Regards sur la révolution égyptienne, une révolution des villes

Dans Echogéo, les géographes Delphine Pagès-ElKaroui et Leïla Vignal proposent un article qui fait pendant à celui de Abdelkarim Daoud sur la Tunisie dont j’ai déjà parlé, et qui analyse les racines géographiques de la révolution du 25 janvier. Elles soulignent notamment, au-delà de la chronologie politique, le poids de plusieurs révolutions silencieuses, notamment démographiques, éducatives et urbaines qui ont rendues insupportables les pratiques politiques du régime et les conditions de vie imposées à la population. Elles soulignent aussi que, contrairement à ce qu’on a observé en Tunisie, ce sont plutôt les villes du Delta et les populations insérées dans la mondialisation et qui en subissent les dures conséquences (ouvriers de l’industrie, etc.) qui ont été les moteurs de la mobilisation. L’article confirme sur ce point, tout en l’approfondissant, une hypothèse que j’avais émise dans mon papier sur les révolutions arabes dans Métropolitiques.
En écho à cet article synthétique, la revue Egypte. Monde arabeéditée par le CEDEJ , publie sous la direction de Pierre-Arnaud Barthel et Safaa Monqid un dossier consacré au « Développement durable au Caire : une provocation? », dans lequel sont abordées sous un autre angle les questions du changement social et politique en Egypte. Ce numéro complète par des regards de chercheurs le recueil d’entretiens avec des acteurs du Le Caire, réinventer la ville paru chez Autrement ce printemps (voir ici), également coordonné par PA Barthel et S. Monqid. En quoi consiste la provocation ici évoquée? La question est de savoir si le développement durable n’est pas un luxe pour le Caire, voire pire, un cache sexe pour des politiques d’aménagement néolibérales qui accompagnent, légèrement verdies, l’accroissement des inégalités.  Parmi les originalités du numéro, citons d’abord un intéressant lexique trilingue sur l’environnement et le développement durable, réalisé par Lise Debout et Safaa Monqid. La question des déchets bénéficie (encore! ) de  nouveaux éclairages, de même que la question de la participation. Pierre-Arnaud Barthel documente les changements de perception en cours des « villes nouvelles » et des espaces du désert dans une intéressante contribution qui montre que, du côté du Caire, il y a du renouveau en matière de planification.

Regrettons hélas, sur la forme, que les cahiers du volume qui m’a été transmis sont montés dans le désordre : le suivi des publications semble déficient, ce qui est sans doute en lien avec les cahots du déménagement du CEDEJ à Mounira. Sera-ce un nouveau départ? Espérons aussi que la politique de mise en ligne d’EMA sera poursuivie et viendra à la fois corriger ce problème et offrir à ces réflexions une visibilité qu’elles méritent.

Enfin, pour rappel, les Lyonnais pourront profiter du regard du jeune géographe Jimmy Markoum sur la révolution égyptienne à l’occasion de son exposition photographique, à l’ENS: « Et pendant ce temps, au Caire, une révolution » (du 11 octobre au 16 décembre).


Une réflexion au sujet de « Regards sur la révolution égyptienne, une révolution des villes »

  1. Ping : Regards sur la révolution égyptienne, une révolution des villes | Rumor | ifre | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *