Le soleil en face : des utopies dont les énergies nouvelles seraient les promesses

A propos de : Gaillard F., 2012, Le soleil en face: rapport sur les calamités de l’industrie solaire et des prétendues énergies alternatives, (Négatif (Montreuil), ISSN 1965-8672). Montreuil, France, L’Échappée, 157 p.

Dans le projet de recherche en cours Collener (Collectifs socio-techniques et transition énergétique), auquel je participe, mes collègues Alain Nadai et Olivier Labussière mettent en garde contre l’idée que la transition énergétique serait porteuse de potentiels, technologiques ou politiques, vecteurs majeurs de changement social. Pour eux, les potentiels et les promesses qui sont souvent attribués à la transition énergétique en cours vers les énergies renouvelables, ne préexistent pas, en soi,  à l’introduction de ces innovations technologiques. La non-réalisation de ces potentiels n’est pas le résultat d’un blocage par des barrières sociétales que la recherche se devrait d’identifier, résistances des habitants ou cupidité des lobbys économiques en place. En fait, le potentiel de ces nouvelles technologies est à construire, par des interactions multiples entre nouvelles technologies et sociétés. L’ouvrage dont il est question ici fournit un cas intéressant pour réfléchir aux promesses et aux déceptions que les énergies alternatives font naître. S’il développe une critique acérée de ces dernières, il n’en reproduit pas moins en même temps un tel schéma de pensée, en postulant le potentiel de libération et de décentralisation politique porté par le solaire – postulat en ce sens que précisément, le livre fait l’impasse de son examen concret dans les quelques cas où son actualisation a(urait) été mise en œuvre ou tenté.

soleil en facePamphlet corrosif, Le soleil en face développe une critique sans concession de l’émergence des énergies renouvelables, et en particulier du solaire. Son titre dénonce l’aveuglement collectif qui nous menace dans la frénésie actuelle pour cette énergie et plus largement les renouvelables. L’ouvrage, édité dans une collection dénommée Négatif, fait suite à d’autres virulentes critiques voyant dans les nouvelles technologies et politiques écologiques des formes nouvelles d’asservissement et de contrainte. Dans un style vif et agréable à lire, d’une ironie grinçante, l’essai est un travail journalistique, basé sur une revue de presse des cinq dernières années, complétées par une documentation technique relativement abondante, des visites de terrain en France, notamment en Isère, et des rencontres avec des acteurs de la filière dont on ne sait pas clairement si elles sont rapportées d’après d’autres sources ou si elle résultent d’une enquête propre de l’auteur. Ce dernier se présente comme un « semi-urbain trentenaire qui peine toujours à trier ses déchets depuis son dernier ouvrage, L’industrie de la contrainte ». Il donne ainsi le ton et se livre en effet à une critique radicale de la transition énergétique telle que pilotée par le complexe scientifico-industriel, et d’une dérive des énergies renouvelables vers un capitalisme vert tout aussi impitoyable et polluant que celui auquel il prétend nous faire échapper. Dans un contexte où les énergies renouvelables bénéficient d’une vision souvent très positive, qu’on pourrait même de techn-optimiste, le propos développé ici soulève des questions nécessaires.

Après une présentation du contexte, marqué par Fukushima et les travaux du GIEC enjoignant l’humanité à lutter contre le changement climatique, l’auteur présente « la prophétie des photons » qui passe en revue les différentes énergies alternatives en s’attardant plus particulièrement sur les différentes technologies solaires, du photovoltaïque au solaire à concentration, en passant par la photosynthèse artificielle. Il met en évidence et dénonce une vision de type magique et, non sans analogie avec la rhétorique justifiant la filière nucléaire, y voit une sorte de culte, avec ses prêtres dont les prêches masquent mal les intérêts et qui donne lieu au déploiement d’une compétition sévère pour l’appropriation des technologies et leur rentabilisation. Il en  critique les effets négatifs (notamment les pollutions et les spéculations à différentes étapes de la chaîne de production : extraction des terres rares, usines infestant leur environnement, sans parler des l’exploitation des travailleurs) et surtout, leur inféodation à l’idéologie de la croissance et l’extension du domaine du profit. En fin de compte, il développe pour le cas français, une intéressante critique des nouveaux collectifs politico-industriels qui pilotent la marche au solaire.

Pour lui, l’échec de la politique solaire (et plus largement renouvelable) française menée sous la présidence Sarkozy doit s’analyser comme une focalisation sur l’aval de la filière, à grand renfort de subventions payées par le contribuable et le client EDF ordinaire. Mais cette politique a négligé l’amont de la filière, où l’industrie française (et plus largement européenne) se faisait tailler des croupières par la montée en puissance des firmes chinoises. D’où le choix fait à partir de 2010-11 de privilégier les technologies de deuxième et troisième génération (PV en couche mince, à concentration, etc.). Cette erreur et ce revirement se traduisent par le sacrifice de toute cette filière aval constitué de petits assembleurs et installateurs, au profit d’une politique plaçant dans le poste de pilotage EDF et sa filiale EDF-Energies nouvelles, le CEA devenu CEA Energies alternatives et de ses diverses ramifications (INES (institut national de l’énergie solaire), et diverses sociétés spécialisées dans les nanotechnologies), autrement dit essentiellement les principaux acteurs étatiques de la politique énergétique. Ce tournant constitue pour lui une recentralisation de la politique solaire, sur le modèle du nucléaire, par les grands opérateurs du secteur.

Une des dimensions intéressantes que souligne cet essai est le caractère localisé de ces intérêts politico-industriels, qu’il illustre à travers l’exemple grenoblois. Ce faisant, le propos évite la dénonciation d’une hydre capitaliste insaisissable, pour exhumer au contraire des logiques d’intérêt historiquement, socialement et géographiquement situées. Depuis la fin du 19e s., Grenoble a été un lieu privilégié d’innovation énergétique, avec la houille blanche, puis autour du nucléaire avec l’installation du CEA en 1956. L’élite urbaine est irriguée de longue date par les représentants des milieux industriels et de l’innovation, notamment le CEA : Hubert Dubedout et Michel Destot sont deux maires issus de cet organisme, tandis que Geneviève Fioraso, l’actuelle ministre de la Recherche, députée de Grenoble et proche collaboratrice de Destot, a occupé des fonctions importantes au sein des entreprises innovantes liées aux nanotechnologies directement impliquées dans le solaire. Ce milieu grenoblois, entre recherche, industrie et politique, n’a pas été directement impliqué dans les péripéties de la politique gouvernementale solaire du gouvernement Fillon, tout en étant en interaction avec lui et EDF – et parfois en tension – concernant la résolution de la crise de Photowatt, la dernière entreprise française productrice de panneaux solaires, détentrice de brevets stratégiques pour l’avenir de la filière.

Cette rhétorique techno-pessimiste se heurte, en dépit de sa force de conviction, à quelques limites et impasses. La puissance des lobbys solaires si fortement dénoncés apparaît parfois surestimée. Ainsi, il s’en est fallu de quelques mois par rapport à l’écriture du livre pour que les prétentions du projet Desertec ne marquent le pas face au désengagement de plusieurs de ses principaux porteurs, comme Siemens. Les réalisations sont rares et se limitent au Maroc. Une meilleure prise en compte des hésitations des groupes impliqués  dans leur stratégie, de même que celle des résistances des groupes nucléaires ou pétroliers auraient été utiles, tout autant que celle des intérêts très puissants et des dépendances au sentier tans technologiques que sociétales qui freinent la transition énergétique du côté des opérateurs et des usagers des énergies carbonées.

L’auteur revendique en conclusion de ne pas défendre de projet alternatif, ni de projet politique tout court, se contentant d’avoir des « rejets » qu’on pourra juger épidermiques, peu constructifs ou parfois à la limite de la mauvaise foi. Il conclut, par une citation de La Rochefoucault : « Le soleil et la mort ne se peuvent regarder fixement » en déclarer que comme ce dernier, son « projet consiste à garder les yeux ouverts ». Mais ce refus de désigner une voie souhaitable ne masque pas certaines options en creux. L’auteur s’inscrit en effet avec virulence contre le modèle du capitalisme technologique et sa frénésie de la croissance, avec ses idoles que sont par exemple la publicité ou les smart-phones  et ce qu’on pourrait appeler une techn-écologie. Ce rejet s’ancre dans une dénonciation politique du modèle centralisé. A l’inverse, le solaire lui apparaissait porteur d’une promesse d’autonomie et de décentralisation – et ce faisant, d’une utopie démocratique. C’est en ce sens qu’on peut voir dans cet essai la reproduction d’une façon de penser qui pose le potentiel comme préexistant à la mise en œuvre concrète de la transition énergétique. Même si ces options politiques restent en creux, on regrette que l’auteur n’analyse pas plus en détail quelques réalisations et expériences où ces promesses auraient pu être mises à l’épreuve. Ainsi un examen plus serré de ce qui s’est joué à Lans-en-Vercors, autre exemple isérois où un collectif d’habitants a fait échouer un projet de centrale photovoltaïque en forêt pour ensuite agréer un programme photovoltaïque intégré dans l’architecture du village, aurait permis de comprendre les ressorts de l’appropriation démocratique du solaire et ses enjeux économiques. La transition énergétique se fait peut être plus en tâtonnant et moins comme le déroulement d’une mécanique annoncée que l’auteur ne veut le faire croire, pour nous faire peur. Il y a peut être encore de la place pour une implication citoyenne dans ces transformations!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *