Le gel de RussEurope : une décision difficile à comprendre

Concernant le gel du carnet de Jacques Sapir RussEurope, j’avoue un malaise certain.

D’un côté, je trouve que les accusations de censure politique manquent de crédibilité et ne repose que sur des soupçons, des procès d’intention et des conjectures. Je doute qu’elles expliquent le vote unanime des deux conseils scientifiques.

D’un autre côté, en revanche, je ne suis pas du tout convaincu de la nécessité qu’il y avait d’interrompre l’alimentation de ce carnet. D’abord, la base juridique du gel me paraît faible car Sapir ne semble pas avoir dépassé formellement les engagements auxquels sont tenus les chercheurs (voir les Conditions générales d’utilisation du portail). Même si cette année il a publié plus de chroniques témoignant de ses engagements politiques, cela n’a rien de nouveau. Arguer d’un changement dans la nature de la publication ne paraît pas être une position facile à défendre. Par d’ailleurs, d’autres carnets se livrent plus ou moins régulièrement à des analyses qui ne sont pas simplement des éclairages mais aussi des prises de position.

Plus fondamentalement, comme le soulignent plusieurs commentateurs, il est vraiment difficile de tracer une limite nette entre la recherche en SHS, l’expertise sur le monde social et l’engagement personnel (cf. tweet de Dominique Lecourt). Chaque chercheur a son style, sa posture, qui peuvent varier dans le temps. En fait on pourrait même arguer que si l’un des intérêts du carnet de recherche consiste précisément à donner à voir l’effort de formalisation scientifique en train de se faire, cela implique justement que certains des affects et des engagements qui animent l’effort de recherche y soient visibles…

Dans ce contexte, il ne me paraît pas du tout évident que les deux conseils scientifiques qui ont pris la décision du gel aient réellement la légitimité de retirer les droits en écriture, ou du moins qu’ils s’appuient pour ce faire sur une doctrine explicite.

Un autre argument, avancé parmi d’autres par Olivier Ertzscheid, est que Jacques Sapir, par la confusion que ces écrits installent entre les analyses scientifiques et celles qui ne le seraient pas et qui n’auraient donc pas leur place, décrédibiliserait la plateforme Hypothèses. Cela ne me paraît pas du tout évident. Si les conseils scientifiques ont reçu des plaintes et des inquiétudes à son endroit, il aurait été utile qu’elles soient exposées. Je vois à l’instant un commentaire de Sylvain Piron, membre du conseil scientifique d’Hypothèses, qui reproche à Sapir la pratique de l’invective, de la diffamation, voire de l’appel au meurtre : si c’est bien le cas, que ces dérives soient pointées explicitement, chacun pourra s’en faire une idée plus claire et le débat y gagnera. Faute d’une telle clarté, les accusations de censure se déroulent sur un boulevard et c’est cela qui nuit à la crédibilité de la plateforme.

A l’inverse, en drainant de nombreux lecteurs sur cette plateforme, on peut arguer que Sapir donne à voir une recherche en sciences sociales érudite, souvent très riche et argumentée, et la manière dont elle peut nourrir le débat public. Penser que les lecteurs de son carnet ne font pas la différence entre ses propos les plus politiques et les travaux qui sont le socle de ses analyses revient à les prendre pour des naïfs et des incompétents, c’est-à-dire l’inverse du principe qui justifie l’accès ouvert aux publications de la recherche, le fondement de la plateforme Hypothèses en somme.

Pour toutes ces raisons, j’ai vraiment du mal à comprendre quelle pressante nécessité justifiait cette décision. Je crains qu’elle ne constitue un précédent regrettable, aux conséquences potentiellement négatives pour la diversité des formes d’écriture et d’engagement sur cette plateforme, en suscitant une forme d’autocensure chez certains,  voire en autorisant l’appel au gel d’autres carnets jugés indisciplinés ou dérangeants. J’espère être détrompé.


49 réflexions au sujet de « Le gel de RussEurope : une décision difficile à comprendre »

  1. Yves Gonzalez-Quijano

    Merci à toi d’avoir risqué ce commentaire… J’avais pointé l’info sur Seenthis, je me suis associé à un truc que je vais te signaler mais je me demandais comment réagir plus en détail à cette décision qui, comme toi, me gêne profondément… Tu permets que je mette en lien dans mon propre carnet ton billet ?

  2. Sylvain Piron

    Cher Eric,
    Je comprends bien que la décision des conseils scientifiques soit difficile à comprendre. Pour répondre à toutes les interrogations à ce sujet, il me suffit de citer un avertissement que donne le présent carnet :
    « Les commentaires sont appelés à respecter une éthique scientifique : expression maîtrisée et cordiale, critique argumentée, citation des sources, refus de polémiques politiques. Les commentaires ne respectant pas ces critères seront effacés. »
    Tout est dit. Depuis des années, Sapir ne respectait aucun des points de cette éthique scientifique. L’expression n’était ni cordiale, ni maîtrisée. La critique pas toujours argumentée, les polémiques politiques étaient quotidiennes. Nous l’avons toléré, peut-être trop longtemps, au nom de notre attachement à la liberté d’expression et à la diversité des points de vue et des expressions. Il a franchi deux fois la ligne rouge. Comme je l’ai dit dans un commentaire au billet d’Olivier Ertzscheid sur le même sujet, et comme nous l’avons collectivement décidé, nous n’allons pas citer les passages qui lui ont valu des rappels à l’ordre, par respect pour les personnes qu’il a insultées. Sur ce point, nous demandons à la communauté des carnetiers (et au-delà) de faire confiance au jugement concordant de l’un et l’autre conseil scientifique. Notre patience a finalement atteint ses limites en mars dernier. Nous lui avons demandé de modérer son expression. Il n’a pas tenu compte de cet avertissement. Nous l’avons exclu.
    L’admission sur la plateforme est liée à une acceptation par le conseil scientifique d’Hypothèses, sous condition du respect de certaines conditions d’utilisation. Logiquement, le non respect de ces conditions, après des avertissements répétés, entraine la suspension des droits d’écriture – non pas la suppression des billets, au nom d’un principe général d’accessibilité pérenne à tous les contenus publiés par OpenEdition. Il n’y avait pas de doctrine explicite parce que le cas ne s’était jamais posé depuis presque dix ans. Il y a désormais une jurisprudence Sapir. Le critère unique est le respect de l’éthique scientifique, au sens large exposé plus haut.
    L’argument des lecteurs attirés sur Hypothèses par Sapir ne tient pas. Ses billets étaient aussitôt repris et diffusés sur différents blogs souverainistes ou identitaires. Ceux qui venaient pour le lire n’allaient pas voir ailleurs d’autres carnets plus policés. Au contraire, en raison de la multiplication des mêmes contenus sur des sites douteux, c’est la crédibilité d’Hypothèses comme espace d’expression raisonnable qui était mise en cause.
    J’espère que l’ensemble de ces explications peut contribuer à dissiper le malaise.

  3. Eric Verdeil Auteur de l’article

    Merci Sylvain pour ces précisions et l’énoncé plus clair de cette « jurisprudence Sapir ». Je peux comprendre les raisons des CS de ne pas être plus précis mais elles constituent un argument facile pour vos critiques.

  4. Eric Verdeil Auteur de l’article

    Voir d’ailleurs la poursuite de la discussion dans les commentaires d’Affordance : http://redirect.viglink.com/?format=go&jsonp=vglnk_150702006747212&key=fc09da8d2ec4b1af80281370066f19b1&libId=j8bcqouf01012xfw000DL8546nccs2vef&loc=http%3A%2F%2Faffordance.typepad.com%2Fmon_weblog%2F2017%2F09%2Fhypothese-sapir-en-pire-.html%3Fcid%3D6a00d8341c622e53ef01b7c92513ec970b%23comment-6a00d8341c622e53ef01b7c92513ec970b&v=1&out=http%3A%2F%2Fwww.affordance.info%2Fmon_weblog%2F2017%2F09%2Fhypothese-sapir-en-pire-.html%3Fcid%3D6a00d8341c622e53ef01b8d2b070c9970c%23comment-6a00d8341c622e53ef01b8d2b070c9970c&title=affordance.info%3A%20L%27hypoth%C3%A8se%20Sapir%20en%20pire.&txt=02%20oct%202017%20%C3%A0%2020%3A57

  5. Pierre Mounier

    Bonjour Eric,

    je vais essayer, pour ta parfaite information de restituer les 3 cas dont j’ai connaissance où la ligne rouge a clairement été franchie (il est possible qu’il y en ait plus mais je ne m’en souviens pas) sans republier des insultes à l’égard des personnes concernées :

    – en 2014, il publie un billet sur un homme politique français dont il qualifie l’action de « saloperie ». Il l’affuble des qualificatifs d' »incompétent » et « calomniateur ». Dans le même billet, il compare les écrits d’un journaliste français à la « FunkenPropaganda » de Goebbels (sans le démontrer sans va sans dire).
    – l’année dernière je crois, il évoque une situation où il se voit en train de casser une bouteille de bière sur la tête d’un autre journaliste (et il n’expose pas un dispositif de sociologie expérimentale)
    – plus récemment, il évoque la possibilité que la tête d’une autre homme politique français se promène au bout d’une pique (je ne pense pas qu’il s’agisse d’un procédé contrôlé d’histoire uchronique)

    Evidemment, ces propos sont toujours sur la limite de la légalité : il ne souhaite pas que, il ne promet pas de, il ne dit pas que X est, etc. Personnellement, cela me fait penser à un certain homme politique qui multipliait les blagues pas drôles du tout autour de la Shoah en restant plus ou moins dans la légalité par des astuces de formulation, mais créait au final une atmosphère particulièrement nauséabonde…
    Je reprécise que la première alerte a eu lieu en 2014. Comme le dit Sylvain, le CS a été TRES patient, TRES mesuré, a énormément discuté à plusieurs reprises car ce n’est vraiment pas dans son ADN d’empêcher quiconque de s’exprimer sur Hypothèses, à condition que cela soit conforme à un certain nombre de règles de comportement qui sont propres à un espace de discussion académique et pas à un ring de catch. Pour bien comprendre, imaginons qu’Hypotheses soit un colloque annuel. Chaque année, tu as quelqu’un qui arrive et qui se met à insulter les gens pour exprimer son désaccord ou à les comparer à Goebbels, etc.. Par ailleurs, l’essentiel de ses communications sont des commentaires et des tribunes où il dit aux hommes politiques à quel point leur action est médiocre sur la base de ses convictions personnelles. Je ne parle pas d’un passage en conclusion d’une communication qui par ailleurs démontre quelque chose sur la base d’études empiriques, mais pratiquement que des communications entièrement sous cette forme. Que fais-tu ? Tu continues à l’inviter ?

    Amitiés,

    Pierre

  6. CY

    Ici, le texte où Sapir lancerait un « appel au meurtre » (lol) :

    http://russeurope.hypotheses.org/6264

    Le dernier paragraphe du texte : « Marie-Antoinette n’a probablement jamais dit « s’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche ». Mais, cette phrase lui a collé à la peau et l’a condamnée aux yeux de l’opinion avant même qu’elle soit jugée. Emmanuel Macron a, quant à lui, bien prononcé les phrases qui lui seront à jamais reprochées. Qu’il ne s’étonne pas, alors, de susciter la haine et la rage. Qu’il ne s’étonne pas si, par malheur, sa tête devait finir au bout d’une pique… »

    Comme on le voit, c’est une opinion et non un appel au meurtre. Et si ça avait été le cas, ça aurait fait scandale au moment de la parution de l’article ! bref, pour se débarrasser de son chien, on l’accuse d’avoir la rage…

    Par ailleurs, quelqu’un sait-il si Sapir est le seul à qui l’on a fait des remontrances ? Il n’est en effet pas le seul à parler politique dans ses articles…

  7. Sylvain Piron

    Oui, Sapir est le seul dans son cas, le seul sur 2400 carnets ! Ce ne sont pas ses opinions, mais leur expression qui en est la cause.
    Eric, si quelqu’un laissait dans ce carnet un commentaire en employant des termes comparables à cette citation de Sapir, est-ce que tu jugerais cela comme une expression « maîtrisée, cordiale et argumentée », pour reprendre les termes très justes de ton avertissement, ou comme une pure « polémique politique » ? Est-ce que tu trouverais utile de publier un tel verbiage ? Une fois, par indulgence, peut-être. Mais dix fois, cent fois ? Même si certains trouvent de telles images révolutionnaires divertissantes, ce n’est pas l’idée que nous nous faisons de la discussion argumentée.

  8. Busnot P.

    Bonjour

    Pourquoi ne pas recourir à un dispositif graduel de sanctions ? Par exemple après 3 avertissements, une suspension provisoire de 1 mois pourrait être décrétée. Et la 3e suspension serait définitive. Avec publicité des motivations.
    Ce serait plus conforme à l’idée que l’on se fait du rendu de la Justice dans notre République que le procédé discrétionnaire et sans appel utilisé pour la jurisprudence Sapir. Jurisprudence qui laisse une fâcheuse impression de justice expéditive qui relève davantage du pouvoir « absolu » que du juste exercice d’un pouvoir équilibré. D’où le sentiment diffus que la liberté d’expression a été frappée par le couperet de la censure.

    Bien cordialement

    P.B

  9. Adam Pietrasiewicz

    Même si l’on s’imagine la bonne volonté à la base de la décision concernant la fermeture du carnet de Sapir, il est évident que l’étau se resserre en France. L’espace de la liberté s’amoindrit et c’est un spectacle triste. Ce n’est pas un hasard que la décision a été prise maintenant quand le clivage entre le « mainstream » et « la dissidence » se fait de plus en plus profond. Sapir disparaît ici, Delamarche disparaît de BFM – ce ne sont pas des pures coïncidences.

  10. Sylvain Piron

    @ P. Busnot
    La progressivité des sanctions aurait pu être une solution, en effet. Nous ne l’avons pas envisagée parce que nous avions le sentiment qu’aucun espace de dialogue n’était possible. Pour preuve, Jacques Sapir n’a pas réagi à la lettre d’avertissement qu’il a reçue en juillet. Une personne désireuse de trouver un compromis aurait pu, à ce stade, engager une démarche de dialogue, faire des propositions pour définir avec nous la ligne rouge à ne pas franchir. Le fait qu’il n’ait pas réagi à ce courrier et qu’il ait au contraire choisi de continuer comme si rien ne s’était passé indique qu’il a cherché le rapport de force avec OpenEdition, en considérant qu’il avait tous les droits.

  11. P. Busnot

    @ Sylvain Piron
    Ces explications pour recevables qu’elles soient ne dissipent pas l’impression de censure brutale, qu’elle resulte d’une maladresse ou d’une intention. En tant qu’institution ayant une certaine visibilité scientifique et médiatique, les responsables de l’outil « hypothese » exerce un impact dans le champ social et à ce titre on est fondé à attendre deux qu’ils conforment leur conduite à certains standards conformes à notre tradition républicaine. De ce point de vue le vin est tiré et le mal est fait. Tout relatif qu’il puisse paraître …

  12. Sylvain Piron

    L’effet peut sembler brutal pour les lecteurs – il l’est également pour nous, puisque Sapir organise une campagne de mails très violente, tout en jouant au martyr. Je rappelle encore une fois que notre réaction a été très progressive, puisqu’il y a eu trois avertissements depuis 2014. Elle a été très mesurée : le carnet n’est pas supprimé, nous avons transmis la base de données à Sapir qui peut réinstaller le blog avec toutes ses archives où il voudra, dans des espaces publics bien plus visibles qu’Hypothèses. Il me semble difficile de faire plus « républicain ».

  13. P. Busnot

    @Sylvain Piron

    Mon propos ne porte évidemment pas sur vos démêlés en interne avec Sapin mais sur l’effet produit en terme d’image sur le lectorat. De ce point de vue force est de constater donc un déficit de visibilité préalable à la suspension définitive et de progressivité du procès disciplinaire qui aboutit à la suspension d’un bogue sur votre plate-forme.
    Par ailleurs on ne peut exclure qu’en cas de publicité des débats avant cette mesure de suspension définitive l’échange avec les lecteurs aurait peut être permis d’éviter le scénario du pire. Ou pas. Mais cette hypothèse ne peut être écartée et on ne peut que regretter qu’elle n’ait pas pu être testée. Quoi qu’il en soit les réactions auraient probablement été moins épidermique si une procédure progressive et transparente existait.
    Maintenant j’ai bien compris que vous avez averti J. SAPIR en interne avant de suspendre son blogue définitivement tout en lui laissant la jouissance de ces billets qui par ailleurs restent visibles sur votre plate-forme.
    Ceci étant dit on peut s’étonner que la communauté des chercheurs en sciences sociales ne soit pas regardée a-priori comme composée d’agents responsables et ne propose pas systematiquement et inconditionnellement à ceux-ci un espace d’expression personnelle dédiée tourné tant vers les pairs que vers le public et que seule la Justice serait habilitée à sanctionner dans le cadre de la loi.

    Cordialement

    PB

  14. Sylvain Piron

    Je suis content que vous compreniez mieux notre attitude. La nouvelle question que vous posez soulève des points très importants. Depuis le XVIIe siècle, la discussion scientifique prend la forme d’échanges argumentés au sein de communautés éclairées, dans des académies ou d’autres instances collectives. Le modèle de régulation de la vie savante qui en découle ne tient pas compte de la nouvelle figure que vous évoquez, du grand public intéressé aux débats. Effectivement, la forme du carnet de recherche ouvert implique bien davantage les lecteurs que celle de la revue savante. Nous nous intéressons à ces lecteurs, nous essayons de mener des recherches pour comprendre qui ils sont et nous cherchons à les associer à certaines prises de décision (lors des assemblées annuelles ou par des enquêtes). Mais nous avons conservé de l’ancien modèle la figure du conseil scientifique fermé, qui a ses avantages et des défauts. Cela apporte d’une part une garantie que les décisions importantes ne sont pas prises par une autorité administrative supérieure, sous la pression du pouvoir politique (soupçon qui a été relayé abondamment par Sapir et certains de ses amis, de façon totalement mensongère). Mais cela veut aussi dire que ce conseil est souverain dans ses décisions et qu’on s’en remet à lui, précisément en raison de son indépendance. Le principe du secret des délibérations fait partie des standards républicains qui garantissent l’absence de toute forme de pression extérieure sur la prise de décision. On ne peut être à la fois indépendant et soumis à d’autres contrôles.
    La forme du contrôle par la loi d’un accès inconditionnel est une utopie intéressante. Je ne sais pas si vous vous rendez bien compte de l’étatisme extrême que cela implique et la dépossession de cette autonomie qui est l’élément central de la vie universitaire. Cela voudrait dire que la régulation de nos usages serait confiée à des juges, extérieurs au monde savant. L’accès inconditionnel est également une notion compliquée à mettre en place. Pour des raisons techniques, le nombre de carnets (et surtout, le nombre de créations hebdomadaire) est limité. L’ouverture d’un carnet ne peut pas être un droit. Il répond à un projet intellectuel, qui doit être explicité par son porteur, lequel s’engage à respecter des conditions d’usage de la plateforme. Pour reprendre les catégories que vous employez, c’est la loi qui confie aux responsables de la plateforme de veiller aux respects des règles. On en revient donc au point de départ.
    Pour en revenir à l’implication des lecteurs dans la prise de décision, autant elle me semble souhaitable sur des questions génériques, autant elle me paraît inapplicable dans des cas spécifiques. En particulier dans le cas Sapir. Imaginez que nous ayons annoncé publiquement en juillet que le carnet risquait d’être suspendu, nous aurions été, comme nous le sommes actuellement, agonis d’insultes qui ne nous proposent pas des comparaisons flatteuses (encore une fois, je ne tiens pas à répéter les termes employés). Comment trancher une telle discussion ? Comment trier les réactions et interrogations raisonnables (comme la vôtre et quelques autres auxquelles nous tentons de répondre) des aboiements venus de sphères peu recommandables ? Parce qu’au fond, c’est un autre aspect crucial du problème Sapir. Tous ses billets étaient aussitôt reproduits sur des sites identitaires ou souverainistes dont le profil n’a absolument rien à voir avec les milieux qui pratiquent le débat contradictoire. Voila, pour aller au fond du problème, la plus grande difficulté que pose Sapir. Il veut avoir un pied dans le monde savant, tout en partageant l’attitude et les sous-entendus du monde de la post-vérité. C’est une ambiguïté insupportable pour les responsables de la plateforme. Notre décision a eu pour sens de lui signifier qu’en refusant de tenir compte de nos avertissements, il avait de fait choisi son appartenance à la post-vérité.

  15. P. Busnot

    @Sylvain Piron

    Merci pour ce développement fourni.
    Lorsque j’évoque le recours à la loi entre qu’instance habilitée à intervenir ce n’est bien évidemment pas quant sur la teneur scientifique des propos mais uniquement quant la conformité des propos avec la loi encadrant la liberté d’expression.
    Bien évidemment la communauté scientifique non seulement conserve le pouvoir d’intervenir mais elle y est même invitée, non plus avec des pouvoirs de « police » (réservés à la Justice le cas échéant) mais avec des arguments à verser au débat scientifique et épistémologique …
    D’autre part, en invoquant le terme « post-vérité » vous vous exposez à susciter une nouvelle polémique … fort intéressante au demeurant mais qui mérite mieux et requiert davantage que des insinuations hâtives et expéditives.
    Enfin, un chercheur devrait pouvoir disposer dans l’espace public d’expression que j’appelle de mes voeux d’une rubrique scientifique plus spécifiquement dédié aux pairs et d’un espace plus tourné vers la cité au sens large du terme. Car il relève bien, selon moi, du rôle et de la responsabilité des chercheurs de contribuer, s’ils le souhaitent, au débat public. Ce qui implique le risque de la polémique et la nécessité du contradictoire. Quant aux excès de langage gageons qu’ils devraient rester d’autant plus rares qu’ils s’avèrent plutôt préjudiciable à l’image de celui ou celle qui les profèrent et attente donc tant à son crédit scientifique qu’au prestige attaché à son statut académique.
    Pour en revenir à J. Sapir, à mes yeux sa contribution au débat public sur la plateforme de Synthèse offre un bilan très largement positif en dépit de quelques rares excès malencontreux. Pour le reste il intervient comme un intellectuel engagé et c’est tout à son honneur. Je serais fort ingrat de ne pas mentionner la richesse de la contribution de J. Sapir quand bien même je puis me trouver en désaccord voire, en de très rares occasions, désapprouver certaines considérations superfétatoires … a-fortiori en dehors de leur contexte.
    Tout comme je désapprouve ici votre décision que je juge regrettable, déjà quant à la forme, et excessive, tout en saluant les nombreux services permis par la plateforme dans l’administration de laquelle vous vous investissez.

  16. P. Busnot

    Désolé pour la tournure quelque peu chaotique du début du précédent commentaire qui a échappé une nécessaire relecture 😕

  17. Sylvain Piron

    Oui, j’ouvre à dessein une nouvelle discussion. Je voudrais inviter les lecteurs raisonnables, comme vous, qui lisiez Sapir sur Hypothèses, à observer quels sont les sites qui le soutiennent, qui le reprennent, et à examiner dans quel but ils le font. Puis, une fois cet examen fait, à vous demander s’il n’y avait pas, s’il n’y a pas une certaine duplicité de sa part. C’est en tout cas une attitude que ne partage aucun autre carnet.

    Nous sommes très attachés à la liberté d’expression et à la possibilité d’exposer des démarches de chercheurs engagés dans le débat public. Pour autant, nous ne voulons pas, nous ne pouvons pas et nous ne devons pas être considérés comme le service public exclusif de cette faculté fondamentale. Il y a une offre très vaste d’espaces d’expression, chacun ayant ses particularités. Beaucoup de chercheurs tiennent sur différents sites des blogs qui sont principalement définis comme des tribunes politiques (évidemment argumentées, mais dans lesquels l’élément d’opinion politique prédomine sur l’enquête de science sociale). Cet espace auquel vous songez existe déjà, il est davantage situé dans le prolongement de la presse politique que de l’édition scientifique. Nous pensons qu’il serait plus clair pour Sapir de se positionner de la sorte.

  18. Jérôme Valluy

    Bonjour,

    En lisant les messages des membres du comité scientifique d’OpenEdition, il me vient cette question, à eux adressés, notamment Pierre Mounier et Sylvain Piron :

    Que pensez-vous de cette « opinion » de la Cour européenne des droits de l’homme lorsqu’elle affirme, au regard du droit en vigueur, « la possibilité pour les universitaires d’exprimer librement leurs opinions, fussent-elles polémiques ou impopulaires, dans les domaines relevant de leurs recherches, de leur expertise professionnelle et de leur compétence » (CEDH 27 mai 2014, Mustafa Erdogan et a. c.Turquie, nos 346/04 et 39779/04, Dalloz actualité, 18 juin 2014, obs. N. Nalepa) ?

    Merci d’avance pour vos réponses,
    Bien cordialement,
    Jérôme Valluy

  19. Sylvain Piron

    @ Jérôme Valluy
    C’est amusant, je viens de répondre à une question semblable dans les commentaires d’un autre billet.
    Je suis, nous sommes, évidemment favorables à l’expression de toutes les opinions dans l’espace public, y compris celles qui nous déplaisent. Mais il y a beaucoup de lieux différents pour le faire dans un pays démocratique comme l’est encore la France. Le liberté d’expression des universitaires n’implique pas un droit imprescriptible à disposer d’un carnet sur Hypothèses. Toi-même, tu n’en as pas et je crois comprendre que tu ne tiens pas à en avoir.
    Ce qui est protégé par la loi, ce qui doit être absolument défendu, c’est que le fait d’avoir exprimé une opinion n’expose à aucune conséquence professionnelle ou pénale. En l’occurrence, la hiérarchie de Jacques Sapir ne le menace d’aucune sanction. Nous ne sommes pas en Turquie (ou en Russie : https://www.hrw.org/report/2017/07/18/online-and-all-fronts/russias-assault-freedom-expression). Je l’ai suffisamment expliqué au fil des commentaires : Sapir cherche à maintenir une équivoque en publiant dans le même espace des textes d’analyse et des tribunes politiques dont le ton, dont le ton seulement et pas le fond, n’a pas sa place sur Hypothèses. L’espace blog de Médiapart lui irait beaucoup mieux, il n’a que l’embarras du choix. Nous ne l’avons pas brutalement privé de tout moyen d’expression. Et nous n’avons en tout cas obéi aux ordres de personne, ni cherché à complaire au pouvoir. Le parallèle avec la situation turque n’est pas vraiment pertinente.

  20. Ping : [Russeurope en exil] Mobilisation contre la suspension de Russeurope et le risque de discrédit international qui pèse sur les institutions de recherche françaises, par Jacques Sapir | Ombre43

  21. Jérôme Valluy

    Bonjour Sylvain,

    Merci pour ta réponse. Le principe qu’énonce la CEDH ne se confond pas avec le cas d’espèce. Elle juge au regard de la Convention européenne des droits de l’homme… qui s’applique en France ; tu ne l’ignores pas. Le rapprochement que tu fais entre la France et la Turquie est abusif. En revanche, le principe qu’énonce la CEDH est respectable en France puisque cette convention fait partie de notre bloc de constitutionnalité et, par là, de notre hiérarchie des normes.

    La suite de ton argument est plus convaincant : OpenEdition n’est pas l’Etat ; la liberté n’est pas en cause puisqu’il peut aller s’exprimer ailleurs. Cet argument déjà beaucoup utilisé par divers membres du comité scientifique d’OpenEdition laisse entendre que cette institutions publique pourrait raisonner comme le fait un éditeur privé, de livres, de revues ou d’autres formats. Et c’est là que l’argument s’affaiblit. Les défenseurs de l’accès ouvert, nombreux à la direction d’OpenEdition dans cette militance, ont souvent dit aux universitaires, notamment dans les débats qui ont précédé l’adoption de la loi n° 2016-1321 du 7 octobre 2016 (article 30), en substance : « Vous travaillez sur fonds publics donc vous devez rendre au public ce qu’il a payé par ses impôts » (en publiant vos texte en accès ouvert). Cette affirmation (que je partage) à une corolaire que l’on peut énoncer ainsi : « Vous travaillez sur fonds publics donc vous devez respecter les règles de la République (qui vous paie) ».

    Le blog de Jacques Sapir est hébergé par Hypothèses rattachée à OpenEdition développé par le Centre pour une édition électronique ouverte (Cléo), placé sous la quadruple tutelle du CNRS, de l’Université d’Aix Marseille, de l’Université d’Avignon et de l’Ecole des hautes études en sciences sociales. Il s’agit donc bien d’une institution publique universitaire.

    Comme l’observe, ma collègue Roseline Letteron, Professeur de droit public à Paris 4, « De fait, comme l’a montré Olivier Beaud dans sa belle conférence de 2009 à l’Académie des sciences morales et politiques, les instances dirigeantes de l’Université ont pour mission d’être les gardiennes de la liberté académique, pas ses censeurs. Un service chargé de gérer une plateforme de blogs, au nom des Universités membres, a le même devoir. »

    Je reformule donc ma question, toujours adressée à l’ensemble des membres du Comité scientifique d’OpenEdition, mais en parcourant cette fois l’ensemble de la hiérarchie des normes de cette République qui nous paie chaque mois :

    « Chers membres du comité scientifique d’Openedition, que pensez-vous de ces « opinions » qui s’expriment à votre sujet dans nos textes normatifs et instances républicaines : la Convention européenne des droits l’homme prescrivant, selon la jurisprudence de la Cour, « la possibilité pour les universitaires d’exprimer librement leurs opinions, fussent-elles polémiques ou impopulaires, dans les domaines relevant de leurs recherches, de leur expertise professionnelle et de leur compétence » (CEDH 27 mai 2014 n°346/04 et 39779/04) ; les principes fondamentaux reconnus par les lois de la république, dont celui de l’indépendance des universitaires, selon la jurisprudence du Conseil Constitutionnel français (CC n° 83-165 DC du 20 janvier 1984 et n° 94-355 du 10 janvier 1995) ; l’article L.111-1/al. 4 du Code de la propriété intellectuelle qui déroge, pour les universitaires, au statut général de la fonction publique ; l’article L.411-3 du code de la recherche qui protège l’autonomie de la démarche scientifique ; les articles L.123-9, L.141-6, L.952-2 du code de l’éducation qui rappellent une norme d’indépendance et de liberté d’expression des enseignants, chercheurs et enseignants-chercheurs ? »

    Merci d’avance pour vos réponses,

    Bien cordialement,
    Jérôme Valluy

  22. Sylvain Piron

    Jérôme, comme tu le dit très bien, OpenEdition n’est pas l’Etat. Nous ne faisons pas même partie des « instances dirigeantes de l’Université » dont parle ta collègue. Notre fonction, d’intérêt public et financée (principalement, mais pas exclusivement) sur fonds publics, est de favoriser la diffusion en accès libre des résultats de la recherche universitaire. Cela ne nous donne pas la responsabilité d’être les seuls à le faire, ni l’obligation de donner à chaque chercheur un espace d’expression inconditionnel. De « la possibilité pour les universitaires d’exprimer librement leurs opinions » à la façon concrète d’organiser l’exercice de ce droit, il y a beaucoup d’étapes et de médiations.

    OpenEdition n’est pas l’Etat, ce n’est pas non plus le service public de l’expression scientifique directe auquel tout chercheur de l’enseignement supérieur public et des organismes de recherche aurait accès de droit. Heureusement que ce n’est pas le cas et que rien de tel n’existe. Un tel service public exclusif serait contradictoire avec le principe même du pluralisme des opinions.

    Tu noteras également notre ouverture internationale. Nos usagers et nos financements ne sont pas exclusivement français. Nous cherchons à favoriser le développement et l’interconnexion de communautés scientifiques polyglottes, ce qui ne n’est pas sans intérêt. Il n’est donc pas vrai que nous ayons une mission générale de service public à l’égard des universitaires français. Le raisonnement que fait R. Letteron n’est pas correct : nous n’agissons pas « au nom des Universités », nous n’avons pas de responsabilité générale à l’égard des universitaires. Nous offrons simplement aux chercheurs français et de tous pays qui s’adressent à nous une possibilité d’expression, qui est soumise à certaines conditions d’acceptation et au maintien de ces conditions.

    Ta comparaison avec le raisonnement d’un éditeur privé n’est pas non plus convaincante. Les Presses universitaires de Rennes sont, juridiquement, un service des universités de l’Ouest. Pour autant, il serait absurde de considérer que ce statut d’éditeur public, financé sur fonds publics, impose un devoir de publier tous les manuscrits soumis. L’éditeur public conserve une liberté d’appréciation éditoriale souveraine.

    L’ouverture d’un carnet sur Hypothèse n’est donc pas un droit, c’est une possibilité soumise à acceptation préalable d’un projet intellectuel, puis au respect des conditions d’utilisation, que les conseils scientifiques, d’Hypothèses et d’OpenEdition, ont la responsabilité de faire respecter. L’indépendance des universitaires est un principe général qui se décline de différentes façons. La souveraineté des décisions d’un comité éditorial de revue scientifique ou du conseil scientifique d’une plateforme d’édition électronique en est une autre conséquence.

    Si j’en viens maintenant à la question que tu nous poses, j’avoue ne pas comprendre les termes que tu emploies. Les normes juridiques que tu cites, auxquelles je suis aussi attaché que toi, ne sont pas des « opinions », mais des normes juridiques indiscutables (alors que l’opinion est au contraire ce qui se discute). En quoi elles « s’expriment à notre sujet » ? Je ne comprends pas cette formulation. Nous sommes bien évidemment concernés et tenus par ces normes constitutionnelles. Les conditions générales d’utilisation garantissent « l’autonomie scientifique et éditoriale » de toutes les publications que nous hébergeons, « dans les limites des conditions d’acceptation fixées au moment de la candidature. »

    Mais tu veux peut-être nous demander, pour parler plus clairement : en quoi ces normes imposent-elles à OpenEdition des obligations à l’égard de la liberté d’expression de Jacques Sapir ? Je réponds en mon nom propre : la réponse découle pour moi de ce que je viens d’écrire (sans répéter tout ce que nous avons déjà longuement expliqué au sujet du long processus de prise de décision et des avertissements préalables). Disposer d’un carnet sur Hypothèses n’est pas un droit. Les conseils scientifiques, garants des bons usages de la plateforme et indépendants du pouvoir politique, ont estimé que Jacques Sapir ne respectait pas les règles d’usage, et qu’il contrevenait donc aux conditions d’acceptation initiale sur la plateforme, ce qui a justifié la suspension de ses droits en écriture. Cette décision ne peut pas être assimilée à une décision de justice qui serait susceptible d’appel auprès d’une juridiction supérieure. On peut avoir différentes « opinions » sur cette décision, qui n’a pas été prise de gaîté de coeur, on peut en discuter longuement. Mais elle est prise et elle est irrévocable. Cela n’empêche pas Sapir de s’exprimer librement partout où il le voudra, il dispose de moyens médiatiques bien plus considérables. Nous n’avons pas supprimé son carnet. Nous lui avons transmis toutes ses archives. Nous n’avons aucun autre devoir à son égard.

  23. P. Busnot

    @ Sylvain Piron

    De nos quelques échanges dont je vous sais gré l’intervenant raisonnable que je serais selon votre propre appréciation conserve une impression de malaise au sujet des modalités de l’éviction de J. SAPIR. Et clairement celle-ci apparaît comme une action de censure dont les motivations politiques transparaissent lorsque vous évoquez des sites supposement peu recommandables (bien que legaux) qui reprennent certains des billets parus sur Russeurope. Il ressort de cette affaire une impression de légèreté et d’opacité quant à la façon dont une interdiction d’écrire a été gérée vis-a-vis de M. SAPIR lui-même mais aussi vis-a-vis de la communauté des lecteurs citoyens qui s’intéressent à ses textes. Non seulement les justifications que vous avancez ne justifient pas grand chose quant aux réserves que j’ai formulées, quand bien même seriez-vous dans votre bon droit, mais elles tendent plutôt à les conforter.
    Mais à tout le moins la controverse née de cette gestion brutale (pour la communauté des lecteurs dont je fais partie) d’un différent éditorial, car expéditive en l’absence de suspension provisoire et de tout avertissement PUBLIC préalable comme vous en aviez le pouvoir et confusément opaque quant à ses motivations, a-t-elle le mérite de susciter la réflexion.

    Bien à vous

    P.B

  24. Ping : [Russeurope en exil] Mobilisation contre la suspension de Russeurope et le risque de discrédit international qui pèse sur les institutions de recherche françaises, par Jacques Sapir – Le Monde...

  25. Jérôme Valluy

    @ Sylvain Piron @CS-OpenEdition

    Pour faire bref :

    1) Nous sommes donc en désaccord sur l’analyse juridique de la situation. Jacques Sapir est rattaché professionnellement à l’EHESS. L’EHESS assure la co-tutelle d’OpenEdition qui est un établissement public auquel s’impose donc l’ensemble des règles de droit que j’ai citée dans cette affaire. A cet égard, je persiste à partager l’analyse de Roseline Letteron, très compétente en la matière. Dans tous les cas, ce ne sont là que débats interprétatifs et seul le juge peut arbitrer définitivement de tels débats (sans les clore pour autant en ce qui concerne les commentaires légitimes de jurisprudence).

    2) Le droit n’est pas seulement formel et procédural : il a aussi un sens, substantiel (symbolique, philosophique, politique…). La décision prise par OpenEdition s’apprécie à cet égard. Et elle se trouve aujourd’hui inscrite dans un problème plus vaste. Je le décris ici : https://blogs.mediapart.fr/jerome-valluy/blog/081017/baillonner-les-universitaires De ce point de vue aussi, ce serait une erreur politique monumentale que de maintenant cette décision : elle va impacter bien plus qu’OpenEdition.

    Il serait, à mon avis, dans l’intérêt de tout.e.s qu’au vu de la décision que vient de prendre l’Université de Strasbourg, il y a trois jours, et des conséquences qu’elle aura dans les prochaines semaines et prochains mois sur le climat universitaire, la décision d’OpenEdition soit suspendue et mise en délibération approfondie. A mon avis, tout.e.s les universitaires en France vous seront reconnaissants d’un tel geste d’apaisement et de distance provisoire vis à vis de cette conjoncture.

    Mais ce n’est qu’un avis, toujours bienveillant à l’égard du libre accès aux savoirs et de tout ce qui peut y contribuer.

    Bien cordialement,
    JV

  26. Ping : Mobilisation contre la suspension de Russeurope et le risque de discrédit international qui pèse sur les institutions de recherche françaises, | Groupe Gaulliste Sceaux

  27. Sylvain Piron

    Jérôme, l’argument juridique de R. Letteron ne ne tient pas. Le Cleo est une unité mixte qui possède une mission universelle et n’accorde aucun traitement privilégié aux chercheurs appartenant à ses tutelles.
    Quant à l’affaire de Strasbourg, tu procèdes à un amalgame abusif. Notre décision a été prise au printemps dernier par un comité scientifique formé de chercheurs indépendants de tout pouvoir politique ou toute autorité administrative.

  28. Eric Verdeil Auteur de l’article

    Même si les échanges ont été riches (merci à tous) et ont permis des clarifications (modalités, chronologie de la décision), nombreux sont les intervenants dans cette discussion qui se montrent dubitatifs, à minima, quant au bien fondé de cette décision (dont moi).
    Je suis toutefois surpris de constater le faible nombre d’usagers de la plateforme à être intervenus directement (j’ai repéré S. Vautier), même si, sur les réseaux sociaux, plusieurs messages d’approbation ont été émis. Il ne s’agit pas de susciter un processus participatif qui, à ce stade, n’aurait guère de sens, ni de légitimité, voire serait complètement déplacé. Mais le silence est assourdissant… et je ne sais pas vraiment comment l’interpréter…

  29. Jérôme Valluy

    Bonjour Eric,

    Pour te répondre, je relierais volontiers ce « silence assourdissant » que tu évoques à un contexte politique français beaucoup plus global, bien résumé par Edwy Plenel s’agissant de l’institutionnalisation de L’État d’urgence exceptionnel en État d’urgence permanent : « Pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles » : https://www.mediapart.fr/journal/france/031017/quand-la-liberte-s-eteint-en-silence

    Dans ce contexte, celles et ceux qui osent encore s’exprimer publiquement… paraissent de plus en plus décalés voire déviants par rapport à la norme sociologique qui se dessine : celle du silence, du repli sur soi, du rétrécissement obsidional sur l’intérêt individuel ou familial, la carrière et ses subsides… celle ainsi du désengagement vis à vis des grands enjeux relatifs à la vie collective dans la Cité.

    Les transitions autoritaires, que l’on a trop peu étudiée en science politique, s’accompagnent peut-être toujours de ce genre d’anomie des milieux intellectuels autant que d’une technocratisation dans l’exercice du pouvoir qui marginalise les formes d’expression libre dans l’espace public. Le colloque de novembre à l’ENS de Lyon devrait offrir l’occasion d’approfondir ces questions : http://triangle.ens-lyon.fr/spip.php?article6633

    La thèse de Jean-Michel Dormagen, dans la période qu’il étudie (1912-1956), notamment en début de période entre 1912 et 1924 c’est à dire durant les 12 années qui ont précédé la victoire électorale de l’autoritarisme, avait apporté de précieuses analyses (évidemment limitées à cette configuration sociohistorique spécifique) sur le rôle des technocraties parallèles dans la préparation du terrain aux prises de pouvoir futures : http://www.theses.fr/2000PA010270

    « En Italie, l’étatisation de nombreux secteurs d’activités, qui devient très importante entre la première guerre mondiale et le début des années trente, s’est réalisée presque exclusivement à partir d’instituts parapublics, séparés de l’administration traditionnelle. Ces administrations parallèles sont organisées comme des sociétés par actions dont les principaux responsables sont désignés directement par le pouvoir exécutif selon des règles largement discrétionnaires »

    Nous verrons où en sont les universitaires français selon la façon dont ils réagissent, ou pas, et dans quelle mesure… à la spectaculaire et récente décision de l’Université de Strasbourg de conditionner toutes leurs relations avec les médias à des demandes d’autorisation préalable ou informations/consultations préalables… Mais ne soyons pas pessimiste quand même : le pire n’est pas toujours certain !

    Bien amicalement,
    Jérôme

  30. Jérôme Valluy

    @ Sylvain Piron @CS-OpenEdition

    La plateforme OpenEdition est une institution aujourd’hui nationale et centrale pour les publications scientifiques numériques en accès ouvert des chercheurs en SHS. Une telle position impose des contraintes. Que vous ne vouliez pas reconnaître que vous avez fait une erreur politique majeur, peut se comprendre. Que vous n’ayez pas conscience de votre propre intérêt collectif et de l’intérêt de la plateforme est plus difficile à comprendre. En suspendant temporairement votre décision, vous gagneriez sur les deux tableaux principaux : en conservant le bénéfice politique de la première décision vis à vis des pouvoirs en place qui vous financent d’une part et en obtenant le bénéfice d’une reconnaissance de la part des milliers d’auteurs reliés de diverses manières à cette plateforme d’autre part.

    Mais ne prétendez pas à une quelconque légitimité scientifique (D’où viendrait-elle ? De vos nominations par le haut ? De la supériorité de votre propres recherches individuelles ? ) pour définir à quelques uns et pour un aussi vaste ensemble d’auteurs-chercheurs, sans même en consulter la collectivité, ce qu’est la frontière qu’examinent tous les intellectuels et chercheurs des humanités classiques aux humanités modernes (scientifisées en « SHS ») depuis deux siècles , sans pouvoir jamais la fixer, aussi brutalement au moins, entre ce qui est « scientifique » et ce qui « politique ». Vous êtes d’ailleurs – on le voit au cours de tous ces débats numériques ici et ailleurs – dans l’incapacité d’en préciser les critères précis d’identification, comme tout le monde.

    Max Weber faisait de la fameuse « neutralité axiologique » une contrepartie déontologique du pouvoir (!) exercé par le professeur en chaire vis à vis d’un public captif, celui des étudiants ; il n’en faisait pas une ligne politique du professeur en tant que « chercheur » s’exprimant dans l’espace public : « En effet, les individus qui se prennent volontiers pour des chefs sont le plus souvent les moins aptes à cette fonction : la salle où le professeur est devant son pupitre n’est en tout cas jamais l’endroit où il pourrait faire preuve d’une telle aptitude. Le professeur qui se sent la vocation de conseiller la jeunesse et qui jouit de sa confiance doit s’acquitter de ce rôle dans le contact personnel d’homme à homme. S’il se sent appelé participer aux luttes entre les conceptions du monde et les opinions des partis, il lui est loisible de le faire hors de la salle de cours, sur la place publique, c’est-à-dire dans la presse, dans les réunions publiques, dans les associations, bref partout où il le voudra. Il est en effet par trop commode de montrer son courage de partisan en un endroit où les assistants, et peut-être les opposants, sont condamnés au silence. » Max Weber, « Le métier et la vocation de savant » (1919).

    Si l’on suit son raisonnement, qui relie la neutralité au pouvoir… cette « neutralité axiologique » s’impose aux chefs d’OpenEdition, pas à ceux qui en dépendent…

    En rompant cette neutralité dans l’exercice de votre pouvoir, vous posez brutalement la question de sa légitimité à l’ensemble de la communauté universitaire qui en dépend et dans un contexte global particulièrement crucial à cet égard.

    Suspendez cette décision, pour le bien tous !

    Bien cordialement,
    Jérôme Valluy

  31. Jérôme Valluy

    @ Sylvain Piron @CS-OpenEdition

    Quelques minutes après avoir terminé le message précédent, je reçois une sollicitation pour signer une pétition, qui sortira sans doute dans les prochains jours, destinée à OpenEdition et demandant la suppression sur Revues. org d’une revue perçue par les auteurs comme trop « politique ».

    J’ai refusé de la signer bien sûr. Mais je réalise à cette occasion… que cette dimension là de la suite de l’histoire est potentiellement sans fin ! Surtout dans ce contexte !

    Vous avez ouvert une boîte de pandore. C’est pure folie que de persévérer dans l’erreur.

  32. Antoine

    @Jérôme Valluy

    Je ne voudrais pas m’immiscer dans votre discussion. Mais lorsque tu appelles à un « geste d’apaisement et de distance provisoire », je me dois de remarquer que Jacques Sapir, lui, ne montre aucun signe d’apaisement, au contraire. Il crie à la censure, annonce qu’un « vent mauvais » souffle sur la France, prétend que la décision aurait soi-disant été prise par un proche du pouvoir… Son attitude actuelle démontre en fait ce qui lui est reproché par les auteurs de la décision : une propension à entretenir des polémiques virulentes, assortie d’une certaine légèreté vis-à-vis des faits. J’en suis d’autant plus attristé que je suis moi-même un lecteur régulier de ses écrits… Il semble clair, en fait, qu’il cherche ou a cherché le clash, pour des raisons que j’ignore (pense-t-il en tirer un dividende politique ?).

  33. Sylvain Piron

    Jérôme, j’interviens une dernière fois dans cette discussion pour te dire à nouveau que tu fais des amalgames injustifiés. Les conseils scientifiques d’OpenEdition et d’Hypothèses ne sont pas « nommés » par une autorité dont ils dépendraient et à qui ils seraient redevables. Ce sont, comme les comités de revues scientifiques, des collectifs de chercheurs qui se sont cooptés au fil des années, depuis 2002, à une époque où Revues.org ne recevait aucun financement public et où le CNRS faisait tout son possible pour l’étouffer. Nous nous sommes progressivement élargis, dans un souci de représentativité des différentes disciplines et des pays où nous intervenons. De ce fait, l’évaluation à laquelle nous procédons, en acceptant des revues, des livres ou des carnets, relève très exactement de l’évaluation par les pairs qui constitue l’un des principes fondamentaux pour lesquels nous nous sommes battus et nous battons encore. Il peut alors arriver que cette évaluation conduise (c’est la première fois) à juger qu’un carnet ne respecte pas les règles d’usage qu’il a accepté lors de son acceptation.
    D’autre part, j’observe que tu invoques maintenant notre mission « nationale » alors que ce matin, tu arguais de notre devoir inconditionnel à l’égard des directeurs d’études de l’EHESS… Entre les deux arguments, il faudrait que tu te décides.
    Je ne sais pas combien de fois je l’ai déjà dit, mais il faut que je le répète une dernière fois : nous avons averti Sapir plusieurs fois, nous l’avons prévenu qu’il serait suspendu et nous avons finalement mis cette décision à exécution, non pas en raison du fond de sa pensée, mais du fait de sa formulation qui n’est pas, à nos yeux, conforme à l’éthique de la discussion scientifique. Ce ne sont pas ses opinions politiques qui nous ont motivés, mais la façon dont il les énonce, sur un ton qui a sa place dans des tribunes d’opinion, mais pas dans un espace dévolu à la présentation « maîtrisée, cordiale et argumentée » (pour reprendre les règles d’expression du présent carnet) des résultats d’une réflexion de sciences sociales.
    Notre décision de mars dernier a été prise, non seulement en raison de quelques billets qui ont été corrigés à notre demande, et à la sollicitation de la personne visée, à qui Sapir se proposait de « casser une bouteille sur la tête », mais aussi à la lecture d’un rapport exhaustif sur le contenu des billets publiés pendant plusieurs mois de l’hiver 2016-17.
    Pour que les lecteurs réguliers de Sapir qui n’ont pas été frappés comme nous par la virulence excessive de ses propos, je voudrais ici proposer une sélection de certains termes choisis de ces billets qui contiennent diverses attaques personnelles contre des personnalités politiques, ou des opinions énoncées de façon aussi sommaire que peu argumentée. Pris un à un, on peut éventuellement s’en amuser et juger tout cela inoffensif. Dans leur globalité, répétées au fil des mois, ces façons de parler démontrent que leur auteur se considère dans une tribune de libre expression politique. Nous n’avons pas d’hostilité de principe à ce genre de tribunes, mais nous considérons que leur place n’est pas sur Hypothèses.
    Voici maintenant un court florilège du style Sapir :
    « Qu’il ne soit pas immédiatement retrouvé aux urgences de l’Assistance Publique est bien la preuve qu’en France, et en particulier en politique, le ridicule ne tue plus, et parfois on a bien envie de dire, hélas…. »
    « Ils sont donc sept … comme les sept nains de Blanche-Neige, sauf qu’aucun chevalier ne viendra donner le baiser de la vie … et que l’on se dit que cette comparaison est une insulte aux sept personnages du conte »
    « ceci dit sans vouloir nullement offenser XXX car l’on ne juge que du politique et non du physique »
    « Il me vient une référence de la littérature russe : « et je te renvoie dans ton néant, à Tver ». XXX ne connaît pas Tver, mais a beaucoup fréquenté le néant. »
    « XXX est un poisson rouge tournant dans son bocal »
    « XXX cultive ici l’ambiguïté comme d’autres leur jardin ou le cannabis »
    Outre ces attaques personnelles, on lit aussi des jugements politiques subjectifs déconnectés de toute analyse :
    « Le Président Obama a ainsi décidé d’expulser 35 diplomates russes. Dans cette crise, Vladimir Poutine a eu le beau rôle, et son geste de ne pas répondre à la provocation de M. Obama n’a pu que raffermir sa stature de dirigeant international. »
    « Mais, c’est aussi un signe indubitable du déclin d’une Nation quand ses dirigeants ne sont plus capables de prendre la mesure des choses et veulent à tout prix forcer le destin. Cela donne lieu à des gestes mesquins, comme on le voit dans les dernières mesures de l’administration Obama envers la Russie. »
    Tout cela, c’est de la libre opinion, je ne me prononce pas sur le fond, mais je peux affirmer que ces propos ne relèvent pas de la discussion argumentée de sciences sociales. Or Hypothèses n’a pas pour mission d’être le garant de la libre expression des opinions politiques en France.
    @ Antoine : vous avez bien compris la situation.

  34. Jérôme Valluy

    @Sylvain Piron @CS-OpenEdition

    Sylvain,

    Je continue de te répondre tout en m’adressant au Comité Scientifique d’OpenEdition et au Comité scientifique francophone d’Hypothèses puisqu’il n’y a pas d’autres moyens de s’adresser à ces très très haut comités.

    Je réponds à tes arguments en les pointant pas citations indicatives du passage de ton argumentaire (pas par citation tronquée) :

    – Des « chercheurs qui se sont cooptés au fil des années »… je le sais, bien sûr : tu confirmes, et je t’en remercie, que vous n’avez aucune légitimité scientifique globale pour régenter symboliquement l’ensemble de la communauté scientifique ayant publié sur OpenEdition et dire à un si grand nombre d’auteurs-chercheurs, le bien et le mal quant à la frontière entre « science » et « politique ». A cet égard, une réforme du système de gouvernance d’OpenEdition dans le sens d’une élection d’un conseil d’administration, par l’ensemble des auteurs ayant déjà publiés, apparaît de plus en plus nécessaire à beaucoup, en effet.

    – Sur la contradiction apparente / « mission « nationale » alors que (…) de l’EHESS » : tu devrais, en tant que chercheur, pouvoir distinguer une analyse de configuration institutionnelle relative au droit et à ses deux portées classiquement distinguées en sociologie du droit, formelle et substantielle (= certains établissements de tutelle d’OpenEdition sont des universités, donc le droit s’y applique comme dans n’importe quel autre service de ces établissements)… d’une analyse de configuration, sociologique, relative aux milliers d’auteurs « interdépendants » comme dirait Elias et qui sont reliés à la plateforme (Openedition a une dimension nationale qui lui impose des contraintes morales spécifiques).

    – « non pas en raison du fond de sa pensée, mais du fait de sa formulation » : pas très crédible de justifier par la forme plutôt qu’au fond… s’agissant de la censure d’un blog qui critiquait souvent le Président de la République en exercice pour les cinq prochaines années.

    – « lecture d’un rapport exhaustif sur le contenu des billets publiés pendant plusieurs mois de l’hiver 2016-17 » : Ce rapport est-il public ? Tu n’ignores pas en tant qu’historien à quelles réalités passées (voire présentes) les actes d’accusation secrets renvoient…

    – « une sélection de certains termes choisis »… voyons Sylvain : le procédé des citations tronquées et décontextualisées n’est pas très fair play. Quand les journalistes l’utilisent, il leur en est fait reproche.

    – « démontrent que leur auteur se considère dans une tribune de libre expression politique » : mais non, cela démontre seulement que toi et les collègues du CS, vous vous êtes érigés en juge des bonnes manières et de l’élégance académique… et que c’est bien là, le seul critère de « scientificité » que vous parvenez à invoquer, maintenant que les réactions publiques se multiplient. C’est un critère excessivement faible. Tout le monde se rend compte qu’il masque difficilement l’usage d’un pouvoir exorbitant, dans le maniement de moyens éditoriaux de portée nationale et financés sur fonds publics, pour imposer les convictions subjectives, très particulières, d’un petit groupe d’intérêt : vos « bonnes manières » sont celles de centristes, peu enclins à l’esprit critique vis à vis de pouvoirs supérieurs mais prompts à la critique vis à vis de ceux qui dépendent de vous, et hostiles aux formes d’expression à vos yeux inélégantes, décalées, vulgaires, etc. Je l’ai déjà dit, mais je veux bien la répéter : que pensez-vous du principe (énoncé en droit), c’est à dire de l’idée (!) de la CEDH : « la possibilité pour les universitaires d’exprimer librement leurs opinions, fussent-elles polémiques ou impopulaires, dans les domaines relevant de leurs recherches, de leur expertise professionnelle et de leur compétence » (CEDH 27 mai 2014 n°346/04 et 39779/04) ? Ces magistrats seraient-ils peu respectables par méconnaissance des usages et bonnes manières académiques qui sont les votre et les votre seulement ?

    – « diverses attaques personnelles contre des personnalités politiques, ou des opinions énoncées de façon aussi sommaire que peu argumentée » : il y en a plein cette page où nous écrivons en ce moment ( http://rumor.hypotheses.org/4121 )… la trouves-tu « scientifique  » cette page de blog ? Vos principes s’appliquent-ils aux billets seulement mais pas aux commentaires d’une même page ? Et si non aux deux questions, comme faire la différence, alors, avec d’autres blogs de la même plateforme ?

    – « @ Antoine : vous avez bien compris la situation. » : puisque tu l’approuves, cela m’évite d’avoir à répondre à un anonyme. Allez vous inventer maintenant la double censure : après avoir tapé sur la tête d’une personne avec le marteau de la censure… exigerez vous de surcroît qu’elle se taise ou fasse preuve de bonnes manières à l’égard du marteau ?

    Enfin, last but not least… nous parlons d’une plateforme de « blogs » pas de revues ou articles scientifiques pour lesquels « l’évaluation par les paires » reposent sur des conventions préalables et toujours antérieures – jamais postérieures ! – à l’expression publique du chercheur : quand il propose une publication à un comité de rédaction, l’auteur sait que son texte va être mis en relecture et accepte d’entrer dans une discussion/négociation de ce texte ; il sait qu’il devra discuter avec des relecteurs choisis par ce comité ; il accepte des aller-retours parfois très nombreux, parfois pendant des mois, sur son texte ; il accepte d’en corriger au moins certains aspects sans pour autant perdre l’auctorialité de correction du texte ; il peut sortir du processus de « négociation » de son texte à tout moment pour aller publier ailleurs la version qu’il juge scientifique ; etc. Cela n’a strictement rien à voir avec ce que le CS-d’OpenEdition à commis ici ! Invoquer l’évaluation par les pairs pour relier à la science vos opinions particulières est une supercherie.

    Je continuerai bien sûr à dialoguer avec tou.te.s les membres des très hauts comités d’OE & Hypo qui voudront bien s’exprimer ici même ou ailleurs : c’est une façon pour moi de faire du « terrain », comme on dit en anthropologie numérique et de préparer la matière empirique pour des publications futures. L’archivage des entretiens est aisé et public : science ouverte, donc ; puisque tout ceci n’est que science, bien sûr !

    Bien cordialement,

    Jérôme

  35. Jérôme Valluy

    Texte de la pétition : demande-de-réouverture-du-carnet-en-ligne-de-jacques-sapir

    « Le 26 septembre 2017, les responsables de la plateforme Hypotheses.org et de OpenEdition décidaient de suspendre le carnet de recherche (blog) de Jacques Sapir, Russeurope. Cette décision, que de nombreux juristes considèrent comme sans fondements et arbitraire, a immédiatement suscité une grande émotion dans le monde universitaire et au-delà. Cette décision met en cause le principe de la liberté des chercheurs. Elle s’avère contradictoire avec le fait que ces chercheurs, et en particulier dans les sciences humaines et sociales, sont directement et immédiatement insérés dans l’espace politique. Enfin, cette mesure est de nature à porter un immense préjudice aux institutions de recherches en France, et à les déconsidérer aux yeux des chercheurs étrangers. Des protestations très nombreuses ont été envoyées à M. Marin Dacos, responsable d’Hypotheses.org ainsi qu’à son supérieur au Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, M. Alain Beretz. Pour l’instant, M. Marin Dacos se refuse de répondre. »

    Pour signer : https://www.change.org/p/marin-dacos-demande-de-r%C3%A9ouverture-du-carnet-en-ligne-de-jacques-sapir

  36. Antoine

    @Jérôme

    > puisque tu l’approuves, cela m’évite d’avoir à répondre à un anonyme.

    Je ne savais pas que ne pas publier mon patronyme faisait de moi un « anonyme ». Pour info, le responsable du blog a accès à mon addresse e-mail, qui donne mon identité de façon à peu près transparente (et il peut vous transmettre cette adresse si ça vous chante, je ne m’y opposerai pas)… Mais de toute manière, être pseudonyme n’est pas la même chose qu’être anonyme.

    > Allez vous inventer maintenant la double censure : après avoir tapé sur la tête d’une personne avec le marteau de la censure… exigerez vous de surcroît qu’elle se taise ou fasse preuve de bonnes manières à l’égard du marteau ?

    Vous partez du principe qu’il s’agit d’une « censure », comme si le but était d’interdire à Sapir d’exprimer ses opinions publiquement. Il faut arrêter de pousser mémé dans les orties : Sapir est connu, il a la possibilité de publier en de multiples endroits (il le fait d’ailleurs en ce moment), sa visibilité ne dépend pas d’hypotheses.org.

    Mais de toute façon, Sylvain ci-dessus explique bien que Sapir n’a pas répondu aux lettres d’avertissement, et aujourd’hui encore on voit bien qu’il n’entreprend aucune tentative de conciliation, laissant au contraire le soin à une petite troupe de partisans de faire la claque en espérant faire céder hypotheses.org. Je trouve qu’il s’agit d’un procédé inquiétant. La légitimité d’un auteur à publier sur une plateforme à vocation scientifique doit-elle se mesurer à l’assiduité de son réseaux de followers ?

    > Enfin, last but not least… nous parlons d’une plateforme de « blogs » pas de revues ou articles scientifiques

    Mais si c’est le cas, pourquoi Sapir insiste-t-il tant pour être réintégré ? S’il s’agit d’une simple plateforme de blogs comme il y en a tant d’autres, Sapir peut simplement aller se faire héberger ailleurs, il y a de multiples possibilités en la matière (et je suis sûr qu’il trouvera des gens pour l’aider, voire participer au financement des frais – modiques – que cela implique). La seule raison véritable du combat de Sapir contre cette décision, c’est au contraire que c’est une décision prise par des scientifiques, et non par une plateforme de blogs lambda. Le discours de Sapir – et de la plupart de ses soutiens – est bien axé sur cette caractéristique : qu’il y aurait une volonté sourde de neutraliser des sciences sociales, une incompréhension de la porosité entre sciences sociales et politique, etc.

  37. Jérôme Valluy

    Bonjour,
    Voici ci-dessous la décision d’un « chef » intelligent… pourvu qu’elle en inspire d’autres !
    Bien cordialement,
    J.Valluy

    Source : https://blogs.mediapart.fr/jerome-valluy/blog/081017/baillonner-les-universitaires/commentaires

    ——————————-
    Cher.e.s collègues,

    La presse, un syndicat, des élus se sont émus de la mise en place d’une procédure presse par l’université. Cette procédure, formalisant la mise en œuvre d’une recommandation d’un audit interne, donc notre Conseil d’administration a eu connaissance, avait pour seul objectif de mieux relayer les prises de position scientifiques et les projets événementiels de tous personnels ou composantes, ou services de l’université. L’unique but était que le service communication soit tout simplement informé et à même de faire le travail qu’une grande université est en droit d’attendre de lui.

    Il s’agissait aussi de faire connaître l’offre de service à toutes et tous l’appui que cette direction centrale de notre université peut offrir à ses personnels. Pour des raisons qu’il ne m’appartient pas de connaître, cette initiative a pu parfois être interprétée comme la mise en cause de nos libertés académiques, auxquelles vous connaissez mon attachement personnel et institutionnel.

    C’est pourquoi la procédure est suspendue sine die, puisqu’elle semble générer des réactions aussi inattendues que polémiques. J’en suis à la fois surpris et peiné. Je veux profiter de ce message pour dire toute ma confiance, ainsi que celle de l’équipe de présidence, au service de la communication de notre université qui n’a qu’une ambition : être au service de tout.e.s et offrir à toutes les entités internes une expertise en matière de communication.

    Je voudrais également rappeler que ma porte est toujours ouverte pour la discussion et l’échange.

    Michel DENEKEN

    Président de l’université de Strasbourg

  38. P. Busnot

    @ Jérôme Valluy

    Au terme des échanges qui ont nourri la polémique sur cette page je tiens à saluer la contribution de M. Valluy pour la richesse de son argumentation. En suivant celle-ci on constate un salutaire souci d’élargir et d’élever la problématique. Une démarche qui, selon moi, honoré et justifie la condition de l’ntellectuel au sens noble du terme. Votre intervention ici constitue, toujours à mes yeux de citoyen lambda, un vecteur et un ferment d’intelligence collective. En des temps où le travail de la pensée réflexive non manageriale tend à être dévaluée alors même que son besoin se fait davantage sentir à mesure que notre environnement se complexifie avec une intensité à tendance exponentielle. Il va sans dire que mon propos ne vise pas à flatter votre ego mais à reconnaître et encourager « votre » fonction et à en souligner l’importance cruciale pour le devenir de notre milieu en transformation à marché forcée. C’est pour ces mêmes raisons que la présence de Jacques Sapin est elle aussi précieuse et qu’au lieu de se voir écarter d’un espace institutionnel, elle y a toute sa place, malgré d’éventuelles carences. Ce qui m’amène à conclure que la décision de son exclusion constitue un acte régressif de repli qui témoigne à minima d’une crise de croissance de l’outil de diffusion de la connaissance que constitue le duo OpenEdition et synthèse.org

    Bien à chacun

    P.B

  39. Jérôme Valluy

    Dans le prolongement de la réflexion de P.Busnot sur la « crise de croissance » :

    Intéressante problématique du CNNum sur la loyauté et la confiance en milieu numérique, très en pointe sur l’agenda des débats scientifiques aussi : « La confiance à l’ère des plateformes numériques » : https://contribuez.cnnumerique.fr/loyaute/fr

    L’occasion pour tout.e.s de s’interroger sur la confiance à placer dans la composition par cooptation du conseil scientifique de la plateforme OpenEdition… et de réfléchir à un modèle coopératif d’élection de ce conseil par les auteurs.

    Cdlt

    JV

  40. Jérôme Valluy

    Bonjour,

    Ci-dessous, deux positions à la fois divergentes et, à mon avis, complémentaires… sur le choix de signer ou pas cette pétition : celle de Philippe Corcuff et la mienne en réponse. Je les publie ici, puisque je cite dans ma réponse, des extraits de cette page. La mise en forme initiale n’est pas conservée par ce copier-coller.

    Bien cordialement,
    J.V

    ——————————

    ——– Message transféré ——–
    Sujet : [ancmsp] Pourquoi je ne signerai pas la pétition pour la réouverture du blog de Jacques Sapir dans le cadre d’OpenEdition
    Date : Tue, 10 Oct 2017 13:03:24 +0000
    De : Corcuff Philippe
    Pour : diffusion@listes.ancmsp.com

    Cher-e-collègues,

    Je ne signerai pas cette pétition pour la réouverture du blog de Jacques Sapir dans le cadre d’OpenEdition et je crains un risque d’amalgame dans les cas rassemblés par l’ami Jérôme Valluy, dont on doit reconnaître à sa décharge qu’il est un des rares à se préoccuper de nos libertés académiques.

    Il serait effectivement inquiétant que Jacques Sapir ne puisse pas s’exprimer sur internet, tant qu’il reste dans les limites des lois qui interdisent le racisme, le négationnisme, le sexisme, l’homophobie et d’autres appels à des discriminations ainsi que la diffamation. Ce n’est pas le cas ici. Ceux qui sont à l’origine de la suspension du blog de Jacques Sapir le font au nom d’un écart trop grand entre les positionnements directement politiques de nombre de ses billets (pour ma part, j’ai en tête l’appel depuis août 2015 à une alliance du Front national et des partisans de Jean-Luc Mélenchon sous la bannière du « souverainisme » et de « la sortie de l’euro » : voir http://russeurope.hypotheses.org/4225) et un cadre académique et scientifique de publication.

    Par exemple, je comprendrais, si j’avais un blog dans le cadre d’OpenEdiiton et que je publie des appels répétés au regroupement de la Fédération Anarchiste et du Comité Invisible pour accélérer l’abolition du capitalisme et de l’Etat (😉), que cela n’ait pas sa place dans ce cadre. Par contre, les libertés académiques seraient en danger si des autorités universitaires mettaient en cause mes possibilités d’expression sur mon blog de Mediapart, au nom d’une sorte de « devoir de réserve » universitaire.

    Je crois que nos métiers en sciences sociales sont confrontés souvent à un double écueil : 1) l’absence d’autonomie proprement scientifique, plus ou moins adossée à une forme d’indistinction entre registres principalement scientifiques, registres principalement éthiques et registres principalement politiques, et 2) le scientisme, ou la confusion entre la nécessaire autonomie et l’illusoire indépendance de registres scientifiques qui seraient sans présupposés et sans insertions soco-historiques (ce penchant scientiste est peut-être dominant dans la science politique française aujourd’hui, ce qui pourrait expliquer le peu d’écho des appels de Jérôme Valluy). Je fais plutôt l’hypothèse (voir mes arguments dans « Le savant et le politique », SociologieS, 6 juillet 2011, https://sociologies.revues.org/3533) que tout en étant principalement analytiques, les registres scientifiques gardent des intersections avec les registres axiologiques, politiques, mais aussi anthropologiques (au sens des visions a priori des propriétés de la condition humaine), de philosophie de l’histoire, etc., et baignent dans des cadres socio-historiques spécifiques ayant des effets sur eux. Je pense que cela constitue une position raisonnable par rapport aux deux écueils signalés.

    Nos milieux professionnels n’étant pas imperméables aux préjugés – bien que traquant sans relâche « les prénotions » chez les autres -, on m’a souvent implicitement associé à l’écueil 1 à cause de mes engagements publics. Or, lors de mes premiers engagements militants à la fin des des années 1970, au lycée et à mes débuts à l’université, j’ai connu la fin d’une période où les marxismes dominaient encore les sciences humaines à l’université et au CNRS (hors des facultés de droit); une période où certains pensaient que le principal était donné ensemble dans un kit : le bon parti, la bonne ligne politique, la bonne philosophie et la bonne science. Je ne crois pas que ce serait un progrès de revenir à une situation analogue.

    J’ajouterai un autre argument anti-idéaliste, se préoccupant des conditions socio-historiques de réception des discours universitaires ayant l’estampille « académique et scientifique » (comme dans le cadre d’OpenEdition), ce qui ne devrait pas paraître incongru pour des social scientists. Donner une telle estamplille c’est donner une légitimité supplémentaire aux discours concernés. Dans le cas de Jacques Sapir, c’est donner une légitimité universitaire supplémentaire à un brouillage conservateur quant aux frontières antérieurement constituées entre « droite » et « gauche », dans un contexte où les liens historiques entre critique sociale et émancipation ont été fragilisés et où de nouvelles associations entre critique sociale, nationalisme et discriminations prennent du poil de la bête (voir quelques hypothèses dans https://france.attac.org/nos-publications/les-possibles/numero-12-hiver-2017/dossier-la-droitisation-des-politiques/article/apres-le-brexit-et-trump-confusionnisme-a-gauche-et-extreme-droitisation ). Certes, la fonction de Jacques Sapir dote déjà ses propos d’une certaine légitimité universitaire, mais le cadre d’OpenEdition la renforce. Je ne considère donc pas que le transfert du blog (ou de sa partie la plus directement politique) d’OpenEdition vers un blog du Point, du Figaro ou de Valeurs actuelles devrait être considéré comme un acte de censure inacceptable.

    Philippe Corcuff
    ————————————–

    ——– Message transféré ——–
    Sujet : Re: [ancmsp] Pourquoi je ne signerai pas la pétition pour la réouverture du blog de Jacques Sapir dans le cadre d’OpenEdition
    Date : Tue, 10 Oct 2017 16:12:06 +0200
    De : jerome valluy
    Pour : Corcuff Philippe , diffusion@listes.ancmsp.com

    Bonjour Philippe,

    Merci pour ce message qui participe au débat de façon très intéressante.

    Je respecte, Philippe, ta position politique sur cette pétition ; je la comprends et même, pour être honnête, j’ai été, à un moment, près de l’adopter (et je ne me suis jamais tout à fait défait de l’envie de l’adopter). Je partage en tout cas le même dégoût pour l’appel d’août 2015 que tu évoques sur le rapprochement LePen/Mélanchon et d’une manière pour toute confusion entre l’extrême-droite et la gauche insoumise.

    Mais j’ai examiné la situation sous un autre point de vue… peut-être (trop ?) dépendant de mes recherches en cours : rfsic.revues.org/3194 …ici sur le vaste problème du pluralisme intellectuel et des formes de censure dans le champ académique, en contexte universitaire de transition numérique et en contexte politique de transition autoritaire (i.e: via L’État d’urgence permanent notamment).

    Sur le plan de ma relation personnelle (qui n’est pas en cause dans ton message, Philippe, je l’ai bien compris) aux idées politiques de Jacques Sapir, je ne crois pas qu’il y ai beaucoup à rajouter : mes recherches passées sur la montée du nationalisme d’Etat parleraient suffisamment, si besoin. Mais mon message de ce matin, sur Médiapart, à des correspondants qui m’interrogeaient latéralement à ce sujet, est peut-être plus clair et, en tous cas, plus actuel (chacun peu changer) pour lever tout ambiguïté :

    —————————————-

    10/10/2017 13:24
    Par Jérôme VALLUY

    Ci-dessous : la pétition lancée par Jacques Sapir ce matin vers 10h. Un beau succès immédiat : 1500 signataires en trois heures… Je l’ai signée bien sûr, bien que ne partageant pas les idées (souverainisme, perception de la Russie, phénomènes religieux…) de la personne censurée, mais en ayant de l’estime pour la façon dont il conçoit son métier de chercheur… à distance de ce qui prévaut beaucoup trop dans les instances académiques dirigeantes : « l’extrême centre » bien conceptualisé, en histoire, par mon collègue Pierre Serna (cf. https://ahrf.revues.org/8863 )

    JV

    ——————————————-

    Donc : je ne partage aucunement les idées politiques de Jacques Sapir. Je lui ai dit dès le premier jour de l’affaire ; je l’ai dit et redit publiquement à plusieurs reprises, notamment sur cette liste.

    Ce qui me préoccupe, c’est la montée des censures universitaires et on ne peut pas accepter la censure politique lorsqu’elle frappe des opinions ou travaux qui nous déplaisent tout en espérant pouvoir la contester efficacement lorsqu’elle concerne des opinions ou travaux qui nous plaisent… et pas davantage, par conséquent, lorsqu’elle s’institutionnalise en procédures de caractère général comme cela advient à Strasbourg. Accepter la censure dans un cas, c’est l’accompagner, donc l’accepter dans son principe général ; ce que je refuse.

    De là vient notre divergence de position.

    S’agissant d’OpenEdition, en revanche, tu devrais Philippe, peut-être (à toi d’en juger bien sûr), me faire un peu plus confiance sur l’analyse approfondie de ce dossier qu’à toi-même. Je suis l’un des rares, dans la science politique française, à travailler depuis six ans sur les transformations numériques du monde universitaire et des secteurs de la recherche, de l’éducation et de la culture… et à m’être donné les moyens intellectuels – par une reconversion thématique couteuse en travail, en reconsidérations, en renouvellement de réseaux de recherche, etc… – pour tenter d’arriver à maîtriser un petit peu au moins quelques petites configurations sociales relatives à cette vaste transition numérique de la société dans laquelle nous vivons.

    Sur cette partie OpenEdition, je renvois donc à l’argumentation développée au cours de ces deux derniers jours de discussion avec, ou plutôt contre, notre collègue Sylvain Piron (historien, EHESS) membre du CS-OpenEdition : http://rumor.hypotheses.org/4121

    Avec ici trois extraits choisis :

    ——————————————–

    Jérôme Valluy 9 octobre 2017 à 17:48

    @ Sylvain Piron @CS-OpenEdition

    La plateforme OpenEdition est une institution aujourd’hui nationale et centrale pour les publications scientifiques numériques en accès ouvert des chercheurs en SHS. Une telle position impose des contraintes. Que vous ne vouliez pas reconnaître que vous avez fait une erreur politique majeur, peut se comprendre. Que vous n’ayez pas conscience de votre propre intérêt collectif et de l’intérêt de la plateforme est plus difficile à comprendre. En suspendant temporairement votre décision, vous gagneriez sur les deux tableaux principaux : en conservant le bénéfice politique de la première décision vis à vis des pouvoirs en place qui vous financent d’une part et en obtenant le bénéfice d’une reconnaissance de la part des milliers d’auteurs reliés de diverses manières à cette plateforme d’autre part.

    Mais ne prétendez pas à une quelconque légitimité scientifique (D’où viendrait-elle ? De vos nominations par le haut ? De la supériorité de votre propres recherches individuelles ? ) pour définir à quelques uns et pour un aussi vaste ensemble d’auteurs-chercheurs, sans même en consulter la collectivité, ce qu’est la frontière qu’examinent tous les intellectuels et chercheurs des humanités classiques aux humanités modernes (scientifisées en « SHS ») depuis deux siècles , sans pouvoir jamais la fixer, aussi brutalement au moins, entre ce qui est « scientifique » et ce qui « politique ». Vous êtes d’ailleurs – on le voit au cours de tous ces débats numériques ici et ailleurs – dans l’incapacité d’en préciser les critères précis d’identification, comme tout le monde.

    Max Weber faisait de la fameuse « neutralité axiologique » une contrepartie déontologique du pouvoir (!) exercé par le professeur en chaire vis à vis d’un public captif, celui des étudiants ; il n’en faisait pas une ligne politique du professeur en tant que « chercheur » s’exprimant dans l’espace public : « En effet, les individus qui se prennent volontiers pour des chefs sont le plus souvent les moins aptes à cette fonction : la salle où le professeur est devant son pupitre n’est en tout cas jamais l’endroit où il pourrait faire preuve d’une telle aptitude. Le professeur qui se sent la vocation de conseiller la jeunesse et qui jouit de sa confiance doit s’acquitter de ce rôle dans le contact personnel d’homme à homme. S’il se sent appelé participer aux luttes entre les conceptions du monde et les opinions des partis, il lui est loisible de le faire hors de la salle de cours, sur la place publique, c’est-à-dire dans la presse, dans les réunions publiques, dans les associations, bref partout où il le voudra. Il est en effet par trop commode de montrer son courage de partisan en un endroit où les assistants, et peut-être les opposants, sont condamnés au silence. » Max Weber, « Le métier et la vocation de savant » (1919).

    Si l’on suit son raisonnement, qui relie la neutralité au pouvoir… cette « neutralité axiologique » s’impose aux chefs d’OpenEdition, pas à ceux qui en dépendent…

    En rompant cette neutralité dans l’exercice de votre pouvoir, vous posez brutalement la question de sa légitimité à l’ensemble de la communauté universitaire qui en dépend et dans un contexte global particulièrement crucial à cet égard.

    Suspendez cette décision, pour le bien tous !

    Bien cordialement,
    Jérôme Valluy

    ——————————-

    Jérôme Valluy 9 octobre 2017 à 18:29

    @ Sylvain Piron @CS-OpenEdition

    Quelques minutes après avoir terminé le message précédent, je reçois une sollicitation pour signer une pétition, qui sortira sans doute dans les prochains jours, destinée à OpenEdition et demandant la suppression sur Revues. org d’une revue perçue par les auteurs comme trop « politique ».

    J’ai refusé de la signer bien sûr. Mais je réalise à cette occasion… que cette dimension là de la suite de l’histoire est potentiellement sans fin ! Surtout dans ce contexte !

    Vous avez ouvert une boîte de pandore. C’est pure folie que de persévérer dans l’erreur

    ——————————-

    (Le message de Sylvain Piron auquel ci-dessous je réponds est accessible par ce lien directement pointé : http://rumor.hypotheses.org/4121#comment-105998 )

    Jérôme Valluy 10 octobre 2017 à 9:53

    @Sylvain Piron @CS-OpenEdition

    Sylvain,

    Je continue de te répondre tout en m’adressant au Comité Scientifique d’OpenEdition et au Comité scientifique francophone d’Hypothèses puisqu’il n’y a pas d’autres moyens de s’adresser à ces très très haut comités.

    Je réponds à tes arguments en les pointant par citations indicatives du passage de ton argumentaire (pas par citation tronquée) :

    – Des « chercheurs qui se sont cooptés au fil des années »… je le sais, bien sûr : tu confirmes, et je t’en remercie, que vous n’avez aucune légitimité scientifique globale pour régenter symboliquement l’ensemble de la communauté scientifique ayant publié sur OpenEdition et dire à un si grand nombre d’auteurs-chercheurs, le bien et le mal quant à la frontière entre « science » et « politique ». A cet égard, une réforme du système de gouvernance d’OpenEdition dans le sens d’une élection d’un conseil d’administration, par l’ensemble des auteurs ayant déjà publiés, apparaît de plus en plus nécessaire à beaucoup, en effet.

    – Sur la contradiction apparente / « mission « nationale » alors que (…) de l’EHESS » : tu devrais, en tant que chercheur, pouvoir distinguer une analyse de configuration institutionnelle relative au droit et à ses deux portées classiquement distinguées en sociologie du droit, formelle et substantielle (= certains établissements de tutelle d’OpenEdition sont des universités, donc le droit s’y applique comme dans n’importe quel autre service de ces établissements)… d’une analyse de configuration, sociologique, relative aux milliers d’auteurs « interdépendants » comme dirait Elias et qui sont reliés à la plateforme (Openedition a une dimension nationale qui lui impose des contraintes morales spécifiques).

    – « non pas en raison du fond de sa pensée, mais du fait de sa formulation » : pas très crédible de justifier par la forme plutôt qu’au fond… s’agissant de la censure d’un blog qui critiquait souvent le Président de la République en exercice pour les cinq prochaines années.

    – « lecture d’un rapport exhaustif sur le contenu des billets publiés pendant plusieurs mois de l’hiver 2016-17 » : Ce rapport est-il public ? Tu n’ignores pas en tant qu’historien à quelles réalités passées (voire présentes) les actes d’accusation secrets renvoient…

    – « une sélection de certains termes choisis »… voyons Sylvain : le procédé des citations tronquées et décontextualisées n’est pas très fair play. Quand les journalistes l’utilisent, il leur en est fait reproche.

    – « démontrent que leur auteur se considère dans une tribune de libre expression politique » : mais non, cela démontre seulement que toi et les collègues du CS, vous vous êtes érigés en juge des bonnes manières et de l’élégance académique… et que c’est bien là, le seul critère de « scientificité » que vous parvenez à invoquer, maintenant que les réactions publiques se multiplient. C’est un critère excessivement faible. Tout le monde se rend compte qu’il masque difficilement l’usage d’un pouvoir exorbitant, dans le maniement de moyens éditoriaux de portée nationale et financés sur fonds publics, pour imposer les convictions subjectives, très particulières, d’un petit groupe d’intérêt : vos « bonnes manières » sont celles de centristes, peu enclins à l’esprit critique vis à vis de pouvoirs supérieurs mais prompts à la critique vis à vis de ceux qui dépendent de vous, et hostiles aux formes d’expression à vos yeux inélégantes, décalées, vulgaires, etc. Je l’ai déjà dit, mais je veux bien la répéter : que pensez-vous du principe (énoncé en droit), c’est à dire de l’idée (!) de la CEDH : « la possibilité pour les universitaires d’exprimer librement leurs opinions, fussent-elles polémiques ou impopulaires, dans les domaines relevant de leurs recherches, de leur expertise professionnelle et de leur compétence » (CEDH 27 mai 2014 n°346/04 et 39779/04) ? Ces magistrats seraient-ils peu respectables par méconnaissance des usages et bonnes manières académiques qui sont les votre et les votre seulement ?

    – « diverses attaques personnelles contre des personnalités politiques, ou des opinions énoncées de façon aussi sommaire que peu argumentée » : il y en a plein cette page où nous écrivons en ce moment ( http://rumor.hypotheses.org/4121 )… la trouves-tu « scientifique » cette page de blog ? Vos principes s’appliquent-ils aux billets seulement mais pas aux commentaires d’une même page ? Et si non aux deux questions, comme faire la différence, alors, avec d’autres blogs de la même plateforme ?

    – « @ Antoine : vous avez bien compris la situation. » : puisque tu l’approuves, cela m’évite d’avoir à répondre à un anonyme. Allez vous inventer maintenant la double censure : après avoir tapé sur la tête d’une personne avec le marteau de la censure… exigerez vous de surcroît qu’elle se taise ou fasse preuve de bonnes manières à l’égard du marteau ?

    Enfin, last but not least… nous parlons d’une plateforme de « blogs » pas de revues ou articles scientifiques pour lesquels « l’évaluation par les pairs » reposent sur des conventions préalables et toujours antérieures – jamais postérieures ! – à l’expression publique du chercheur : quand il propose une publication à un comité de rédaction, l’auteur sait que son texte va être mis en relecture et accepte d’entrer dans une discussion/négociation de ce texte ; il sait qu’il devra discuter avec des relecteurs choisis par ce comité ; il accepte des aller-retours parfois très nombreux, parfois pendant des mois, sur son texte ; il accepte d’en corriger au moins certains aspects sans pour autant perdre l’auctorialité de correction du texte ; il peut sortir du processus de « négociation » de son texte à tout moment pour aller publier ailleurs la version qu’il juge scientifique ; etc. Cela n’a strictement rien à voir avec ce que le CS-d’OpenEdition à commis ici ! Invoquer l’évaluation par les pairs pour relier à la science vos opinions particulières est une supercherie.

    Je continuerai bien sûr à dialoguer avec tou.te.s les membres des très hauts comités d’OE & Hypo qui voudront bien s’exprimer ici même ou ailleurs : c’est une façon pour moi de faire du « terrain », comme on dit en anthropologie numérique et de préparer la matière empirique pour des publications futures. L’archivage des entretiens est aisé et public : science ouverte, donc ; puisque tout ceci n’est que science, bien sûr !

    Bien cordialement,

    Jérôme

    ——————————-

    Donc : que tu refuses, Philippe, tout soutien à Sapir, est parfaitement légitime pour les motifs que tu as indiqué ; je redis que je pense que toute confusion entre l’extrême droite et l’extrême gauche serait à mon avis catastrophique pour le pays.

    Mais, que tu puisses paraître – involontairement sans doute… – défendre l’opportunisme et le pouvoir d’extrême-centre des dirigeants d’OpenEdition sur l’ensemble du vaste champ d’édition numérique en SHS qu’ils gèrent, en revanche me paraît contestable.

    Je terminerai en ajoutant que, dans un contexte historique de transition autoritaire, c’est à dire de droitisation générale et massive (néolibéralisme & sécuritarisme notamment) voire d’extrême-droitisation générale… il y a lieu de réfléchir voir de reconsidérer l’intérêt du pluralisme intellectuel comme philosophie des sciences : à qui bénéficiera-t-il le plus dans les prochaines années ? Aux idéologies dominantes ou à celles qui s’éteignent et peinent à se faire entendre ?

    Merci pour cet échange.

    Bien amicalement,

  41. Jérôme Valluy

    Appel de Jussieu pour la Science ouverte et la bibliodiversité
    http://jussieucall.org/index-FR.html
    (…)
    Nous, acteurs de la publication scientifique en accès ouvert, affirmons que :

    1
    L’accès ouvert doit s’accompagner d’un soutien à la diversité des acteurs de la publication scientifique –- la bibliodiversité -– qui mette fin à la domination par un petit nombre d’entre eux dictant de ce fait leurs conditions aux communautés scientifiques ;
    (…)
    ———————
    Ah bin là… j’en suis baba !!! Beaucoup de chercheurs parmi le tout petit nombre siégeant au CS d’OpenEdition, oseront-ils signer un tel texte, dont le premier principe est extrêmement bien formulé ???

  42. Eric Verdeil Auteur de l’article

    François Briatte sur son blog Politbistro fait écho (https://politbistro.hypotheses.org/5498) aux débats qui se déroulent sur les pages d’Affordance (http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2017/09/hypothese-sapir-en-pire-.html) et ici même. Il apporte des précisions factuelles qui m’avaient échappées, notamment sa dénonciation, en mars dernier, des propos tenus par Jacques Sapir contre le journaliste du Monde Samuel Laurent, responsable du DECODEX.
    Ceci me conduit à préciser mon propos dans ce billet.
    Je tiens à affirmer que je considère la menace de casser une bouteille sur la tête de Samuel Laurent comme parfaitement inadmissible. Plus généralement, j’ai la plus grande réserve sur le style polémique, fielleux et ponctué d’invectives personnelles, que J. Sapir a adopté dans nombre de ses billets, particulièrement depuis la campagne présidentielle. A mon sens, ce type d’expression ne devrait pas avoir sa place ni dans des échanges scientifiques, ni dans des échanges politiques. Je considère que ce ton dévalorise les propos qu’il tient et délégitime sa posture scientifique. Si ce style de commentaires avait été employé sur mon propre carnet, pour lequel j’appelle à des échanges « mesurés, courtois et argumentés », je les aurais sans doute éliminés, en tant qu’éditeur.
    Pour autant, ces propos inadmissibles constituaient ils une justification suffisante pour geler le carnet RussEurope? Comme François Briatte le confirme ici, après Sylvain Piron, cela a fait l’objet d’une très longue discussion suite, notamment, à des « signalements » (sans précision : dénonçant les propos, s’interrogeant peut être sur le maintien du carnet?). Nous apprenons dans ce billet que le Conseil Scientifique a donné un avis favorable au gel du carnet, qui a ensuite été mis en oeuvre par la direction d’OpenEdition (là encore, selon les messages précédents, de manière concertée). Alors que F. Briatte rappelle qu’en principe le Conseil scientifique n’intervient que pour donner un avis d’opportunité à l’ouverture d’un carnet, dans le cas d’espèce il a tenu à marquer ainsi que des limites avaient été franchies, et il a pris la responsabilité d’assumer une décision de gel. Leur crainte était finalement que ce style « inapproprié » et par moments « inadmissible » ne nuise à la crédibilité de la plateforme tout entière.
    Je trouve vraiment regrettable que le billet (https://russeurope.hypotheses.org/6303) justifiant la décision ait mis en avant la publication de « textes s’inscrivant dans une démarche de tribune politique partisane, déconnectés du contexte académique et scientifique propre à Hypothèses et constituant une condition indispensable pour publier sur la plateforme », alors que les témoignages des membres du Conseil scientifique évoquent plutôt le contenu inadmissible de certains billets et non la transgression répétée de ces règles de courtoisie. C’était ouvrir un boulevard à la dénonciation d’une décision politique et d’une censure. Par principe inacceptable. De ce point de vue, j’avoue ne pas être convaincu par les raisons que donne Philippe Corcuff de ne pas soutenir Sapir, du fait qu’il incarne « un brouillage conservateur quant aux frontières antérieurement constituées entre « droite » et « gauche » » (cf. ci-dessus : https://rumor.hypotheses.org/4121#comment-106016.
    Mais, sur le plan de la légitimité juridique, est-ce que ces manquements répétés aux règles de courtoisie ou de décence de l’échange scientifique constituent une justification plus acceptable de la décision prise par OpenEdition? J’avoue en douter.
    Sur le plan de la réputation de la plateforme, l’inconvénient d’avoir un « bad guy » était il si grand? Une autre attitude n’aurait elle pas pu consister à cingler systématique les dérives en question, comme l’avait fait F. Briatte en mars dernier? Même si je ne mets pas en cause aujourd’hui l’intégrité des scientifiques qui ont pris cette décision, je crains réellement qu’elle ne constitue un précédent pour d’autres cas de brouillage entre le scientifique et le politique qui surviendraient sur cette plateforme., entravant in fine notre liberté d’expression.

  43. Jérôme Valluy

    Merci pour ce signalement (c’est un débat bien difficile à suivre tant il est dispersé à travers la blogosphère et les réseaux sociaux) ; je suis totalement d’accord avec toi, Eric : le billet de François Briatte du 12/10/2017 et aussi celui du 26/03/2017, ainsi que les références qu’ils contiennent par url pointant vers d’autres textes, sont intéressants à lire.

    La lecture de l’ensemble confirme, à mes yeux aussi, le caractère tout à fait antipathique de bon nombres de prises de positions politiques et d’expressions publiques passées de Jacques Sapir. Pour autant la censure politique de cette personne (et non d’ailleurs, la sanction spécifique de telle ou telle expression particulière devant la justice) est inacceptable… Elle fait apparaître la caractère illégitime du pouvoir de censure politique qui s’exerce aujourd’hui et qui pourra s’exercer demain sur cette plateforme, sous couvert « neutralité axiologique » comme gage de scientificité.

    Je trouve l’utilisation que fait François Briatte dans son billet de mars (https://politbistro.hypotheses.org/4325) du texte de Weber et du commentaire de Catherine Colliot-Thélène aussi révélateur qu’abusif quant à l’amalgame ainsi fait entre une expression publique sur blog et la position très spécifique que pointe Weber (ainsi que le commentaire de C.C-T) : celle du PROFESSEUR EN CHAIRE.

    Un tel amalgame passe sous silence la distinction que fait Weber, explicitement (cf., ci-dessus, la citation de sa célèbre conférence et l’ensemble de sa conférence) entre le « savant » en chaire (enseignant, professeur…) — donc en situation de pouvoir, considérable (!), vis-à-vis d’un public étudiant captif face à un triple monopole professoral de la parole (chaire, micro), de la compétence (spécialisation sur temps longs) et de la sanction légitime (examens) — et le même « savant » (chercheur professionnalisé, correspondant d’ailleurs à des statuts professionnels, d’enseignant-chercheur ou ou chercheur-temps-plein, inconnus à l’époque de Weber et qui apparaît à la fin du 20e siècle) dans l’espace public (la presse, les réunions publiques, les associations…), alors en position de citoyen beaucoup plus ordinaire : il n’a plus alors ni monopole de la parole, ni pouvoir de sanction, et l’autorité de sa compétence est relativisée par d’autres autorités similaires ou différentes, c’est le moins que l’on puisse dire. Par suite, la « neutralité axiologique » comme contrepartie déontologique au pouvoir du professeur en chaire ne s’impose plus à lui, ce que Weber explicite sans réserve : « …il lui est loisible de le faire hors de la salle de cours, sur la place publique, c’est-à-dire dans la presse, dans les réunions publiques, dans les associations, bref partout où il le voudra. » … y compris les blogs d’OpenEdition, donc.

    Car un blog d’OpenEdition n’a rien à voir avec un cours magistral… et tout à voir avec la deuxième position d’expression publique dénuée de pouvoir spécifique : ni monopole de la parole, ni monopole de la compétence, ni monopole de la sanction légitime.

    C’est bien là, l’abus commis depuis longtemps par les courants centristes du monde scientifique des SHS consistant à transférer une « neutralité axiologique » qui s’impose toujours (à mon avis) comme contrepartie déontologique au sur-pouvoir considérable du professeurs vis à vis des étudiants captifs d’une situation de cours magistral… vers la recherche en tant qu’expression publique d’un professeur où cette « neutralité axiologique » non seulement ne s’est jamais imposée, mais ne s’impose ni moralement ni déontologiquement, et peut même, très souvent, faire obstacle à la recherche d’objectivité voire de vérité comme horizon de sens de l’activité scientifique… notamment quant elle devient le simple prétexte pour faire prévaloir des convictions politiques centristes (ni trop à gauche, ni trop à droite, cela semble plus « neutre » donc plus scientifique) ou masquer simplement certaines formes de lâchetés sur des sujets sensibles.

    Ce que les centristes ne veulent pas reconnaître, c’est que leurs positions politiques ne sont pas moins politiques que celles des autres, que leurs convictions axiologiques ne sont plus neutres que celles des autres et que rien dans le fait de n’être ni trop à gauche ni trop à droite ou encore de s’adonner aux élégances et bonnes manières mondaines du monde académique ne confère la moindre qualité scientifique. Mais la certitude de se croire ainsi dans la vérité scientifique est tellement confortable psychologiquement et les gains politiques ou matériels que cela procure en permanence (quels que soient les évolutions globales du champ politique) tellement substantiels… qu’il leur est bien difficile d’y renoncer.

    « L’accès ouvert doit s’accompagner d’un soutien à la diversité des acteurs de la publication scientifique – la bibliodiversité – qui mette fin à la domination par un petit nombre d’entre eux dictant de ce fait leurs conditions aux communautés scientifiques ; »… tout a été dit dans cet article 1 de l’Appel de Jussieu (http://jussieucall.org/index-FR.html). Il n’y a rien de plus à lui ajouter et rien à lui retirer… seulement à le mettre en œuvre sur OpenEdition !

  44. Antoine

    À propos de https://politbistro.hypotheses.org/5498 , je trouve étonnant qu’il parle de « doxing » à propos de la publication d’une photo de Samuel Laurent alors que cette photo était déjà publique (voir par exemple http://infocommmaster.over-blog.com/2014/11/twitter-nouveauniddesjournalistes.html ) et qu’il s’agissait apparemment, simplement, de la photo apparaissant sur le profil Twitter de l’intéressé. Comme quoi, certains sollicitent peut-être un peu trop les faits…

    Les élucubrations de Sapir quant à Samuel Laurent (par exemple « Samuel Laurent en képi blanc, avec une KPV de 14,5-mm sur le dos, cela aurait pu être intéressant » … « Le petit Samuel a du trop voir la série des Rambo ») n’en sont pas moins bêtes et déplacées, mais elles n’entrent pas dans la catégorie de la divulgation d’informations personnelles.

  45. François

    Merci pour votre commentaire, Jérôme Valluy, même si je ne reconnais pas mon billet dans « l’amalgame » que vous évoquez au début de votre argumentaire.

    Antoine – Je pense avoir répondu à votre objection dans un commentaire sur mon propre billet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *