Archives de l’auteur : Eric Verdeil

Questions d’énergie à la Royal Geographical Society Conference 2017

Je participerai à deux panels à la Royal Geographical Society Conference 2017 à Londres le 30 août prochain.

Le premier panel s’intitule Scar-Cities: Middle East urbanisms between violent environments and disrupted governance et est organisé par Nathan Marom. Mon papier s’intitule:

« Securitizing urban electricity supply: a political ecology perspective on Jordanian and Lebanese cases »

Un générateur électrique de la société privée Kahraba Jbeil, ou quand le capitalisme familial impose son monopole

Building upon the concept of urban political ecology (Swyngedouw 2006), I apply this framework to the understanding of the flows of energy in the cities of Beirut and Amman and specifically to electricity. Supplying these cities with electricity implies the creation of new circuits that are both material and socio-political. In Amman, one of the projects elaborated to cope with the growth of energy demand is to build a nuclear plant in the « desert » nearby Amman. This project, now allegedly in the final studies, has experienced many episodes and delays. In Lebanon, the citizens facing regular and long lasting blackouts have been relying for more than twenty years on generators operated by various local, mostly informal and commercial-oriented small firms, and now local capitalist companies seeking to push a privatization policy. At a first glance, both situations seem very different in scale and in the type of actors involved. But in both cases, these new circuits are heavily contested and redistribute agencies of power in ways that empower some local actors but that, at the same time, erode solidarity at the city and national level.

Ce papier reprend un chapitre en cours de publication dans le Routledge Handbook for Middle Eastern Cities, dirigé par Haim Yacobi et Nsasra Mansour.

Dans ce même panel, Elvan Arik présentera des éléments de son travail sur les nouvelles géoraphies du chauffage à Istanbul: Heating scarcity: natural gas and the politics of unjust energy transition in Istanbul

Mon deuxième panel sera Urban Energy in the Global South. J’y présenterai avec Sylvy Jaglin le papier suivant : « Electric hybrids: emerging forms of energy transition in southern cities ». Il s’agit d’introduire un projet qui vient d’être financé l’ANR (p.19), excellente nouvelle pour les quatre années à venir… Voici le résumé:

Cities in the developing and emerging countries experience many problems of electricity supply, which conventional responses such as extending the grid cannot fix. Therefore, collective and individual alternatives develop, such as decentralized and hybrid systems. Applying the concept of hybridization to socio-technical studies, the paper articulates a proposition to study them and to evaluate their impact on the future of the electricity system, assuming they represent an emerging but unstudied form of energy transition. This paper exposes the hypotheses that guide a 4-year research which intends to empirically study these emerging configurations (by surveying the actors of the market and the regulation practices) and assess their impact on usual understandings of the transition. We review three main paradigms that have dominated energy research in the South (rural electrification and off-grid contribution; the post-networked city; the infrastructuralisation hypothesis) and we develop our own hypothesis: that of a long lasting hybridization of electrification configurations fueled by the emergence of off-grid devices and logics of unachieved « infrastructuralisation ». This hybridization hypothesis differs from assumptions of substitution as well as from ideas of « incremental infrastructure » or « deliverance palliative », based on the idea of improvisation and social collaboration, which refers mainly to « practical norms”, such as the electric poaching. Our proposal instead focuses on the emergence of collective solutions, socially more structuring, technically more complex and temporally more durable. The main challenge is not technical (solutions exist and new ones are always invented) or social (in spite of poverty), it relates to the association between the two: that is to say their assemblage into functional socio-technical systems of supply and the strength of institutions in charge of their management and their regulation. Our hypothesis goes that there is no single assemblage model, each being enshrined in its environment. Our presentation will illustrate the potential of the hypothesis based on cases in Lebanon and South Africa, and present other fieldwork where we intend to develop it.

Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions

J’ai le plaisir de signaler la parution récente de ce chapitre : Sylvy Jaglin, Éric Verdeil. 2017, Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions. in Stefan Bouzarovski; Martin J Pasqualetti; Vanesa Castán Broto (eds.). The Routledge Research Companion to Energy Geographies, Routledge, pp.106-120. Plus d’information en suivant ce lien.

Ci-dessous l’introduction. Pour les francophones, il s’agit d’une traduction, légèrement révisée, du texte d’introduction au dossier de la revue Flux (n°93-94, 2013) intitulé Energie et villes des pays émergents : des transitions en question (en libre accès) Continuer la lecture

Des déchets aux remblais: imaginaire aménageur, corruption et dérèglements métaboliques à Beyrouth

Le port de pêche de Borj Hammoud au pied de la « montagne » de déchets accumulés depuis la guerre civile libanaise jusqu’à 1997, avant les récents travaux de démantèlement. Photo Eric Verdeil, CC-ND-NC

Les scandales à répétition qui éclatent à propos de la gestion des déchets au Liban et plus particulièrement dans l’agglomération de Beyrouth mettent en évidence les montants énormes des contrats en question et leur opacité, et donc plus largement la corruption qui joue un rôle déterminant dans l’organisation de l’action publique. Les débats de l’été 2015 ont ainsi permis d’exposer publiquement les zones d’ombre, anomalies et irrégularités concernant les contrats successifs de Sukleen, et de pointer vers un ensemble de bénéficiaires indirects de cette rente. La réorganisation en principe provisoire de la gestion des déchets à Beyrouth et dans le Mont Liban s’est traduite par l’apparition de nouveaux acteurs, bénéficiaires des contrats de collecte ou de construction et de gestion de décharges dont les montants et les modalités techniques posent là encore question. De plus, sans même parler de la décision hautement discutable d’installer des décharges au bord du littoral, diverses anomalies ont été soulignées, comme le fait que le tri et le recyclage–déjà peu ambitieux–sont pour l’instant impossibles à cause de la saturation des installations dédiées pour cause de stockage de déchets, alors que les entreprises sont payées pour un travail qu’elles ne font pas. Enfin, le dévoilement d’une clause permettant de démanteler la décharge de Borj Hammoud pour déposer les ordures stockées là depuis les années 1990 directement dans la mer apparaît comme une provocation environnementale d’un cynisme absolu de la part du CDR–et qui va sans doute avec des contreparties financières. Continuer la lecture

La question des bidonvilles, d’Alger au Maghreb (et au-delà)

J’ai le plaisir de signaler ici mon compte rendu du livre de Rachid Sidi Boumedine Bétonvilles contre bidonvilles. Cent ans de bidonvilles à Alger (Alger : APIC éditions, 2016) paru en juin 2017 sur Jadaliyya Cities: Des bidonvilles aux villes de béton : une somme sur l’évolution urbaine d’Alger

L’auteur a répondu à certaines de mes remarques concernant l’absence de mise en perspective du cas d’Alger par rapport aux transformations en cours au Maghreb (De l’utilité de se concentrer sur Alger).

Les lecteurs curieux d’un tel élargissement de perspective pourront se reporter à ces deux ouvrages et aux comptes rendus auxquels ils ont donné lieu sur Jadaliyya Cities ces dernières années:

Enfin, il faut en profiter pour signaler la parution sous la direction scientifique d’Agnès Deboulet, et grâce à la coordination éditoriale d’Irène Salenson de Repenser les quartiers précaires (publié par l’Agence française de développement en préparation de la Conférence Habitat III de Quito, accessible en ligne, également traduit en anglais)

 

Beyrouth, ville divisée

L’enregistrement de ma conférence « Beyrouth, ville divisée » tenue aux Rendez vous de l’Histoire du Monde arabe, à l’Institut du Monde arabe, le 21 mai dernier, est en ligne. En complément, voici aussi mon support de présentation:

Les autres conférences peuvent être retrouvées ici.

Comptes rendus de l’Atlas du Liban: les nouveaux défis (2016)

Comme je l’ai fait pour les autres ouvrages que j’ai publiés, voici une liste (évolutive je l’espère) des comptes rendus et recension de l’Atlas du Liban : les nouveaux défis publié par les Presses de l’IFPO.

Compte rendu de Cynthia Ghorra Gobin dans La Revue Urbanisme, n°404, printemps 2017 (PDF)

Compte rendu de Malak Makki: أطلس لبنان: تحدّيات جديدة في البيئة والعمران والجغرافيا السياسية, Al Safir, 26/12/2016 (site du journal, qui a cessé sa parution; PDF)

Signalement dans Le Petit Journal (17 janvier 2017), Hélène Boyé

L’énergie, nouvelle question urbaine dans le monde arabe

Masdar City, à 25 km du centre-ville d’Abu Dhabi, écoville modèle ou supposé. Largement alimentée par les énergies renouvelables (les panneaux photovoltaïques), attentive aux économies d’énergie (isolation) et cherchant à créer un climat urbain plus supportable (ombres, espaces verts, tour à vent pour rafraîchir l’atmosphère, ailleurs aussi des jeux d’eau)

Je présenterai, le 28 octobre 2017 à 16h, dans le cadre de la semaine arabe de l’ENS sur le thème « Les villes arabes » un exposé sur : L’énergie, nouvelle question urbaine dans le monde arabe.

Je parlerai bien sûr des coupures d’électricité et des générateurs à Beyrouth et dans les autres villes du Liban, du projet de centrale nucléaire en Jordanie, du développement du solaire ici et là, et notamment dans les Emirats arabes unis.

Au plaisir de vous y voir. Pour moi, la semaine arabe de l’ENS, c’est un peu souvenir souvenir…

Présentation de l’Atlas du Liban : les nouveaux défis à Lyon

Je profiterai d’un prochain passage à Lyon pour y présenter la nouvelle édition de l’Atlas du Liban avec Marie Bonte, auteure d’une section sur les inégalités de genre. La discussion sera introduite par Elisabeth Longuenesse.

Cette séance aura lieu le 27 avril à 18h30, à la librairie Terre des livres, 87 rue de Marseille 69007 Lyon. Entrée libre et all welcome!

La « ville-réseau » dans les villes du Sud

Dans le cadre du séminaire Circulation des références urbaines et assemblages locaux, je participerai à une séance autour la « ville-réseau » dans les villes du Sud. Elle aura lieu  le14 mars 2017. Lieu: Laboratoire PRODIG, salle de réunion du 3ème étage du centre Valette, 2 rue Valette, 75005 Paris.

Programme

– 9h 30 : introduction à la séance et tour de table

– 09h 45 : intervention de Jochen Monstadt, professeur, Chair for Governance of Urban Transitions and Dynamics, Department of Human Geography and Spatial Planning, Utrecht University :
«Translating the Networked City: Emerging Infrastructures in Nairobi and Dar es Salaam »

– 11h 00 – 12h 30 : discussion

– déjeuner

– 14h – 15h 15 : intervention d’Eric Verdeil, professeur, Sciences Po, Centre de Recherches Internationales
« A quest for energy security in Middle Eastern Cities: Experiments of rebundled loops and autonomous networks »

– 15h 15 – 16h 30 : discussion

De l’impuissance des citoyens libanais face aux crises des services publics – compléments et rebondissements

powerless-orient-xxiJ’ai le plaisir de signaler la parution de mon article De l’impuissance des citoyens libanais face au « système », à travers l’analyse critique du documentaire de Cynthia Choucair « Powerless », sur le site d’information Orient XXI (repris sur Jadaliyya Cities). En voici le « pitch ».

Le délabrement des services publics, du ramassage des ordures aux coupures d’électricité, a suscité de nombreuses mobilisations au Liban. Le documentaire Powerless de Cynthia Choucair en rend compte de manière intéressante, mais, par son apolitisme, le propos perd de sa force.

J’y renvoie directement les lecteurs intéressés, sans le reproduire ici. Toutefois, je tiens à signaler, en complément de cette analyse, un autre petit film de Cynthia Choucair, avec l’aide du très incisif journaliste d’Al Akhbar Mohamed Zbeed, tourné au moment des manifestations de l’été 2015 au moment de la crise des ordures. Elle y interroge des citoyens manifestants sous la forme de quizz humouristiques, en vue de leur faire deviner les intérêts financiers des hommes politiques libanais, et la collusion entre intérêts publics et privés. Beaucoup tombent des nues… et d’une manière générale se montrent très peu au courant, si j’ose dire, des actions publiques ou privées, et même de l’identité des hommes qui les gouvernent (et qui les lient dans l’obscurité, pour paraphraser le Seigneur des anneaux). C’est poser la question de la dépolitisation implicite de la question de la crise électrique, que je discute dans ses choix scénaristiques pour ce scénario, sous un autre angle.

Questions that puzzled the Lebanesehttps://www.facebook.com/road2films/videos/971089022934597/

Pour conclure, signalons le dernier rebondissement de la crise des déchets, à savoir le fait que l’amoncellement des déchets non triés et non traités dans la décharge de Costa Brava à proximité immédiate de la piste maritime de l’aéroport de  Beyrouth attire de nombreux oiseaux qui font craindre un remake de l’accident de l’avion newyorkais contraint d’amerrir sur l’Hudson. Après avoir installé des avertisseurs sonores imitant des cris de rapaces, il semblerait selon Habib Battah (The Beirut Report) que le gouvernement ait décidé un abatage massif des oiseaux.