La participation aux élections tunisiennes : un regard géographique

Dans un billet du 29 novembre de son carnet La course vers la Maison blanche, intitulé « Démocratie et taux d’abstention » l’américaniste Elisabeth Vallet souligne les ambiguïtés des commentaires sur l’abstention qui caractériserait les élections américaines, souvent estimée à des niveaux d’environ 70%. Ce faible taux est souvent utilisé pour critiquer implicitement la faible représentativité des dirigeants élus dans ce pays. Elle fait observer que, à strictement parler, cette utilisation de la notion d’abstention est infondée car le taux d’abstention désigne le rapport entre le nombre d’inscrits qui n’ont pas voté et le nombre total d’inscrit (soit le complémentaire du taux de participation). Or, dans le cas états-unien, le taux de participation se monte en moyenne à environ 70%, c’est à dire qu’il est tout à fait comparable à ce qu’on observe dans d’autres démocraties occidentales. Ce qui est donc davantage à interroger, c’est donc plutôt la faible proportion des inscrits sur les listes électorales et, en arrière-plan, l’extrême diversité locale des modes d’inscription sur les listes, dont l’imbroglio floridien en 2000 constitue la plus mémorable illustration, comme elle le rappelle. Mais il ne faudrait pour autant pas en conclure à l’absence de vitalité démocratique aux Etats-Unis. Un élément nouveau sera la possibilité désormais offerte du bulletin de vote temporaire (provisional ballot) qui permet à tout électeur qui se présente sans être inscrit de voter. Dans ce contexte, la mesure de la participation par le ratio classique devient plus compliquée.

Ces réflexions m’ont particulièrement frappé à la lecture des débats entourant la publication des résultats des élections tunisiennes du 23 octobre 2011. En effet, à cette occasion, la question de la participation a été fortement mise en avant. La plupart des observateurs notamment internationaux ont vanté une très haute participation, d’un ordre de grandeur de 90% (voir notamment le site FHIMT, dans une infographie du 24 octobre). Ce haut niveau était avancé comme une preuve de la maturité des Tunisiens dans le contexte révolutionnaire. Pour autant, ce point a été relativisé au regard d’un taux d’inscription sur les listes électorales relativement décevant. Cela peut s’expliquer par le fait que le processus d’inscription s’est fait très rapidement, durant l’été 2011 et que, outre, l’inscription sur les listes électorales n’était pas obligatoire pour voter puisque tout électeur en possession de sa carte d’identité le jour du vote pouvait voter (à condition de trouver le bureau de vote idoine). Ce dispositif fait d’ailleurs penser au système du provisional ballot existant aux USA.

Au total, certains observateurs ont avancé un taux de participation de 70%, comme FHIMT dans cette infographie. Cette dernière estimation est toutefois surestimée, comme le révèle un examen détaillé des résultats. Mais cet exercice dévoile surtout beaucoup d’incertitudes dans le mode de calcul selon les sources sur lesquelles on se base (le taux de participation se situant plutôt entre 49,4 et 54,1%(voir ici, p.18 – arabe, partiellement traduit en français). Certains observateurs, comme dans cet article de la Presse de Tunisie, se sont d’ailleurs aussi interrogés sur la définition même de la participation dans les données fournies par l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE). Il me semble que le contexte révolutionnaire tunisien se distingue par la très grande diversité des formes d’engagement politique, forcément variable d’un moment à l’autre de la conjoncture, de la participation aux manifestations, aux sit-in politiques, aux grèves. L’organisation du processus électoral, faisant se succéder une phase d’inscription puis une phase de vote, les deux étant partiellement indépendantes, permet de dépasser l’observation classique de la participation électorale en prenant en compte cette dynamique politique dans ses deux étapes. On peut se demander si le vote, comme moment de participation, confirme un engagement antérieur lors de l’inscription, ou bien s’il représente un rattrapage, une remobilisation après avoir raté (omis) l’étape de l’inscription. Une analyse préliminaire de géographie électorale fournit quelques pistes pour aborder cette question.

Les données disponibles

Pour cette brève analyse, j’utilise les données publiées par l’ISIE à l’échelle des circonscriptions électorales de niveau 1, correspondant aux gouvernorats tunisiens, sauf dans les plus peuplés d’entre eux, divisés en deux (Tunis, Sfax, Nabeul). Je m’intéresse en particulier aux données sur le nombre d’inscrits par circonscription et le nombre de votants. Ces deux données sont elles-mêmes exprimées en rapport à deux modalités d’inscription : les inscrits volontaires, à l’issue d’une phase d’inscription d’environ un mois durant l’été 2011; et les inscrits automatiques, en fonction des données du ministère de l’Intérieur sur la détention de cartes d’identité. On peut noter à ce niveau une divergence avec les estimations de l’Institut national des statistiques, qui fournit des chiffres inférieurs. Toutefois, l’ISIE retient, sans doute pour des raisons opérationnelles, le nombre de porteurs de cartes d’identité1.  On remarque une différence très nette entre les circonscriptions étrangères et les circonscriptions nationales : dans les premières, le nombre de votants parmi les inscrits automatiques est quasiment nul. Comment s’explique cette différence? En tout cas, cela justifie que j’écarte de l’analyse les circonscriptions étrangères.

La diversité des calculs possibles de la participation électorale

L’ISIE distingue les votants selon la nature de leur inscription : votants inscrits volontairement et votants inscrits automatiquement. A partir de ces données, l’instance fournit trois taux de participation : la participation des votants inscrits volontairement (par rapport au nombre d’inscrits), celle des votants inscrits automatique (par rapport au nombre d’inscrits automatiques) et un taux global de participation (par rapport à l’ensemble des votants potentiels, à savoir la somme des inscrits volontaires et des inscrits automatiques).

Calculs des différents taux de participation

Inscrits

Votants

Taux de

participation

rapporté à la

modalité

d’inscription

sur les listes

Taux de

participation

rapporté à la

population en

âge de voter

Taux de

participation

rapporté au

nombre

d’inscrits

volontaires

Volontaires

4123562

3506902

85,05

43,87

85,05

Automatiques

3870322

588737

15,21

7,36

14,28

Total (votants

potentiels)

7993884

4095906

51,24

51,24

99,33

Source : ISIE :http://www.isie.tn/Ar/image.php?id=755 (Chiffres à l’exception des circonscriptions étrangères)

Cette présentation me paraît problématique car elle ne permet pas une comparaison entre ces ratios. Il serait préférable d’exprimer la participation par rapport à une même base, qui peut être soit le nombre de votants potentiels, soit le nombre d’inscrits volontaires. C’est la première option qui a été retenue dans la plupart des analyses, quoique parfois sur la base de chiffres erronés comme dans l’infographie de FHIMT. Cela a l’avantage de renvoyer à la totalité de la population en âge de voter, considérée comme engagée de fait dans l’aventure démocratique qui a commencé lors de la révolte de Mohamed Bouazizi le 17 décembre 2010. Pourtant, l’exemple des Etats-Unis cité en introduction de ce billet souligne le problème de ce postulat, qui sous-estime la diversité des modes d’engagement politique dans la population. De plus, ce postulat néglige l’autre signe d’engagement politique que constitue l’acte de s’être inscrit sur les listes électorales. Il nous paraît au contraire judicieux de prendre celui-ci en compte et de restituer ainsi que le vote est un élément, mais pas le seul, de l’engagement politique. En intégrant dans l’analyse l’indicateur du nombre d’inscrits volontaires sur les listes électorales, on va se donner les moyens de vérifier si cette démarche conditionne l’acte de vote, ou si, au contraire, l’acte de vote en est indépendant.

Approche régionale

Les cartes qui suivent ont été réalisées avec le logiciel Philcarto développé par Philippe Waniez. Elles se basent sur un fonds de carte PDF des circonscriptions tunisiennes disponible en ligne. Pour comparer ces cartes aux grandes structures socio-économiques du pays, on se reporter aux travaux du Collège international des Sciences du Territoire publiés à l’occasion de la révolution. Pour une comparaison avec la géographie électorale des résultats de l’élection constituante, voir le dossier d’El Kasbah sur Facebook, qui constitue une première approche (voir mon commentaire ici).

La proportion des inscrits par rapport à la population en âge de voter est fortement différenciée sur le territoire et varie entre 39,4 et 63,9%, la moyenne se situant à 51,5%. La carte (rouge à jaune) ne révèle pas une structure régionale très évidente à caractériser. Les plus hauts taux d’inscription se situent dans les villes principales (Nabeul, Sfax, Tunis et ses banlieues nord et est, ainsi que Gabès, Tozeur ou Monastir). Ceci pourrait être mis en rapport avec l’idée que les populations plus instruites et mieux intégrées socialement se sont davantage mobilisées. Pour autant, d’autres zones urbaines connaissent des taux moyens voire faibles (comme Sfax 2 ou Tunis 1). Le sud et les régions du Nord-ouest, y compris Bizerte, ont des taux d’inscription volontaire inférieurs à la moyenne (sauf Sidi Bouzid et Kasserine qui se situent juste au dessus). Une analyse à une échelle plus fine pourrait éventuellement rendre compte de cette disparité géographique de la mobilisation que les clivages classiques littoral-intérieur, nord-sud ou urbain-rural n’expliquent pas de manière évidente.

Il faut maintenant mettre cette carte en relation avec celles des votants inscrits volontaires et automatiques. Les inscrits volontaires ont voté dans une proportion moyenne de 85%. Si l’amplitude du vote parmi eux est relativement resserrée (de 76,8 à 89,5%), elle n’en dessine pas moins une structure régionale marquée, qui oppose clairement le littoral (y compris la région de Médenine au Sud mais hormis le gouvernorat de l’Ariana) à l’intérieur, à l’exception des gouvernorats de Tozeur et Kélibi (carte violette).

Le vote des inscrits automatiques (brune) ne constitue qu’une proportion limitée du vote des inscrits volontaires, atteignant au maximum 23,8% à Mahdia. Cette carte fait apparaître une structure assez différente des deux cartes précédentes. L’axe littoral perd sa prééminence en termes de mobilisation, notamment dans les grandes régions urbaines, à l’exception de Tunis 1. On observe en revanche un surcroit de mobilisation que les régions du Sud désertique. Les régions de l’intérieur connaissent quant à elles des situations variables. Au total, le vote des inscrits automatiques constitue-t-il une compensation pour une moindre inscription sur les listes électorales, venant compléter le vote des inscrits volontaires? Cela ne paraît pas du tout être le cas.

La carte (bleue) obtenue lorsqu’on agrège les votes des inscrits volontaires et automatiques montre l’intérêt de considérer ensemble les voix de tous les votants. Dans 12 gouvernorats, la mobilisation des électeurs permet de dépasser le nombre des inscrits volontaires, ce qui se traduit par le fait que les ratios y dépassent les 100%. De ce point de vue, le moment électoral vient bien prolonger la dynamique des mobilisations politiques. En termes géographiques, on retrouve grosso modo une structure opposant zones littorales et intérieur mais brouillée par quelques exceptions (comme Kébili où la mobilisation est forte et Sfax 2 où elle demeure au contraire faible, alors que cette circonscription s’était distinguée par de très forts taux d’inscription).

Une comparaison avec la carte du nombre de votants par rapport à la population en âge de voter fait apparaître une différence sensible et souligne aussi l’intérêt d’utiliser ce ratio. Cette carte (verte) reflète en effet très fortement celle du taux d’inscription et met en avant la zone littorale (notamment les grandes villes) et les deux gouvernorats de Tozeur et Kébili, tandis que les zones intérieures du nord-ouest et du sud apparaissent au contraire en marge de la mobilisation. Cette carte ne permet pas de visualiser la mobilisation propre au moment électoral des populations qui ne s’étaient pas inscrites initialement.

Conclusion

Ce billet part de l ‘idée que dans un contexte politique très dynamique comme l’est le contexte tunisien, la question de la participation est difficile à appréhender avec les concepts habituels de l’analyse électorale. En effet, la participation évolue dans le temps. Le système lui-même offre la possibilité d’un vote sans être inscrit sur les listes électorales. Il est utile de pouvoir analyser ces différentes modalités de participation politique. Pour cela, ramener la participation à un taux unique, calculé en fonction de la population totale, a l’inconvénient d’effacer ces différentes couches et modalités de la participation, quand bien même le surcroit de participation des inscrits automatiques ne représente qu’une fraction mineure du total. D’où l’intérêt des ratios proposés ici, qui permettent d’identifier les régions concernées par ce surcroit de mobilisation. On peut ainsi nuancer l’idée d’une faible mobilisation des zones intérieures et du sud.

Pour prolonger ces analyses, il serait particulièrement intéresser d’identifier les régions les plus concernées par les grèves, les sit-in, et autres formes de mobilisation en lien avec le jeu politique de la révolution tunisienne pour observer dans quelle mesure cela s’articule les formes de la participation politique classique de type électoral.

Notes _____________________
  1. à ce sujet, je ne sais pas si tous les Tunisiens étaient détenteurs d’une carte d’identité ou bien si un processus de délivrance de cartes d’identité parallèle au processus d’inscription a eu lieu. Ce point est à vérifier. []

Une réflexion au sujet de « La participation aux élections tunisiennes : un regard géographique »

  1. Ping : La participation aux élections tunisiennes : un regard géographique (Rumor) | Géographie des élections | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *