Pénurie d’essence : le pétrole comme pouvoir

Le blocage des raffineries et la pénurie de carburant actuellement observés en France n’auraient comme seuls précédents que mai 68, selon Oil Man. La situation de ces derniers jours m’a conduit à relire un texte très stimulant de Timothy Mitchell, Carbon democracy (en accès libre ici).

Mitchell y trace un parallèle entre la construction des démocraties en Europe occidentale et aux USA, dans leur double volet politique et de Welfare State et les transitions énergétiques d’une énergie essentiellement de biomasse vers des combustibles fossiles comme le charbon à partir de 1800 puis vers le pétrole à partir des années 1930. Or, ces transitions successives ont profondément transformé les rapports de force sociaux et politiques. Par exemple, les mines et le développement du transport du charbon par barges ont conféré aux travailleurs de ces secteurs un rôle majeur dans la revendication des droits et ont contribué à de nombreuses avancées sociales.

En revanche, l’organisation technique, économique et politiques du secteur pétrolier est loin d’avoir autant favorisé le progrès social. Mitchell insiste beaucoup sur la plus grande légèreté du produits pétroliers, leur transport transocéanique par bateau qui permet de contourner les blocus. Il montre aussi que la diplomatie américaine au Moyen-Orient a systématiquement conforté (par des interventions de la CIA notamment) les pouvoirs locaux conservateurs et non-démocratiques. Il donne ainsi une autre lecture de la notion de rentier-state, autrement dit de la malédiction du pétrole (une tarte à la crème de la science politique). Un pan original de son argumentation réside dans l’analyse des causes de la crise du système monétaire de Bretton Woods, largement du selon lui aux importations de pétrole par les USA (engendré par un système de consommation – automobile etc – alimenté par le pétrole à bon marché) qui causèrent la fuite des dollars hors du pays. En revanche, le choc pétrolier de 1973 a permis de sauver les producteurs de pétrole américain, alors de plus en plus chassés de leurs concessions moyen-orientales. Les nouveaux prix du pétrole ont en effet rendu rentable l’exploitation des pétroles non-conventionnels de la Mer du Nord ou d’Alaska.

Oil Man a raison de souligner  » la dépendance et la vulnérabilité extrêmes de notre modèle sociétal à l’égard du pétrole ». On a tout intérêt à analyser les rapports de force entre acteurs qui se construisent autour d’un tel état de fait. Tous ne sont pas également gênés, ni dans les mêmes temporalités. Ces rapports de force sont parfois de nature géopolitique (cas du gaz russe); parfois, comme aujourd’hui, internes à la société, ils font jouer des clivages inattendus, entre urbains des centres villes et périurbains et ruraux par exemple (ce qu’on avait déjà vu à propos de la taxe carbone).

Le pouvoir des groupes sociaux aujourd’hui moteurs des revendications (énergie, transport) n’est pas seulement lié à leur statut encore protégé. Ce serait plutôt l’inverse : ils sont encore protégés car ils disposent de puissants leviers d’action.

Sur Timothy Mitchell, en français : voir cette recension de Michel Callon sur son livre The Rule of Expertise: Egypt, techno-politics, modernity. Un must read, particulièrement conseillé à mes collègues géographes!


2 réflexions au sujet de « Pénurie d’essence : le pétrole comme pouvoir »

  1. Ping : Electric capitalism. La corporatisation de l’électricité en débat | Rumor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *