Electric capitalism. La corporatisation de l’électricité en débat

David McDonald, responsable du Municipal Services Project, dans lequel s’inscrit notre recherche sur la Société tunisienne d’électricité et de gaz (STEG), présente dans cette vidéo quelques éléments du débat concernant la corporatisation des entreprises de fourniture d’électricité, notamment dans les pays émergents et pauvres.

David McDonald part de l’analyse de la tarification de l’électricité: celle-ci permet elle un accès des ménages pauvres à l’électrcité? L’analyse doit donc porter sur le caractère progressif ou régressif de la tarificiation. L’existence de paliers sociaux, ou une tarification par paliers (ou encore téléscopique comme on les appelle apparemment en Inde) est ici un critère central. Toutefois, il convient également de comparer les tarifs proposés aux ménages à ceux dont bénéficie les industries. Selon D. McDonald, on s’aperçoit alors (c’est le cas en Afrique du Sud semble t il) que les plus défavorisés paient plus que les autres catégories d’usagers. C’est un point qu’il nous faudra examiner en Tunisie.

Un deuxième enjeu a trait aux transformations intervenues depuis une vingtaine d’années au nom du néolibéralisme. On assiste à un mouvement d’autonomisation gestionnaire et financière des entreprises en question, visant à rendre plus transparent le coût du service. On parle, en anglais, de « ring-fencing ». Cette évolution est généralement appelée corporatisation. Elle peut préparer une privatisation ultérieure (ou ouverture du capital au secteur privé) tout comme elle peut s’accommoder d’une propriété publique (entière ou majoritaire) du capital. Mais bien souvent, cette évolution implique une gestion plus stricte, visant à recouvrir les coûts de revient et donc à limiter les subventions. Cela passe par diverses mesures : augmentation des tarifs, adoption de méthodes commerciales plus agressives pour augmenter la consommation et le nombre de clients mais aussi le recouvrement des prestations. Cela implique de même une mutation dans la gestion du personnel : réduction des dépenses de personnel par suppression de postes, adaptation des recrutements, individualisation des rémunérations par une prise en compte des performances individuels, nouvel ethos managérial… La question posée ici est celle du point d’équilibre entre une gestion de type commercial et le caractère de service public de la distribution d’électricité, en termes de justice sociale.

Dans cette perspective (et je déborde ici du contenu strict de la vidéo), le programme de recherche propose une grille d’analyse reposant sur les critères suivants (chacun étant approché par une série de caractéristiques quantitatives et qualitatives):

  • équité du service
  • participation à la définition des objectifs du service des usagers, des employés et de la société civile
  • efficacité notamment financière
  • qualité du service
  • reddition des comptes (accontability) et transparence
  • conditions de travail et gestion de la main d’oeuvre
  • durabilité financière, sociale, politique et environnementale

L’interview de David McDonald se clôt par des réflexions plus larges sur les liens entre le développement du capitalisme et l’électricité, qui replace la question de la corporatisation dans sa dimension géopolitique. Nous sommes de plus en plus dans l’ère du « capitalisme électrique », au sens où l’activité économique est de plus en plus électro-dépendante (et non plus seulement pétro-dépendante – voir ce billet sur Timothy Mitchell et son ouvrage récent Pétrocratia). Dans cette perspective, les pays émergents et surtout pauvres connaissent une situation paradoxale, marquée par une gestion plus « capitaliste » du secteur électrique mais sans en avoir les bénéfices (taux d’électrification qui demeure bas, coût de l’électricité inaccessible à une grande part de la population). David McDonald a notamment travaillé sur divers pays africains (en premier lieu l’Afrique du Sud), ce qui a donné lieu à un ouvrage récent : Electric Capitalism: Recolonising Africa on the Power Grid (en accès libre). L’une des idées mises en avant est l’impérialisme sud-africain par le biais des réseaux électriques qu’il n’hésite pas à comparer aux chemins de fer des puissances coloniales du siècle passé. Il parle alors de colonialisme électrique. La compagnie sud-africaine ESKOM se développe dans plusieurs pays d’Afrique australe et y agit comme une compagnie commerciale.

A titre comparatif, et portant davantage sur l’Afrique francophone (avec une orientation nettement moins critique aussi), on peut signaler un autre ouvrage qui propose un bilan de l’électrification en Afrique. Ce dernier insiste beaucoup sur les enjeux de l’électrification rurale. Signalons, dans un esprit différent, les travaux de Géraud Magrin sur les questions énergétiques en Afrique, de cet article de cadrage (« L’Afrique sub-saharienne face aux famines énergétiques ») aux dossiers qu’il a coordonnés sur des enjeux connexes, les mines et les activités extractives.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *