Lutter pour l’espace public : Beirut, the Space In Between Hope and the Public

Espace public, littoral et contestation urbaine au Liban

Au Liban, depuis les années de reconstruction, la mobilisation pour l’espace public est un vecteur essentiel de la contestation urbaine. Celle-ci vise un pouvoir politique qui cherche à se légitimer par l’urbanisme, tout en faisant de l’urbanisme un instrument d’enrichissement d’une élite privilégiée. Ainsi, dans les années 1990, le débat sur le projet de reconstruction du centre-ville avait mis au centre des questions soulevées la redéfinition de l’espace public dans le projet Solidere. A la même période, l’occupation illégale du littoral et son accaparement pour des usages touristiques élitistes avait suscité également de fortes réactions, à la tête desquelles on trouvait notamment l’Ordre des Ingénieurs alors présidé par Assem Salam qui vient de disparaître. En 1996, un colloque sur cette question avait eu lieu1

Il n’est pas anodin que ce soit justement sur ces thématiques qu’un petit film de protestation civique, intitulé Beirut, the Space In Between Hope and the Public (arabe sous-titré anglais, 9’37”), dénonce à nouveau la situation dramatique des espaces publics à Beyrouth et les politiques publiques qui en sont la cause. Il a été produit par l’association Lebanese Economic Association dans le cadre du projet Why Can’t Lebanon Plan its Cities? avec le soutien financier de la fondation Friedrich Naumann, et l’équipe de réalisation composée de Rami Rajeh, Jawad Chaabane et Abir Saqsok-Sasso.

D’une manière générale, le film montre comment la densification urbaine, conséquence de lois ouvrant de plus en plus de possibilités d’exploitation aux promoteurs, prive la ville d’espaces publics, par exemple d’espace de jeu pour enfants. D’autre part, ces nouvelles constructions se dotent, face à la faillite des services publics comme l’eau potable ou l’électricité, d’équipements privés pour leurs résidents. Ce faisant, ils induisent de fortes nuisances pour le voisinage et pour eux-mêmes (par la pollution de l’air). De plus, on pourrait émettre l’hypothèse que de ce fait, ils se désintéressent de l’amélioration des services publics, et plus globalement du bien public.

Les empiétements sur le littoral sont particulièrement analysés et mis en relation avec une politique encourageant la spéculation immobilière, au nom de la croissance économique et du tourisme. Le film au contraire souligne les effets pernicieux de ces aménagements, qui dégrade l’environnement, tue la vie sous-marine et prive certaines communautés de leur gagne-pain, comme les pêcheurs. Sur ce thème, ce film prolonge, d’ailleurs avec certains des mêmes acteurs, une campagne lancée durant l’été 2012. Ces derniers mois, le journal Al Akhbar, très engagé dans la dénonciation des politiques urbaines au Liban, a publié plusieurs articles intéressants sur le même sujet, montrant comment Solidere accapare – illégalement ou par dérogation spéciale aux lois communes – le littoral et l’espace public pour son exploitation commerciale. De même, une série d’articles a montré l’accaparement du littoral dans les différentes régions du Liban et comment le gouvernement envisageait de régulariser cette situation en échange de taxes assez faibles (cf. liste des liens ci-dessous).

Le film aborde un autre espace public emblématique, le parc de Beyrouth, un grand espace vert de 17 ha, dont la réhabilitation est financée par la Région Ile-de-France depuis 1992 mais qui reste fermé au public. Le maire de Beyrouth s’en justifie dans ce film, disant craindre l’invasion de fumeurs de narguileh et autres pratiques immorales (!)…

Les formes renouvelées du militantisme urbanistique

Si les thèmes abordés dans ce film ne sont pas nouveaux, le canal utilisé par ses auteurs et l’identité des personnes qui interviennent soulignent les recompositions des rôles et des modes d’action des urbanistes et autres intellectuels libanais dans le débat public. L’association Lebanese Economic Association, animée par des universitaires de l’AUB, se donne pour projet de contribuer au débat public en fournissant notamment des données aux habitants. Dans ce film, elle donne aussi la parole à des universitaires confirmés (Mona Fawaz) ou plus jeunes (Abir Saksok-Sasso), ou à des experts plus habitués aux rapports techniques mais aussi connus pour leur engagement à gauche (comme Kamal Hamdan)… une partie d’entre eux sont justement impliqués dans de nouvelles formes de contestation qui passe par la médiation vers le public, à l’instar les activistes mobilisés pour l’ouverture du Bois des Pins, en partie eux-aussi issus de l’AUB, et qui mêlent dans leur registre d’action, intervention artistique, activisme et travail académique. Le livre At the Edge of the City. Reinhabiting Public Space Toward the Recovery of Beirut’s Horsh Al-Sanawbar, que j’ai analysé dans un article de Métropolitiques, illustre bien ce mélange des modes d’expression, où l’écrit universitaire croise la vidéo et le happening. Ces mêmes groupes se sont également fortement mobilisés après la guerre de 2006, portant des projets alternatifs autour de la question du patrimoine ou d’un urbanisme moins dense (voir cet autre article de Métropolitiques).

Loin des formes classiques d’un militantisme expert tourné vers le politique et cherchant à infléchir ses décisions par l’intervention technique et un lobbying ciblé vers les décideurs, l’usage de cette vidéo, comme ces autres formes d’intervention rappelées ici, témoigne à la fois d’une changement stratégique, visant à sensibiliser le public pour obtenir son adhésion dans une lutte sysiphienne contre l’hydre affairiste qui gouverne ce pays, et d’une préoccupation politique plus large, plus démocratique, en faisant appel aux savoirs citoyens (et la parole du pêcheur, ici, est emblématique).

Quelques liens pour explorer l’appropriation pivé du littoral et des espaces publics au Liban (tous en 2012)

Aridi: Billions can be collected from properties | Business , Lebanon | THE DAILY STAR
Hariri Buys Ramlet al-Bayda Beach, in Al Akhbar English

A titre comparatif, pour voir que la manière dont la question de l’occupation du littoral libanais a peu changé, notamment sur la fiscalisation-régularisation des infractions, cf. un article écrit en 1999 :

Verdeil Eric, 2002, « Entre guerre et reconstruction, remblais et empiétements littoraux à Beyrouth », in Goeldner L., Velut S., Yellès-Baron N. (coord.), Le littoral. Mélanges en hommage à Fernand Verger , Paris, Presses de l’Ecole Normale Supérieure, pp.321-337.(version d’auteur)
Notes _____________________
  1. Voir Le littoral Libanais : quel avenir ?, actes du colloque organisé par l’Ordre des Ingénieurs et Architectes de Beyrouth, le 16 mai 1996, préparé par M. Abu Khalil et J. Tabet []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

2 réflexions au sujet de « Lutter pour l’espace public : Beirut, the Space In Between Hope and the Public »

  1. Ping : Domaine public, espace public et espaces verts : rapports de classe et espace urbain à Beyrouth | Rumor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">