Archives de catégorie : édition électronique

Beyrouth et ses urbanistes : comptes rendus

Dans le même esprit que dans le précédent billet sur l’Atlas du Liban, je fais ici la liste des comptes rendus au sujet de Beyrouth et ses urbanistes : une ville en plans (1946-1975), publié fin 2010. Le livre n’est pas encore désormais consultable en ligne mais on peut l’y commander la version papier. Cette liste sera mise à jour pour intégrer les prochains CR (Inch’allah!).

Bénédicte Tratnjeck (mars 2011), sur le site des Cafés géographiques ;

Marie Opoczynski (été 2011), sur le site de la revue Lectures ;

Bruno Dewailly, dans Confluences Mediterrannée (2011, printemps) (accès payant pour l’instant);

Nora Lafi, dans Planning Perspectives, vol. 26, n°4, pp.680-682 (accès payant ou sur abonnement; scan PDF).

Céline Barrère, « Beyrouth, le dessous des cartes », Métropolitiques, 5 avril 2013 (en anglais Beirut, the city beneath thesurface )

Mona Harb, بيروت ومعماريّوها: المدينة في أمثلها الهندسية (1946 – 1975) (إريك فرادي, dans la revue Idafat, n°22, printemps 2013 (p.205-208) (voir le PDF)

Mona Harb. Review of Verdeil, Éric, Beyrouth et ses urbanistes: une ville en plans, 1946-1975. H-Mediterranean, H-Net Reviews. October, 2013.
URL: http://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=39680 (version anglaise du précédent).

 

Atlas du Liban : liste des comptes rendus

Il m’a semblé utile, pendant que j’en ai encore la mémoire, de faire une liste des comptes rendus et recensions publiés au sujet de l’Atlas du Liban. Territoires et société, édité par l’IFPO et dirigé par G. Faour, S. Velut et moi-même, avec quelques autres contributeurs. Rappelons que cet ouvrage est librement accessible en ligne sur le site des collections électroniques de l’IFPO et qu’on peut également en acheter des copies numériques (PDF ou epub). On peut même encore l’acheter en papier! Si vous en connaissez d’autres, merci de me le signaler.

Revues de géographie et de sciences sociales

Jacques Bethemont, dans Géocarrefour, Vol. 85/1, 2010, [En ligne], http://geocarrefour.revues.org/7379.

Éric Denis , dans Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne] , 124 | novembre 2008 , URL : http://remmm.revues.org/index5783.html

Ramez Philippe Maalouf, « Atlas du Liban  », Confins [Online], 4 | 2008, posto online em 12 novembre 2008,  URL : http://confins.revues.org/5122 (en portugais)

Mona Harb dans les Cahiers de géographie du Québec, Volume 53, numéro 149, septembre 2009, p. 297-298

Henri Chamussy « Le Liban : un essai et deux atlas », l’Espace géographique, 2009/1 (vol. 38)

Liliane Barakat, recension (PDF) dans Tempora, annales d’histoire et d’archéologie (Beyrouth : Université Saint Joseph), vol. 18, années 2007-2009, pp.257-58.

Jean-François Troin  »Un défi, une réussite », les Annales de géographie, 2010/1-2 (n° 671-672)

Thomas Richard, « Le Liban décortiqué », sur nonfiction.fr, le 28 avril 2008

Franck Vidal dans, Mappemonde 89, 2008,

Pierre Blanc, Confluences méditerranée, mars 2008

Mohamed Kamel Doraï, Transcontinentales, n°6, 1er semestre 2008

Book Note, Environment and Urbanization, April 2009; vol. 21, 1: pp. 261-280 (ici ou encore ).

Shwayri, Sofia T. 2011. « Book Review: “Atlas du Liban : territoires et société” ». The Arab World Geographer 14 (3): 295-298 : sur le site de la revue ou PDF image.

Rigas Arvanitis, Atlas du Liban, Estime-Documentation (IRD), mai 2009 : http://www.estime.ird.fr/article274.html

Dans la presse libanaise

A l’occasion de la parution de la traduction en arabe de l’Atlas du Liban, un compte rendu est paru dans The Monthly, February 2013, n°127, pp.31-32 (CR-atlas-Monthly)

Alexandre Médawar, dans le Commerce du Levant (février 2008)

As Safir, 30 janvier 2008

L’Orient-Le Jour, 28 septembre 2008

Lebanon Opportunities, January 2008

Dans la presse française

Note, Alternatives internationales, mars 2008

Note par Marina da Silva, Le Monde diplomatique, avril 2008

Un style Zotero pour Géocarrefour

Thierry Joliveau et moi-même avons élaboré un style Zotero conforme aux normes bibliographiques de Géocarrefour, basé sur le style France (auteur, date) (style à pister ici – voir le commentaire du 9 mars – ou ). Il est disponible en test à la fin de la page Soumettre un article de cette revue.

Merci de me signaler les problèmes qui pourraient se poser : geocarrefour@revues.org ou dans les commentaires.

Voici ce que cela donne :

BARTHEL P.-A., ZAKI L., Les holdings d’aménagement, nouvelles vitrines techniques de l’action urbaine au Maroc. Les cas d’Al Omrane et de la CDG Développement, in ZAKI L. (éd.), L’action urbaine au Maghreb, enjeux professionnels et politiques, Paris, Karthala, 2011, p. 172-192.

GABRIEL-OYHAMBURU K., Le retour d’une géopolitique des ressources ?, L’Espace Politique [En ligne], 11 février 2011,. n°12,. Disponible sur : < http://espacepolitique.revues.org/index1796.html > (consulté le 29 mars 2011)

HELSENS T., Eau potable: des principes, des normes… et des consommateurs, in Toubabou à Bamako [En ligne], [s.l.], [s.n.], 2011, Disponible sur : < http://mali.blogs.liberation.fr/helsens/2011/03/eau-potable-des-principes-des-normes.html > (consulté le 29 mars 2011)

ZAKI L. (éd.), L’action urbaine au Maghreb, enjeux professionnels et politiques, Paris, Karthala, 2011, 285 p.

Ma liseuse et le web. Questions sur l’epub

Depuis quelques mois, j’utilise une liseuse (Sony Reader 650). C’est loin d’être un outil parfait mais c’est un outil de lecture très commode. Très léger, très facile à tenir (comme un livre de poche dont on a pas à éviter que les pages se rabatent), annotable (j’y reviens dessous), il est dépourvu dans mon cas de liaison wifi. J’aurais pu attendre encore quelques semaines et acheter un Cybook Orizon mais en y réfléchissant, je me suis dit que la connexion n’était pas si indispensable. Cet outil est bon pour s’abstraire du flux incessant du web et des distractions et tentations innombrables des liens hypertextes.

J’ai lu ou relu un certain nombre de textes classiques dans le domaine public et c’est un des grands plaisirs de cet engin. Je lis aussi des articles scientifiques en format PDF mais c’est souvent pénible car j’ai un écran 6′ qui est inadapté pour certaines mises en pages PDF (marges trop grande, colonnes). En fait c’est l’inverse : les mises en pages PDF issues du A4 sont inadaptées à la liseuse. Trop souvent, les fichiers publiés en A4 sont impossible à lire car les polices sont trop petites. Le zoom sur PDF est compliqué à régler et à maintenir, la navigation n’est pas commode . Il existe une possibilité de lire par quart d’écran (adapté à un double colonnage) qui est parfois utile mais pas à tous les coups. Certes, on peut changer l’orientation, ce qui permet de grossir la police mais rien de génial. En revanche, les fichiers PDF directement mis en A5 avec une fonte de type 14 sont formidables à utiliser sur la liseuse. De nombreux ouvrages de la bibliothèque électroniques du Québec par exemple suivent ce format, bien commode.

Autre fonctionnalité bien utile : la lecture de fichiers word. Reconvertis en rtf puis en epub via l’excellent logiciel Calibre, ils deviennent aisément lisibles sur la liseuse et c’est une manipulation aisée.

On peut annoter tous ces fichiers grâce à un stylet. L’écriture des notes ainsi obtenue est vraiment du griffonnage, avec une écriture anguleuse et un maniement pas souple du stylet qu’il faut tenir très droit. Pas de problème pour souligner une faute, plus délicat pour faire un véritable commentaire. Par contre, on peut exporter son travail dans un fichier rtf qui inclut une image des annotations, ce qui est bien commode.

Autre usage très fréquent pour moi : récupérer des textes sur internet pour les lire au calme, dans le train, l’avion ou le soir au lit. Ces textes peuvent être des articles de presse, des billets de blog dont je suis grand consommateur, ou encore des textes scientifiques en html. Pour les récupérer, j’utilise un outil dénommé dotEPUB qui utilise le script de Readability, pour générer un fichier limité au texte principal visé, sans les à-côté, publicité, barres de navigations, liens divers, etc. Ce système est efficace et rapide. En cliquant sur l’icône dotEPUB de ma barre Firefox, un script se déclenche, et il m’est demandé d’enregistrer mon fichier. Je peux alors décider de l’ouvrir dans Calibre, ce qui aboutit à placer le fichier directement dans la bibliothèque. En général, je fais cela en série. Calibre est très pratique notamment pour ré-éditer les métadonnées (titre, auteur, date) qui ont tendance à être de mauvaise qualité (parce que mal déclarés dans tous ces fichiers). Un fois mon lecteur connecté, en un clic, tous les fichiers y sont téléchargés.

Toutefois, je rencontre quelques insatisfactions. En effet, les fichiers html un peu complexes, notamment ceux qui comportent des images, les perdent avec ce script. Les fichiers issus de Revues.org sont particulièrement malmenés, hélas! D’une part, au début de chaque paragraphe, on trouve un numéro, celui affecté par Lodel afin de disposer d’un repère. Pas très joli, même si au fond, l’idée de ce numéro pour remplacer les numéros de page typique du papier est bonne. Le problème est que l’idée ne semble pas s’être généralisée et que, en plus, dotEPUB ne l’intègre pas bien. Sans doute faudrait il que ce type de numéro devienne une norme. Autre difficulté avec les textes de Revues.org mais plus généralement tous ceux qui comprennent des tableaux ou des images : ces illustrations disparaissent. On perd aussi, mais pas tout le temps, les intertitres de différents niveaux, les notes et la bibliographie. Vraiment très désagréable. Autre déception : les notes ne sont pas gérées comme des liens hypertextes avec ce système. De plus, scorie issue là aussi des choix d’affichage de Revues.org (dont je lis beaucoup de textes, je dois le confesser), s’intercalent entre les paragraphes les débuts des notes qui, dans Lodel, s’affichent en marges.

Pourtant, l’epub peut faire tout cela, d’autres textes très élaborés et même artistiques que j’ai téléchargés en donnent un bel aperçu (par exemple cela). Est-ce qu’il existe, comparable en simplicité à dotEPUB, un outil de meilleure qualité? On trouve quelques blogs et tutoriels pour produire de l’epub mais rien de suffisamment robuste et très simple (2-3 clics) pour répondre à ma demande. Il s’agit de convertir du texte (word) en epub en général (par exemple chez Thierry Crouzet ou sur eBouquin). Alors que Revues.org a prévu de placer la fonctionnalité epub dans son service Premium, il serait intéressant de savoir si les développeurs de Lodel ont une idée pour limiter les inconvénients que je viens de citer ou s’il faut nécessairement en passer par l’abonnement à ce service. A la limite, je comprends bien qu’on ne peut pas éviter les numéros mais pourquoi la perte des intertitres?

Un autre souci que je rencontre est lié à l’articulation entre Zotero et Calibre, et concerne donc la gestion de ma bibliothèque de fichiers epub. Zotero offre la possibilité de stocker des fichiers joints et notamment ceux correspondant aux fichiers désignés par les notices bibliographiques. Ce que je trouverais bien, c’est qu’il existe une possibilité automatique de la part de Zotero pour générer un fichier epub à partir d’un fichier html. Et d’autre part, qu’il soit aisé de transférer un tel fichier vers sa liseuse (de même que les fichiers PDF). Mais cela, c’est sans doute aux développeurs de Zotero qu’il faudrait s’en plaindre. On ne peut pas en effet, dans Zotero, exporter d’un clic droit.

Les nouveaux modèles économiques de l’édition électronique et les droits d’auteur

J’apprends en dernière minute l’organisation d’une journée d’études sur l’édition électrique à l’ENS de Lyon, où Pierre Mounier viendra présenter la démarche qui a amené le CLEO à proposer un nouveau « modèle d’affaire » de l’édition électronique, l’OpenEdition Freemium, qui va chercher à combiner accès libre aux textes scientifiques en SHS et services à l’accès et à la lecture, à destination des bibliothèques universitaires (et autres?) et de leurs lecteurs. Initiative originale, dont il sera intéressant de voir quel intérêt elle suscite de la part des bibliothécaires et si ces derniers déplacent leurs préoccupations de l’acquisition à l’accès (se reconnaissent-ils dans ce changement d’enjeu qui est à la base du diagnostic du CLEO et de la proposition d’OpenEdition Freemium?).

En tout état de cause, cette évolution me conduit à m’interroger sur un point particulier : dans ce nouveau modèle, quelle place sera attribuée à l’auteur et en particulier à l’auteur de monographies scientifiques? La question surgit dans un contexte où l’édition universitaire (qu’elle soit le fait d’éditeurs privés ou publics) a progressivement et majoritairement adopté un modèle économique qui, au nom de la diffusion, a sinon supprimé du moins limité la rémunération des auteurs (idée d’un seuil minimal de vente) tout en multipliant les exigences à leur égard (soit : apports de subventions, achat d’un minimum d’exemplaires, fourniture d’un fichier prêt à imprimer, absence de services à l’édition, conditions variables d’un éditeur et d’un ouvrage à l’autre). En caricaturant (j’en suis conscient), on peut dire que c’est le modèle L’Harmattan (ici et ).

Disons d’emblée que je comprends bien que là n’est pas le problème du CLEO, qui discute avec des bibliothèques d’une côté, et des éditeurs de contenu électronique de l’autre. La question est plutôt posée à ces derniers, en fait. D’autre part, la question dépasse la présente initiative du CLEO et se pose aussi pour les projets d’impression à la demande, les ventes de fichiers numériques, etc. Parmi le questions préalables que soulève aussi mon billet, on pourrait s’interroger sur l’arbitraire de la séparation entre monographies et textes courts, séparation qui reproduit directement une particularité de l’édition papier (entre auteurs de monographie et auteurs dans des revues ou des ouvrages collectifs, pour lesquels la question d’une rémunération avaient depuis longtemps été résolue par la cession gratuite). Doit-on en fait généraliser cette dernière solution, c’est à dire affirmer que les producteurs de savoir renoncent à l’idée d’une rémunération (de toute façon fort limitée) lorsqu’ils rentrent dans une logique d’édition scientifique? Universitaires, donc fonctionnaires et déjà payés pour publier? Ne serait-ce pas aller un peu vite en oubliant qu’une partie des auteurs ne sont justement pas (encore?) titulaires?

Pourtant, divers éditeurs universitaires, comme les Presses universitaires de Rennes, semblent s’engager, à titre expérimental, dans l’idée d’un modèle de rémunération des auteurs au-delà d’un seuil de vente minimum (vente d’exemplaires papier et numérique à l’unité). Quid lorsqu’on s’engage dans un modèle qui se rapproche de celui de l’abonnement? On notera d’ailleurs que si les portails Cairn ou Springerlink proposent désormais des accès à des livres électroniques, c’est uniquement à travers des ventes à l’unité et non en abonnement, peut être bien parce que les contrats avec les auteurs de livres ne se prêtent pas à ce nouveau modèle.

Il faut replacer ce questionnement dans les débats qui agitent l’ensemble de l’édition face à l’émergence de l’édition numérique. D’un côté, en France, le Syndicat national de l’édition, au nom de l’unité du produit livre, promeut une vision très conservatrice de la rémunération des auteurs pour la vente de livres numériques. Des auteurs s’en alarment, ainsi que d’autres acteurs éditoriaux. De l’autre côté, quelques initiatives spectaculaires comme celle de Marc-Edouard Nabe ou de Daniel Schneidermann illustrent le court-circuitage de l’édition traditionnelle et de sa lourde et onéreuse chaîne de distribution (fort rémunératrice pour les actionnaires des maisons d’édition qui possèdent aussi ces circuits de la diffusion du livre). Enfin, des initiatives comme Amazon Singles semblent constituer la logique ultime de cette désintermédiation et peuvent paraître offrir de nouvelles perspectives de rémunération pour des auteurs numériques – et pourquoi pas des scientifiques?

Face à ces évolutions, je me demande donc si, en tant qu’auteurs de livres voire aussi d’articles, nous devons nous résigner à abandonner toute prétention à une rémunération indexée sur la diffusion payante de nos travaux. Devons nous céder (gratuitement donc?) l’exploitation de nos droits d’auteur pour une durée quasi-illimitée ou, au contraire, seulement pour des durées courtes (par exemple trois, cinq ans?) puis retrouver la possibilité d’exploiter ces droits sous d’autres supports, tels qu’Amazon? Certes, dans la grande majorité des cas, on ne parle ici que d’un potentiel commercial très limité mais le web et le monde numérique nous montre qu’il est parfaitement possible de concilier accès libre et diverses formes de rémunérations : pourquoi les auteurs de SHS devraient ils renoncer à cette possibilité? La prudence face à des évolutions des pratiques qui sont à l’heure actuelle indiscernables ne devrait-elle pas justement nous conduire à des cessions de droit pour des durées limitées?

Certains ne manqueront pas de trouver cette tribune ridicule voire choquante, et exempte du désintéressement qui sied à un scientifique payé par l’Etat, surtout vu l’étroitesse des recettes qu’on peut envisager. Il me semble pourtant que la question posée va au delà de cela. Nous sommes dans un système où l’investissement de l’auteur ne s’arrête pas à l’instant où il a écrit un point final de son texte mais se poursuit par un travail de propulsion (comme le dit Thierry Crouzet) rendu indispensable par les nouvelles exigences de l’économie de l’attention (Voir M. Dacos : Comment mieux faire connaître mes recherches). L’idée d’une rémunération des auteurs, fût-elle économiquement symbolique, est-elle absurde dans ce nouveau contexte?

Reprise

Je sors d’une période chargée ces derniers temps d’où une petite baisse régime. J’ai plusieurs billets en attente d’ici Noël.

Extrait de la page d'acueil du site kotorabia, qui distribue des livres en langue arabe.

Et pour commencer, un petit signalement : important article d’Hubert Guillaud dans la Feuille sur Le livre numérique vu de l’autre côté de la Méditerranée. L’article présente les analyses et perceptions des éditeurs du Sud (Maghreb essentiellement) à propos du numérique et se demande avec eux si l’édition numérique est une chance pour développer les marchés du livre? Il faut d’abord un parallèle avec la situation du cinéma, où la révolution numérique (lecteurs de CD/DVD) a permis une consommation culturelle très importante. Mais au prix d’un piratage massif.

Quid du livre? Le livre-papier européen (francophone en l’occurrence) est trop cher pour être largement vendu sur ces marchés. Une des seules filières qui marchent est la cession de droits à des éditeurs locaux, qui impriment à bas coût et connaissent les canaux de diffusion. Par ailleurs, les éditeurs libanais parviennent mieux que les Européens, pour les ouvrages en arabe surtout, à pénétrer ces marchés. (Pour comprendre cet état de fait, lire Le livre et la ville. Beyrouth et l’édition arabe, de Franck Mermier – pas encore en numérique…).

Alors, le livre numérique? La dématérialisation permettra-t-elle d’atteindre directement les lecteurs consommateurs en évitant les problèmes d’un réseau de distribution mal structuré? Pour le savoir il serait intéressant de savoir comment se développe le e-commerce notamment pour les services virtuels. Pas sûr que ce soit formidable. Premier problème : aller trouver les lecteurs, notamment les jeunes. Mais les taux de connexion et surtout d’équipement individuels sont encore peu élevés. Les éditeurs locaux sont mal outillés pour passer au numérique (déjà qu’en France, ce n’est pas fameux!). Et désormais il ne pourra même plus y avoir de cession du droit d’exploitation. Les livres numériques, déjà trop chers aux yeux de la minorité qui commencent à s’y intéresser en France et en Europe, le seront encore plus là bas. Il serait difficile d’imaginer des conditions et des prix différents pour différents usagers d’un même web! Là aussi, le piratage semble donc promis à un bel avenir sauf si les livres y deviennent très bon marché. La conclusion de l’article est plutôt pessimiste.

On pourrait lui reprocher (et en fait surtout aux éditeurs en question) de limiter la réflexion à des usages classiques, de livres homothétiques comme on dit, plutôt qu’à l’exploration de nouveaux services et de nouveaux usages autour du livre qui recèlent sans doute de toute autres perspectives – et pas uniquement marchande. Mais les éditeurs sont avant tout, qui pourrait le leur reprocher, des gens qui doivent manger à la fin du mois… Pour imaginer l’avenir du livre électronique au Sud, et son potentiel libérateur évoqué par un des éditeurs dans l’article, ce sont sans doute ces nouveaux usages qu’il faudrait explorer. A quand un billet de Cultures et politiques arabes sur le sujet? (Où l’on constate qu’YGQ, pourtant spécialiste des nouveaux médias, et par ailleurs, lui aussi, du livre arabe, n’a pas prévu les catégories livre et encore livre électronique pour son fameux blog…).

Prolongements et mise à jour(18/12/2010) : je découvre par eBouquin les avancées du projet OPLC de Nicolas Negroponte. L’argument derrière cela est que justement, c’est dans les « pays émergents » voire surtout les plus pauvres que s’inventent les usages de la lecture numérique de demain. Qu’il reste aux éditeurs maghrébins ou européens à y trouver leur place ne veut pas dire que la lecture numérique y est sans avenir… juste qu’ils sont en train de rater le train.

Publier sa thèse en urbanisme : plusieurs modèles en discussion

Les cafés de l’Après-thèse, organisés par les doctorants de l’école doctorale Paris-Est Ville Technique Territoire ont organisé le 16 novembre un débat sur cette thématique, auquel ont participé Elsa Vivant, MCF en urbanisme et auteur(e?) de La ville créative aux PUF, Jérôme Martin représentant des éditions L’Harmattan et  Pierre Mounier de Revues.org.

La discussion apporte toute une série de conseils aux jeunes et futurs docteurs dans leurs projets de publication, notamment des informations essentielles sur l’organisation économique du milieu de l’édition. Les enjeux relatifs à la publication de la thèse sont utilement relativisés. Elsa Vivant insiste aussi sur les contraintes voire les torsions auquel un auteur doit se prêter pour publier dans une « grande » maison (elle cite son chiffre de vente : 836, en environ un an, ce qui souligne tout de même la taille réellement petite du marché des SHS, pour un ouvrage formaté pour un public relativement large).

On aurait pu espérer que les « prestations » offertes par L’Harmattan soit davantage démystifiées, comme dans ce billet de Pierre Assouline (signalé par Aldus) : l’absence de relecture, de maquettage, la faiblesse de la diffusion en librairie, ou encore les prix élevés pour des fichiers électroniques (qui ont certes le mérite d’exister comme s’en félicite Aldus) par ailleurs dépourvus de toutes métadonnées qui en faciliteraient l’exploitation et le référencement. Mais il faut reconnaître que ce géant relatif est loin d’être le pire éditeur du marché (l’exemple des Editions Universitaires Européennes est cité : ils bombardent nos boîtes mail de démarches vantant leurs services, sans aucune garantie pour les auteurs qu’ils pourront vraiment trouver un lectorat. Cf une sévère mise en garde ici).

Pierre Mounier replace la question de la publication dans une perspective plus large et insiste sur les transformations des rapports papier/électronique. On trouve aussi une discussion qui souligne que l’édition électronique n’est pas à priori un facteur aggravant le plagiat. Je suis à priori d’accord avec cette affirmation tout en notant qu’on manque un peu de recul sur la question. Tout dépend aussi de quel plagiat on parle : sans doute pas (massivement en tout cas) celui des chercheurs jeunes ou moins jeunes, mais celui des étudiants, en revanche, existe.

Il me semble qu’il serait nécessaire de faire un bilan critique et prospectif de l’édition universitaire et de sa politique de publication de livres. J’ai l’impression que l’offre ne bouge pas beaucoup et que le milieu reste très conservateur.

Au total, une initiative utile et instructive. Bravo aux doctorants du LATTS.

Le compte-rendu est ici.

Publier sa thèse en urbanisme

Les Cafés de l’Après-Thèse, une initiative de doctorants du LATTS, organisent une rencontre sur le thème Publier sa thèse, le 16 novembre à 10h30.

La Maison des Initiatives Etudiantes
50 rue des Tournelles
75003 Paris
Métro: Bastille ou Chemin Vert

Avec Elsa Vivant, MCF à l’IFU, Denis Prient, des Editions L’Harmattan et Pierre Mounier du CLEO.
Ils aborderont les points suivants :
Comment passer de la thèse à la publication?
Quels enjeux autour de la publication de la thèse ?
Comment trouver un éditeur ? Et la publication numérique ?

Pour aller plus loin : le site des Cafés de l’Après-thèse

Info signalée par Pauline Gabillet, doctorante au LATTS (la contacter pour participer).

Un nouveau type de presses universitaires

Marin Dacos partage ses signets sur l’édition électronique. Dans 12 suggestions d’un chercheur à ses amis bibliothécaires (reprise de Peter Murray-Rust), je relève celle-ci:

Mettre en place un nouveau type de presses universitaires
C’est une des plus grosses occasions manquées du siècle. Les universités auraient pu créer de nouveaux modes de publication académique. Les coûts sont bien moindres maintenant – ce n’est peut-être pas trop tard. Avant que, dans 5 ans, Google ou son successeur gère les systèmes d’information universitaires.

qui fait écho à mes remarques de l’autre jour sur le développement nécessaire de l’accès libre pour nos livres universitaires

Publications SHS en libre accès : en finir avec L’Harmattan?

Un billet de l’URFIST nous apprend le lancement d’une bibliothèque de l’OAPEN (Open Acess Publishing in European Networks). Comme souvent, la traduction nous conduit à nous interroger sur l’adéquation des mots et des idées. En l’occurrence, publishing ne renvoie-t-il pas d’abord à l’idée d’édition au sens commercial, à savoir vente et diffusion, par opposition à editing, qui concerne plutôt la fabrication et le polissage du texte ? (Je m’appuie ici largement sur les propos « propulsés » par Thierry Crouzet, toujours provocant et stimulant, par exemple ici). En fait, mon interrogation est un peu feinte. A partir du moment où des textes sont rendus disponibles en libre accès, il est en effet loisible de parler de bibliothèque autant que de diffusion éditoriale. Nous sommes bien à un tournant qui concerne à la fois les pratiques et les métiers de production, de diffusion, de stockage du livre (voir L’édition électronique de M. Dacos et P. Mounier). L’existence de fichiers numériques immatériels remet en question certains d’entre eux dans leur acception la plus immédiate et oblige à les repenser.

Cette initiative correspond pour l’instant à un regroupement modeste d’une dizaine de presses universitaires et éditeurs académiques. Curieusement, alors que les Presses Universitaires de Lyon participaient à l’origine à cette initiative (seul partenaire français), elles n’apparaissent plus comme partie prenante sur cette page du site de l’OAPEN (mais leur site y fait toujours allusion). En parallèle, de multiples autres initiatives d’éditions électroniques de livres se sont lancées. En France, citons par exemple les livres de Revues.org, les ouvrages de Persée, et d’autres (dont les livres numériques des PUL, justement).

L’un des points les plus positifs que m’inspirent ces initiatives est qu’il va enfin être possible de se passer des « services » coûteux et si insatisfaisants de l’Harmattan, Karthala et consorts, qui vivent aux crochets des subventions du monde universitaire sans apporter aucune valeur ajoutée aux livres et aux textes qui leur sont remis, et dans la plupart des cas, sans aucune rémunération de ces derniers (ou de leur structure). En particulier, s’agissant des actes de colloques et des ouvrages collectifs, il faut redire l’insuffisance criante de la description bibliographique qui rend invisible les chapitres ou contributions individuelles. C’est vrai aussi pour les revues qu’ils éditent (par exemple, j’ai publié un article dans la revue Savoir, Travail et Société, éditée par l’Harmattan : cherchez le donc, vous m’en direz des nouvelles).

Il est vrai que d’autres éditeurs privés ont déjà compris l’intérêt de ces initiatives et que dans le cadre des  abonnements que les bibliothèques peuvent souscrire à leur production, il est déjà possible d’accéder à leurs livres, et aux chapitres individuels de ces livres. C’est le cas avec Springer (40659 livres annoncés, quand même! accessibles grâce au portail BiblioSHS, grâce lui soit rendue!) ou, via Cairn, des PUF, Presses de Science Po, La Découverte, Quae et d’autres. Quant à savoir si les bibliothèques voudront néanmoins continuer à acheter du papier, c’est une autre question sur laquelle je n’ai pas d’avis tranché et que je ne veux pas discuter ici (il faudrait connaître tous les éléments, notamment les coûts).

Il reste à faire auprès de nos collègues universitaires un grand travail d’explication et de conviction pour que nos productions bénéficient grâce à ce type de presses d’une meilleure visibilité et d’un accès amélioré. Il faut bien reconnaître qu’ils sont bien souvent trop contents de s’autoéditer (les torts sont donc partagés, ce serait trop simple sinon). Je crois qu’il faut déjà commencer par les academic digital natives que sont, ou devraient être s’ils sont formés pour cela, les doctorants d’aujourd’hui. Mais comment toucher les autres, qui ne sont sensibles à ces problématiques très techniques?

En contrepartie, le grand problème posé est celui de la centralisation des catalogues, ou plutôt de la mutualisation des catalogues de ces différentes initiatives. On retrouve ici une problématique qui émerge aussi dans le cadre de l’accès au livre numérique grand public (avec les formats de catalogues et de métadonnées, OPDS si je ne m’abuse). Et c’est un travail de référencement que nous attendons de la part des bibliothèques, notamment universitaires. Ou bien de nouveaux documentalistes qui n’auraient plus forcément besoin d’être dans des bibliothèques?

Une autre question qui va vite se poser est celle des formats de diffusion, qui agite les milieux de l’édition numérique (voir ces billets dans la Feuille : 1 et 2). PDF, alias livre homothétique ou ePub, Mobipocket, sans parler des « applications » dont on peut imaginer le bénéfice que pourraient en tirer nombre de productions universitaires, à condition d’avoir accès à des financements ad hoc. Mais pour cela, il va déjà falloir arrêter de subventionner l’Harmattan…