Les territoires des révolutions arabes sur Planète Terre

Carte de la révolte en Syrie et territoires communautaires (c) NYT : http://www.nytimes.com/interactive/2011/05/01/world/middleeast/01syria-map.html

Les deux dernières émissions de Planète Terre, le magazine consacré à la géographie, animé par Sylvain Kahn, sur France Culture, sont consacrées aux territoires des révolutions arabes, en particulier en Syrie et en Tunisie (les émissions peuvent être podcastées ou écoutées en streaming).
Le 11 mai, Fabrice Balanche a souligné la diversité de la situation entre les villes syriennes. Alors que Damas ou Alep semblent très peu touchées, nombre de petites villes et aussi certaines plus importantes comme Homs ou Lattaquié ont participé à la révolte. Pour Fabrice Balanche, le principal facteur explicatif est la dimension confessionnelle (sunnites versus minoritaires), à quoi il ajoute l’alliance entre le clan alaouite et la bourgeoisie commerçante sunnite. Dans le cas d’Alep, il souligne que la bourgeoisie a beaucoup souffert des entraves au développement que le régime a infligé à la ville après les révoltes du début des années 1980. Le mécontentement kurde ne parvient pas, par ailleurs, à s’articuler aux autres groupes contestataires. D’où une situation tendue mais où le régime parvient encore à maîtriser la situation. Le New York Times a publié une très intéressante carte qui illustre fort bien les idées de Fabrice, ce qui ne veut pas dire que toute l’histoire est là. A noter que F. Balanche a également évoqué la situation des autres pays lors d’un café géo, le 18 mai à Lyon, dont le compte-rendu sera bientôt en ligne.
Dans l’émission consacrée à la Tunisie, le 18 mai, la question territoriale est abordée d’une manière originale par Alia Gana, à partir du monde rural. Cette sociologue souligne la montée de revendications et de manifestations d’opposition d’agriculteurs ruinés au cours de l’année 2010. Quant à Hassen Boubakri, il témoigne à partir du cas de Sousse et revient sur le rôle des mobilisations socio-professionnelles dans la chute du régime (avocats, universitaires, etc.)
Le blog de l’émission propose nombre de documents en lien avec les deux cas. Merci à ses animateurs de citer plusieurs articles de Rumor!

On peut également renvoyer au blog Géographie des villes en guerre qui propose un utile recensement des ressources disponibles sur ce sujet.


3 réflexions au sujet de « Les territoires des révolutions arabes sur Planète Terre »

  1. christèle

    La carte du NY times est certes intéressante, mais on notera tout de même de (très) grosses imprécisions. La pire étant la localisation de la communauté chiite !! Le Nord du Liban chiite, c’est un peu gros !

  2. Eric Verdeil Auteur de l’article

    oups! tu as raison, j’avais regardé un peu vite. En fait, à lire cette carte, on pourrait croire à l’éradication des sunnites au Liban ! (sauf à Bint Jbeil, ville sunnite bien connue… 😉

  3. christèle

    Par ailleurs, je signale une expérience de cartographie web 2.0 sur un des sites dédié à l’organisation et au soutien des manifestations en Syrie : http://www.lccsyria.org/373.

    Les cartes du NY Times et des activistes syriens me semblent intéressantes à mettre en perspective car elles rappellent toutes les deux, mais de manière très différente, à quel point la cartographie est tout sauf neutre. L’intention de la carte du NY Times est de démontrer le lien de cause à effet entre géographie confessionnelle et géographie des manifestations et c’est bien la première impression qu’elle laisse. Mais si on la regarde de plus près (ce que l’on fait en fait rarement en lisant la presse), ce lien apparaît beaucoup moins claire. Selon la légende, ce sont les sunnites qui sont prédisposés à se révolter, mais la carte ne dit finalement rien de tel notamment du fait de ses imprécisions et de son incapacité à refléter la mosaïque complexe de la géographie confessionnelle en Syrie (Lattaqué, Banyas, Homs, Damas apparaissent seulement comme chiites sur la carte…). Concernant la carte du LCCS, son objectif est d’informer à chaud sur le déroulement des manifestations de vendredi dernier. En même temps la représentation (choisie dans la palette très limitée de google maps), laisse l’impression, au premier coup d’oeil, que la totalité de la Syrie urbanisée s’est soulevée et met en évidence le fait que ces manifestations sont réprimées dans le sang. Au moins, contrairement à la première, cette carte ne dit pas de bêtises. Elle cherche juste à communiquer rapidement et efficacement. Une estimation, même très vague, du nombre de manifestants rendrait cependant une idée plus juste de la réalité.
    Rien de nouveau sous le soleil donc. L’accès aujourd’hui généralisé à la cartographie grâce aux outils du web et son utilisation très fréquente dans la presse en ligne, nous oblige à faire toujours plus attention aux langages cartographiques.
    (euh… désolée pour ce long commentaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *