Du vent et des protestations dans les collines de Bizerte

La Tunisie dans le débat sur la transition énergétique

La Tunisie est polarisée par les luttes politiques et idéologiques entre sa majorité parlementaire islamiste et son opposition composite. Cette situation masque une série d’enjeux socio-économiques très lourds, dont celui d’une nécessaire transition énergétique aux contours encore très flous. Le 27 juin dernier a eu lieu une conférence gouvernementale consacrée au lancement d’un débat national sur l’énergie, piloté par le ministère de l’Industrie et le secrétariat d’Etat à l’Energie et laissant à vrai dire peu de place à la discussion (voir le commentaire de Med Dhia Hammami sur Nawaat). L’urgence de la réflexion vient du poids croissant des subventions à l’énergie sous ses différentes formes, que l’Etat très endetté et sans guère d’autres de solutions que de se tourner vers le FMI, se doit de contenir et même de diminuer.

Le ministre « a indiqué l’augmentation de subvention de l’Etat dans le domaine de l’énergie a passé de 550 MD en 2010 à 1536 MD en 2011 et 2700 MD en 2012, correspondant également à 10,7% de budget de l’Etat et 4% de produit intérieur brut (PIB) […]la subvention de l’Etat en 2013 pourrait atteindre 2990 MD. » (ici)

Hilarante caricature, et hilarant billet de Z (c) : http://www.debatunisie.com/archives/2012/11/11/25552104.html

Cette situation rend très tentante aux yeux du gouvernement et d’une partie de l’élite économique le recours au gaz de schiste, surtout que les ressources conventionnelles tunisiennes en gaz diminuent et que les livraisons en provenance du voisin algérien semblent devoir, elles aussi, se réduire.  Cette perspective suscite des prises de position antagonistes dans la presse, qui soulignent alternativement les avantages financiers en termes de développement économique de cette option ou les risques environnementaux  et la dépendance aux multinationales qui pourraient en résulter (voir par exemple les nombreuses prises de position sur le site Nawaat).

Toutefois, le gouvernement tunisien est également déterminé à augmenter très fortement la part des énergies renouvelables dans son mix énergétique, actuellement au niveau de 4%, pour atteindre 30% en 2030. Ce quota pourra être atteint grâce à l’éolien et au solaire photovoltaïque ainsi que, dans un deuxième temps, au solaire à concentration.

Mais les moyens à mettre en œuvre pour parvenir à cet objectif font l’objet d’un débat feutré dans les milieux tunisiens de l’énergie. La Société tunisienne d’électricité et de gaz (STEG, équivalent tunisien d’un EDF-GDF encore public) détient le monopole légal pour la production, le transport et la distribution de l’électricité. Mais ses réalisations dans ce domaine ont été limitées et la STEG hésite à s’engager dans un développement massif de ces technologie pour des raisons techniques (intermittence, capacité du réseau) et par manque de moyens financiers disponibles. Malgré plusieurs tentatives d’assouplissement et de libéralisation de ce cadre réglementaire, et d’une évolution attendue prochainement, ce monopole public est défendu par plusieurs acteurs, dont une partie des cadres de l’entreprise, ainsi que son syndicat, au nom de la résistance à l’ouverture au secteur privé, perçue comme une forme de dépossession nationale et de menace sur l’entreprise publique (voir un précédent billet de ce blog sur ce sujet). De ce fait, les nombreux projets dans les énergies renouvelables portés par divers investisseurs privés sont bloqués et suspendus à une prochaine nouvelle réglementation en projet depuis des mois. La situation de la Tunisie fait écho, avec un temps de retard, à celle du Maroc (l’analyse comparative de Nadia Benalouache) et à celle de la Jordanie, marqués par une dépendance énergétique assez similaire et qui se sont désormais engagés, non sans difficulté, sur la voie de la production d’électricité à partir des énergies renouvelables par l’intermédiaire d’investisseurs privés. Au Maroc, plusieurs projets importants et spectaculaires voient le jour,  dont une grande centrale à Ouarzazate, tandis que la Jordanie a pris des décisions législatives non encore suivie de réalisation. Il faut dire que les projets renouvelables sont là bas en balance avec une ambition nucléaire à laquelle le roi Abdallah II et ses parrains internationaux sont très attachés (voir cet article d’Amélie Pinel sur les Carnets de l’IFPO).

Les enjeux locaux de la transition énergétique : le cas de la région de Bizerte

éoliennes-el alia (20)reduitDans ce contexte d’attentisme, la STEG a néanmoins réalisé deux grandes fermes éoliennes sur son littoral, l’une au Cap Bon, à Haouaria (54 MW) et l’autre dans la région de Bizerte, en deux sites, à Metline-El Alia et à Jebel Kchabta (au total, et à terme, 190 MW). Comme Elvan Arik l’a montré à propos de réalisations similaires en Turquie, et comme l’illustre aussi la conflictualité très grande autour des éoliennes en France, l’analyse localisée de telles opérations révèle des enjeux d’une autre nature que les termes du débat évoqué ci-dessus. Il s’agit d’une part de questions paysagères ou environnementales. D’autre part, cela renvoie à des questions sur le développement local (dans des pays marqués par de très fortes inégalités entre littoral urbanisé et intérieur rural) et sur la démocratie locale (dans le contexte révolutionnaire tunisien).

Avant 2011, un article de presse rapporte ainsi l’existence d’une mobilisation portant sur le paysage et l’environnement et  s’inquiétant de l’absence de concertation avec les instances du ministère de l’Environnement et notamment l’Agence nationale pour la protection de l’environnement. Mais c’est surtout  depuis 2011 que de nouvelles questions ont violemment émergé, à travers des manifestations, des sit-in, des blocages de chantier et même l’incendie de deux éoliennes (notamment fin octobre 2012 ici, ici). Ces mobilisations ont abouti à un blocage de six mois de l’exploitation (qui aurait repris en mai 2013: ici), ce qui entraîné des pertes de 300.000 DT par jour selon un observateur. On comprend que la STEG, dans ce contexte, se soit préoccupée de comprendre les causes de cette mobilisation. Un compte rendu d’une séance concertation/information/débat avec les personnes concernées qui s’est tenu à Tunis en janvier 2012 (dont la présence sur internet -deux documents PDF synthèseet questions et réponses-, même si elle n’était pas balisée à partir du site de la STEG, témoigne d’un souci de communication nouveau en Tunisie) témoigne de ces difficultés et montre une prise de conscience d’un déficit de concertation et d’information – tout en s’en tenant pour l’essentiel au cadre d’action existant. C’est dans ce contexte que j’ai profité d’un séjour en Tunisie pour des enquêtes consacrées justement aux nouveaux collectifs de la transition énergétique, pour effectuer une visite de terrain sur place, avec l’aide efficace de Sameh Amouneh, étudiante en géographie à l’Université de Sfax, que je remercie, complétée par quelques entretiens à Tunis. Les éléments présentés ici ne constituent qu’une approche superficielle dont l’approfondissement serait nécessaire, tant pour établir la chronologie précise des mouvements de protestation que pour comprendre les enjeux socio-économiques de cette région)1.

La visite de terrain

Nous nous sommes rendus dans deux villages concernés par ces projets d’éoliennes, entre El Alia et Metline. Une partie des éoliennes n’est pas encore en fonctionnement. Nous nous arrêtons un long moment à Si di Ali Chebab, où nous discutons notamment avec le délégué (omda) du village, Ali, un homme jeune et affable.

Un premier motif de contestation est la question de l’emploi, comme dans de nombreuses régions de Tunisie, où se sont multipliées les revendications sur ce sujet. Le projet a été mené par une entreprise espagnole et des entreprises sous-traitantes tunisiennes qui ont amené leurs ouvriers et embauché environ 80 personnes qui ont été mise au chômage à la fin du projet. Dans cette région agricole, les hommes qui le peuvent investissent dans des camions et deviennent chauffeurs mais le demande de travail est forte. Ces travailleurs mis en chômage ont revendiqué, à la fin des travaux et après la révolution, leur embauche par la STEG, demande qui n’a pas été satisfaite. Seuls, quelques employés (il serait une dizaine pour l’ensemble de la centrale) assurent le gardiennage du site. Il est possible que les incendies de deux éoliennes aient été le fait ces manifestants. L’hypothèse que ces faits résulte d’un vandalisme visant à voler les câbles pour les revendre est également une possibilité. En tout cas, aucun présumé coupable n’a été arrêté pour l’instant. Aujourd’hui, une dizaine de personnes travailleraient comme gardiens des sites, sur des contrats qui seraient essentiellement temporaires. Le président de l’association tunisienne pour l’énergie renouvelable, N. Baccari, qui milite pour la promotion de cette forme d’énergie, est conscient que ce type d’installation ne fournit pas beaucoup d’emploi : 2 ou 3 par mégawatt en moyenne. Pour lui, il est nécessaire de bien informer à l’avance les habitants des possibilités d’emploi (et de leur limites) pour ne pas créer de faux espoirs et il pense dans ce cas, l’installation n’a pas été suffisamment préparée avec les habitants.

une éolienne beaucoup trop proche des habitations à Sidi Abdel Aziz dans la localité de Metline.

Une éolienne beaucoup trop proche des habitations à Sidi Abdel Aziz dans la localité de Metline.

La contestation du projet dans la région s’alimente aussi par le sentiment d’un dédommagement pour l’utilisation des parcelles trop bas. Le omda indique que pour le terrain requis pour chaque éolienne dans son village, le prix de location longue durée a été d’environ 1 M DT. Les terrains semblent avoir été réquisitionnés autoritairement quoique certains villageois ont eu la possibilité de refuser, comme le père de notre interlocuteur. Ils ont du néanmoins accepter des servitudes de passage pour les routes d’exploitation. Après la révolution, les prix ont été plus élevés. Le propriétaire du terrain où est construit la station a perçu 15 M DT. Dans d’autres villages, de semblables inégalités sont mentionnées. Plusieurs procès ont été intenté contre ces prix, avant comme après la révolution, mais sans résultat apparemment.

Un autre motif de protestation est le bruit des éoliennes lorsqu’elles sont implantées trop près des habitations, comme c’est le cas dans ce hameau proche de Metline (photo). Ce point est également reconnu comme problématique par le président de l’association tunisienne pour le développement renouvelable.

La route qui mène aux éoliennes dans le village de Sidi Ali Chebab n'a pas été entièrement refaite après qu'une tranchée destinée aux cables a été creusée.

La route qui mène aux éoliennes dans le village de Sidi Ali Chebab n’a pas été entièrement refaite après qu’une tranchée destinée aux cables a été creusée.

Un autre motif d’insatisfaction vient des conséquences des travaux dans le village de Sidi Ali Chebab : le passage des engins a causé d’importants désagréments. Les habitants ont fait pression (sit-in, grève) pour que les câbles passant dans le village soient enterrés alors qu’au départ, ils devaient être suspendus. Ils se plaignent d’une profusion de fil et craignent les effets des rayonnements.  Le problème est que la route réalisée une fois les câbles enterrés est mal finie, et qu’une section est du reste restée en l’état parce que le budget était terminé (photo). Un autre motif d’insatisfaction contre la STEG est que l’éclairage public concédé en contrepartie des protestation est en panne dans le village, alors que la station et les éoliennes ont la lumière. La STEG a donné des ampoules mais il semble que la grue pour les installer ne fonctionne pas, d’où la colère des habitants.

Développement et démocratie locale : les impensés de la transition énergétique

Plus globalement, les désagréments liés au chantier posent la question des bénéfices socio-économiques d’un tel projet. La fiscalité tunisienne locale ne semble pas permettre le versement de recette fiscale à la municipalité, puisque la STEG paie ce type d’impôt à son siège de Tunis. Le président de l’association tunisienne de l’énergie éolienne reconnaît cette lacune mais souligne la nécessité, pour les gestionnaires de projet comme celui-ci, de contribuer au développement social à travers par exemples la construction d’écoles ou de garderie. C’est de cette manière que procèdent par exemple les cimenteries. On peut se demander si ce type d’intervention est à la hauteur des enjeux. Une demande des habitants serait par exemple d’avoir un quota d’électricité gratuite, ce que la STEG refuse au nom de l’égalité des consommateurs. Le discours de la STEG (cf. le compte rendu de la séance de concertation / information) est typique d’une appréhension de l’intérêt général à l’échelle de la nation (l’amélioration globale de la production électrique) et d’une absence de prise en considération de l’échelon régional et des enjeux de développement local.

A la fin du projet (il y a un an environ), une somptueuse inauguration a eu lieu, en présence des ambassadeurs de Tchéquie et d’Espagne. Mais le omda fait part du mécontentement des habitants qui n’ont pu donné leur avis avant le projet, et qui auraient voulu que ce soit le cas. L’exemple illustre parfaitement l’absence de démocratie locale et la non association des habitants au décision. Le nouveau cours politique de la Tunisie a donné à ces frustrations l’occasion de s’exprimer avec force – mais pour l’instant sans grand effet. Il ne semble pas en effet que les projets de révision en cours de la législation prévoient la modification des procédures d’autorisation pour mieux y associer les habitants, ou l’amélioration des bénéfices pour les communautés concernées. Pourtant, si ces questions ne sont pas prises en compte, il y a fort à parier que les futurs chantier de la transition énergétique tunisienne connaissent des troubles équivalents.

Notes _____________________
  1. cette visite a été réalisée dans le cadre des recherches menées dans le programme financé par l’Agence nationale de la Recherche COLLENER : voir ici le site du programme []

2 réflexions au sujet de « Du vent et des protestations dans les collines de Bizerte »

  1. Ping : Tunisie | Pearltrees

  2. Ping : Les enjeux énergétiques au coeur de la (post-)révolution en Tunisie | Rumor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *