Le développement urbain durable dans la Tunisie post-Ben Ali

J’ai participé la semaine dernière à un séminaire du programme AUF-Mersi sur les premières expérimentations de la ville durable au Sud de la Méditerranée (organisé par Pierre-Arnaud Barthel du CEDEJ en partenariat avec l’IRMC), qui prolonge le programme de recherche mené avec le laboratoire SYFACTE de l’université de Sfax sur « Villes et efficience énergétique ». Les discussions collectives, branchées directement sur l’actualité, ont été passionnantes et j’en propose ici, à propos du cas tunisien, quelques éléments de synthèse.

Echelles et temporalités de référence du développement urbain durable

La vogue du concept de durabilité urbaine ou de développement urbain durable ne doit pas cacher, en premier lieu, les évolutions et les décalages dans sa définition. En particulier, il est important de repérer que depuis quelques années, la conception dominante de la durabilité semble davantage définie en fonction d’enjeux globaux et planétaires même si ils peuvent avoir aussi un contenu localisé. Par exemple, en insistant sur le changement climatique, donc sur les émissions de gaz à effet de serre, ou encore sur le peak oil et donc sur la nécessité d’identifier de nouvelles ressources énergétiques (si possible renouvelables pour être comptable avec la première contrainte), on se situe bien dans un logique planétaire. Or, il n’y a pas si longtemps, l’échelle d’appréhension des problèmes et des enjeux du développement durable étaient plus locale : qu’on s’intéresse aux problèmes d’accès à l’eau (à des échelles locales ou nationales) ou à des questions de pollution (échelle locale), on ne se situe pas dans les mêmes espaces de référence  ni sur les mêmes horizons temporels en termes d’action.

Le DUD en TUnisie aujourd’hui

Sfax : le boulevard de l'Environnement (c) EV 2007

Cette tension est bien discernable en Tunisie. Aujourd’hui, et depuis le milieu des années 2000, correspondant à un déficit énergétique accentué depuis 2004, l’insistance sur l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables prend sens non seulement par rapport aux enjeux globaux du changement climatique mais aussi par rapport à une problématique spécifiquement tunisienne, en termes de dépendance énergétique à minimiser. Mais cette perception est située : affirmée dans le XIe plan, elle correspond à une préoccupation gouvernementale. Pour autant, elle traduit une inflexion. Dans les années 1990, la prolifération des « boulevards de l’environnement » et de toute une vogue d’institutions et de lois et de règlements dédiés à l’environnement et progressivement, au développement durable, insistait davantage sur la protection des ressources : eau, littoral, espaces naturels remarquables, faune que sur les enjeux globaux actuels. Cela apparaît bien lorsqu’on suit le rapport d’Henda Gafsi sur » l’Histoire du domaine environnement en Tunisie », pour le compte de la GTZ. C’est bien dans la continuité de cette manière de voir que mes collègues de Sfax thématisent la question du développement durable, en particulier à travers la question de la récupération du littoral nord de Sfax avec le projet Taparura (voir le café géo où ils ont présenté cette question) mais aussi à travers la thématique de l’étalement urbain (voir ici).

Au-delà de ces incertitudes sur les priorités changeantes selon les lieux et les moments d’énonciation des enjeux et des objectifs, la thématique de la durabilité semble entrer aujourd’hui en Tunisie dans une mise en cause plus profonde. Cela est bien apparu dans l’exposé de Henda Gafsi, récemment élue présidente de l’Association des urbanistes tunisiens, une association qui s’est toujours tenue dans une position d’indépendance par rapport au régime, défendant ses intérêts professionnels en évitant une tutelle et un contrôle par des membres du parti. Henda Gafsi, à titre de consultante, fait figure de personnalité engagée dans l’introduction des thématiques du développement durable dans l’aménagement du territoire et urbain, notamment à travers des études pour des organisations étrangères comme la GTZ (coopération allemande) et pour l’Observatoire tunisien de l’environnement et de développement durable. De manière connexe, ses travaux ont porté aussi sur l’évaluation de la décentralisation (dans le domaine de l’action environnementale) et, plus récemment, sur la question du genre et de la participation des femmes au développement. Dans l’exposé présenté durant notre séminaire, le 19 avril, elle a tout à la fois proposé un historique et un bilan des actions entreprises dans ce domaine, depuis le débat des années 1990 et dans le sillage des grandes conférences comme celle de Rio; ainsi que des propositions pour l’avenir. La Tunisie fait figure, à cet égard, de bon élève du DD en reprenant les principaux objectifs, en les introduisant dans sa réglementation, en créant diverses insitutions dédiées à la définition de la politique dans ce domaine ainsi qu’à son suivi. Voir sa présentation ici.

Une notion coquille vide et instrumentalisée?

Pourtant, Henda Gafsi reconnait elle-même que la question a été largement instrumentalisée et manipulée, et qu’un bilan critique de ces politiques doit être entrepris, autant sur la question du contenu que sur celle des procédures de décision. Autrement dit, la centaine d’Agendas 21 élaborés sur le territoire ou les boulevards de l’Environnement participaient complètement du jeu d’image moderniste à l’égard des bailleurs de fonds en vue de légitimer le régime. Un bilan critique montre qu’il s’agit en partie d’un leurre, ces projets étaient bien souvent des coquilles vides sans effet, voire contredits au contraire par des aménagements discutables voire scandaleux, dont les nombreuses empiétements sur des terrains publics ou naturels théoriquement protégés par des membres de la famille, ou encore à travers des procédures finalement interrompus par les ministères de tutelle après le stade des études…

A certains égards, on peut nourrir le même soupçon à l’encontre des associations œuvrant dans le domaine de l’environnement, dont on compte près de deux centaines. Elles sont pour beaucoup dirigées par des militants organiques du parti et apparaissent comme des courroies de transmission du régime, bien davantage que des forces de contestation. Toutefois, différents exemples montrent qu’on doit sans doute nuancer cette vision. Par exemple, dans un Café Géo tenu à Lyon en novembre dernier, Taoufik Megdiche soulignait que des associations de défense de l’environnement, souvent animés par des intellectuels ou des universitaires, pouvaient agir et faire passer des contestations justement parce qu’il s’agissait d’un domaine neutre où leur légitimité savante était recevable. Dans son exposé durant ce séminaire, Lamia Zaki a présenté une étude sur l’association des Amis du Belvédère, un parc à forte valeur naturelle et patrimoniale dans la capitale. Elle a montré la manière dont cette association, dans différents contextes, a réussi à peser, modestement, sur certains choix, en jouant sur les oppositions entre différents acteurs (municipalité de Tunis, ministère de l’Environnement, Présidence) pour défendre ces positions, notamment son opposition à la construction de secteur du parc. Elle n’est pas totalement parvenu à ses fins mais des marges d’action existaient néanmoins.

Les enjeux de processus et de procédure : le D(U)D comme revendication de démocratisation et de décentralisation

A travers cet exemple, il apparaît qu’un des enjeux majeurs d’un développement durable réformé et rendu effectif réside dans l’ouverture du jeu politique et décisionnel. Henda Gafsi plaide en particulier pour une véritable démocratisation, appuyée sur une décentralisation démocratique renforçant les pouvoirs des autorités locales. Elle complète son propos en revendiquant également des procédures beaucoup plus participatives, ouvertes en particulier vers les femmes et les jeunes. De fait, si le débat politique est actuellement focalisé sur l’élection de la prochaine chambre constituante et l’élaboration d’une nouvelle constitution (voir ici), une évolution du cadre juridique vers des dispositifs plus décentralisés paraît nécessaire. Cela impliquerait notamment une réforme des finances locales, donnant plus de moyens aux collectivités locales.

Mais ceci revient à entrer dans un nouveau débat. Quels échelons de pouvoir faudra-t-il favoriser? Les villes ou les régions? Pour le géographe Ali Bennasr, les découpages existants, au niveau des gouvernorats, résultent d’une succession de décisions politiques visant d’abord, sous Bourguiba, à casser les structures traditionnelles (tribus…) en démantelant leurs territoires, puis à redécouper les gouvernorats au nom d’intérêts locaux (par exemple, découpage de la région Sahel en trois gouvernorats). Pour lui, ces découpages ne renvoient à aucun fonctionnement économique ou géographique et distribuer des pouvoirs sur ces bases serait inutile voire nuisible.

Le développement durable et le développement régional

Un autre enjeu est en train d’apparaître. L’interprétation de la révolution en termes d’inégalités de développement entre le littoral et l’intérieur, largement partagée (voir ici), conduit le gouvernement à toute une série d’actions d’urgence en vue de rééquilibrer le territoire. Les bailleurs de fonds sont aujourd’hui sollicités pour appuyer ces démarches. Mais selon un représentant de l’AFD lors de ce séminaire, ces nouvelles priorités pourraient conduire à délaisser la priorité aux actions de durabilité urbaine qui ont constitué l’épide dorsale de l’approche menée jusqu’à présent. En effet, les grands enjeux de réduction des nuisances environnementales, le développement des transports collectifs en site propre dans la région de Tunis ou dans d’autres villes, comme Sfax, l’accent sur l’efficacité énergétique dans les grands centres urbains et industriels concernent forcément davantage  les villes littorales et ont contribué à concentrer l’action des bailleurs dans cette zone. Encore ne faut-il pas forcément exagérer et par exemple, T. de Véricourt cite aussi des données de l’Agence de réhabilitation urbaine montrant que les réhabilitations de quartiers ont majoritairement concerné les zones intérieures. Quoiqu’on puisse interpréter ce fait comme une illustration du fait que les municipalités des grandes villes ont malgré tout plus de ressources et moins besoin de l’ARRU (en tout cas aujourd’hui) ne fait au fond que confirmer ce déséquilibre des moyens.

Débat autour d’une usine polluante à Sfax

Le panache blanc de la SIAPE à Sfax (c) EV 2010

Un exemple pris dans l’actualité très récente illustre très bien ces tensions et ces contradictions. Le portail Sfaxonline se fait l’écho ces jours-ci d’un débat au sujet de l’avenir de l’usine de la SIAPE, Société industrielle d’acide phosphorique et d’engrais, située au sud de la ville et dont le panache de fumée blanche poussée par le vent vers les zones résidentielles du nord est considérée comme une source de pollution majeure de la ville. Les résidus d’exploitation forment d’énormes crassiers stérilisant le littoral. En 2008, la fermeture du site en 2011 avait été annoncée. L’idée était d’en finir avec cette industrie polluante et d’orienter le développement économique vers le tourisme et les activités tertiaires. Cette décision résultait notamment d’une action discrète mais de longue durée de l’association pour la protection de la nature de Sfax ainsi que, plus largement, des réflexions menées dans le cadre de la Stratégie Générale pour le développement de Sfax (SGDS) depuis 2002, réflexions auxquelles une fois n’est pas coutume, les élus locaux, les universitaires et la « société civile » locale avaient été associés d’une manière considérée comme tout à fait inhabituelle et remarquable sous la régime Ben Ali. Cela ne veut surement pas dire que ce processus de consultation était démocratique ni que ces résultats satisfaisaient l’ensemble de la population.

Le contexte actuel de remise en cause des décisions de l’ancien régime a au contraire conduit à la décision de fermeture semble reportée d’au moins deux ans selon les informations rapportées par le site Sfaxonline et les commentaires de ses lecteurs. L’une des contributions, due à une personne identifiée comme CITOYEN SFAXIEN EMPLOYE GCT (GCT voulant dire Groupe chimique tunisien dont la SIAPE est une des filiales) est tout à fait instructive sur le choc des argumentaires environnementaux:

je commence par saluer le personnel du GCT qui a su s’unir pour défendre son gagne pain ,c’est tout à fait naturel et personne ne peut lui en vouloir quoi que ce soit;l’activité de transformation de phosphate est née depuis 1952 dans la ville de Sfax qui a pris un caractère tout à fait industriel depuis des dizaines d’années par l’implantation de diverses industries tout le long de la route de Gabes et ailleurs;l’usine SIAPE était implantée loin de la zone urbaine mais la mauvaise stratégie du pays en matière d’urbanisme a encouragé les constructions à proximité ;dans la situation actuelle des choses,l’activité phosphatière assure à Sfax un dynamisme économique et social qu’aucun sfaxien ne peut nier mais aussi et le plus important que tout sfaxien doit en être fier ;pour ce qui est des dégagements gazeux que le citoyen observe sous forme de fumées blanche dans les cheminées ,il s’agit de la vapeur d’eau essentiellement et d’air suite aux opérations de lavages des gaz à l’eau ;la présence de quelques éléments en trace est surmontable moyennant des investissements qui étaient programmés sauf que des actions émanant d’associations environnementales étaient à l’origine de décisions des hautes instances pour le report ou l’annulation de ces investissements jusqu’à arriver à la décision de la fermeture de l’usine,décision prise dans le cadre de la préparation à la campagne électorale présidentielle ;il en ressort ,dans l’état actuel des choses et après la révolution la nécessité de demander à l’état de lancer incessamment la construction d’une nouvelle usine toujours dans le gouvernorat de sfax mais loin des zones urbaines ;ainsi ,sfax abritera toujours l’usine mère du Groupe chimique tunisien.Pour terminer ,je compte sur la veille des citoyens de la ville de sfax pour convaincre l’un l’autre que la source principale de pollution dans la région de Sfax réside dans les gaz d’échappement des mobylettes et des voitures dont le nombre croit en exponentielle en l’absence de transport public approprié;ces gaz riches en monoxyde de carbone et auxquels sont exposés toute la population sans exception constituent le plus grand danger pour la santé sans oublier bien sur le tabagisme et la chicha de plus en plus consommés par les deux sexes ;à ce propos j’invite toute personne oeuvrant pour un environnement sein et dépollué de se rendre dans les innombrables cafés qui ne cessent de se multiplier à sfax et jeter un coup d’oeil sur l’ambiance à l’intérieur(asphyxiante) ainsi qu’à l’extérieur(sacs et poudre de charbon renversée tout autour,bourrage de rues et sentiers par les mobylettes…là ou il n’ya aucun respect ni pour l’individu ni pour l’environnement;donc il serait plus judicieux de se pencher sur de tel faits ayant des impacts négatifs d’aspect éthyque,financiers et de santé. »

D’une manière classique, le développement économique et la dimension sociale se trouve opposée à la logique environnementale. Les pressions associatives à l’origine de la décision de fermeture sont implicitement accusées de collusion avec le régime Ben Ali qui aurait cherché à utiliser cette décision pour se légitimer en vue des échéances électorales suivantes (élections présidentielles de 2009). D’autres sources de pollution et de nuisance est identifier : la circulation automobile et de deux roues, qui va en effet croissant, et de manière plus inattendue, la fumée de cigarettes et de chicha, qui sont à n’en pas douter à l’origine de nombreuses maladies… Il faut pourtant souligner que diverses mobilisations contre des sources de pollution ont fait l’objet de revendications virulentes dans plusieurs lieux en Tunisie. A Sfax, ces tensions interviennent dans un contexte particulier : les habitants considèrent que leur ville est brimée par l’Etat par opposition à la région capitale ou au Sahel. Ils attendent des investissements pour favoriser leur développement. Mais le contexte actuel est plutôt favorable aux régions pauvres de l’intérieur et la ville peut craindre que ses grands projets, en particulier  dans les transports collectifs mais aussi le projet Tapapura, soient délaissés, dans un contexte de baisse des investissements privés immobiliers (pour Taparura) ou de réorientation des investissements publics vers des projets socio-économiques dans l’intérieur.


3 réflexions au sujet de « Le développement urbain durable dans la Tunisie post-Ben Ali »

  1. bennasr

    Bravo Eric. Après le virus du Liban, tu as attrapé celui de la Tunisie et plus particulièrement le virus sfaxien.

  2. Ping : Révolution et décentralisation en Tunisie : les chantiers des géographes tunisiens | Rumor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *