Sur la confessionnalisation et les autres lectures territoriales de la révolte syrienne (à propos des contributions du GREMMO)

Mes collègues et amis du GREMMO, très réactifs dans les médias français au sujet du suivi de l’évolution du conflit syrien (voir leur rubrique On en parle dans les médias), publient une double tribune dans les pages Rebonds de Libération ce matin 13/6/2012.

Pour Fabrice Balanche, géographe, dans « Syrie : la «Montagne des Kurdes», prochaine zone martyre de la révolte ? »

La «Montagne des Kurdes» (Jebel Akrad) sera-t-elle le lieu du prochain massacre en Syrie ? Avec les deux tueries de Houla et de Qoubayr, la communauté internationale a compris que la Syrie était désormais au bord d’une guerre civile généralisée, car plusieurs indices indiquent qu’elles ont des causes communautaires. (en ligne pour les abonnés du journal)

Thierry Boissière, anthropologue,  s’interroge quant à lui sur « Les limites d’une approche confessionnelle de la crise syrienne » :

Sans écarter le risque d’une libanisation du conflit, il convient donc de souligner les limites d’une approche en termes purement confessionnels de celui-ci. La société syrienne a une longue tradition de mixité confessionnelle et a, jusqu’à présent, à peu près résisté aux dangers d’une orientation communautaire du conflit. L’opposition a conscience de ces dangers. A elle maintenant de trouver le langage qui permettrait de rassurer toutes les composantes de la société syrienne, alaouites compris. (en ligne pour les abonnés du journal).

Ce double éclairage a les vertus de la complémentarité. Il reflète aussi deux états d’esprit face aux événements, l’un qui calcule les probabilités de déclenchement du pire (Balanche), l’autre qui s’efforce de voir les dimensions « positives » des noirs événements actuels. Leur juxtaposition peut également se lire comme celle de deux postures scientifiques opposées dans leur lecture des dimensions géographiques et historiques du conflit politique qui traverse aujourd’hui la société syrienne.

Fabrice Balanche, mobilisant une connaissance intime de la région alaouite dont il a arpenté, des années durant, chaque route et chaque place de village, met en avant les dimensions confessionnelles de ce conflit. La révolte syrienne contre le régime de Bachar al-Assad est modelée, pour lui, par la marqueterie fine que compose la distribution géographique des groupes confessionnels (alaouites, chrétiens, sunnites). Dotée d’une forte stabilité à l’échelle du siècle, cette structure détermine la localisation des lignes de front dans l’espace intérieur syrien, dès lors qu’on quitte les grandes villes. Dans ces régions, l’invariance de ces structures spatiales renvoie largement, selon lui, à deux mécanismes : d’une part la manipulation de ces mêmes structures par le régime Assad, qui a joué les localités les unes contre les autres dans la distribution des ressources (emplois publics, investissements, etc.), d’autre part une mémoire des « haines ancestrales » entre groupes communautaires qui leur fait aujourd’hui se serrer les coudes.

J’avoue un certain malaise avec ce deuxième argument, dont l’historien Stefan Winter a récemment démonté la réalité historique dans deux passionnantes interventions au GREMMO justement. Il y montrait que, sous le joug ottoman, les alaouites comme les autres sectes hétérodoxes n’étaient au fond pas traitées différemment d’autres tribus et que de nombreux conflits avec le pouvoir central s’expliquaient en réalité par des différents d’ordre fiscal. C’est relativement récemment, à partir des années 1920, dans le contexte de la création d’un Etat des Alaouites par le colonisateur français, que des clercs alaouites se sont mis à revisiter leur histoire, en centrant leur lecture sur les controverses religieuses comme le faisaient dans le même temps des savants orientalistes.

Ce rapport à la mémoire des conflits religieux comme base des mobilisations actuelles est pourtant traité, par Fabrice Balanche lui-même, d’une manière plus critique dans d’autres textes (comme ici). Je trouve extrêmement dommage qu’il simplifie sur ce point son interprétation dans un texte destiné au grand public. Le risque est justement de « durcir » une interprétation en termes confessionnels qui évidemment se donne à voir et fait sentir ses effets dans le moment présent mais dont il ne faut pas négliger la dimension instrumentale en survalorisant des racines historiques en partie fantasmée ou du moins douteuses.

Sans critiquer son collègue, c’est justement une lecture alternative de la dimension spatiale de la révolte syrienne que suggère Thierry Boissière. Soulignant la diversité des appartenances au sein de la société syrienne, que les dimensions villageoises et communautaires ne résument pas, il invite plutôt à penser les effets de solidarité engendrés par l’expérience commune d’une « géographie héroïque de la révolution », dont il voit une manifestation dans le changement de statut des citadins de Homs (ville qu’il connaît fort bien pour y avoir vécu et en avoir fait le sujet de sa thèse publiée; voir aussi un article récent), naguère moqués de leurs compatriotes comme les Belges le sont en France, et désormais glorifiés comme résistants au régime. Boissière se montre modeste dans son interprétation, présentée comme une possibilité sans préjuger de l’enchainement des événements qui prendront peut être une tournure d’affrontement confessionnel à la libanaise. Mais il note, fait peu souligné dans les médias français, l’importance des manifestations pacifiques qui continuent à se tenir en Syrie. En tout état de cause, pour lui comme pour Fabrice Balanche, on doit reconnaitre la fragilité d’analyses effectuées loin du terrain même si elles sont nourries d’une très profonde connaissance de la société syrienne et alimentée par des contacts maintenus grâce aux réseaux sociaux et au téléphone avec certains informateurs locaux.

Les deux textes laissent dans l’ombre une autre dimension, sans doute centrale dans la tournure des événements : les mutations économiques. C’est un point sur lequel Fabrice Balanche a beaucoup écrit, restituant notamment de manière très convaincante la marginalisation du Proche-Orient et de l’isthme syrien dans l’économie régionale, entre la Turquie d’un côté et le Golfe de l’autre (voir son Atlas du Proche-Orient). Dans des entretiens à la presse, il a récemment souligné que la fermeture des échanges avec la Syrie et l’Europe était compensée par l’ouverture et le développement de relations avec l’Irak et notamment le Kurdistan, ainsi qu’avec l’Iran, qui offrent ainsi une bouffée d’air à l’économie syrienne. Dans le même temps, de nombreux témoignages évoquent la très grande limitation des échanges à l’intérieur du pays en raison de la dégradation de la sécurité sur le réseau routier. Une pénurie d’énergie se fait notamment sentir (par ex. un reportage sur la situation à Alep datant d’il y a quelques mois). Il s’agit là de facteurs majeurs de décomposition du tissu social qui, moins médiatique que les logiques communautaires et l’abominable violence quotidienne, doivent être gardées à l’esprit pour comprendre l’évolution de la situation.

Il est toujours délicat pour des chercheurs de réagir à l’actualité, en particulier lorsqu’elle est si douloureuse. J’ai beaucoup d’admiration pour le choix de mes collègues qui ont choisi d’apporter leurs éclairages à la presse, malgré les limites évidentes dans l’accès à l’information. Cette posture délicate se nourrit de leur remarquable connaissance de la société syrienne. Pour rester pleinement prudents, il me semble nécessaire que les chercheurs objectivent le fait que leurs analyses, certes basées sur une connaissance intime de cette société, reposent sur de constructions hypothétiques et des élaborations conceptuelles, sans masquer les controverses et débats qui sous-tendent leurs travaux. Il convient également de ne pas se laisser enfermer dans un seul registre analytique en suivant la pente médiatique qui fait se télescoper le temps court et spectaculaire de la violence et la durée soit disant immémoriale des sociétés. Chers collègues, une prochaine tribune sur l’économie syrienne?


7 réflexions au sujet de « Sur la confessionnalisation et les autres lectures territoriales de la révolte syrienne (à propos des contributions du GREMMO) »

  1. Bonte Marie

    Bonjour

    à la lecture de votre blog, je suis allée chercher les articles dans Libération.
    Si je partage globalement votre réaction, je m’étonne cependant de la fréquence à laquelle le terme de « libanisation » est employé pour la question syrienne.
    Doit-on considérer cela comme un terme médiatique commode voire simplificateur, ou une clé de lecture pertinente pour certains conflits autres que ceux propres au Liban?

  2. Eric Verdeil Auteur de l’article

    bonjour
    c’est une intéressante question. Qqs éléments de réflexion rapide : Georges Corm avait montré dans son livre L’Europe et l’Orient : de la balkanisation à la libanisation : histoire d’une modernité inaccomplie que tout cela avait un lien fort avec la disparition de la forme Empire, sous sa forme austro-hongroise, ou ottomane, « modèles » de gestion des diversités internes dont l’effondrement entraîne le déchainement des nationalismes, chauvinismes, communautarismes, etc. F Balanche fait régulièrement des analogies entre la Syrie et la Yougoslavie, et on reste dans le même type d’analogie, à la différence qu’on prend alors en compte plus explicitement la question laïc ou séculier (type socialiste) / confessionnel. De ce point de vue, il y a effectivement une distinction à faire avec la libanisation où il n’y a jamais eu d’Etat séculier – même si, en un sens, l’Etat libanais s’est voulu le légataire d’un mode de gestion de la diversité à l’ottomane.
    Une autre lecture de libanisation insisterait sur la dimension géopolitique internationale : l’Etat tampon entre plusieurs forces. Ici, la Syrie semble se retrouver entre de telles forces (USA-UE-Arabie S-Qatar vs Iran/Russie et l’Irak et la Turquie à replacer dans le décor).
    L’analogie a donc ses limites, même si elle n’est pas infondée. A noter qu’on parle bcp aussi d’irakisation pour la Syrie.
    A poursuivre?

  3. Équipe hypotheses.org

    Cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté en prenne plus rapidement connaissance, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypotheses.org.
    En espérant que ce billet suscite une dynamique de commentaires, nous vous remercions pour votre contribution.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

  4. Ping : Kurdistan(s) : la préfiguration d’une nouvelle carte du Moyen-Orient ? « Actualités Alternatives « Je veux de l'info

  5. Ping : Kurdistan(s) : la préfiguration d’une nouvelle carte du Moyen-Orient? | Rumor

  6. Ping : La publication SHS au regard de la publication en sciences dures : spécificité, standardisation et promesses d’avenir | Rumor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *