Révolutions en Tunisie et en Egypte : regards de géographes et d’urbanistes

Après les réactions nombreuses des politologues, plus ou moins inspirés, ainsi que celles d’historiens, comme Henry Laurens dans le Nouvel obs (pas trouvé de lien) (ce dernier, comme toujours, insiste d’abord sur les enjeux démographiques), sur les bouleversements en cours dans le monde arabe, voici plusieurs contributions géographiques ou du moins territoriales.

La révolution tunisienne cartographiée

La diffusion de la révolution tunisienne depuis Sidi Bouzid. Source : GIS Collège International des Sciences du Territoire. Carte réalisée par Giraud T.

Le Collège international des sciences du territoire, consortium de diverses équipes de géographes parisiennes, publie un intéressant dossier interprétant la révolution tunisienne au regard des déséquilibres territoriaux. Une série de planches sur les caractéristiques démographiques (poids de la jeunesse) et socio-économiques aboutit à la mise en évidence de trois Tunisie. La plus marginalisée est la Tunisie rurale de l’intérieur, délaissée par le pouvoir et par les dynamiques économiques récentes qui se sont surtout été perceptibles dans la région littorale, plus urbaine, plus touristique. C’est elle qui a été le point de départ de la révolution. Tout en soulignant ces facteurs d’explication de l’événement, et en l’illustrant de la jolie carte ici présentée de la diffusion de la révolte,  les auteurs de cette page, Claude Grasland et mon collègue de l’université de Sfax Ali Bennasr, soulignent aussi la part d’inattendu et d’imprévisible de cette enchainement de faits:

On aurait pu parier sur Tunis, capitale politique macrocéphale. Ou bien sur Sfax, la grande cité commerçante et intellectuelle du Sud. On aurait également pu parier sur le bastion ouvrier et syndical de Gafsa, ou la vieille taupe de l’histoire avait commencé à gratter le sol en 2008… Mais précisément parce que tous ces points de départ potentiels de la révolution tunisienne étaient prévisibles, ils étaient placés sous haute surveillance par le gouvernement Ben Ali qui y réprimait immédiatement toute ébauche de rébellion. Il fallait donc que ce soit Sidi Bouzid.

Hegel nous apprend que l’on découvre toujours après coup que des événements historiques majeurs avaient été précédés d’avertissements, mais personne ne savait les reconnaître et ce n’est qu’une fois passé l’événement qu’on en reconstitue la logique.

Dans le même dossier, Pierre Beckouche analyse l’évolution des flux d’investissement en Tunisie et montre leur diversification récente, depuis 2000. La prééminence des investissements européens est contestée par la montée des investissements en provenance du Golfe, ainsi que d’autres pays dont, fait notable, la Turquie. On peut penser que cet affaiblissement de la position économique européenne pourrait être renforcé par la mauvaise gestion diplomatique de la révolte tunisienne par les Européens, et au premier chef la France. Il pense que les Etats-Unis, encore peu présent, chercheront à en profiter pour s’implanter plus fortement dans cette région, où les hydrocarbures représentent un enjeu géopolitique majeur (pas tant en Tunisie qu’au Maghreb au sens large). Peut-être.

Pierre Beckouche reprend à son compte l’idée que, avec la fin de la kleptocratie proche du régime, ces investissements vont booster la croissance et aider le pays à dépasser cette période de transition. Il pense surtout aux investissements européens, car il le dit bien, les investissements du Golfe se dirigent peu vers les activités industrielles ou de services et se concentrent dans l’immobilier et le tourisme (voir cet article coécrit avec Pierre-Arnaud Barthel). Mais Beckouche ne mentionne guère les effets sociaux déstabilisateurs de ces flux (hausse des prix immobiliers, précarité de l’emploi). Les chercheurs qui travaillent sur l’urbain ont bien mis en évidence ces inconvénients, qui peuvent également être lus comme l’une des causes des soulèvements arabes, comme je l’indiquai dans mon dernier billet.

Les espaces de la révolte au Caire

C’est aussi un point sur lequel Agnès Deboulet, sociologue urbaniste, et Bénédicte Florin géographe, ont bien insisté dans l’émission Planète Terre de Sylvain Kahn sur France Culture (à écouter ici, et le blog de l’émission pour aller plus loin). Ainsi, une partie des manifestants de ces derniers jours sur la place Tahrir était originaire du quartier de Bulaq, siège d’une grande opération d’urbanisme financées par les capitaux du Golfe qui s’est traduit par des évictions forcées.

Au-delà de cette question, je retiens aussi la position d’Agnès Deboulet sur la question de la violence et des pillages dans la ville. Critiquant une vision selon elle largement médiatique qui voit dans la foule insurgée une promesse de chaos et d’anarchie, elle a souligné qu’en fait, les opérations de pillage restaient relativement limitées, que les magasins des quartiers chics, par exemple, n’avaient pas particulièrement été endommagés (elle parlait mercredi, les choses se sont corsées surtout en fin de journée ce jour-là et le suivant en Egypte). Elle mettait au contraire en avant l’idée d’un peuple calme, contrôlant la situation.

Pour ma part, me référant en effet aux images diffusées par les médias en Tunisie comme en Egypte, ainsi qu’au précédent utile à connaître de la transition politique post-Suharto à Jakarta, j’ai mis en avant que cette question de l’ordre et de la sécurité urbaine risquait de constituer un enjeu majeur de la transition. Difficile de trancher sans y aller voir plus avant.

A défaut, toutes les enquêtes journalistiques ne se valent pas. L’article de Christophe Ayad dans Libération du 5/2/2011 (où on trouve aussi cette carte de la révolution tunisienne) est tout à fait édifiant sur la situation de Kasserine, caractérisée par la vacance du pouvoir et dans une économie très dégradée, où régneraient trafiquants et criminels. Il serait intéressant de voir si nos lecteurs tunisiens confirment cette vision.

MàJ : pour aller dans le même sens, on peut prendre connaissance des événements de ces derniers jours à Sidi Bouzid (policiers soupçonnés de racket sur la population, révolte et incendie du commissariat) et au Kef, plus nord (tirs faisant plusieurs victimes à la suite d’actes similaires de la police).


5 réflexions au sujet de « Révolutions en Tunisie et en Egypte : regards de géographes et d’urbanistes »

  1. Ping : Tweets that mention Révolutions en Tunisie et en Egypte : regards de géographes et d’urbanistes | Rumor -- Topsy.com

  2. Christèle

    Outre les regards de géographes sur les révoltes qui traversent le monde arabe, on peut aussi signaler l’utilisation d’outils géographiques par les militants. En suivant ce lien : http://maps.google.com/maps/ms?ie=UTF8&hl=en&msa=0&msid=215454646984933465708.00049c59184ae1136341a&ll=28.844674,18.237305&spn=15.36493,21.049805&z=5&source=embed
    une tentative de cartographie sur Google Maps des manifestations pro-démocratie en Lybie, construite à partir des messages envoyés par les manifestants via twitter. La cartographie web 2.0 vient ainsi s’ajouter à la panoplie des outils de ce que certains appellent la « révolution numérique » arabe.

  3. Eric Verdeil Auteur de l’article

    Merci Christèle de ce lien. Super intéressant! En fait, on pourrait de néogéographie de la révolte! et ses éléments peuvent constituer des sources très utiles pour une exploitation ultérieure et une réflexion sur la diffusion de la mobilisation. De leur côté j’imagine que ces militants utilisent cela à la fois en direction de la presse internationale mais peut être aussi à usage interne, pour se compter? Les gens y ont ils accès?

  4. Christèle

    Les données qui accompagnent la carte sont en effet très intéressantes pour réfléchir à la géographie de la révolte : on peut y lire à la fois les stratégies des manifestants et de la police, une évolution de la mobilisation et de la répression heure par heure, des infos sur les origines de manifestants et des contre-manifestants….

    A propos du public concerné, la carte me semble plus adressée à l’étranger qu’aux lybiens. C’est en effet un moyen de pallier à l’absence de presse internationale en Lybie, à l’instar de plusieurs blogs où sont mis en ligne des images tournées avec un téléphone portable, ensuite diffusées par Al-Jazeera. J’ai d’ailleurs trouvé le lien ainsi que les infos sur les videos sur un blog du New York Times (http://thelede.blogs.nytimes.com/2011/02/17/latest-updates-on-middle-east-protests-4/?partner=rss&emc=rss). Les commentaires sur les événements paraissent aussi adressés à l’international : d’une part tout est en anglais, d’autre part ils expliquent parfois localisation et spécificités des villes où se situent les manifs. Par exemple :
    February 17, 21:30hrs Local
    Protests in Yafran, an Amzigh city in Western Libya.

    Enfin, en fouillant un peu j’ai trouvé une autre expérience de carto web 2.0 concernant les mobilisations en Iran : http://maps.google.com/maps/ms?ie=UTF8&hl=en&msa=0&msid=212059469427545728757.00049c3ccff84acc3d545&ll=35.744283,51.463394&spn=0.167191,0.4319&z=11&source=embed
    Cette fois la carte est faite par un blog de journalistes (http://www.storyful.com/stories/1000001048-storyful-now-pro-democracy-protests-spread-to-iran/) à partir des infos envoyées par des utilisateurs de twitter en Iran.

  5. Eric Verdeil Auteur de l’article

    pour compléter on peut aussi signaler, via Thierry Joliveau, une Google map des tweets de la contestation : « Si vous êtes perdus dans le flot de tweets #Libya, #Bahrain et #Revolution, le blog Mibazaar (http://blog.mibazaar.com/) a mis en ligne une application mash-up (combinant des services et contenus provenant de plusieurs applications) pour suivre en direct la contestation dans le monde arabe et en Iran telle qu’elle est commentée sur le réseau social Twitter. Les messages postés sur le réseau social à propos des événements à Bahreïn, en Egypte, en Libye et en Iran sont ainsi localisés en fonction de leur origine géographique et visualisables en temps réel sur une carte Google Map http://www.mibazaar.com/meprotests.html. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *