Archives par étiquette : déchets

Fabrique des gouvernements urbains en régime autoritaire. Le cas de la réforme de la gestion des déchets ménagers en Egypte

Une rue de Manchiet Nasr, au Caire, le principal quartier des chiffonniers. Photo E. Verdeil, nov. 2012

Je suis très heureux d’annoncer la soutenance de thèse de doctorat de Lise Debout, qui aura lieu le 22 novembre à l’Institut d’urbanisme de Lyon, 14 av. Berthelot, Lyon 7e arrondissement, salle 101. La soutenance est publique.

Titre de la thèse : Fabrique des gouvernements urbains en régime autoritaire. Le cas de la réforme de la gestion des déchets ménagers en Egypte

Le jury est constitué de Sarah Ben Néfissa, IRD, Le Caire (rapporteur), Sylvy Jaglin, Université Paris-Est Marne la Vallée (rapporteur), Marc Lavergne, CNRS, Lyon (GREMMO), Franck Scherrer Université de Montréal (directeur), Eric Verdeil (co-directeur).

 Résumé

Cette recherche s’inscrit au croisement de deux problématiques des études urbaines : le gouvernement urbain et les services publics en réseau. Elle étudie le cas de la gestion des déchets ménagers en Égypte à travers trois études de cas (Le Caire, Giza et Alexandrie) où la délégation du service à des entreprises européennes a transformé la gestion urbaine. Avant les Révoltes, l’Égypte, malgré des réformes de libéralisation économique et politique de façade, était demeurée un régime autoritaire et centralisé. Dans ce contexte d’une absence a priori de gouvernement urbain, comment assurer l’adaptation locale et la réponse aux besoins locaux d’une politique publique ? Proposant une grille de lecture du gouvernement urbain, nous étudions sa formation et/ou transformation et les conditions de la territorialisation des politiques publiques à travers la réforme de la gestion des déchets. Définissant ce service public comme « réseau mou », nous postulons qu’il a des caractéristiques propres à modeler le gouvernement urbain dans sa dimension institutionnelle et horizontale. Trois résultats peuvent être tirés de cette recherche. Tout d’abord, si l’État, pendant le processus de réforme, jouait un rôle central, une partie du service lui échappe dans l’implantation de la politique. Deuxièmement, ce réseau « mou » peut atteindre des objectifs de service public au même titre que les réseaux « durs » traditionnels (eau, assainissement, etc.) dans le cadre. Troisièmement, que y compris dans un régime autoritaire, ce service public particulier, a stimulé la formation de gouvernements urbains dans une forme d’autonomie vis-à-vis de l’État.

Mots clefs : Réseau ; gouvernement urbain ; Égypte ; régimes autoritaires ; service public ; déchets.

Crise des déchets à Saïda (Liban)

La décharge de Saïda (cliché EV-avril 2010)

Voilà presqu’un an que je n’ai pas mis les pieds au Liban. J’en suis l’actualité à travers la presse, principalement L’Orient-Le Jour et The Daily Star. Depuis quelques semaines, l’actualité urbaine est dominée par le problème de la mise en décharge des ordures de la région de Saïda, la grande ville du sud du pays. Depuis des années, ces ordures sont (comme pendant longtemps à Beyrouth) déposées sur ce qui est devenu avec le temps un gigantesque dépotoir qui se déverse dans la mer ou brule en dégageant des émanations toxiques. Cette solution “temporaire” devait prendre fin avec l’ouverture d’une usine en projet depuis 1997. Mais les aléas, délais, controverses autour de ce projet ont été très nombreux et l’usine n’est apparemment toujours pas opérationnelle. L’Orient-Le Jour consacre un dossier à cette question aujourd’hui, avec trois articles:
Saïda et ses environs croulent sous les ordures
Quelles perspectives pour la réhabilitation du dépotoir ?
Trier dans les maisons : une solution venant de l’intérieur

(les trois articles au format PDF ici)

Je ne peux guère me prononcer sur la qualité de ces enquêtes mais les articles offrent néanmoins des angles variés et complémentaires. Cette crise renvoie à la fois à l’incapacité de l’Etat à planifier les investissements nécessaires et à réguler le secteur; l’aide internationale est également impliquée (notamment ici, des fonds du gouvernement saoudien) mais la question est depuis longtemps devenue un enjeu local, opposant les municipalités entre elles (en fonction de leurs intérêts et situations urbaines, ainsi bien sûr que de leur affiliation politique contrastée); le conflit donne aussi à voir l’émergence de groupes contestataires locaux, écologistes ou plus largement représentant de la société civile; et enfin, cette affaire est aussi emblématique des difficultés des rapports publics-privés à l’échelle locale, puisque l’opérateur de la nouvelle usine de traitement est un investisseur privé.
En bref, on a là un conflit très révélateur des nouveaux enjeux autour de l’action publique locale et il serait très intéressant qu’une recherche plus approfondie y soit consacrée (idéal pour un sujet de thèse).

Pour mettre cela en perspective, je propose aussi les pistes suivantes :

– sur le lien entre décharges, remblais plus ou moins involontaires et transformations du littoral libanais, voir la section Atteintes à l’environnement du chapitre 4 de notre Atlas du Liban, le chapitre 11 de ma thèse où j’analyse notamment certains précédents à Saïda justement (partiellement repris dans mon livre récemment paru) et mon article centré sur Beyrouth mais qui abordait cette question des empiètements littoraux dans une perspective plus large de mutations urbaines et d’infractions des riches.

– sur les politiques des déchets au Liban il existe peu de travaux à ma connaissance. Avec Eric Huybrechts, nous avions toutefois évoqué ces questions à propos de Beyrouth dans le contexte de la fin des années 1990 (Beyrouuth entre reconstruction et métropolisation).

Les chiffonniers du Caire et la « grippe porcine » sur Visions cartographiques

A lire, le papier de Bénédicte Florin sur le blog Visions cartographiques, où Philippe Rekacewicz du mensuel Le Monde diplomatique invite les géographes et créateurs d’images à communiquer leurs travaux au grand public.

Dans les premiers jours de mai 2009, après un Conseil des ministres réuni le 30 avril et présidé par le chef de l’Etat, M. Hosni Moubarak [1], la police égyptienne et des vétérinaires réquisitionnés procédaient à la capture et à l’abattage de 300 000 porcs élevés par les chiffonniers du pays. L’Egypte a été le seul Etat au monde à prendre une telle décision après l’apparition de la grippe A/H1N1 au Mexique, au printemps 2009, et surnommée « grippe porcine » alors même que les scientifiques ont récusé l’expression et démontré qu’il s’agissait d’une grippe inter-humaine. Au même moment, M. Gezairy, Directeur régional de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) pour la Méditerranée Orientale, annonçait à la presse que l’exposition aux porcs n’était pas un facteur de transmission. Le directeur de la FAO [2] tentera, en vain, de joindre les autorités égyptiennes pour les dissuader. La panique collective qui a saisi l’Egypte, l’absence de contestation dans les médias, le silence des ONG, l’instrumentalisation faite de la « crise des cochons » par le Parti National Démocrate (PND) au pouvoir et par le parti des Frères musulmans, ont rendu irrémédiable l’abattage des cochons.

Ce papier reprend des éléments de son article Réforme de la gestion des déchets et reconfigurations des territoires professionnels des chiffonniers du Caire publié dans Géocarrefour il y a quelques mois, complété par des travaux de Lise Debout (quelques billets de blog). Consultez aussi les travaux du groupe Sociétés urbaines et déchets.