Kurdistan(s) : la préfiguration d’une nouvelle carte du Moyen-Orient?

L’autonomisation récente des régions kurdes de Syrie, abandonnées (en apparence en tout cas) par l’armée syrienne, après des années d’autonomisation du Kurdistan d’Irak (KRG : Kurdistan Regional Government), représente-t-elle une première étape d’une reconfiguration majeure de la carte du Moyen-Orient? Ce n’est l’objectif de ce billet que de répondre à cette question mais de signaler, autour de ces transformations, une multiplicité de réflexions et de débats, non seulement dans les milieux politiques concernés et dans la presse internationale mais également parmi les chercheurs.

L’utopie d’un grand Kurdistan

Le New York Times publie ainsi ce week-end un article analysant l’évolution de la région kurde syrienne et la manière dont les partis kurdes présents sur place s’organisent pour pérenniser la situation. L’article est accompagné d’une magnifique représentation cartographique du Kurdistan, de celles qu’on peut qualifier de performatives au sens où par le seul fait d’exister, elle commence à donner à l’objet représenté une réalité qu’il est loin d’avoir. La traduction récente en français du roman Les Plumes (qui date de 1988, bien avant l’émergence du KRG), du grand écrivain kurde syrien Salim Barakat, offre une illustration de l’utopie kurde et de ses impasses, dans un récit plein d’amertume et traversé par une absurdité tragique. On peut notamment s’interroger sur le fait que cette carte représente dans la même couleur cet ensemble, alors que la situation politique de ses différentes composantes est extrêmement diverse et qu’au fond, rien ne dit que les acteurs kurdes eux-mêmes souhaitent se lancer dans l’aventure d’un grand Kurdistan1). A cet égard, je renvoie à une analyse sur le blog Syria Comment tenu par l’universitaire américain spécialiste de la Syrie Joshua Landis, à propos des stratégies d’Assad à l’égard de l’évolution du Kurdistan syrien. Elle s’y prolonge par un débat avec un commentateur familier de l’Irak, qui met en avant la stratégie du gouvernement irakien dominé par les chiites de Nuri al-Maliki. Il en ressort en particulier l’idée que pour les dirigeants du Kurdistan irakien, se lancer dans l’aventure d’un grand Kurdistan serait suicidaire car cela provoquerait en réaction une réaction turque risquant de faire avorter l’expérience du Kurdistan irakien autonome.

Un colloque sur le Kurdistan d’Irak à Lyon

Photographie de l’affiche du colloque sur le Kurdistan d’Irak (source : GREMMO)

C’est dans ce contexte qu’il faut signaler l’initiative très bienvenue du GREMMO et de l’IFPO, avec les géographes Fabrice Balanche et Cyril Roussel, qui organisent cette semaine à Lyon un grand colloque intitulé « Le Kurdistan d’Irak. Une entité en construction ». En voici l’argumentaire :

Le Nord de l’Irak vit, depuis 2003, une phase de développement économique sans précédent. Il est pris dans de nouvelles dynamiques : enjeux pétroliers, enjeux frontaliers, recherche de reconquête des espaces ruraux et agraires, mise en réseau des centres urbains dans une économie régionale/mondiale, développement économique sans précédent, accueil des populations réfugiées ou déplacées, etc. Cette région n’est plus un espace autarcique et témoigne des évolutions en cours dans un Moyen-Orient devenu instable et de plus en plus interdépendant. Mais surtout, les régions peuplées en grande partie de Kurdes, au Nord du pays, connaissent un processus de construction et d’autonomisation politique qui n’est pas sans effets sur la production de l’espace. Les géographes et politologues que nous sommes ne peuvent rester en dehors des enjeux politiques, économiques, régionaux – qui se trament dans cette région à la frontière des principales puissances régionales que sont la Turquie, l’Iran et la Syrie. Ils se doivent d’apporter leur contribution par le biais de l’analyse spatiale et politique. Ici se jouent les luttes d’influences entre puissances régionales et certainement les conflits à venir, dans un contexte marqué par le retrait des troupes américaines, le devenir de la Syrie et le rôle accru de l’Iran, de la Turquie et des monarchies du Golfe.

Il se tient à la Maison de l’Orient les 2 et 3 octobre et l’entrée est libre. Le programme est consultable ici.

Vers une partition de la Syrie?

Ces réflexions sur le(s) Kurdistan(s), que ce soit sur le versant syrien ou le versant irakien, s’inscrivent dans un contexte géopolitique de crise et de bouleversement des équilibres politiques non seulement de la Syrie ravagée par une violence dramatique (notamment, aujourd’hui même,  l’incendie des souks de la vieille ville d’Alep, cette merveille. Quelle immense tristesse devant ces destructions et ce carnage, ces morts et ces blessés!), mais aussi à l’échelle régionale. Le scénario d’une implosion de la Syrie est ainsi de plus en plus discuté dans la presse française, comme ce week-end dans Libération, sous les plumes de Hala Kodmani (« Syrie: nous, alaouites, allons être tués deux fois« ) et de Jean-Pierre Perrin (« Les enjeux d’un découpage confessionnel« ) (accès payant). L’ignoble terme d’Alaouistan est même énoncé par certains pour évoquer la constitution d’un « réduit alaouite ».

Fabrice Balanche, dans un parallèle qui n’est pas sans raisons entre la Syrie et la Yougoslavie, évoque cette hypothèse avec constance depuis sa thèse La région alaouite et le pouvoir syrien soutenue en 2000 et publiée en 2006. Il lui donne une nouvelle dimension dans un article (consultable sur Academia) paru ce mois-ci dans le n°58 de Diplomatie. La carte qu’il propose articule « réduits communautaires » alaouite, druze et ismaélien (région de Salamieh dans la steppe centrale) et une grande bande de la Maamoura, la Syrie utile de l’agriculture sèche, la vallée de l’Euphrate et une partie de la Jezireh, ensemble sunnite hostile au régime, tandis que dans le nord, des zones kurdes s’autonomisent. Un tel scénario pose toutefois plusieurs questions, à commencer par le devenir des villes où vivent des Syriens de plusieurs communautés, sans oublier la question de la viabilité économique et en équipement de ces entités.

Un tel scénario est contesté par d’autres chercheurs. Certains, comme Leila Vignal (Syrie : anatomie d’une révolution) ou Jean-Pierre Filiu (La société tient bon face à l’Etat de Barbarie), soulignent que la Syrie révolutionnaire n’est pas en voie d’éclatement et lisent plutôt dans le processus actuel l’émergence d’une Syrie tournant le dos à ses lignes de clivage confessionnelles malgré les tentatives du régime de jouer sur ce terrain. Selon Jean-Pierre Filiu :

Nous assistons à rien de moins qu’une recomposition par le bas d’un pays qui a toujours été construit, gouverné, voire pillé, par le haut. C’est une ré-vo-lu-tion, un renversement de perspective dont nous aurons du mal à appréhender toutes les conséquences avant longtemps. Elle a été rendue possible parce que la société syrienne, entre autres dans ces villes moyennes qui ont porté la vague révolutionnaire, a tenu bon sous les coups de l’Etat de barbarie. C’est la solidarité horizontale entre ces communautés locales qui neutralise la répression infligée par un pouvoir pensé comme inaccessible.

Joshua Landis ne croit pas non plus à un évolution vers un démembrement en régions autonomes voire indépendantes. La discussion se focalise sur la région alaouite, symbole du pouvoir des Assad et dont l’évolution est vue comme l’étalon du futur de la Syrie. Landis est sceptique sur la constitution d’un Etat alaouite non seulement pour les mêmes raisons pratiques s’y opposant que celles que j’ai soulevées ci-dessus mais aussi le fait que selon lui, les Assad n’ont jamais préparé une telle issue, par exemple par des institutions vantant une culture alaouite différente (Five Reasons Why There Will Not Be an Alawite State). Au contraire, selon lui, Hafez el-Assad n’a eu de cesse que de proclamer sa volonté d »intégration des alaouites dans l’ensemble national syrien et en tant que musulmans de plein exercice, et non pas des minoritaires.

Dans une intéressante analyse  publiée sur le blog d’Ignace Leverrier, Un œil sur la Syrie, la dite Zénobie s’interroge également sur la réémergence de l’Etat alaouite et se demande jusqu’à quel point il faut y voir une remontée de l’histoire. Elle montre ce que cette thématique d’un Etat alaouite doit aux actions du Mandat français, tout à son obsession divisionniste et marqué par les discours orientalistes lisant le Levant au prisme communautaire (j’ai abordé ces questions ici). Elle nuance le point de vue évoqué ci-dessus de J. Landis concernant le discours de Hafez el-Assad sur l’intégration des alaouites dans l’ensemble syrien et musulman en notant que la pratique ne fut pas toujours conforme à ce discours, et alla même le plus souvent en sens contraire. Plus généralement, elle conclut en observant que jamais dans l’histoire du Proche-Orient, les tentatives d’organisation d’Etats monoconfessionnels n’ont jamais été couronné de succès.

Le scénario d’une longue transition marquée par la décomposition progressive de l’Etat syrien et la perte de contrôle par le régime d’Assad de régions entières (nous y sommes) ne préfigure pas nécessairement une recomposition marquée par l’avènement de nouveaux Etats. Cette évolution est compatible avec la coexistence durable de régions tenues par des groupes aux allégeances diverses, plus ou moins liés à des puissances étrangères, mais sans institutionnalisation, et sans que l’une ou l’autre ne s’impose aux autres (voir par exemple J. Landis : Will Syria Remain Fragmented for Years?). Fabrice Balanche, tout en durcissant le trait sur la tentative de constitution d’un Etat alaouite, ne dit pas vraiment autre chose. Un scénario à la libanaise, donc, sauf à imaginer une intervention étrangère directe qui paraît actuellement bien improbable. Rien de tout cela, hélas, n’est de nature à nous réjouir.

Notes _____________________
  1. Rajout tardif le 12/1/2013 : je renvoie sur cette question au très bon article de Pérouse J.-F., 2011, Le Kurdistan au-delà du territoire et de l’ethnie, Grande Europe / La Documentation française, n°28, <en ligne > (consultation le 12 janvier 2013 []

8 réflexions au sujet de « Kurdistan(s) : la préfiguration d’une nouvelle carte du Moyen-Orient? »

  1. Ping : Kurdistan(s) : la préfiguration d’une nouvelle carte du Moyen-Orient ? « Actualités Alternatives « Je veux de l'info

  2. Ping : Kurdistan(s) : la préfiguration d’une nouvelle carte du Moyen-Orient? | Rumor | Frontières et espaces frontaliers dans le monde. | Scoop.it

  3. Ping : Les réfugiés syriens en Jordanie : compte rendu de l’intervention de Cyril Roussel | Proche-Orient et crise syrienne

  4. Ping : Les réfugiés syriens en Jordanie: compte rendu de l’intervention de Cyril Roussel | Vivre ensemble

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *