Les réseaux sociaux scientifiques, la visibilité et l’open access

J’ai participé, le 19 novembre, à la journée d’étude des correspondants IST (CorIST) de l’InSHS. Je n’ai pu assister qu’à une partie de la journée mais ce que j’ai pu voir, notamment la table-ronde sur Wikipédia comme outil de la valorisation de la recherche, était intéressant et fera j’espère l’objet d’un compte rendu. On trouvera un cadrage des thèmes traités ici, ainsi qu’un compte-rendu de chaque intervention ici.

J’intervenais pour ma part dans une table ronde sur les réseaux sociaux scientifiques et leurs usages par les chercheurs. Au-delà du constat d’un usage intensif de ces outils il est vrai très divers, deux enjeux transversaux apparaissent. Les réseaux transforment et à priori améliorent la visibilité des chercheurs ainsi que celle des travaux dont ils ont besoin pour poursuivre et étendre leur activité. A travers cet enjeu de la visibilité, c’est aussi celle de l’accès libre aux publications qui est en voie de transformation, non sans contradiction avec les politiques poursuivies par nos tutelles pour développer l’Open Access notamment par le biais de Hal.

Des réseaux sociaux largement intégrés dans l’activité quotidienne des chercheurs

La table ronde a été introduite par Brigitte Perucca, directrice de la communication du CNRS, qui présentait une enquête récente sur les usages par les chercheurs des réseaux sociaux (apparemment pas encore en ligne). Ces usages apparaissent massifs et sont dans la grande majorité des cas largement intégrés dans l’activité professionnelle – celle-ci étant difficile à distinguer de l’activité personnelle. Les réseaux concernés sont majoritairement généralistes (Facebook, Twitter) et les réseaux strictement destinés aux scientifiques sont moins connus et moins utilisés. Les chercheurs SHS constituent globalement des usagers plus intensifs des réseaux sociaux que les ceux des autres disciplines.

Hypothèses, réseau social méconnu

logo-hypSi ces éléments sont relativement attendus, certains éléments ressortant de l’enquête étaient instructifs sur le rôle des outils soutenus par le CNRS dans la structuration de la communauté. Par exemple, les réponses font apparaître dans cette liste la plateforme Hypothèses, qui n’est pas à proprement parler un réseau social, techniquement parlant. Comme l’a rappelé Delphine Cavallo qui représentait le Cléo à cette réunion, forte de 700 carnets actifs, cette plateforme structure fortement une communauté d’utilisateurs reliés par divers outils numériques, tournant autour des carnets de recherche, des revues et des livres, sans compter Calenda, les flux RSS associés à ces outils, en passant par des réseaux sociaux “classiques” comme Twitter ou Facebook ou Google +. Son fonctionnement, par l’intermédiaire de cette multitude d’outils numériques, se rapproche donc d’un réseau social. Plus troublant était l’aveu, par la directrice de la communication du CNRS, de son ignorance d’Hypothèses, alors qu’elle occupe cette fonction depuis 2011. Il manque sans doute un réseau social interne au CNRS auquel pourrait se connecter sa direction de la communication…

Academia.edu, un réseau social en fort développement parmi les chercheurs

Christophe Benech, chercheur à Archéorient, a insisté sur le fait que les chercheurs utilisent ces outils en cherchant d’abord à optimiser leur temps et en visant ce qui leur apporte un intérêt direct. Il a présenté sa propre expérience d’Academia.edu, de plus en plus utilisé en SHS. C’est un réseau pratique à utiliser, qui aspire tout seul les publications déjà présentes en ligne, et grâce auquel on peut identifier d’autres travaux utiles pour sa recherche. Toutefois, les informations présentes sont souvent hétérogènes, de qualité inégale et souvent mal documentées du point de vue des métadonnées. On ne trouve pas toujours les fichiers en open access mais parfois seulement des liens. Il recommande (et je suis bien d’accord avec lui), de ne déposer ses fichiers que dans Hal et de n’utiliser que les fonctionnalités sociales de l’outil et non l’Open Access. Enfin, C. Benech constate que l’usage de ces outils est à la longue chronophage et que le risque est de crouler sous une avalanche de références.

Hal-SHS face aux réseaux sociaux scientifiques et l’enjeu de l’Open Access

Les communications ont ensuite largement tourné autour de la place des outils publics dans les pratiques des chercheurs, notamment en lien avec la question de l’Open Access. Françoise Gouzi, ingénieure référente pour l’IST en SHS à l’Université de Toulouse II-Le Mirail, a notamment fait part de ses difficultés à convaincre les chercheurs des universités toulousaines à rejoindre Hal, face à la montée de ces réseaux, comme Academia, comme outils d’Open Access, malgré leurs limitations évidentes dans cet usage. Elle a fait part de ses interrogations face aux stratégies de ces groupes privés, désormais liés aux mastodontes mondiaux du numérique, comme Google qui détient Research Gate et ainsi Elsevier qui a acquis Academia et Mendeley, qui fonctionne aussi comme un réseau social scientifique en plus de son usage dans la gestion et la citation des références, tandis que Bill Gates et Facebook ont pris des parts dans Research Gate. Pourquoi et avec quel argument défendre Hal dans ce contexte, sachant que les tutelles restent largement muettes sur cette mission dont les CorISST s’investissent par conviction mais en ayant parfois l’impression de “prêcher dans un désert”, comme elle l’a dit. On pourrait d’ailleurs dauber sur la contradiction interne à notre profession, tiraillée entre deux tendances. D’un côté, une partie des chercheurs persistent à refuser Hal au nom d’un flicage supposé ou possible de leur “production” scientifique par un Big Brother managérial visant le développement d’une évaluation quantitative. De l’autre (mais ce sont peut être en fait parfois les mêmes?), on constate la frénésie d’autres chercheurs qui se précipitent pour offrir leurs données, les articles et leurs pratiques sociales numériques à des firmes sans visage qui les conserveront pour l’éternité… Françoise Gouzi a conclu son intervention en se demandant s’il ne faudrait pas développer les fonctionnalités sociales de Hal, par exemple des systèmes de ping et rétroliens (trackback), ou des liens entre articles, pour révéler les discussions entre chercheurs.

Les pratiques contradictoires des chercheurs dans leurs rapports aux réseaux sociaux numériques

Kumar Guha, documentaliste INRIA, en poste au Centre d’étude de l’emploi, et observateur des pratiques des chercheurs en IST, a souligné à partir de diverses expériences et en réaction aux interventions et aux réactions de la salle, certaines contradictions des stratégies des chercheurs. Le manque de temps pour remplir Hal est un argument qui ne tient guère quand on voit la progression de l’usage de Academia et autres ces derniers temps – et surtout le temps que prend, une fois le chercheur inscrit dans ces réseaux, la consultation et le suivi des informations qui arrivent… Autre contradiction : celle qui concerne une usage opportuniste des référencements, en utilisant des mots clés largement partagés, offrant une visibilité large – mais en fin de compte contre-productive car non suffisamment spécifique. Selon lui, ces exemples montrent l’importance du rôle que devrait jouer les correspondants IST dans les labos, en conseillant les chercheurs sur leurs stratégies. Quand du moins de tels correspondants existent dans les labos, et quand leurs temps n’est pas absorbé par d’autres tâches…

Le débat à propos de l’Open Access et des réseaux sociaux scientifiques sur la liste [accès ouvert]

Ma propre intervention s’inscrivait dans le prolongement des débats qui se sont tenus sur les listes [accès ouvert]1 au sujet de ces réseaux sociaux. Deux interventions récentes doivent en particulier être citée.

Tout d’abord, un billet de Stéphane Pouyllau sur son blog, repris sur la liste, avait dressé une longue liste de mauvaises pratiques de la part d’un récent réseau social scientifique (MyScienceWork), proposé par une start up française, aujourd’hui en plein essor. [le passage souligné fait l'objet d'une discussion dans les commentaires] Ces problèmes concernent d’abord la réutilisation “automatique” de fichiers déposés en Open access sur d’autres plateformes, dont notamment Hal, sans mentionner la source ni le lien et probablement en contradiction avec le droit d’auteur / d’éditeur. Autre mauvaise pratique : une partie des métadonnées semble perdue au passage. Sur ce point, les modalités de dépôt sur d’autres plateformes, dont Academia, posent des problèmes identiques : dépôt rapide d’un fichier, avec uniquement son titre, sans citer la publication, l’année, les pages ou le lieu d’origine. Pouyllau parle de privatisation de l’Open Access, car il est nécessaire de créer un compte pour accéder aux ressources offertes gratuitement par ces services. Comme le disait dans les couloirs un collègue : lorsque le service est gratuit c’est que l’utilisateur est lui même le produit. On peut également se demander ce que deviendront les fichiers téléchargés si certaines de ces plateformes disparaissent. Quid aussi d’éventuels changements de conditions d’utilisation? Qui les a lues d’ailleurs? Ces interrogations poussent un chercheur comme Frédéric Clavert à refuser de les utiliser.

Une autre intervention sur les réseaux sociaux scientifiques sur la liste [accès ouvert], par Vincent Battesti, proposait d’interpréter le succès d’Academia.edu non seulement par rapport à ses fonctionnalités de réseau social et d’Open Access par défaut, mais aussi pour sa fonctionnalité de page web personnelle par substitution, faisant observer que sous ce rapport, Hal n’offre qu’un service faiblement paramétrable et avec une url manquant de simplicité (de type http://halshs.archives-ouvertes.fr/aut/eric+verdeil), tandis que les sites web des labos et les annuaires d’université ne sont généralement pas aisément accessibles aux chercheurs pour des mises à jour et également difficilement configurables. Ainsi, le débat sur les réseaux sociaux s’est fortement construit, ces derniers temps, sur la mise en évidence d’une tension opposant les limitations de Hal (tant techniques qu’institutionnelles) et les “vertus” ou du moins les possibilités ouvertes par ses réseaux sociaux.

Les failles du dispositif de communication scientifique au CNRS et dans les universités

Mon argumentaire a recoupé largement les éléments déjà mentionnés, aussi terminerai-je ce billet en insistant seulement sur quelques conclusions. Le mouvement est parti tellement vite qu’on ne pourra guère l’enrayer et il faut donc bien comprendre les raisons de leur utilisation, avant de voir comment remédier aux principaux problèmes.

Tout d’abord, comme Vincent Battesti, je pense qu’il existe un besoin, de la part des chercheurs, de créer des pages web facilement accessibles et paramétrables. Beaucoup de chercheurs ont ouvert des carnets de recherche en ayant notamment en tête cette finalité (moi le premier, pour mes publications et une présentation évolutive de mes activités).

Ensuite, le dépôt dans Hal doit devenir plus ergonomique et aisé. Il reste aujourd’hui encore un peu rigide. On pourrait imaginer un remplissage direct des métadonnées à partir des revues en ligne, ou via des logiciels générant des citations, comme Zotero. Les chercheurs choisiraient simplement le fichier destiné à l’archive ouverte (et le mieux seraient que les éditeurs acceptent que ce soit le fichier éditeur). Dans les SHS, il conviendrait aussi de rendre Hal plus flexible pour des productions moins canoniques, et aujourd’hui exclues de Hal, comme les comptes rendus de lecture. Ces derniers sont aujourd’hui, comme le révèle les enquêtes RIBAC, une composante importante de l’acticité de recherche en SHS (voir cette présentation, p.9). Hal doit s’adapter à la diversité des productions pour les chercheurs y adhèrent. Reste la question de parvenir à taux de couverture de la production scientifique plus satisfaisant qu’aujourd’hui, puisque Hal ne couvre aujourd’hui que, selon diverses estimations, entre 8 et 15, voire 20% de la “production”. C’est entrer là dans un débat complexe qui dépasse l’enjeu de cette communication, et qui est largement traité sur les liste [accès ouvert] et [accès très ouvert].

Quelques bénéfices des réseaux sociaux scientifiques

Pour moi, le succès rencontré par Academia et autres ne réside pas seulement dans leur facilité d’utilisation, mais dans deux fonctionnalités proprement liées au réseau social : le fait de pouvoir suivre des personnes et des travaux sur des thèmes identifiés, en paramétrant (relativement) finement les domaines et mots clés, de manière à faire des découvertes et à mieux structurer le flux d’information qui arrive. De ce point de vue, ils offrent une modalité assez comparable à un système de flux RSS mais qui porteraient non pas sur le contenu de certains sites mais sur des thématiques ou des personnes. Ensuite, ces réseaux permettent au chercheur de mesurer sa visibilité, par des statistiques, des notifications sur les consultations de son profil ou de ses papiers, qui informent finalement de manière intéressante (et gratifiante pour l’ego, n’en doutons pas, comme Yves Gingras l’avait souligné dans une publication remarquée2 ) sur l’insertion dans la communauté scientifique mais aussi plus largement, sur la réception de son travail par le grand public.

En outre, j’insisterai sur un dernier point : ces réseaux sociaux, par la taille qu’ils ont acquis, regroupent désormais des communautés très internationales, permettant de dépasser les frontières nationales. De ce fait, on y retrouve aussi des chercheurs qui peuvent avoir moins de problème que chez nous dans la construction et la gestion de leur identité numérique. On trouve donc sur ces réseaux une communauté très large, et c’est là un atout avec lequel aucun Hal, même doté des couches sociales les plus élaborées qui soient, ne pourrait rivaliser. De ce fait, je ne crois guère à cette idée d’une couche sociale, même si certaines fonctionnalités pourraient quand même apporter un plus (système de liens entre les citations par exemple, qui n’est pas proposé par Academia mais qu’on trouve dans les univers éditoriaux comme ScienceDirect).

Par contre, je reste persuadé de la légitimité de Hal dans son rôle d’infrastructure centrale de développement du Green Open Access, et de la nécessité à continuer à inciter les chercheurs à l’utiliser pour le dépôt plutôt que ces sites opaque et mal conçus pour cela. Sur ce point, un effort coordonné de nos tutelles s’impose pour le promouvoir plus fortement, quitte à mettre en avant les interactions possibles de cet outil avec les réseaux sociaux. Cela est largement souhaitable, et correspond à une réelle demande des chercheurs qui les utilisent – mais cela suppose d’améliorer la qualité des métadonnées résolu.

*
* *

En définitive, cette riche table-ronde a eu le mérite de soulever des questions très intéressantes. Il serait souhaitable que la communauté des CorIST puisse répercuter ces débats auprès des chercheurs dont trop peu sont mobilisés et s’approprient ces outils avec suffisamment de recul critique. Ils touchent pourtant à une articulation essentielle entre pratiques individuelles et politique de la recherche – notamment l’enjeu de l’Open Access, et renvoient par ailleurs aux liens entre acteurs publics et acteurs privés mercantiles dans la structuration de la recherche et l’accès à ses résultats.

Notes _____________________
  1. avec quelques prolongements sur la liste [accès très ouvert] que privilégient certains utilisateurs []
  2. Gingras Y., 2008, La fièvre de l’évaluation de la recherche. Du mauvais usage de faux indicateurs (PDF), Sheerbrooke, Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie, 22 p. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

20 réflexions au sujet de « Les réseaux sociaux scientifiques, la visibilité et l’open access »

  1. Laurence Bianchini

    Bonjour,

    Je vous remercie pour ce post qui ouvre le débat sur des points très intéressants.

    Je tenais toute fois à corriger une de vos assertions. Nous affichons une url source des publications sur http://www.mysciencework.com. Lorsque nous disposons de l’information, l’url pointe vers l’endroit où le pdf est disponible. Sinon elle pointe vers le dépôt institutionnel qui l’héberge.

    Le débat concerne plutôt la demande d’inscription afin de consulter et disposer des publications. Les articles en Open Access sont par définition disponibles en ligne. La plus-value de MyScienceWork est d’être une plateforme de communication multidisciplinaire et centralisée qui offre des services collaboratifs autour de la publication. Aujourd’hui notre technologie propose aux membres des suggestions d’articles, de contacts, d’offres d’emploi et de conférences. Ceci n’est bien sur possible que si les personnes s’inscrivent…

    Par ailleurs, vous parlez de perte de métadonnées ce qui n’est pas le cas sur MyScienceWork. Contrairement à d’autres, nous ne permettons pas aux chercheurs le dépôt de leurs articles de façon rapide et parfois partielle. Tous les articles disponibles sur notre plateforme vienne du moissonnage de revues et archives. Donc pas de perte de pdf non plus.

    Dans les mois qui viennent, nous présenterons d’autres outils collaboratifs autour de la publication scientifiques. Ils ont pour objectifs les points évoqués dans votre article : d’améliorer la visibilité des chercheurs et de leur travaux, de permettre le travail d’équipe à plus grande échelle, en temps réel et de façon efficace, et de manière générale la diffusion des articles en open access qui ne bénéficient pas du prestige de la revue dans laquelle il est publiée.

    Hormis deux petites erreurs concernant le site MyScienceWork, je trouve votre article fort intéressant. Je vous remercie de faire ainsi avancer le débat.

  2. Peyres Genevive

    Bonjour

    Merci pour cet excellent billet qui reflète bien les échanges de cette journée à laquelle j’ai également participé. Pour ceux qui voudraient en savoir plus sur la visibilité du chercheur, je vous donne rendez vous à Lyon à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée vendredi 6 décembre où nous aborderons toutes ces questions fondamentales.
    Inscription souhaitée par mail à genevieve.peyres@mom.fr ou communication@mom.fr
    Plus d’infos : http://www.mom.fr/Identite-numerique-et-visibilite,1187.html

  3. Ping : Actualités des humanités numériques du 11/22/2013 web-1.org

  4. pierre ballinger

    @Laurence Bianchini

    Rappelons au lecteur que les liens vers la source ont été ajouté dans votre portail à la suite du billet de Stéphane Pouyllau, ils n’y étaient pas avant le 6 nov. 2013 ! J’invite le lecteur à lire le billet de Lionel Maurel à ce propos. D’ailleurs, c’est loin d’être parfait ! Il y a encore des ressources dans votre portail qui ne pointent pas vers la version en open access et qui ne mentionne pas les licences de diffusion !

    Pierre.

  5. Eric Verdeil Auteur de l’article

    @Laurence Bianchini : merci de votre message.
    Je précise que je ne suis pas inscrit sur votre plateforme et que mon propos ici n’était que de rebondir sur les remarques de S. Pouyllau.
    En ce qui concerne l’origine du fichier, vous écrivez dans les commentaires au billet de Pouyllau : “L’affichage de l’url d’origine de l’article et du champ source est au cœur de nos développements en cours et devrait être en ligne pour la fin de l’année.”
    Pour les métadonnées des fichiers, deux cas:
    - les auteurs déposent et il leur appartient de bien remplir les champs. C’est clairement une lacune chez Academia par ex. Tant mieux si vous êtes fermes sur cette exigence;
    - vous “aspirez” des notices en provenance d’autres sites. Il y a apparemment encore des pbs techniques pour certaines métadonnées en provenance de Hal, comme vous l’indiquez. De plus, certains commentateurs du billet de Pouyllau relèvent qu’elles pourraient être plus complètes (par ex. non mention de la licence…).
    Je signale dans le corps du billet les points en discussion.

  6. Référencement Web

    Bonjour,

    Merci pour cet article,
    Il est désormais clair que les réseaux sociaux et les scientifiques ne font plus qu’un actuellement. Et oui, les temps évoluent, et ces supports sont devenus incontournables dans tout métier. Aucun n’est réticent!

  7. Ping : Appel à commentaires: pourquoi les réseaux sociaux pour chercheurs intéressent-ils tant? | Frédéric Clavert

  8. Frantz

    Comme l’a déjà mentionné Laurence, nous avons mis en place depuis quelques semaines à présent un certains nombre de points visant à l’indication de nos sources. La perte de certaines meta est effectivement dommageable, nous faisons de notre mieux avec nos moyens, énormément de dépôts ne suivant que partiellement ou mal les normes, la tâche est ardue.

    En parlant de sources, j’aimerais voir celles de votre argumentaire. En particulier sur le fait que Research Gate soit lié à Google et Academia à Elsevier. A ma connaissance, il y a bien une personne, qui a été impliquée dans Google, qui est aujourd’hui impliquée chez Research Gate, ça n’en fait même pas des partenaires. Pour le point relatif à Academia, je ne vois même pas ce qui pourrait vous avoir induis en erreur, si ce n’est un soucis de généralisation hâtif, tombant à point nommé.

    Dans votre tirade contre ces entités privées qui s’intéressent à l’Open Access, des “firmes sans visage”. Nous ne sommes ni sans visage, ni sans principe, donnez-nous au moins la présomption d’innocence! Je ne nous vois pas comme étant des prédateurs à HAL et autres dépôts institutionnels.

    A mon humble avis, les actions d’indexation de contenus sont essentielles à la diffusion utile de ceux-ci. La Science ne connait de frontières ni institutionnelles, ni géographiques, lorsque je cherche un contenu je n’imagine pas aller taper ma recherche dans différents dépôts régionaux ou institutionnels pour trouver l’information dont j’ai besoin. Nous mettons en valeur les actions des chercheurs qui déposent leur contenus en Open Access et ainsi nous donnons du levier à l’Open Access. Nous venons travailler sur des données ouvertes et avons pour objectif principal de créer de la valeur pour tous autour de ces contenus, si vous n’avez en tête que l’accès gratuit et durable pas nous.

    Je pense qu’il est important de voir derrière “Open”, autre chose que “gratuit”, la réutilisation des informations, des outils et des données est un enjeu majeur de notre société. Les licenses Open Source et Creative Commons, respectivement autour des logiciels et des contenus, l’ont bien compris.

    L’argument du “droit d’auteur” doit être pris en considération, celui de l’”intérêt de l’auteur” également et sur ce point votre argument est faible. Est-ce qu’indexer des contenus PDF porte atteinte au droit d’auteur ? Non. Les stocker en cache ? Le point reste à trancher. En revanche, quand énormément de liens pourrissent avec le temps (y compris depuis des dépôts institutionnels), et sachant que la visée d’un auteur est d’être lu et cité, on peut légitimement douter que votre discours serve les intérêts des auteurs. La “conservation” que vous semblez voir comme détestable me semble souhaitable et souhaité, d’où peut-être cette frénésie du dépôt.

  9. Ping : Panorama des réseaux existants, intérêts et usages des chercheurs, risques liés | CS22-Cnam-ADBS

  10. Eric Verdeil Auteur de l’article

    Bonjour Frantz
    merci de votre intérêt pour ce billet.
    Si ce billet, dans sa partie finale, rapporte mon argumentaire, il synthétise également celui des autres participants à la table ronde. L’affirmation concernant les liens entre Academia et Elsevier et entre Google et Researchgate vient de Françoise Gouzi, et je lui laisse préciser la source de ses informations. Ce n’est donc pas la volonté de “faire le point” qui me guidait.
    Des “firmes sans visage” : je vous remercie de venir en personne commenter ce billet, et à “visage découvert”, en tant que fondateur de MSW (http://www.mysciencework.com/profile/frantz.miccoli).
    Notez bien que si je cite la polémique qui a entouré récemment votre entreprise, je ne lui fais personnellement aucune nouvelle critique car je n’en suis pas utilisateur. Toutefois, malgré les améliorations récemment apportées en réponse à ces critiques, certains points restent contestés et notamment le droit de garder en cache sur votre site les fichiers des auteurs sans que ceux-ci aient donné leur autorisation. Comme vous le dites, ce point reste à trancher.
    Mais fondamentalement, le succès d’une start-up de l’informatique ne se mesure-t-il pas au fait de perdre son visage, à terme? De deux choses l’une : soit, ce que je ne vous souhaite pas, MSW fait faillite et disparaît : les fichiers des auteurs qui auront souhaité utiliser votre infrastructure seront perdus. Soit vous réussissez et il y a de fortes chances que votre entreprise soit rachetée par une firme plus grosse, “sans visage”, comme celles qui imposent aujourd’hui leur puissance économique et politique en passant outre certaines règlementations nationales, avec des pratiques souvent critiquables dans l’usage des données publiques en ce qu’elles tendent à les “privatiser” par divers mécanismes “d’encosures”.
    Sur le fond, mon billet pointe les limites des dispositifs publics existants mais leur reconnaît pleine légitimité à conserver durablement les fichiers – pour cela je leur fais confiance qu’à des entreprises privées. En revanche, je reconnaît les intérêts des fonctions sociales des réseaux, basées sur l’indexation des contenus.

  11. Frantz

    @Eric J’ai tendance à penser qu’acteur public ou pas, la conservation des fichiers n’est pas garantie quand elle ne se fait que par un seul acteur. Pour preuve le nombre de liens 404 vers des institutions américaines pour des documents que nous hébergeons actuellement.

    Est-ce que les startups sont condamnées à mourir ou à devenir des entités sans visage ? “You either die a hero or live long enough to see yourself become the villain”. C’est une discussion un peu philosophique, mais je saisi votre argument. Je ne pense pas que la rentabilité ou la taille soient incompatibles avec une certaine éthique, Google peut avoir ses pratiques douteuses, ses réutilisations de données violant la vie privée, il n’en reste pas moins que la firme se doit de fournir un service de qualité à ses utilisateurs sous peine de voir données et argent partir comme ils sont venus. C’est peut-être ici que la métaphore de la marchandise s’arrête, un utilisateur insatisfait déserte l’outil qu’il utilise, même si l’outil est gratuit.

    PS: une dernière correction, je ne suis pas un des fondateurs de MyScienceWork même si j’y travaille. Mes positions n’engagent que moi, même si je pense pouvoir dire que ce que je vous écris reflète l’état d’esprit de notre équipe.

  12. Eric Verdeil Auteur de l’article

    Françoise Gouzi me précise par mail qu’elle a mentionné les liens capitalistiques entre Academia et Elsevier et ResearchGate sous réserve de confirmation (aucun démenti n’a été apporté par la salle). Sa source est un commentaire d’Hugo Bon en réponse à un message de S. Pouyllau dans son billet sur le libre accès privatisé : http://blog.stephanepouyllau.org/709/comment-page-1#comment-4088

  13. Jeanne Hernal

    Bonsoir,

    @Frantz : “Nous mettons en valeur les actions des chercheurs qui déposent leur contenus en Open Access et ainsi nous donnons du levier à l’Open Access. Nous venons travailler sur des données ouvertes et avons pour objectif principal de créer de la valeur pour tous autour de ces contenus, si vous n’avez en tête que l’accès gratuit et durable pas nous.” vous oubliez de dire qu’avant le 6/11/13, votre réseau social ne donnait pas de lien vers la source en open access des articles et qu’il faut toujours se créer un compte dans votre plateforme pour avoir accès au PDF que vous avez aspiré de l’archive HAL sans autorisation des auteurs : sur plan juridique c’est une contrefaçon.

    Jeanne.

  14. Ping : Réseaux sociaux académiques….Le débat ! | Archives Ouvertes

  15. Ping : Hal – Academia.edu, jouer des complémentarités ! | le Cresson veille et recherche…

  16. Ping : « Identité numérique et visibilité du chercheur » : Retours sur la rencontre du 6 décembre | Préfixes

  17. Ping : Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques | URFIST Info

  18. Pierre Ballinger

    Avec l’ouverture de “leur catalogue” (en fait des PDF venant d’AO aspirées) ils font du buisness : ce qui est dommage c’est qu’il le font mal : le moteur n’est pas fiable, les métadonnées sont mal réutilisées et que dire d’un téléchargement venant d’une copie stocker chez eux en cas de citation dans un article ?

    Pierre

  19. Ping : Mecibah (mecibahwarda) | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">