Fabrique des gouvernements urbains en régime autoritaire. Le cas de la réforme de la gestion des déchets ménagers en Egypte

Une rue de Manchiet Nasr, au Caire, le principal quartier des chiffonniers. Photo E. Verdeil, nov. 2012

Je suis très heureux d'annoncer la soutenance de thèse de doctorat de Lise Debout, qui aura lieu le 22 novembre à l'Institut d'urbanisme de Lyon, 14 av. Berthelot, Lyon 7e arrondissement, salle 101. La soutenance est publique.

Titre de la thèse : Fabrique des gouvernements urbains en régime autoritaire. Le cas de la réforme de la gestion des déchets ménagers en Egypte

Le jury est constitué de Sarah Ben Néfissa, IRD, Le Caire (rapporteur), Sylvy Jaglin, Université Paris-Est Marne la Vallée (rapporteur), Marc Lavergne, CNRS, Lyon (GREMMO), Franck Scherrer Université de Montréal (directeur), Eric Verdeil (co-directeur).

 Résumé

Cette recherche s’inscrit au croisement de deux problématiques des études urbaines : le gouvernement urbain et les services publics en réseau. Elle étudie le cas de la gestion des déchets ménagers en Égypte à travers trois études de cas (Le Caire, Giza et Alexandrie) où la délégation du service à des entreprises européennes a transformé la gestion urbaine. Avant les Révoltes, l’Égypte, malgré des réformes de libéralisation économique et politique de façade, était demeurée un régime autoritaire et centralisé. Dans ce contexte d’une absence a priori de gouvernement urbain, comment assurer l’adaptation locale et la réponse aux besoins locaux d’une politique publique ? Proposant une grille de lecture du gouvernement urbain, nous étudions sa formation et/ou transformation et les conditions de la territorialisation des politiques publiques à travers la réforme de la gestion des déchets. Définissant ce service public comme « réseau mou », nous postulons qu’il a des caractéristiques propres à modeler le gouvernement urbain dans sa dimension institutionnelle et horizontale. Trois résultats peuvent être tirés de cette recherche. Tout d’abord, si l’État, pendant le processus de réforme, jouait un rôle central, une partie du service lui échappe dans l’implantation de la politique. Deuxièmement, ce réseau « mou » peut atteindre des objectifs de service public au même titre que les réseaux « durs » traditionnels (eau, assainissement, etc.) dans le cadre. Troisièmement, que y compris dans un régime autoritaire, ce service public particulier, a stimulé la formation de gouvernements urbains dans une forme d’autonomie vis-à-vis de l’État.

Mots clefs : Réseau ; gouvernement urbain ; Égypte ; régimes autoritaires ; service public ; déchets.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Une réflexion au sujet de « Fabrique des gouvernements urbains en régime autoritaire. Le cas de la réforme de la gestion des déchets ménagers en Egypte »

  1. Jimmy

    Bravo à Lise Debout pour une thèse qui, j'en suis sûr, est excellente quand on connait l'ampleur de son investissement sur le terrain et sa connaissance profonde des réalités des processus qu'elle décrit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">