Archives de catégorie : blogging scientifique

Le gel de RussEurope : une décision difficile à comprendre

Concernant le gel du carnet de Jacques Sapir RussEurope, j’avoue un malaise certain.

D’un côté, je trouve que les accusations de censure politique manquent de crédibilité et ne repose que sur des soupçons, des procès d’intention et des conjectures. Je doute qu’elles expliquent le vote unanime des deux conseils scientifiques.

D’un autre côté, en revanche, je ne suis pas du tout convaincu de la nécessité qu’il y avait d’interrompre l’alimentation de ce carnet. D’abord, la base juridique du gel me paraît faible car Sapir ne semble pas avoir dépassé formellement les engagements auxquels sont tenus les chercheurs (voir les Conditions générales d’utilisation du portail). Même si cette année il a publié plus de chroniques témoignant de ses engagements politiques, cela n’a rien de nouveau. Arguer d’un changement dans la nature de la publication ne paraît pas être une position facile à défendre. Par d’ailleurs, d’autres carnets se livrent plus ou moins régulièrement à des analyses qui ne sont pas simplement des éclairages mais aussi des prises de position.

Plus fondamentalement, comme le soulignent plusieurs commentateurs, il est vraiment difficile de tracer une limite nette entre la recherche en SHS, l’expertise sur le monde social et l’engagement personnel (cf. tweet de Dominique Lecourt). Chaque chercheur a son style, sa posture, qui peuvent varier dans le temps. En fait on pourrait même arguer que si l’un des intérêts du carnet de recherche consiste précisément à donner à voir l’effort de formalisation scientifique en train de se faire, cela implique justement que certains des affects et des engagements qui animent l’effort de recherche y soient visibles…

Dans ce contexte, il ne me paraît pas du tout évident que les deux conseils scientifiques qui ont pris la décision du gel aient réellement la légitimité de retirer les droits en écriture, ou du moins qu’ils s’appuient pour ce faire sur une doctrine explicite.

Un autre argument, avancé parmi d’autres par Olivier Ertzscheid, est que Jacques Sapir, par la confusion que ces écrits installent entre les analyses scientifiques et celles qui ne le seraient pas et qui n’auraient donc pas leur place, décrédibiliserait la plateforme Hypothèses. Cela ne me paraît pas du tout évident. Si les conseils scientifiques ont reçu des plaintes et des inquiétudes à son endroit, il aurait été utile qu’elles soient exposées. Je vois à l’instant un commentaire de Sylvain Piron, membre du conseil scientifique d’Hypothèses, qui reproche à Sapir la pratique de l’invective, de la diffamation, voire de l’appel au meurtre : si c’est bien le cas, que ces dérives soient pointées explicitement, chacun pourra s’en faire une idée plus claire et le débat y gagnera. Faute d’une telle clarté, les accusations de censure se déroulent sur un boulevard et c’est cela qui nuit à la crédibilité de la plateforme.

A l’inverse, en drainant de nombreux lecteurs sur cette plateforme, on peut arguer que Sapir donne à voir une recherche en sciences sociales érudite, souvent très riche et argumentée, et la manière dont elle peut nourrir le débat public. Penser que les lecteurs de son carnet ne font pas la différence entre ses propos les plus politiques et les travaux qui sont le socle de ses analyses revient à les prendre pour des naïfs et des incompétents, c’est-à-dire l’inverse du principe qui justifie l’accès ouvert aux publications de la recherche, le fondement de la plateforme Hypothèses en somme.

Pour toutes ces raisons, j’ai vraiment du mal à comprendre quelle pressante nécessité justifiait cette décision. Je crains qu’elle ne constitue un précédent regrettable, aux conséquences potentiellement négatives pour la diversité des formes d’écriture et d’engagement sur cette plateforme, en suscitant une forme d’autocensure chez certains,  voire en autorisant l’appel au gel d’autres carnets jugés indisciplinés ou dérangeants. J’espère être détrompé.

Doper HAL face aux réseaux sociaux académiques

Je reviens avec un peu de retard sur mon intervention lors de la journée organisée le 18 décembre dernier par le CCSD et l’InSHS, consacrée aux 10 ans de HALSHS. En raison de mes états de service antérieurs sur la question, notamment lors d’une précédente journée en 2013, il m’avait été demandé de présenter quelques réflexions sur l’identité numérique du chercheur et en particulier la place que pouvait y tenir HAL. Les amateurs de vidéo peuvent regarder mon intervention, qui dure une dizaine de minutes. Pour les autres, je voudrais surtout insister sur deux points qui ne touchent guère à la question de l’identité numérique proprement dite, mais d’une part à une comparaison certes limitée mais instructive de la visibilité des travaux via HAL-SHS et quelques réseaux sociaux académiques, et d’autre part à une prise de position sur la manière d’encourager, fut-ce au détriment du droit des éditeurs, les dépôts en archives ouvertes. Continuer la lecture

Nouveaux horizons

2015-09-29 14.55.49A compter d’aujourd’hui, je suis rattaché au LATTS, Laboratoire Techniques Territoires Sociétés, à l’Ecole des Ponts et Chaussées à Marne-la-Vallée, dans la Cité Descartes que j’ai fréquentée il y a une vingtaine d’années, lors de mes études à l’Institut français d’urbanisme, lequel est aujourd’hui intégré dans l’Ecole d’urbanisme de Paris, qui se situe dans le même bâtiment montré ici en photo, exactement au bout de mon couloir. Presqu’un retour aux sources donc, même si tout a changé.

Les douze ans passés à Lyon au sein d’Environnement Ville Société restent un excellent souvenir. Les conversations et les collaborations nouées là bas se poursuivent. Et très prochainement (sous réserve de l’approbation du jury) j’aurai le plaisir d’y soutenir mon habilitation à diriger des recherches, qui d’une certaine manière clôt un cycle. Cela aura lieu le 23 novembre, Salle Caillemer (locaux de l’Université Jean Moulin Lyon 3). Le titre donné au mémoire de synthèse est Ecologie politique des énergies urbaines. Villes sud-méditerranéennes en tension.

Les habitués de ce carnet reconnaîtront derrière ce titre des thématiques fréquemment abordées ici. Je posterai d’ailleurs sans doute prochainement quelques extraits, de même que mon dernier billet sur l’observatoire urbain de Beyrouth est tiré de mon volume de Parcours. Pour l’instant, je n’ai pas vraiment prévu de modifier mon usage de ce carnet, même si vous aurez peut être remarqué que j’ai peu écrit cette année. Impossible de concilier une écriture au long cours comme celle de l’HDR (qui elle même est déjà largement un remix de choses déjà écrites) et des billets en parallèle, à quelques éphémérides près. On verra ce qu’il en est. Pour commencer, plusieurs ouvrages qui m’ont été adressés et que je commence seulement à avoir le temps de lire, feront l’objet de petits comptes-rendus. Et à signaler, la traduction sur Métropolitiques d’un compte-rendu sur les métropoles XXL paru en 2012.CGS_Electricity_Waste_01OCT15_thumb

En attendant, je pars au Koweit avec mon collègue Taoufik Souami, également au LATTS, pour participer au GreenDay organisé par l’Institut français sur place pour préparer la COP 21. J’y rencontrerai plusieurs chercheurs pour envisager des partenariats. J’en profiterai, le 7 octobre, pour donner une conférence From Electricity to Waste : Infrastructure Crisis and Urban Protest in Lebanon à l’American University of Kuwait, à l’invitation de Farah al-Nakib.

Les réseaux sociaux scientifiques : visibilité et open access dans Arabesques

Mon billet publié à la suite de la journée des CoRIST en novembre dernier avait attiré l’attention et suscité des commentaires et reprises/retweets relativement nombreux. A la demande de l’agence bibliographique de l’enseignement supérieure (ABES), j’en ai tiré une nouvelle version un peu plus resserrée et plus précise sur certains points, pour son magazine Arabesques (n°74, avril-juin 2014). L’ensemble du dossier « Paysages et réseaux de l’IST en mouvement » est à télécharger librement (l’article seul est sur Hal). Merci à Béatrice Pédot pour son travail éditorial.

Introduction:

Selon une enquête récente du CNRS, les chercheurs font un usage massif des réseaux sociaux qui sont intégrés au coeur de leurs pratiques professionnelles. Ces réseaux permettent une meilleure visibilité des travaux et démultiplient les possibilités d’identifier les ressources dont les scientifiques ont besoin pour poursuivre et étendre leur activité.

Les réseaux sociaux scientifiques, la visibilité et l’open access

J’ai participé, le 19 novembre, à la journée d’étude des correspondants IST (CorIST) de l’InSHS. Je n’ai pu assister qu’à une partie de la journée mais ce que j’ai pu voir, notamment la table-ronde sur Wikipédia comme outil de la valorisation de la recherche, était intéressant et fera j’espère l’objet d’un compte rendu. On trouvera un cadrage des thèmes traités ici, ainsi qu’un compte-rendu de chaque intervention ici.

J’intervenais pour ma part dans une table ronde sur les réseaux sociaux scientifiques et leurs usages par les chercheurs. Au-delà du constat d’un usage intensif de ces outils il est vrai très divers, deux enjeux transversaux apparaissent. Les réseaux transforment et à priori améliorent la visibilité des chercheurs ainsi que celle des travaux dont ils ont besoin pour poursuivre et étendre leur activité. A travers cet enjeu de la visibilité, c’est aussi celle de l’accès libre aux publications qui est en voie de transformation, non sans contradiction avec les politiques poursuivies par nos tutelles pour développer l’Open Access notamment par le biais de Hal. Continuer la lecture

Une page Cities sur Jadaliyya

city_scape_banner_1

Depuis trois ans, Jadaliyya s’est imposé comme un site de référence sur l’actualité du monde arabe (et de sa marge turque). Mêlant journalisme d’investigation, textes de diffusion de travaux scientifiques, prises de position politiques et sociales, il émane des interactions d’un collectif divers largement composé de personnes originaires de la région ou y vivant. Au départ écrit en anglais et arabe, il s’ouvre aujourd’hui à d’autres langues, notamment le turc et le français.
Je suis heureux d’annoncer le lancement, ce 30 septembre, d’une page Cities, animée par une équipe éditoriale qui se compose de Mona Harb (rédactrice en chef), Hiba Bou Akar, Farah Nakib,Farha Ghannam, Ozan Karaman et moi-même. Voici les objectifs de la page. Continuer la lecture

La publication scientifique pendant et après la thèse : Regards croisés entre SHS et STM

Je participerai le 19 octobre à l’URFIST de Villeurbanne à cette conférence dont voici la présentation:

Cette journée, organisée par l’URFIST de Lyon, en partenariat avec le CCSD et le laboratoire ELICO, vise à présenter aux jeunes chercheurs – doctorants, docteurs et jeunes recrues de l’enseignement et de la recherche – l’arrière scène de la publication scientifique, à laquelle ils ne sont pas associés et dont ils ignorent souvent les principes et les fondements. Les retours d’expériences des acteurs mobilisés (Rédacteur en chef d’une revue, évaluateur, membre d’une commission du CNU,…) au plus près du processus de la publication scientifique permettront de dresser un état des lieux du processus éditorial.

Le but de la journée est également de faire prendre conscience aux jeunes chercheurs de leurs erreurs les plus récurrentes, identifiées à leur manque d’expérience. Les intervenants insisteront sur les « pièges » à éviter, les « bonnes pratiques » à retenir, et les caractéristiques d’un « bon manuscrit » susceptible d’être évalué en « priorité » dans l’afflux des soumissions à publication. Ceci dans le respect des droits d’auteur et des règles éthiques de la publication scientifique.

Dans le même temps, l’objectif de la journée est de sensibiliser les jeunes chercheurs à l’évolution des pratiques de recherches, de publication et par là même d’évaluation des résultats de la science, en lien avec le contexte numérique. La question de la gestion des données de la recherche, de ses documents, de leur circulation, de leur partage, voire de leur dépôt dans des archives ouvertes seront abordés pour illustrer le glissement qui s’opère autour de la notion de publication.

Plus d’information et inscription obligatoire en ligne : http://publ-sci.sciencesconf.org/. Programme détaillé

Je synthétiserai des éléments de mon enseignement méthodologique pour l’école doctorale de Lyon Publications scientifiques en sciences humaines et sociales à l’ère du numérique : enjeux pour les chercheurs dont un compte rendu est lisible ici (les inscriptions doivent d’ailleurs reprendre prochainement).

Comment je blogue

A l’invitation de Emmanuelle Morlock pour l’ISH, Bénédicte Kuntziger pour MOM, les deux MSH lyonnaises, ainsi que de Claire Denecker pour l’Urfist de Lyon et Pierre Mounier pour le Cléo, j’ai participé à la table-ronde « Comment bloguent-ils? » avec différents représentants de la secte (?) des carnetiers en sciences sociales, comme Frédérique Giraut (Socio-Voce), Françoise Acquier (Le Cresson Veille) et Pierre Mercklé (Agora, Quanti, et son blog perso). Françoise Acquier en a fait un compte rendu synthétique. J’en profite pour joindre les quelques diapositives de ma présentation et pour en approfondir quelques points. Continuer la lecture

Comment bloguent-ils ?

Je participerai prochainement à cette table ronde. Welcome!

Comment bloguent-ils ?
Rencontres sur les carnets de recherche en sciences humaines et sociales
1er-2 décembre 2011, à Lyon
Autour de la plateforme Hypotheses.org

Organisées par l’URFIST de Lyon, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée et l’Institut des Sciences de l’Homme,
en partenariat avec le Centre pour l’édition électronique ouverte

Jeudi 1er décembre 2011
17h-18h30 Table ronde animée par Pierre Mounier, directeur-adjoint du Cléo.
Avec la participation d’auteurs de carnets de recherche :
Françoise Acquier, Frédérique Giraud, Pierre Mercklé, Eric Verdeil
A l’Institut des Sciences de l’Homme

18h45-20h Apéro carnets
Ouvert aux passionnés et curieux de blogs scientifiques.
A la Maison de l’Orient et de la Méditerranée

Suivi le 2 décembre par une formation pour les personnes intéressées.

Pour en savoir plus : présentation

Révoltes arabes : inscription dans les luttes sociales, enjeux de dénomination, lieux de contestation. Une sélection de textes

Manifestants incrédules d'occuper la place Tahrir aux premiers jours de la révolution égyptienne. (c) Jimmy Markoum

Dans le cadre du séminaire Villes, territoires, mondialisations, commun aux masters Systèmes territoriaux, Aide à la décision et développement durable et Ville et Société, que je coordonne avec Myriam Houssay-Holzschuch, l’une des séances portera sur « Villes, contestations et citoyenneté : lecture des révoltes arabes ». Contrairement aux autres séances, qui reposent totalement sur des textes académiques (la plupart volontairement en anglais), j’ai privilégié ici, faute de recul et de production scientifique suffisante, un ensemble de témoignages, tribunes et analyses publiés sur internet par des journalistes, des chercheurs ou des observateurs. Il s’agit d’une sélection, forcément arbitraire, issue de mon propre butinage pour utiliser ce joli terme québécois. Trois thématiques, inégalement représentées, sont proposées. Ce classement résulte pour partie de l’orientation disciplinaire et thématique privilégiée pour le séminaire, destinée à des jeunes géographes et urbanistes. Continuer la lecture