Domaine public, espace public et espaces verts : rapports de classe et espace urbain à Beyrouth

De retour d’une dizaine de jours à Beyrouth, je voudrais revenir sur deux questions abordées auparavant sur ce carnet, notamment dans le billet Lutter pour l’espace public : Beirut, the Space In Between Hope and the Public et dans la note de lecture Beyrouth : les nouvelles lignes de front de la recherche urbaine. Mes rencontres et observations sur place me permettent d’y apporter quelques compléments.

Domaine public

Arrivée d’une manifestation des travailleurs pour la hausse des salaires de la fonction publique sur Zaytouna Bay (Photo Marwan Tahtah pour Al Akhbar, 14/3/2013)

Mon arrivée à Beyrouth a coïncidé, jeudi 21 mars, avec la dernière grande journée de mobilisation des fonctionnaires pour obtenir que le projet de loi révisant l’échelle des salaires dans la fonction publique soit transmis au Parlement par le Conseil des ministres. Jusqu’alors, le gouvernement s’y refusait, sous la pression du patronat, bien représenté au sein du même conseil par une pléthore  d’hommes d’affaires, au nom de la catastrophe économique que cela représenterait, à cause notamment des ponctions fiscales à opérer. Ce mouvement des fonctionnaires, auquel se sont joint les enseignants des écoles privés, constitue le plus grand mouvement social de ces dernières années.  Malgré les nombreuses tentatives de le diviser et les menaces contre ses leaders et ses participants, cette vaste mobilisation a battu le pavé depuis plusieurs semaines, perturbant fortement l’enseignement et l’activité administrative. Jeudi, enfin, le Premier ministre, sous la pression de Nabih Berri et de plusieurs politiciens du 8 mars directement exposés aux revendications de plus en plus véhémentes de leurs bases, a cédé et un accord pour financer cette hausse des salaires a été trouvé (voir ici). Le lendemain, le Premier ministre a démissionné, dans une décision qui paraît avoir été longuement murie et préparée (ici une intéressant analyse) – tout a été fait pour que le gouvernement sortant donne au moins l’impression d’avoir écouté et partiellement satisfait les revendications des travailleurs.

Au-delà du caractère exceptionnel de sa mobilisation transcommunautaire et de sa longévité  (dont on pourra se faire une idée à travers la couverture détaillée qu’en a faite al-Akhbar avec ses articles en anglais sous la plume de Mohammad Zbeeb), ce mouvement a ceci d’original que ces revendications et ces propositions financières mettaient en cause les soubassements profonds et tenus dans l’ombre du modèle de développement économique qu’a suivi le Liban depuis les années de reconstruction. Ainsi, les travailleurs et le Comité de coordination syndicale dirigé par Hanna Gharib proposaient de financer la hausse des salaires grâce à des prélèvements fiscaux accrus sur les transactions foncières et immobilières, ainsi que par des amendes et droits augmentés sur les occupations illégales du domaine public (voir notamment cet article) dont on a vu dans le billet précédent qu’elles représentaient un problème structurel et non résolu. Cette volonté de régularisation / pénalisation / taxation était justement déjà un instrument de redressement financier que Georges Corm et ses conseillers (notamment Charbel Nahas) avaient préconisé durant le gouvernement Hoss entre 1998 et 2000 (mon article de cette époque présentait certains enjeux de cette question, mais pas son économie politique). Ce qui s’était soldé par un échec cuisant.

L’issue trouvée à la grève de la fonction publique la semaine dernière, au-delà de la reconnaissance de facto de la légitimité de la demande syndicale, pose toutefois de nombreuses questions pratiques et financières (voir l’article d’Al Akhbar). En particulier, les sources de financement choisies par le gouvernement sont essentiellement des prélèvements pesant sur la consommation des classes moyennes et populaires (TVA des produits “de luxe”, augmentation des timbres fiscaux, etc.). Les hommes politiques impliqués se sont bien gardés d’envisager de taxer les transactions foncières ou de mettre à l’amende les occupants irréguliers des biens-fonds maritimes.1 Au contraire, le journaliste Mohammed Zbeed d’Al Akhbar souligne que les droits d’occupation du domaine publique, déjà faibles quand ils existent (voir le cas de Zaytouna Bay, dont le loyer annuel d’occupation du domaine public est de 1,67/m²! ) ont été réduits dans la proposition de loi en question ! Lequel projet inclut en revanche un très controversé amendement à la loi de la construction, prévoyant que les bâtiments verts auront le droit de construire un étage supplémentaire. Les promoteurs n’ont pas perdu le nord, et font feu de tout bois! Une pétition lancée contre cette disposition a déjà recueilli plus de 1000 signatures (voir l’article de Rana Andraos dans L’Orient-Le Jour).

Au total, la démission de Mikati et la chute du gouvernement font du projet de hausse de salaire pour les fonctionnaires comme des malignes propositions destinées à assurer son financement des projets morts-nés. Malgré les turbulences politiques actuelles, locales et internationales, la mobilisation va-elle se poursuivre ? Toute cette controverse illustre en tout cas les liens étroits entre les rapports de classe, les luttes sociales et les formes du développement urbain au Liban.

Solidere, l’espace public et les espaces verts

corniche11 (Copier)

Un petit port de pêche aménagé en bordure de la corniche à Beyrouth

Toujours en écho à ce billet sur la campagne de défense des espaces publics au Liban et à Beyrouth, voici encore quelques réflexions en passant sur les mutations et les constantes du phénomène Solidere.

J’ai eu le plaisir de beaucoup marcher sur la corniche  durant ce séjour. Cette longue promenade, très prisée des Beyrouthins, constitue pratiquement le seul espace public de la ville, en bordure de la mer. Elle a subi au fil des ans de nombreux empiétements par divers équipements, plages et bains privés d’hôtels ou d’établissements balnéaires, phare “traditionnel” reconstruit ici après que le véritable phare ancien de la ville a été placé sous un boisseau de constructions inélégantes en bordure de Ras Beyrouth, ou ports de pêche offerts en compensation à des pêcheurs expulsés de leurs criques habituelles… Ces derniers jours, on y ressentait particulièrement les effets de la crise syrienne : de nombreuses familles de réfugiés y cherchent un peu d’air et de calme et fuient pour un instant les locaux étroits qu’ils occupent de par la ville ; des mendiants ou de jeunes cireurs de chaussures désemparés offrent désespérément et parfois agressivement leurs services.

L’un des enjeux de la reconstruction du centre-ville était de permettre au public l’accès au front de mer. Mais la manière dont Solidere a procédé a gravement compromis cette ambition. Lorsqu’on se dirige d’Aïn al-Mreisseh vers le centre-ville, une série de constructions et établissements balnéaires occupent l’espace maritime, et ce depuis bien avant la guerre. Du côté de l’avenue, ils offrent un spectacle hétéroclite, décati et pitoyable. De surcroît, dans cette partie et jusqu’au Saint-Georges, les trottoirs sont accaparés par les voituriers des restaurants et hôtels alentour, de sorte que la promenade est impossible. Ces occupations de trottoirs sont bien sûr illégales mais on peut se demander si elles ne pas volontiers tolérées, voire même organisées, pour interrompre justement la liaison piétonne vers les nouveaux espaces “publics” de Solidere.

La corniche au niveau du Saint Georges. Image rebloguée depuis (c) Blog Baladi (17 sept 2011)

Devant le Saint-Georges, une statue de Rafiq Hariri, au centre d’un petit square, fait face au Saint Georges dont la façade encore ruinée arbore une immense affiche “Stop Solidere”, rappel du conflit toujours ouvert entre le propriétaire de cet hôtel et Solidere. Le gouvernement a repris au premier la concession de la marina pour la confier (avec une très grand élargissement) au second. Le Saint Georges n’exploite plus qu’une “plage” constituée d’une piscine et d’un solarium. En saison, ces espaces sont protégés par des bâches de sorte que le passant n’a pas accès, même visuellement, à la mer.

zaytounabay-rec-redUn peu plus loin, le trottoir permet d’accéder, en contrebas, à la promenade de Zaytouna Bay qui longe la marina. Depuis un plus d’un an, de nombreux restaurants y ont ouvert. Il s’agit d’un espace du dernier chic et il connaît un succès certain. Cependant, il est clair que ces établissements sont destinés à une clientèle aisée. Par ailleurs, les conduites sur la promenade sont très encadrées, comme le montrent les pictogrammes ci-dessous. Pas question de manger des graines, d’installer son narguileh ou d’écouter de la musique populaire, comme le font les gens du côté d’Aïn el-Mreisseh. Des vigiles sont là pour recadrer et écarter ces gêneurs de mauvais goût.

zaytounabay-pratiquesinterdites

Zoom : Zaytouna Bay, pratiques interdites

Si l’on prolonge la promenade sur la nouvelle corniche qui ourle le remblai en attente de constructions, on se retrouve entre-soi. Quelques amoureux se hasardent dans cette zone encore peu fréquentée mais déjà bien contrôlée. Si l’on quitte la corniche pour emprunter les rues du centre hérissé de hauts immeubles et dont les vitrines du rez de chaussée arborent des produits de luxe, on se sent bien seul. Peu de piétons, le dimanche ou les jours fériés, quelques courageux et rares cyclistes et des joggers – développement notable des pratiques sportives… On rejoint, plus loin, les “nouveaux souks” où de nombreux cafés accueillent, en ce dimanche, des familles aisées. De nombreux enfants, poursuivis pour leurs nounous éthiopiennes, sri lankaises ou philippines (de moins en moins me semble -t-il), jouent dans les vastes espaces piétonniers : là encore, guère de mixité sociale même si cette animation est réjouissante après tant d’années de vide et de délaissement. Mais que ces espaces sont minéraux, tellement minéraux…

Le schéma directeur vert de Solidere : une politique ambitieuse pour les espaces publics du centre-ville ? in Les espaces publics à Beyrouth : entre spécificités locales et modernisation par SALAMON Joseph – 2004 – Université Lumière Lyon 2

Justement, où sont les espaces verts, et en particulier, ce vaste jardin promis dans les dépliants de Solidere depuis les années de reconstruction ? A son emplacement prévu, juste au dessus de Zaytouna Bay justement, rien qu’un terrain vague sans aucun début de mise en œuvre. Et pourtant, il en faut du temps pour aménager un tel espace… Songeons que depuis 1992, le Bois des Pins est fermé au nom de ce prétexte. Mais ici ce n’est même pas le cas. Selon un ami urbaniste, le PDG de Solidere a ainsi affirmé qu’il n’était pas question d’aménager un jardin pour y voir ensuite des secrétaires venir y manger leur pique-nique. Qu’en disent les autorités publiques, le CDR, qui a porté Solidere sur les fonds baptismaux, et la municipalité, théoriquement en charge de superviser l’aménagement des espaces publics? On peut craindre le pire : n’est-ce pas la même municipalité qui maintient fermé le Bois des Pins pour prévenir “les conduites immorales” (cf. ici) et, à nouveau, se protéger de l’invasion des pauvres. On reste ainsi, des espaces publics aux espaces verts, dans une logique de contention des classes populaires dont il faut surtout éviter le mélange avec les élites dominantes…

Notes _____________________
  1. Selon Charbel Nahas, que j’ai eu la chance de voir le lendemain de cette réunion, une telle pénalisation sera du reste très complexe à mettre en œuvre après plus de trente ans d’occupations illégales, en raison de la difficulté à retrouver les premiers contrevenants, et alors que de nombreuses transactions et divisions de ces propriétés illégales ont eu lieu depuis lors. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

8 réflexions au sujet de « Domaine public, espace public et espaces verts : rapports de classe et espace urbain à Beyrouth »

  1. Bonte Marie

    Bonjour,
    Je partage totalement votre impression – en tant que piétonne uniquement à Beyrouth – sur la portion allant du centre-ville à Aïn el Mreisseh. Cet endroit est désert de piétons, laissé à la surveillance de nombreux vigiles (très méfiants envers les appareils photos) et rend la liaison très pénible… pour arriver, en effet, non loin d’une marina toute neuve avec des espaces vides contrastant totalement avec le bouillonnement de la Corniche (que pourrait-on y faire, à part s’asseoir et se taire?). Ce qui est amusant, c’est l’ambition des aménageurs de Zeituna Bay de faire revivre à la ville son âge d’or (voir la photo prise il y a deux ans), mais la réalité contraste avec le discours des vieux Beyrouthins…

    Sur la Corniche, à noter que la fréquentation par les réfugiés prend de plus en plus un aspect nocturne: on y trouve davantage de calme, de tranquillité voire d’intimité. ..

  2. Ping : Domaine public, espace public et espaces verts : rapports de classe et espace urbain à Beyrouth | Urbanisme | Scoop.it

  3. Vicken

    Très beau “post”, je partage absolument les idées mentionnées dans ce carnet, mais je voudrais quand même insister sur deux points qui me semblent importants à garder toujours en tête, même s’ils relèvent des formalités et qui semblent des constats superficiels et banals de prime abord. Tout d’abord, j’aurais bien aimé que le terme Solidere ne soit plus utilisé comme synonyme du centre-ville de Beyrouth. Solidere, une société foncière (donc privée), a bien défini un périmètre d’intervention (qui correspond ou pas aux limites du centre-ville là c’est une autre question), et a réussi, pendant un certain temps et suivant une stratégie de marketing bien pensée, à pénétrer dans l’inconscient des libanais en « offrant » ces espaces selon une politique que j’appellerais « de saucisson ».
    Le deuxième point qui m’a pris dans ce carnet, c’est de décrire l’affiche « STOP SOLIDERE » à St Georges comme étant l’expression du conflit entre le propriétaire de cet hôtel et la Société foncière. Bien sûr, ce conflit existe depuis plus de 10 ans maintenant, mais ce conflit, à mon avis, est celui qui résume la tension entre les beyrouthins et la logique du développement spéculatif de Beyrouth, sans oublier la tension qui existe entre les différentes formes d’utilisation de l’espace, privé/public.

  4. Eric Verdeil Auteur de l’article

    Merci Vicken de ce commentaire. Je ne pense pas que dans mon post Solidere soit pris comme l’équivalent du centre-ville mais plutôt comme un acteur opérant pour maximiser son profit grâce à ses soutiens politiques et institutionnels.
    Concernant le conflit St Georges / Solidere, je ne suis pas tout à fait d’accord. Le propriétaire du St Georges fait bien sûr partie des particuliers qui ont été spoliés, d’une manière ou d’une autre, par la mise en place du projet Solidere et ses développements (notamment la marina). Il utilise le large réseau des opposants, et leurs ressources de communication, pour défendre son propre objectif. Autrement dit, il surfe sur leur combat (Stop Solidere). Mais au fond, il est lui aussi un acteur de cette fermeture et appropriation privée du littoral. Du reste, en été, quand on passe à côté de la plage du Saint Georges, la vue sur l’eau est bouchée…

  5. Bonte Marie

    Je ne pense pas que la distinction centre-ville/Solidere ait échappé à l’auteur. Cependant, il est intéressant de remarqué que la confusion s’effectue également dans le langage courant ici, ce qui révèle moins une superposition de la zone d’intervention de la société avec les limites du centre-ville que l’expression de la perte d’un espace autrefois partagé et qui aujourd’hui échappe totalement à la population et qui a selon moi un statut “d’enclave”, notamment en ce qui concerne les mobilités, les pratiques et les usages de l’espace…

  6. Vicken

    Oui, je suis tout à fait d’accord que le complexe balnéaire St Georges est lui-même l’un des “utilisateurs illégaux” de l’espace public. Et il y a une sorte de coalition entre acteurs qui, à raison ou à tort, s’est établie. Mais je n’étais pas au courant des vrais motifs de chacun d’eux.
    En tout cas, la thématique de l’utilisation de l’espace public en général, et la dichotomie public/privé est un thème assez délicat dans lequel plusieurs registres s’entremé†lent.

  7. Eric Verdeil Auteur de l’article

    @ Vicken : je ne dis pas que le St Georges est un utilisateur illégal (pas connaissance de son autorisation d’exploitation). Mais c’est une forme d’appropriation privée comme on en voit tant au Liban et qui aliènent l’usage public du domaine public maritime.
    @ Marie : c’est vrai que Solidere est parfois utilisé dans le langage courant mais en concurrence avec d’autres appelations “modernes”, comme Down Town ou “traditionnelles” comme “Al Balad”. Une enquête plus approfondie sur ce point serait intéressante. Ce sont je pense des usages mouvants.

  8. Vicken

    Oui, mais justement j’ai utilisé les ” ” pour décrire cette forme d’appropriation qui, selon différents textes de loi (dont la loi sur l’Environnement 444/2002) est considérée comme illégale, mais que l’Etat permet en contrepartie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">