Géographie parallèle, exposition d’une œuvre commune de Marc Jurt et Michel Butor

Suivant l’injonction de Thierry Joliveau sur le site (e)space&fiction, je suis allé aujourd’hui voir l’exposition Géographie parallèle au musée de l’Imprimerie de Lyon (voir le dossier de presse). Y sont exposés cinquante monotypes du graveur et sculpteur suisse Marc Jurt, décédé en 2006, que l’écrivain Michel Butor a titrés et accompagnés de courts textes en prose. Ces estampes prennent pour support des documents cartographiques divers, gravures anciennes, plans de ville, cartes d’état-major et jusqu’à de modernes cartes d’aviation,  qui sont recouverts par des gestes picturaux, découpés,  tamponnés, parfois répliqués comme en miroir – ainsi dans l’affiche de l’exposition, l’œuvre « Papillon rugissant »-, etc. Le texte du Butor prend place en marge ou dans un cartouche, comme un commentaire, mais aussi bien s’insinue au cœur des figures dérivées des cartes. On retrouve ainsi ce mélange intime et consubstantiel du texte et du figuré dont Christian Jacob a montré qu’il est constitutif de la carte qu’il ne faut jamais pas confondre avec une simple image1.

J’ai d’abord été littéralement happé par la lecture des textes de Michel Butor dont j’ignorais la curiosité pour la géographie (moins la géographie des savants que celle de tout un chacun, une géographie voyageuse informée par l’indicateur Chaix, les cartes Michelin, les atlas d’enfants : un instructif entretien de Nathanaël Gobenceaux avec l’écrivain en offre un édifiant aperçu2). Pour lire sa petite écriture serrée et régulière, ou la retranscription en caractères d’imprimerie à côté des œuvres, j’ai du me rapprocher de ces dernières. Il est alors possible d’analyser la matérialité des cartes qui servent de points de départ à Marc Jurt, grâce à quelques toponymes ou à la courbe d’un rivage, à l’allure d’un cours d’eau, d’ancrer ces œuvres dans une géographie réelle. Au contraire, par son choix de titre ou par son propos inspirant, Butor nous en entraîne parfois bien loin, dans des mondes imaginaires et mystérieux où seuls, le rythme et quelques mots évoquent un lien ténu avec la carte point de départ. Ainsi, dans le texte accompagnant « La révélation du saphir », écrit-il : « Reniflements, grondements, froissements de hautes herbes et de palmes se faufilent entre les lignes où les points et accents s’éparpillent en envols d’oiseaux. Le tambour scande la déclamation tandis que trompes et flûtes  prolongent les appels dans la nuit lumineuse où passent les anges pour conduire nos multitudes altérées vers les sources des quatre fleuves arrosant les forêts du savoir de l’émerveillement ». Entendez vous l’Afrique?

D’autres exemples nous ramènent toutefois aux inquiétudes du moment présent : « Tirs de barrage » s’inscrit sur les fragments effacés de la Yougoslavie (l’œuvre commune date de 1994-95); « La ville des lamentations » évoque le lacis des voies devenues toutes douloureuses de Jérusalem, tandis que « La dernière fois » sonne comme le regret inquiet des hallucinations atomiques du temps de la Guerre froide : « La cueillette des champignons est trop dangereuse. Il suffit d’une fausse manœuvre […] Si d’autres veulent nous en acheter, nous ne pouvons les en empêcher; les temps sont durs; et s’ils ne sont pas capable de s’apercevoir qu’ils sont mortels, tant pis pour eux; nous avons d’excellents manuels à leurs disposition. De même, nous mettons au point des bombes, mais c’est pour ne pas les faire éclater […] Alors c’est promis nous ne recommencerons plus. » Ce texte s’inscrit au bas d’une carte lacérée d’une pluie noire, ornée d’un étonnant champignon dont la tête n’ est autre qu’une île du nom de Mururoa.

La force et la séduction de l’écriture de Butor, pour ceux qui font l’effort de la déchiffrer (mêmes les transcriptions en caractères d’imprimerie sont si petites qu’il faut se pencher sur elles), masque dans un premier temps la puissance graphique du travail de Marc Jurt, qui éclate en revanche lorsque l’œil prend dix pas de recul. Le mouvement, la composition, les contrastes de couleur s’expriment alors dans toute leur vigueur mais l’on perd quasiment totalement le sens du matériau cartographique d’origine. Ainsi l’exposition se regarde presque en deux temps – en tout cas est-ce ainsi que je l’ai visitée : d’abord une lecture de près des textes et une archéologie des objets graphiques, puis une prise de vue globale très surprenante par rapport à la première impression.

Le catalogue édité par la Fondation Marc Jurt constitue la précieuse trace de cette remarquable exposition, qui s’achèvera le 14 octobre : courrez-y! même si, comme toujours, il ne s’agit que d’un compromis, où une partie des œuvres (qui atteignent parfois presque le mètre dans leur taille réelle) perd en détails et en finesse.

Voir aussi, sur la même exposition, un texte court et évocateur de  Nadja Pobel pour le Petit journal.

Notes _____________________
  1. Jacob C., 1992, L’empire des cartes : approche théorique de la cartographie à travers l’histoire (Bibliothèque Albin Michel de l’histoire, ISSN 1158-6443). Paris, Albin Michel, 537 p. []
  2. Nathanaël Gobenceaux, « Quelques éclaircissements sur la relation de Michel Butor à la géographie. Entretien avec Michel Butor », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], E-Topiques, mis en ligne le 12 septembre 2007, consulté le 23 septembre 2012. URL : http://cybergeo.revues.org/9952 ; DOI : 10.4000/cybergeo.9952 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *