L’eau et les services urbains, du Maghreb au Moyen-Orient (retour de colloque)

Réservoirs d'eau et chauffe-eau solaire sur un toit d'Amman (2006 - (c) E. Verdeil)

Le colloque du SEDET qui s’est tenu les 7 et 8 octobre dernier était d’un bon niveau et a permis des discussions stimulantes. Les organisateurs en promettent une publication rapide. On verra. Hélas, ce sera probablement chez l’Harmattan!
Je propose ci-dessous le support PowerPoint de ma présentation, qui détaillait pour l’eau, certaines évolutions abordées plus globalement dans le cadre de mon introduction au dossier de Géocarrefour sur les services urbains. Je participais à un atelier sur les modes de gestion et les réformes institutionnelles qui illustrait et détaillait très bien l’idée principale que j’ai voulu défendre, à savoir qu’il était temps de dépasser les débats sur les PPP (partenariats publics-privés), minoritaires et globalement en reflux dans la région concernés, surtout pour la distribution d’eau (alors que de nombreuses unités de désalement d’eau sont créées, notamment en Algérie).
Au contraire, il est impératif d’être attentif aux transformations gestionnaires internes, et les communication des collègues étaient ici fort intéressantes. Delphine Pagès-El Karoui a ainsi montré l’évolution de la situation en Egypte, dans les villes « moyennes » du Delta du Nil, où la desserte est loin d’être universelle et surtout, quand elle existe, loin d’être continue. L’un des intérêts du colloque était sa réelle pluridisciplinarité. En l’occurrence, la contributions de plusieurs économistes algériens est à signaler. Plusieurs d’entre eux ont su dépasser les commentaires de leurs équations pour proposer une vision très intéressante de l’évolution de l’approvisionnement en eau potable en Algérie. Dans les plus grandes villes, des contrats de gestion ont été signé avec des opérateurs internationaux (essentiellement français je pense). Il ne s’agit pas toutefois de grandes concessions comme le Maroc les a expérimenté avec une réussite mitigée (cf. la contribution de Claude de Miras qui parle de la première phase d’opération comme la « période arrogante » – on retrouvera dans Géocarrefour certains éléments de son analyse). On a au contraire des contrats qui visent surtout à améliorer certaines performances techniques et qui témoigne d’ailleurs, selon un des participants, de la difficulté des opérateurs publics algériens à moderniser leur gestion (collecte des factures, entretien, réparation des fuites). En Algérie, le problème n’est pas celui du financement de la construction des réseaux, vu la manne pétrolière). L’autre évolution intéressante concerne le passage de régies municipales à un opérateur public (l’Algérienne des eaux) dans de nombreuses villes moyennes, et une réflexion sur les enjeux de la tarification comme moyen d’agir sur la demande.

Lors de la discussion, Bouziane Semmoud s’est interrogé sur le paradoxe apparent entre mon propos minimisant la portée des privatisations et la « convergence libérale » qui marque la région et qui semble plus affirmée que jamais. Il en fait d’ailleurs un thème structurant de son livre Maghreb et Moyen6orient dans la mondialisation qui vient de paraître. A mon sens, le paradoxe n’en est pas un. La conséquence spatiale du néolibéralisme se voit précisément dans la différenciation accrue des espaces, sous l’effet des choix effectués par les acteurs privés concernant les secteurs qu’ils acceptent d’exploiter, et sous l’effet des choix politiques qui sont à la base de ces privatisations et qui sont souvent régionalement et spatialement différenciés, ce qui produit précisément des territoires en miettes du point de vue des régulations.

Un autre thématique intéressante du colloque portait sur les conflits d’accès à l’eau, en particulier avec les exemples dramatiques de Gaza (Mirna Jammal), de la Cisjordanie (très bon exposé de Pierre Blanc) et Bagdad (Patrick Ribau, très alarmante présentation). Les parallélismes sont frappants avec les enjeux de la gestion électrique dans ces pays, que j’avais abordé dans cet article.

J’aborderai dans un prochain billet les réflexions que m’ont inspiré les présentations sur la gestion de l’eau en Tunisie.

Pour prolonger ces réflexions et les replacer dans une perspective plus large, renvoyons à deux références récentes qui balayent magistralement le champ : l’introduction au dossier Eau des villes. Repenser des services en mutation, que vient de publier la revue Tiers Monde sous la direction de Sylvy Jaglin et Marie-Hélène Zérah et L’eau mondialisée. La gouvernance en question, sous la direction de Graciela Schneier-Madanes (J. Bethemont en propose un CR sur Géocarrefour).

Voici la présentation. Une version écrite sera bientôt disponible sur Hal.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *