Nouveaux enjeux de l’approvisionnement en eau dans les villes tunisiennes

Dispositif de puisement de l'eau de pluie collectée dans un majel dans une villa moderne de Sfax (cliché E. Verdeil - 2007)

Un des thèmes qui m’a le plus intéressé lors du colloque du SEDET est l’évolution des questionnements sur la problématique de l’approvisionnement en eau en Tunisie. Cette question est habituellement dominée par la problématique de la pénurie en eau et de l’aridité, avec généralement un fort accent mis sur la question agricole (par exemple ici ou ici). Mais les travaux sur l’approvisionnement des villes n’étaient pas si fréquents jusqu’à il y a a peu.
Deux communications (N. Omrame, H. Belaid) en ont retracé l’histoire, à propos des cas de Tunis et de Sousse. Dans une perspective plus orientée vers la concurrence des usages agricoles, industriels et résidentiels, S. Abdedaiem a présenté la situation de l’oasis de Gabès.
Toutefois, la communication la plus novatrice à mon sens a été celle de Nadia Sahtout qui présentait des résultats de sa thèse en cours d’achèvement sur les pratiques d’approvisionnement alternatives dans la région de Sousse (elle a  un autre papier dans des actes de colloque publié par L’Harmattan, hélas). Ce travail aborde des questions que nous avions soulevées avec Ali Bennasr dans un article récent paru dans Flux sur la gestion publique de l’eau potable en Tunisie et le rôle que pourraient y tenir les majels, les citernes destinées à la collecte des eaux de pluie, système très développé dans l’agglomération de Sfax. Enfin, un article de Sarra Touzi, Bernard Barraqué et Sébastien Treyer, dans le dossier sur les services d’eau dans les villes publié dans Tiers Monde sous la direction de S. Jaglin et M.-H. Zérah, apporte également une contribution significative, qui prolonge ces travaux.

Le point de départ de ces textes est que globalement, et surtout par comparaison avec les pays voisins ou comparables (la Jordanie, la Syrie, pour ce que je connais), la situation tunisienne est plutôt bien gérée. Malgré l’aridité, l’approvisionnement en eau est bien assuré en particulier dans les villes. Toutefois, n’arrive-t-on pas aux limites du système?

Dans les trois textes cités, un premier élément de réflexion est la question tarifaire. On a, comme dans beaucoup de pays du Sud, une tarification par tranche, au nom de la justice sociale (les pauvres-petits consommateurs sont supposés payer moins cher). Le tarif est de plus en plus utilisé également pour dissuader la consommation des gros consommateurs, dans une logique d’économie d’eau. Toutefois, cette stratégie expose l’opérateur à des risques de fuites de ces gros consommateurs qui contribuent fortement à l’équilibre économique par la péréquation. De l’autre côté, Nadia Sahtout et Sarra Touzi et al. montrent (avec des calculs qui sont légèrement différents dans le détail) que si l’on regarde les prix moyens, les abonnés de la première tranche ne sont pas si bien lotis. D’autre part, Touzi et al. montrent aussi que les ruraux dispersés, qui ne sont pas desservis par la SONEDE, ne bénéficient pas de ce prix social. L’efficacité tant économique que sociale du tarif est donc en question.

Le deuxième élément qu’abordent ces trois textes est  le développement de pratiques alternatives d’approvisionnement et les conséquences qu’elles peuvent avoir dans le futur. C’est là le cœur de l’enquête de Nadia Sahtout. Elle distingue les stratégies citadines de celles des gros usagers. Les citadins ont surtout recours à la collecte des eaux de pluie. Dans la région de Sousse, les systèmes traditionnels présents dans la vieille ville (collecte dans les majels sous les maisons) sont très largement abandonnés faute d’entretien. En revanche, le système fleurit à nouveau dans les maisons individuelles modernes (26% en sont équipés). Toutefois, ce la ne concerne pratiquement pas, selon elle, les quartiers non-réglementaires. D’autre part, à la différence de Sfax où l’eau de pluie est consommée (grâce à tout un travail pour garder l’eau à l’abri des germes), elle est réservée à Sousse aux usages non-nobles (nettoyage etc.). Beaucoup de gens utilisent d’ailleurs un système de canalisation à double entrée, ce que je n’ai pas vu à Sfax. Les deux autres autres stratégies des citadins concernent le forage et le recyclage. Ces nouveaux usages sont donc spatialement et socialement différenciés.

Le travail de N. Sahtout est très intéressant aussi sur l’approvisionnement alternatif des gros consommateurs, industries et hôtels. Ces derniers en particulier ont installé des unités de dessalement pour leur usage propre et commencent à distribuer l’eau dessalée à des établissements voisins. L’eau dessalée serait même moins onéreuse que l’eau du réseau. L’autre grande pratique en expansion est le recyclage des eaux grises (notamment pour les golfs), mais avec l’inconvénient des odeurs. Enfin, le forage existe aussi. La question posée par N. Sahtout est alors évidemment celle de la prise en compte et de la régulation de ces nouveaux usages, qui sont certainement à encourager dans une perspective de développement durable. Toutefois, avec  quelles conséquences?

L’apport de l’article de Touzi et al. est justement dans sa réflexion prospective, fondée sur une discussion inspirée de Rawls sur l’équité non seulement sociale mais aussi spatiale des pratiques d’approvisionnement et de consommation d’eau. La péréquation tarifaire favorise en quelque sorte l’usage de l’eau dans des lieux où la pénurie hydrique locale est plus forte, ce qui apparaît irrationnel. Les auteurs montrent que le développement, très couteux, des unités de dessalement dans le Sud tunisien, pourrait aboutir à des subventions cachées aux secteurs touristiques ou industriels fortement consommateurs d’eau. Inversement le risque de fuite existerait dans le cas d’une hausse des coûts. D’où la nécessité de réfléchir à des ajustements de la tarification, sur une base régionale.

Dans la ligné des réflexions de Rawls, l’auteur appelle aussi de ses vœux une transparence des mécanismes de subventions par exemple en clarifiant sur les factures la part du coût de l’eau qui bénéficie de la péréquation, et en spécifiant l’origine financière des subventions : recettes, budget de l’Etat, fonds d’aménagement du territoire. Ceci conduit à deux remarques.

La première a à voir avec la présentation qui est généralement faite des tendances à la libéralisation dans les politiques d’aménagement du territoire depuis une grosse vingtaine d’années (plus ou moins depuis 1987) (voir les articles de Daher et Miossec). Le retrait de l’Etat d’un certain nombre de secteurs a conduit au renforcement de l’axe littoral des villes du Sahel (et de Tunis), soit disant sous l’effet des mécanismes de marché. Il n’est pas inintéressant, en s’appuyant sur le travail de Touzi et al., de voir que ce développement repose en fait en bonne partie sur une subvention du prix de l’eau dont bénéficient les activités économiques majeures de cette région (tourisme, industrie).

La deuxième remarque a à voir avec la question de la transparence des choix budgétaires. Elle renvoie à la nature de la construction de la légitimité politique en Tunisie. Béatrice Hibou a montré comment les politiques fiscales et économiques à l’égard des différents secteurs de la société s’inscrivent non pas dans une logique de transparence mais au contraire, dans une grande opacité, de construction d’allégeances en échange de la fourniture de diverses prestations sociales et économiques, pour les plus pauvres comme pour les classes moyennes ou les entrepreneurs. Dans ce contexte, et comme le relèvent d’ailleurs dans une note Touzi et al., assurer la transparence des mécanismes financiers pour clarifier les choix politiques du régime représenterait, par rapport à la logique de fonctionnement du régime, un renversement de pratiques. On imagine mal sa mise en œuvre tant cela impliquerait des débats et des négociations publics sur les finalités de l’action qui sont à l’opposé de ce qu’on observe dans les politiques publiques tunisiennes (pour l’urbanisme, voir les travaux de P.A. Barthel ou de O.Legros).


5 réflexions au sujet de « Nouveaux enjeux de l’approvisionnement en eau dans les villes tunisiennes »

  1. Joris

    Bonjour,

    Je suis trés interessé sur les publications que vous évoquez plus haut, notamment au sujet de la gestion de l’eau à Tunis (le sujet de l’intervention de N. Omrame ?). Je voulais donc savoir comment se procurer ces textes. Savez vous s’ils seront publiés ou mis en ligne prochainement ?

    Cordialement,
    Joris N’HAUX

  2. Joris

    Bonjour,

    Je me permet de vous relancer à propos des textes de ce colloque : auriez-vous une adresse email à laquelle je pourrais vous joindre ? De même, pourriez vous m’indiquer comment contacter les organisateurs du colloque ? En effet je rédige un mémoire (de master 1, à l’IEP d’Aix) qui traite de la gestion de l’eau dans les grandes villes maghrébines littorales, et ces développements sur Tunis me seraient surement trés bénéfiques. Je peux être joint à l’adresse jorisnhaux@hotmail.fr.

    Je vous en remercie d’avance,

    Cordialement,

    Joris N’HAUX

  3. Ping : Villes arabes : en route vers la révolution | Urbanisme – Aménagement – Fiscalité

  4. Ping : Urbanisme – Aménagement – Fiscalité » Villes arabes en révolution : quelques observations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *