L’urbanisation au Liban selon Géopolis : incertitudes démographiques mais vertus d’une diffusion des données scientifiques en ligne

Dans ce nouveau billet (et dernier – voir le premier et le deuxième), j’aborde les estimations démographiques concernant les villes libanaises dans la base MENAPOLIS/e-geopolis. Dans le tableau de bord explicitant leurs choix méthodologiques, les auteurs soulignent l’extrême incertitude entourant les données démographiques au Liban, dont j’ai rappelé certaines dans le billet introductif de cette série. On ne peut qu’être d’accord avec eux. Pour autant, à l’examen des données globales comme de la liste des agglomérations qu’ils proposent, plusieurs incohérences apparaissent. Les choix des sources démographiques pour les années 1960-1970 semblent hasardeux et donnent des résultats problématiques. Certaines incohérences relèvent manifestement d’erreurs d’interprétation des définitions et pratiques de l’administration libanaise, notamment concernant le comptage des Palestiniens. D’autres incohérences apparaissent dans les évolutions attribuées aux grandes agglomérations dont l’origine est plus complexe. Je reviendrai pour finir en conclusion sur les limites et les leçons qui peuvent être tirées de cette tentative à l’épreuve d’un cas extrême, en me demandant en quoi cela fragilise ou renforce l’ambition sous-jacente au projet Géopolis.

Questions sur la reconstitution historique des populations urbanisées

La première interrogation qui surgit à la lecture du tableau donnant les populations des agglomérations urbaines libanaises concerne les années de guerre civile et les années antérieures. En effet, les sources localisées sont des plus ténues pour cette période. Hormis les recensements de 1932 et de 1943, il n’existe en effet pas à ma connaissance de source donnant la population par localité. Les auteurs de Géopolis se réfèrent à un recensement de l’habitat de 1964, dont ils extrapolent ensuite une donnée de population en appliquant un taux d’occupation. Il s’agit probablement des données préparatoires à la réalisation d’une enquête par sondage réalisé par le ministère du Plan (Courbage et Fargues, II, p.24). Je n’ai pas eu accès à cette source. A ma connaissance, elle n’a jamais donné lieu à une exploitation pour en déduire la population des villes. Faute de détails, il est donc délicat de se prononcer sur sa validité. Notons toutefois que selon Courbage et Fargues, l’estimation de population qui en était issue était probablement surestimée. L’ouvrage sur la démographie libanaise publié en 1974 par ces derniers fait référence, et fournit des résultats pour l’année 1970. Leur source est également une enquête par sondage qu’ils ont corrigée pour tenir compte de divers biais, notamment en y réintégrant la population palestinienne. L’ouvrage fournit un tableau utile de la répartition des résidents selon la taille de l’agglomération. Etant donné le faible nombre de localités concernés, on peut aisément en tirer des informations sur certaines des villes concernées, notamment Beyrouth et Tripoli.

Estimation de la population urbaine au Liban en 1970

Agglomération

Courbage et Fargues

Géopolis

>500.000 Beyrouth

938.940

549.878

100.000-500.000 Tripoli

157.320

245.725

10.000-100.000 Saida, Zahlé, Sour, Nabatiyeh

136.005

171.917

On constate des écarts très important avec la source Géopolis. S’agissant de Beyrouth, on pourrait penser qu’il s’agit de l’effet du critère de contigüité spatiale même si les données sont à l’encontre des estimations de l’époque. Pourtant, le périmètre considéré pour 1970 est supposé contenir 37 unités locales. Or, le découpage de la direction de la statistique auxquels se réfèrent Courbage et Fargues englobe 15 localités de banlieue. L’estimation de l’agglomération de Beyrouth à cette date paraît par conséquent fortement sous estimée et il en va de même pour 1960 et 1980.

En ce qui concerne Tripoli, c’est l’inverse. La population est estimée par Géopolis à 245.725 alors que selon Courbage et Fargues, elle se monterait à 157.320. L’explication du décalage pourrait se trouver dans l’englobement dans le périmètre aggloméré des banlieues de El Mina, Beddawi (où se trouve un camp palestinien) et Bahsas. Mais le tableau de Géopolis ne mentionne pour cette date qu’une seule unité locale…

En ce qui concerne les villes petites et moyennes, les données de Géopolis aboutissent à un total supérieur à ceux de Courbage et Fargues de 1970. Il est difficile ici de rentrer dans les détails. On peut toutefois relever des évolutions curieuses. A Nabatiyeh, par exemple, la population est estimée en 1960 à 20000 habitants, ce qui paraît déjà difficilement crédible. La ville voit ensuite sa population grimper légèrement en 1970, décroitre pour l’année 1980 puis repartir à la hausse. Pourtant, les estimations de population sont supposées résulter d’une interpolation linéaire entre les données de 1964 et de 1997. Comment, en l’absence de borne intermédiaire, comprendre cette variation?

Les principales agglomérations urbaines libanaises de 1960 à 1990 selon Géopolis

1960

1970

1980

1990

Beyrouth

372119

549878

748051

1350550

Tripoli

176661

245725

251146

374711

Saida

50204

73620

75441

140919

Zahle

28763

36619

42983

113535

Sour

26531

38294

41595

66763

Nabatiyeh

20000

23384

20918

50571

Au total, les estimations rétrospectives proposées par Géopolis apparaissent en fort décalage avec les données connues. On pourrait penser qu’il s’agit des conséquences des choix méthodologiques et notamment du critère de continuité. Même si on ne connaît pas les sources cartographiques et d’imagerie utilisées par Géopolis pour procéder à ces découpages, j’ai montré à travers les quelques remarques précédentes que cet argument paraissait peu convaincant, en tout cas au vu des informations existantes. Le choix du recensement des habitations de 1964 pose question. En effet, d’après les principaux travaux sur la démographie du Liban, cette source n’a jamais été utilisée par les démographes. Les résultats de l’enquête de 1970 n’auraient-ils pas constitué une source finalement plus fiable, quitte à effectuer des choix arbitraires pour les petites villes à cette date (comme le fait du reste Géopolis pour les années 1950)? En tout état de cause, il paraît nécessaire que ces données rétrospectives soient plus précisément justifiées. Enfin, une dernière interrogation concerne les évolutions curieuses des populations urbaines pendant la guerre, comme celle relevée pour Nabatiyeh et qui interroge sur la construction des séries.

Le calcul de la population résidente au Liban: incertitudes initiales et nouvelles sources d’erreur

Des sources récentes peu compatibles entre elles

Pour analyser les choix effectués par Géopolis pour la période récente, il faut repartir des dernières estimations de la population libanaise. Il s’agit de quatre enquêtes publiées en 1996 sous l’égide du ministère des Affaires sociales, en 1997 par la direction centrale des statistiques alors placé sous la direction du statisticien très réputé Robert Kasparian, puis en 2004 et en 2007, toujours par l’administration centrale des statistiques, désormais dirigée par Maral Tutélian, et en coordination avec le PNUD. L’observation des résultats montre que le chiffre de population de 1997 était significativement supérieur à celui de 1996. Quant aux résultats de 2004 et de 2007, ils se situent nettement en retrait de ceux de 1997.

Dès lors, deux hypothèses sont possibles (et peuvent se combiner) : le résultat de 1997 peut résulter d’une surestimation, qui a été discutée et dont une origine possible serait une surestimation des logements occupés en raison des pratiques d’estivage des Libanais (Vloesberg, 2004). Mais le recul de la population dans les années 2000 peut également résulter d’un mouvement de migrations de travail hors du Liban, notamment du fait du chômage des jeunes et de l’insuffisance des débouchés pour les jeunes diplômés. Plusieurs enquêtes et travaux publiés dans la première moitié des années 2000 accréditent cette hypothèse (voir notre Atlas du Liban, chapitre 3). Il est parfaitement possible que les deux causes, l’erreur méthodologique et les migrations hors du pays, se soient combinées.

Tableau résumant des résultats des dernières enquêtes de l’ ACS

Mohafaza

Pop° agglo 2010

Selon Géopolis

Pop° camps palest. 2008

Pop° Palest. 2008

Pop° double-comptée par Géopolis

Pop° agglo Géopolis corrigée

Pop° résidente ACS + Palest. Camp + croissance

Pop° quasi-urbaine selon Géopolis

Beyrouth et

Mont Liban

2015306

38850

131283

92433

1922873

1928810

37666

Békaa

369115

7890

16906

9016

360099

526838

9791

Nabatiyeh

130641

7495*

*

0

130641

698554

Sayda

414113

109584

208652

99068

315045

208652

6306

Nord

491936

57171

59767

2596

489340

818128

24854

Total

3421111

220990

416608

195618

3225493

4180308

78617

Source : www.cas.gov.lb

Le double comptage de la population palestinienne hors camp

La présentation méthodologique de Géopolis justifiant les calculs de population insiste à juste titre sur diverses incertitudes, liées en particulier au comptage très incertain des migrants libanais hors du pays et des immigrants (notamment syriens). Malheureusement, les données disponibles ne permettent guère de corriger ces incertitudes. Géopolis soulève aussi la problème de l’incertitude du nombre de Palestiniens au Liban. Mais sur ce dernier point, le choix effectué par Géopolis est erroné et introduit une importante erreur dans les données, par double compte. Géopolis part des données de l’ACS de 2004 et 2007, considérées comme fiables (nous dirions plutôt que c’est la seule source officielle disponible) et effectue des projections ajustées par prolongation de tendance pour l’année 2010 par mohafaza. L’erreur est d’y ajouter les Palestiniens enregistrés par l’UNRWA. En effet, la population résidente prise en compte par l’ACS inclut déjà une partie des Palestiniens, ceux qui résident hors des camps[1]. Ces derniers représentent environ la moitié des Palestiniens enregistrés au Liban. Le chiffre de 4,255 million d’habitants devrait donc être réduit d’environ 200.000, ce qui ramène à 4,040 environ.

Encore s’agit-il d’une surestimation car tous les observateurs s’accordent à reconnaître qu’une partie des Palestiniens enregistrés au Liban n’y résident par car ils ont émigrés (sur ce point, voir notamment Dorai, 2005). Il faudrait sans doute enlever environ 50.000 personnes à ce total.

On notera par ailleurs le caractère quelque peu scabreux de cette comptabilité : d’une part, les Palestiniens même inscrits dans un camp peuvent très bien ne pas y vivre (ils ne sont pas recensés, mais enregistrés, c’est-à-dire inscrits sur des registres leur ouvrant des droits). C’est en particulier le cas pour certains camps détruits depuis la guerre civile, qui restent présents dans les statistiques alors que leurs « habitants » vivent forcément ailleurs, dans d’autres camps ou hors d’un camp (cas de Nabatiyeh et de Dekouaneh, autrement Tell ez Zaatar et Jisr el Bacha). Notons en particulier que depuis la destruction du camp de Nahr el Bared en 2007 (certains parlent d’urbicide, voir ce billet), ses résidents se sont dispersés dans l’agglomération tripolitaine (notamment dans le camp de Beddawi) et ailleurs au Liban. Leur retour commence à peine ces derniers jours (voir une série d’articles dans Al Akhbar). On voit par là le caractère fictif de ces catégories.

Tableau simplifé des agglomérations libanaises en 2010 et en 2000 selon Géopolis

La liste des agglomérations ci-dessous a été établie en délimitant les périmètres urbanisés selon la méthode du seuil de contigüité, et les chiffres de population calculés en additionnant les populations des circonscriptions foncières englobées dans ces périmètres. Pour l’année 2000, il s’agit d’une simple projection des données de 1997, en tenant compte des taux de croissance par mohafaza. Faute d’avoir accès aux données localisées de 2004 sur les habitations, c’est cette même méthode qui a été appliquée pour projeter la population en 2010, mais en ajustant le taux de croissance en fonction des enquêtes de 2004 et 2007. Il est évident que ce choix induit une forte imprécision mais faute de la disponibilité des données, il n’y a pas d’autres solutions.

Mohafazat

Agglom°

Pop° 2010

Pop° 2000

nouvelle agglomération

Beyrouth et

Mont Liban

Beyrouth

1931237

1695388

existante

Chhim

73911

56539

existante

Kfar Nabrakh

10158

3159

nouvelle

 

pop urb BML

2015306

1755086

Békaa

Zahle

157737

131394

existante

Baalbek

58691

57081

existante

Hermel

30762

29918

existante

Aain Baalbek

27669

15463

existante

 

6 agglo. <20.000

94256

64120

3 existantes / 3 nouvelles

 

pop urb totale

369115

297976

Nabatiyeh

Nabatiyeh

88960

61227

existante

 

3 agglo <20.000

41681

21333

3 nouvelles

 

pop urb totale

130641

82560

Nord

Tripoli

377537

406236

existante

Halba

23160

13447

existante

 

7 agglo <20.000

91239

53466

1 existante / 6 nouvelles

 

pop urb totale

491936

473149

Saïda

Saida

198333

164112

existante

Sour

95624

79551

existante

Sarafand

26619

17279

existante

Bent Jbayl

26538

12442

existante

 

5 agglo. <20.000

66999

33469

1 existante / 4 nouvelles

 

pop urb totale

414113

306853

Source : MENAPOLIS/e-geopolis.eu

Des incohérences pour Beyrouth et Tripoli

Les données du tableau ci-dessus sont faussées par l’erreur relevée précédemment au sujet du double compte de la population palestinienne. Mais même lorsque que l’on cherche à prendre en compte cette correction, les résultats proposés sont difficiles à comprendre et comportent des incohérences. Dans le tableau ci-dessous, j’ai regroupé dans chaque mohafaza les populations urbaines selon Géopolis. J’en ai ôté les Palestiniens hors-camps (en laissant pour information les Palestiniens des camps). En vis-à-vis, j’ai figuré les chiffres de population résidente, augmentée des Palestiniens des camps et du taux de croissance constaté pour cette mohafaza dans la période 2004-2007 (nettement moins régressive qu’en prenant la date de 1997, cf. tableau ci-dessus).

Mohafaza

Pop° agglo 2010

Selon Géopolis

Pop° camps palest. 2008

Pop° Palest. 2008

Pop° double-comptée par Géopolis

Pop° agglo Géopolis corrigée

Pop° résidente ACS + Palest. Camp + croissance

Pop° quasi-urbaine selon Géopolis

Beyrouth et Mont Liban

2015306

38850

131283

92433

1922873

1928810

37666

Békaa

369115

7890

16906

9016

360099

526838

9791

Nabatiyeh

130641

7495*

*

0

130641

698554

Sayda

414113

109584

208652

99068

315045

208652

6306

Nord

491936

57171

59767

2596

489340

818128

24854

Total

3421111

220990

416608

195618

3225493

4180308

78617

* La population palestinienne enregistrée par l’UNRWA n’est pas classée selon les mohafazats libanaises de Nabatiyeh et Saïda mais est divisée entre Tyr et Saïda, Nabatiyeh étant rattachée à Saïda. Par conséquent, on ne connaît pas le nombre de Palestiniens hors camps dans la mohafaza de Nabatiyeh.

Ces données font apparaître un problème important pour la région de Beyrouth et Mont Liban, où la population urbaine, même recalculée pour éviter le double-compte de Palestiniens, est à peine inférieure à la population totale de la mohafaza. Pourtant il faudrait encore compter dans cette mohafaza une population rurale qui se monte au moins à 37000 habitants dans des quasi-agglomérations et celle des villages isolées (non pris en compte ici). Cela signifie que la population urbaine y est manifestement surestimée, sans qu’il nous soit possible de déterminer la source de l’erreur. En tout état de cause, pour l’agglomération de Beyrouth, même en tenant compte de son extension spatiale, ne devrait guère être supérieure à 1.800.000 une fois que la population palestinienne double comptée en est ôtée.

Une autre agglomération, au moins, pose problème : c’est celle de Tripoli, dont la population serait passée de 406.236 à 377.537 entre 2000 et 2010. Etonnant, surtout que la croissance spatiale de Tripoli a été forte (cf. le billet précédent, et pour une approche plus sensible, celui-ci, l’un des premiers de ce carnet), puisque le nombre de circonscriptions foncières constituant l’agglomération est passée de 27 à 40. Certes, la population du Nord stagne mais il n’y a aucune raison que la ville principale, marquée par une extension spatiale prononcée, décline démographiquement. On peut aussi questionner l’estimation pour l’année 2000, très supérieure à celle données par l’équipe SDATL (369.000 hab. avec les banlieues). Le plus probable est une erreur de manipulation ou de calcul qui demande rectification.

Conclusion de ce billet

L’examen des estimations démographiques des agglomérations urbaines au Liban a fait apparaître une série de choix méthodologiques ou de sources peu clairs ainsi que plusieurs incohérences dommageables. L’utilisation du recensement des habitations de 1964, sans une évaluation critique de cette source, est problématique. Les démographes spécialistes ne semblent pas la tenir en bonne estime. Il nous semble que l’utilisation des données rectifiées de l’enquête de 1970 aurait peut être été plus satisfaisante même si elle aurait impliqué certains choix arbitraires pour la détermination des plus petites localités pour les décennies 1950 et 1960.

Pour la période plus récente, au-delà de l’erreur commise sur l’estimation de la population palestinienne qui n’est pas très difficile à corriger, il reste des incohérences et bizarreries qu’on ne s’explique guère et qui appellent des réponses de la part des auteurs de Géopolis. Que les deux premières agglomérations présentent cette incertitude est en effet de nature à conduire à une défiance à l’égard de cette source, alors qu’elle pourrait, rectifiée, rendre des services utiles aux chercheurs et analystes de l’urbain au Liban

Sur le sens d’une diffusion en ligne d’une base de données scientifiques : conclusion de la série des trois billets

Le Liban est sans doute un cas extrême de fragilité et d’incertitude des sources démographiques. Extrême mais pas isolé : de nombreux pays pauvres et marqués par des conflits, en Afrique par exemple, doivent partager sa condition statistique. Le travail du type de celui entrepris par Géopolis doit s’apprécier à l’aune de ces difficultés, et le regard des pairs peut venir l’enrichir et l’améliorer. En ce sens, les lecteurs-usagers ne sont pas que cela, ils sont aussi des contributeurs, même si ce n’est que de second rang.

L’ensemble des remarques critiques rassemblées dans les deux derniers billets ne doit donc être vu comme une condamnation d’une démarche qui a par ailleurs pour elle beaucoup d’intérêt et de qualités. Le principe même d’une définition simple (et certes criticable) de l’urbain, permettant la comparaison dans le temps comme entre pays est un acquis. L’initiative de Géopolis constitue à mon sens un capital très utile pour la recherche, un capital qu’il appartient aux chercheurs de chercher à améliorer par, précisément, un examen critique et des suggestions d’amélioration. Ses auteurs et contributeurs auront à cœur, je l’espère, de répondre scientifiquement à ces observations et en corrigeant, là où cela s’avérera nécessaire, leur base de données. Il conviendra bien entendu qu’ils indiquent sur le site les modifications apportées par rapport à la première version.

Mais il faut saluer le principe même – et le courage – des auteurs en effectuant la mise en ligne de ces données (à vrai dire longtemps attendues) et de leur mode de fabrication. Ils partagent ainsi un outil d’intérêt collectif. On peut souhaiter, comme je l’ai fait dans le billet précédent, qu’on aille plus loin dans la fourniture de certaines informations (notamment relativement aux périmètres urbains aux dates antérieurs, ce qui devrait théoriquement ne pas poser problème). A travers la mise en ligne de ces données, les créateurs de Géopolis s’obligent à entendre les commentaires critiques des utilisateurs de la base, et c’est pourquoi je parlais de courage.

Inversement, les utilisateurs de Géopolis s’obligent à faire ce travail critique des sources : c’est pour eux une exigence de scientifiques de vérifier les données (du moins pour celles pour lesquelles ils peuvent avoir une compétence à partager, comme je l’ai fait ici) et, ici, de le faire de manière constructive, avec l’objectif d’une source qui, in fine, sera pour une partie sans doute modeste, co-produite. C’est là, au-delà des critiques de détail ou plus lourdes qu’on peut faire à cette initiative, le sens des analyses que j’ai mené dans cette série de billets.

Références citées

Courbage, Youssef, et Philippe Fargues. 1973. La situation démographique au Liban. 2 vol. Beyrouth: Publications de l’Université Libanaise.

Doraï, Mohamed Kamel. 2006. Les réfugiés palestiniens du Liban : une géographie de l’exil. Moyen-Orient (Paris), ISSN 1621-2509.

Vloeberghs, Ward. 2004. Sociologie d’une communauté scientifique : le cas des démographes libanais. DEA, Beyrouth: Université Saint-Joseph.


[1] Ce point est explicité indiqué dans la section méthodologique de l’enquête ménage de l’ACS de 2004 (p.23) et indiqué en première page du statistical Yearbook de 2008 (PDF)

 

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

 

 

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}

Mohafaza

Pop° agglo 2010

Selon Géopolis

Pop° camps palest. 2008

Pop° Palest. 2008

Pop° double-comptée par Géopolis

Pop° agglo Géopolis corrigée

Pop° résidente ACS + Palest. Camp + croissance

Pop° quasi-urbaine selon Géopolis

Beyrouth et Mont Liban

2015306

38850

131283

92433

1922873

1928810

37666

Békaa

369115

7890

16906

9016

360099

526838

9791

Nabatiyeh

130641

7495*

*

0

130641

698554

Sayda

414113

109584

208652

99068

315045

208652

6306

Nord

491936

57171

59767

2596

489340

818128

24854

Total

3421111

220990

416608

195618

3225493

4180308

78617


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *