Chercheurs et professionnels de l’urbain en dialogue au sud de la Méditerranée

Avec retard, je veux prendre le temps de signaler cet ouvrage édité par Lamia Zaki: L’action urbaine au Maghreb. Enjeux professionnels et politiques. Au nom de l’actualité tout d’abord, car l’article qu’y signe l’urbaniste et sociologue Morched Chabbi (Role et fonctions des urbanistes dans la fabrication des villes du sud: le cas de Tunis 1960-2009) vient d’être salué par un prix de l’ISOCARP, l’organisation internationale des urbanistes. Au nom bien sûr de l’amitié pour plusieurs de ses auteurs, avec qui d’autres collaborations sont engagées par ailleurs. Au nom enfin de mon compagnonnage avec le programme dont ce livre est issu, puisque je fus invité à une des séances initiales, et que ces travaux s’inscrivent dans la continuité du livre Concevoir et gérer les villes. Milieux d’urbanistes au Sud de la Méditerranée édité en 2006 avec Taoufik Souami et qu’ils en représentent une magnifique continuation et une reconnaissance qui ne me laisse pas insensible – surtout que ce livre n’a par ailleurs pas suscité beaucoup d’échos… L’action urbaine au Maghreb peut par ailleurs être rapproché d’une autre parution récente, codorigée par Lamia Zaki et Pierre-Arnaud Barthel, Expérimenter la « ville durable » au sud de la Méditerranée. Chercheurs et professionnels en dialogue.

Ce sous-titre unit ces deux livres non seulement par des questions partagées de recherche  (ce qui est bien normal étant donné que les auteurs se recoupent) mais aussi par une posture commune, ce dialogue entre chercheurs et professionnels de l’urbain qui me paraît une caractéristique forte de la recherche urbaine qui s’est faite depuis 20 ans dans les centres français du pourtour méditerranéen, notamment les observatoires urbains créés en leur sein (j’y reviendrai prochainement, en attendant voir ici) et des laboratoires français comme l’ex-URBAMA devenu CITERES-EMAM. Et on ne peut donc pas ne pas citer le nom de Pierre Signoles et l’ouvrage qu’il a coordonné en 1997 : L’urbain dans le monde arabe. Politiques, instruments, acteurs (avec Rachid Sidi Boumedine et Galila El Kadi), qui représente un précurseur de cette recherche.

Ce dialogue a joué un rôle majeur dans cet ensemble éparpillé mais fortement cohérent de recherches : le plus souvent amical, il a permis un enrichissement mutuel et a répondu aux intérêts des différents protagonistes. Pour les chercheurs, souvent d’ailleurs de jeunes thésards effectuant leurs premiers terrains, les professionnels représentent des interlocuteurs naturels, avec qui des relations de confiance se sont souvent construites. Taoufik Souami a souligné, en analysant les travaux de l’IAURIF dans la région, que ces relations de confiance se sont souvent nouées à partir de références communes, notamment dans les parcours de formation (IFU, IUP, …), dans la fréquentation des mêmes enseignants ou la lecture des mêmes ouvrages1. Les professionnels ont souvent permis l’accès à des ressources documentaires (par ex. M. Chabbi à Tunis, grâce à son centre de documentation et son recueil de travaux) et à une intelligence vécue des enjeux des projets d’aménagement et des mécanismes de prise de décision. Le dialogue avec eux a bien souvent permis, au-delà d’une simple quête d’information, l’élaboration des interprétations et leur validation dans un processus bien différent d’une logique de laboratoire où le recueil des données, leur traitement puis leur interprétation s’effectueraient dans des phases bien distinctes et étanches…  Pour les (jeunes) chercheurs, la fréquentation des professionnels de l’urbanisme comporte aussi parfois un frisson de fascination devant des acteurs engagés, souvent motivés par une idéologie progressiste de changement social et animés par une vision critique de l’ordre politique en place.

Quelques-uns de ces professionnels-ressources franchissent la ligne qui sépare l’action de la recherche. Les connivences établies avec les chercheurs leur offrent alors une échappatoire temporaire à la logique de l’action et aux contraintes de la commande, une niche de liberté où construire un discours réflexif et critique, renouant avec le temps de la formation. Le dialogue avec les chercheurs est aussi une manière de sortir d’un isolement social et politique, de construire des connexions internationales, pluridisciplinaires, loin de codes de la pratique et dégagés des enjeux du marché (ou de la carrière administrative). Les questions théoriques posées par les chercheurs sont alors des prétextes à revisiter une carrière, à réinterpréter une commande et le jeu d’acteurs où elle s’inscrit.

Plusieurs des contributions de ces deux livres sont, formellement, des entretiens entre des chercheurs et des praticiens. Elles illustrent bien ce double statut : à la fois information sur des démarches en cours, analyse instantanée de leur intérêt et des limites rencontrées; mais aussi autoprésentation de soi, de sa démarche, de ses outils, réflexion rétrospective sur une carrière.  Dans L’action urbaine au Maghreb, les contributions de Morched Chabbi et de Jellal Abdelkafi sont respectivement un article de recherche de praticien et un entretien chercheur-praticien. Tous deux des acteurs majeurs de la professionnalisations des urbanistes en Tunisie avec la création de l’ATU dont ils furent alternativement les fondateurs/présidents, tous deux docteurs de l’université française, ils n’ont cessé de conjuguer engagement citadin, militantisme professionnel et réformisme urbain.  Le premier propose une lecture générale, théorique et critique de l’urbanisme tunisien, sensible aux déterminations socio-économiques, le second répond aux questions de Lamia Zaki et livre un décryptage des conditions de la pratique proche des instruments et des interactions quotidiennes. Au-delà de leur différence, ces deux regards rétrospectifs sur la profession d’urbanistes constituent d’une certaine manière le  commun testament d’une génération qui a beaucoup donné et qui passe le relais – sait-on comment, dans le nouveau contexte tunisien, le tournant sera pris? Les deux textes de Hend Ben Othman Bacha et Lamia Zaki sur les promoteurs immobiliers illustrent toutefois à cet égard un glissement intéressant des logiques professionnelles où la connivence chercheurs-praticiens devient moins évidente. Le temps des urbanistes ne s’achève-t-il pas?

Le contexte politique qui a prévalu ces vingt dernières années dans le monde arabe a certainement constitué un facteur poussant à ce dialogue chercheurs/praticiens car la discussion avec les décideurs politiques apparaît bien souvent impossible, en raison de l’absence de démocratie et de l’importance des enjeux immobiliers décisifs dans la construction de l’assise politique. Dans ce cadre, le politique est le plus souvent à décrypter davantage qu’il ne s’énonce directement, oralement ou par écrit: c’est un point sur lequel chercheurs et praticiens se retrouvent et s’épaulent.

On pourrait, pour conclure cette analyse sur une note plus (auto-)critique, souligner que la fertilisation croisée chercheurs-praticiens, toute productive qu’elle soit à notre sens, manifeste parfois une certaine indifférence partagée aux citadins eux-mêmes et à leurs pratiques. Dans cet ouvrage, l’objet pousse incontestablement à cela et d’autres recherches de Lamia Zaki par exemple ne tombent certes pas sous le coup de cette remarque. Pour autant, il faut garder à l’esprit cette interrogation et ce doute, au risque d’un fonctionnement en circuit fermé où la complicité intellectuelle et amicale pourrait masquer les logiques sociales de fond.

Notes _____________________
  1. Voir Souami T., 2006, Liens interpersonnels et circulation des idées en urbanisme. L’exemple des interventions de l’IAURIF au Caire et à Beyrouth, Géocarrefour, 2006, vol. 80, n°3, p. 237–247. En ligne: http://geocarrefour.revues.org/1212 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *