montreuil), ISSN 1965-8672). Montreuil, France, L’Échappée, 157 p.

Dans le projet de recherche en cours Collener (Collectifs socio-techniques et transition énergétique), auquel je participe, mes collègues Alain Nadai et Olivier Labussière mettent en garde contre l’idée que la transition énergétique serait porteuse de potentiels, technologiques ou politiques, vecteurs majeurs de changement social. Pour eux, les potentiels et les promesses qui sont souvent attribués à la transition énergétique en cours vers les énergies renouvelables, ne préexistent pas, en soi,  à l’introduction de ces innovations technologiques. La non-réalisation de ces potentiels n’est pas le résultat d’un blocage par des barrières sociétales que la recherche se devrait d’identifier, résistances des habitants ou cupidité des lobbys économiques en place. En fait, le potentiel de ces nouvelles technologies est à construire, par des interactions multiples entre nouvelles technologies et sociétés. L’ouvrage dont il est question ici fournit un cas intéressant pour réfléchir aux promesses et aux déceptions que les énergies alternatives font naître. S’il développe une critique acérée de ces dernières, il n’en reproduit pas moins en même temps un tel schéma de pensée, en postulant le potentiel de libération et de décentralisation politique porté par le solaire – postulat en ce sens que précisément, le livre fait l’impasse de son examen concret dans les quelques cas où son actualisation a(urait) été mise en œuvre ou tenté. Continuer la lecture