Le développement du gaz naturel à Istanbul et au Caire

Dans le cadre des recherches que je mène sur la question énergétique en ville, j’ai proposé l’an passé à deux étudiants lyonnais de faire des mémoires de master sur ces thématiques, au sens large à Istanbul et en se focalisant sur le développement du gaz naturel au Caire. Il en est sorti deux excellents travaux (Arik 2011; Markoum 2011), désormais accessibles en ligne sur DUMAS. En attendant un article de synthèse en préparation avec eux, voici quelques remarques transversales sur cette thématique particulière.

La mise en place d’un réseau de gaz naturel dans les deux métropoles

Les raisons de développement des réseaux de gaz naturel sont variées mais on peut distinguer trois types d’enjeux.
Dans une approche géoéconomique, le développement du gaz naturel à Istanbul doit se comprendre à la lumière d’un contexte où la Turquie devient un carrefour important de l’importation du gaz en Europe. Même si la Turquie n’est pas productrice de gaz, la présence de ces réseaux constitue une opportunité d’accès à cette énergie, dans un pays dépendant de l’extérieur même s’il n’est pas dénué de ressources (lignite, hydroélectricité et de plus en plus, éolien). Au Caire, la situation est très différente car l’Egypte est devenue un gros producteur de gaz naturel. Il s’agit justement de profiter de cette manne et de remplacer le gaz de bouteille (gaz de pétrole liquéfié – GPL) principalement utilisé pour la cuisine, largement importé et très subventionné à la consommation par une énergie présente localement, moins onéreuse et ainsi, de diminuer les dépenses publiques consacrées aux subventions.

<p>Omniprésence du charbon à Istanbul, ici dans les quartiers historiques (photos Elvan Arik)</p>

L’argument environnemental n’est pas mobilisé aussi clairement dans les deux cas. A Istanbul et dans d’autres viles turques, le passage au gaz résulte d’une forte mobilisation pour lutter contre la pollution atmosphérique engendrée par la combustion du charbon. En Egypte, si l’argument de l’efficacité énergétique du gaz naturel est parfois mis en avant par la Banque mondiale, il n’est pas du tout repris par les agents sur le terrain. En effet, le combustible gaz naturel vient ici remplacer le GPL, et non des combustibles très polluants comme le charbon.
Ce développement du gaz naturel correspond-il à une pression d’acteurs et d’entreprises privées à la recherche du développement de nouveaux marchés, dans une logique néolibérale? Ce n’est pas évident, puisqu’en Egypte, les entreprises privées ne jouent pas de rôle direct, elles restent sous le contrôle étroit de firmes étatiques. On est plutôt dans une logique de modernisation et de délégation de l’investissement impulsée par l’Etat avec l’appui des institutions internationales. En Turquie, le développement du gaz a commencé avec la municipalité d’Istanbul et se poursuit dans un contexte de privatisation. Toutefois, il est bien certain que dans les deux cas, on assiste avec ces réseaux industriels  à l’extension d’une logique marchande en lien avec le développement de nouvelles formes de consommation.

Les enjeux sociaux du développement du gaz naturel : des réseaux inclusifs ou vecteurs de fragmentation sociale?

Le développement des réseaux et infrastructures de services urbains a été, historiquement et en particulier dans les villes occidentales, un vecteur d’intégration  sociale. L’universalisation des réseaux, et les économies d’échelle qu’elles ont permis, alliés à un contrôle public direct ou indirect (délégation de services, fixation des prix, etc.) ont constitué pour l’eau, l’électricité, le gaz naturel ou encore les transports un puissant facteur d’intégration dans un contexte d’Etat Providence. Mais les politiques à l’œuvre depuis une vingtaine d’années, dans un contexte néolibéral, n’ont-elles pas transformé la signification du développement de ces nouvelles infrastructures que sont les réseaux de gaz naturel dans les villes des pays émergents, dans le sens d’une plus grande fragmentation urbaine?

Pour des raisons de sécurité, l'immeuble de gauche est raccordé au gaz naturel, pas celui de droite (photo Jimmy Markoum)

Au Caire, le discours d’universalisation du réseau est bien présent mais dans la pratique, des contraintes techniques et liées à la morphologie des quartiers empêchent l’extension des réseaux de gaz dans les quartiers les plus pauvres. L’étroitesse des rues dans certains quartiers informels, ou la précarité de leur bâti, empêche les habitants qui le voudraient de s’y raccorder.
Un autre élément qui freine l’universalisation du réseau de gaz, au Caire comme à Istanbul, est le coût du raccordement (en revanche, le coût unitaire du gaz est très avantageux), qui peut représenter (même avec un crédit) une somme trop importante au regard des revenus (souvent variables dans le temps) des habitants. Il convient ici de noter que dans la phase expérimentale (fin des années 1980), qui concernait des secteurs centraux et plutôt aisés du Caire, le coût du raccordement au gaz était presque exclusivement pris en charge par l’Etat. Ainsi, les résidents des secteurs les plus aisés ont bénéficié d’un raccordement presque gratuit quand les plus pauvres doivent aujourd’hui acquitter 2/3 du coût.

Le réseau de gaz naturel s'étend désormais sur la plus grande partie de l'agglomération d'Istanbul, illustrant le volontarisme des autorités et de l'opérateur cherchant à développer le marché du gaz. Mais la disponibilité pratiquement ubiquiste ne signifie pas l'usage généralisé.

Dans les deux villes, on constate donc que le développement du gaz laisse persister voire souligne l’écart entre les secteurs et les populations intégrées et les secteurs marginalisés.

L’articulation entre réseau industriel et réseaux artisanaux et-ou- informels

Le passage à un nouveau réseau énergétique ne se fait donc pas uniformément et laisse une fraction importante de la population à l’écart, sans qu’on puisse prévoir si cette situation tendra à se résorber progressivement ou bien à persister (à la différence de ce à quoi l’on a assisté dans les villes occidentales au cours du vingtième siècle, sous l’effet des politiques intégratrices d’Etat Providence). Dans cette situation, le fait marquant est l’articulation et la coexistence de différents modes d’accès à l’énergie : le mode industriel coexiste avec des formes d’accès informel ou artisanal à l’énergie.
A Istanbul, une partie des ménages  (parfois connectés, parfois non) continuent à consommer du charbon qui est perçu comme peu couteux et auquel ils sont habitués, pour lequel un investissement (le poêle) a été fait. De plus, dans les contextes électoraux, certains (notamment dans les quartiers les plus populaires) reçoivent gratuitement du lignite dans le cadre de distributions gratuites organisées par des associations caritatives proches de l’AKP, dans une relation clairement clientéliste. Ainsi, malgré l’extension rapide et remarquable du réseau de gaz naturel, ce dernier est loin de supplanter le charbon, notamment pour le chauffage en hiver (cf. photo ci-dessus).

La pénurie récurrente de gaz illustre le poids des pratiques informelles dans la distribution (photo J. Markoum)

Au Caire, les systèmes de distribution de bouteille de gaz demeurent en place notamment dans les quartiers non desservis par le réseau mais aussi ailleurs, à destination des ménages qui n’ont pu s’y raccorder. Lors des crises de pénurie, fréquentes notamment en hiver, quand la consommation est dopée par le chauffage et la surconsommation industrielle, les prix montent et les quartiers populaires sont particulièrement touchés. Déjà privés du réseau moderne, ils sont victimes également des défaillances du marché informel des bouteilles de gaz.
Les pratiques informelles, directement liées aux rapports de force politiques ou tolérées par les gouvernants, constituent une part essentielle de l’accès à l’énergie dans le contexte de la transition énergétique en cours dans ces villes. Elles contribuent largement à renforcer les différenciations socio-spatiales existantes.

 Conclusion

Les mutations analysées dans ces deux travaux pleins de qualité soulignent combien la modernisation des services urbains (ici en particulier le passage à un nouveau service en réseau économiquement et techniquement plus rationnel) est loin de produire les effets de développement attendus. Au lieu de produire une homogénéisation de l’espace social via l’universalisation du réseau, cette modernisation en vient au contraire à redoubler, par divers mécanismes propres à chaque situation, les différenciations sociales au sein des deux agglomérations.

Références

Arik Elvan, 2011, Politiques énergétiques et accès aux services urbains en réseau à Istanbul : une ambition métropolitaine au détriment de l’intérêt général, Master 1 Urbanisme, Université Lyon 2, 150 p. < http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00648609/fr/ >

Markoum Jimmy, 2011, Enjeux de la réforme des services urbains. La mise en place d’un réseau de gaz naturel dans la région du Grand Caire, Master 2 Systèmes territoriaux Aide à la décision Développement durable, Lyon, ENS de Lyon, 164 p. < http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00660868 >


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *