Archives de catégorie : aménagement

L’imaginaire de Marseille: comptes rendus

Alors que j’étais tellement déçu du retard de la nouvelle édition de L’Imaginaire de Marseille, de Marcel Roncayolo, que j’ai attendue toute l’année 2013, et que j’ai annoncée à l’avance sur ce blog, j’ai finalement oublié de signaler sa parution effective, il y a maintenant un an. Le livre est librement accessible en ligne sur le site de la Bibliothèque idéale des Sciences sociales, dont le volet Géographie s’est d’ailleurs entretemps enrichi des Principes de géographie humaine de Vidal de la Blache.
Je profite de la parution d’un premier compte rendu (à ma connaissance) pour y consacrer ce billet. Voilà le compte rendu en question. Je posterai les (éventuels) suivants ici aussi.

Douay, Nicolas, ‘Marcel Roncayolo, L’imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle’, Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement. 2015

Thibault Bechini, « Marcel Roncayolo, L’imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 janvier 2015.

Les villes du Moyen Orient à l’aube d’un printemps durable?

Congestion automobile dans le centre d’Amman (via CODATU)

La question pourra apparaître un peu rhétorique, voire naïve, en ces temps où les médias nous laissent espérer un consensus à la CPO 21. Pourtant, il semble acquis que c’est plutôt vers un été durablement torride (voir article du Guardian) que ces villes se dirigent…

Je participerai à cette table ronde organisée à Lyon par le CODATU (engagé dans la promotion des transports durables) et le CNAM-Rhones Alpes, le 18 novembre prochain à 17h. L’enjeu est aussi de souligner les dimensions sociales de la durabilité. Ce sera pour moi l’occasion de revenir sur les résultats d’un programme de recherche dirigé par Pierre-Arnaud barthel, et qui a abouti à la publication du dossier Villes arabes, villes durables? dans la revue Environnement urbain/Urban Environment, en libre accès en ligne. Voici le programme:

  • M. Eric Verdeil, Chercheur CNRS rattaché au LATTS (Paris) qui fera une intervention intitulée : Le durable dans les villes du Moyen-Orient : changement de paradigme ou cache-misère ?
  • M. Didier Boudon, Directeur de projet chez Egis Rail (Lyon, Direction des études amonts et de l’innovation) fera une intervention intitulée : Le métro de Riyad, un projet pharaonique au pays de l’Or Noir.
  • M. Eliott Ducharme, Assistant de projet à CODATU qui fera une intervention intitulée : Le transport artisanal à Amman (Jordanie) face au paradigme du développement durable, entre altérité et nécessité.

Il est nécessaire de s’inscrire via le formulaire sur site du CODATU. La rencontre aura lieu les locaux du CNAM Rhône-Alpes (Cnam Rhône-Alpes / le Cubix / salle 4
4 rue Ravier 69007 Lyon (Métro ligne B – station Jean Jaurès)

Table ronde sur les enjeux environnementaux au Liban avec Ghaleb Faour et Charbel Nahas

Dans le cadre des événements accompagnant la COP 21, la Maison du Liban à la Cité Internationale universitaire de Paris et son comité des résidents organisent le 28 novembre prochain à 17h une table ronde sur les enjeux de l’environnement au Liban. J’y participerai avec Ghaleb Faour, du CNRS Liban, et nous présenterons de nouvelles données sur l’environnement au Liban, que nous préparons dans le cadre de la nouvelle version de l’Atlas du Liban. Participera aussi à cette table ronde l’économiste et ancien ministre Charbel Nahas (voir aussi cet entretien dans Al Akhbar English), qui donnera son point de vue sur les dimensions politiques de la crise actuelle, non seulement des déchets mais bien au-delà. Un bon moment de discussion avec le public suivra.tr-MDL-envir

 

L’observatoire urbain de Beyrouth, un outil scientifique en question: petit exercice d’égo-histoire

La vidéo de la table ronde de l’IMA le 5 juin 2015, annoncée dans le dernier billet,  est désormais en ligne. Je profite de la rentrée tardive de ce carnet pour proposer aux lecteurs quelques éléments de mon HDR, enfin terminée, où je reviens sur l’histoire de l’observatoire de Beyrouth. L’analyse pourra de ce fait paraître centrée sur ma personne : c’est un effet de syle lié à l’exercice de l’égo-histoire (ou égo-géographie), et il faut donc relativiser ce biais.

La table ronde rassemblait Mercedes Volait, Julien Loiseau, Eric Denis et moi-même, et fut introduite et animée par Vincent Lemire. (Attention le son est un peu faible.) Vincent Lemire commence à m’introduire pour parler de l’observatoire urbain de Beyrouth vers 24’15 ». Puis vers 34′, j’aborde la mise en réseau des observatoires urbains. C’est sur ces points que revient le texte qui suit. L’idée de développer cette histoire vient tardivement en réponse à un billet de Caecilia Pieri dans Les Carnets de l’IFPO en 2012, pour les 20 ans de l’Observatoire de Beyrouth. Continuer la lecture

Les déchets urbains à la une

regard croisé dechetsUne série de travaux collectifs au sujet de la gestion des déchets urbains viennent de paraître. Dans la filiation et le dialogue avec tous les travaux sur les services urbains et les infrastructures, ils poussent la réflexion sur la gouvernance urbaine à partir des enjeux de l’enjeu des infrastructures et de la matérialité urbaine. L’originalité des travaux sur les déchets, toutefois, tient sans doute dans leur attention aux travailleurs de ce secteur, à travers des enquêtes anthropologiques souvent fines, alors que dans les services urbains, c’est généralement l’usager qui est la figure centrale. Autre originalité de ces travaux : ils témoignent d’un impressionnant décloisonnement des aires culturelles traditionnelles. C’est même l’ambition de base de Sociétés urbaines et déchets. Eclairages internationaux, sous la direction de Claudia Cireli et bénédicte Florin, avec des exemples pris au sud de la Méditerranée, en Amérique latine, et Afrique subsaharienne et en Frence. Mais on retrouve cela dans Regard croisés sur le système de gestion des déchets urbains au Maghreb [également en PDF], dont l’une des éditrices Luisa Moretto, qui contribue aussi au volume précédent, a fait auparavant une thèse sur l’accès à l’eau et la participation des usagers au Vénézuela.

Leurs auteurs/éditeurs scientifiques me font l’amitié de me les adresser. Impossible pour l’instant de les lire et encore moins de les présenter en détail. Que ce petit coup de publicité leur donne la lumière méritée, en espérant que les revues s’en saisissent pour recension.

Azaitraoui, Mustapha, et Luisa Moretto, éd. 2013. Regard croisé sur le système de gestion des déchets urbains au Maghreb: le cas de Beni Mellal au Maroc, Sétif en Algérie et Sfax en Tunisie. Reus (Espagne): Ajuntament de Reus.

Moretto, Luisa. 2014. Assessing Urban Governance. The caze of Water service co-production in Venezuela. Bruxelles: Peter Lang.

Cirelli Claudia, FLorin Bénédicte, éds., 2015. Sociétés urbaines et déchets: éclairages internationaux. Tours, France: Presses universitaires François Rabelais, 2015.

Energies urbaines : le gaz de ville à Istanbul, Le Caire et Sfax

J’avais signalé sur ce carnet les travaux de master de mes étudiants Elvan Arik, Jimmy Markoum et Hugo Bolzon, sur les enjeux du développement de réseaux de gaz dans les villes d’Istanbul, du Caire et de Sfax, ainsi que sur les conflits qui en résultent. Un article synthétique reprenant ces résultats a été récemment publié dans la revue Energy Policy. Il est accessible via Hal. Il s’agit d’un dossier thématique reprenant les principales conclusions d’une vaste et ambitieuse recherche collective pilotée par Jonathan Rutherford et Sylvy Jaglin, sous les noms de TERMOS et GOUVENUS (respectivement ANR Suds et projet soutenu par l’Université Paris-Est). Un autre volet de cette recherche avait été publié dans FLux en 2013 sous le titre Villes et énergies en pays émergents.

Verdeil, Éric, Elvan Arik, Hugo Bolzon, et Jimmy Markoum. 2015. « Governing the transition to natural gas in Mediteranean Metropolis: The case of Cairo, Istanbul and Sfax (Tunisia) ». Energy Policy, 78 (3), pp.235-245.

Voici le résumé:

Recent scholarship on urban energy governance has focused on low carbon energy strategies seen as a response to climate change and energy pressure threats. But such approaches tend to overlook the situations of cities from the Global South and emerging countries concerned with strong energy demand growth. The development of urban natural gas networks is an understudied response to such a challenge. Focusing on three cities, Istanbul, Cairo and Sfax (Tunisia), the article analyses the factors and the governance of these energy transitions. It uses a geographical approach to such processes that highlight the mutual influence of the territory in its material and political dimensions and of the policy goals and tools in the implementation. The development of urban gas networks rests upon the proximity of gas deposits. It is determined by metropolitan strategies for economic development as well as by programs aiming to cut energy subsidies. Though urban gas networks have a strong potential for restructuring the physical and social landscapes in cities, the dominant commercial approach taken by energy utilities and morphological constraints in the urban fabric limit their universalization. Natural gas is part of a mix of energies at the urban level and often competes with other energy forms, specifically renewables (like solar water heaters). Lastly, the development of urban natural gas networks sparks heated politics in relation to unfulfilled energy demand and affordability.

Dette de lecture 2 : Le journal du Père Lebret au Liban

malsagne book coverLe journal du Père Lebret au Liban et au Moyen-Orient (1959-1964), publié par Stéphane Malsagne sous le titre de Chronique de la construction d’un Etat, et qu’il m’a amicalement adressé, est une autre dette de lecture de l’année qui vient de passer. Le Père Lebret, dominicain, engagé en faveur du développement du Tiers Monde, fondateur à cette fin de l’IRFED (Institut de recherche et de formation en vue du développement), et par ailleurs l’un des acteurs majeurs du Concile, a joué un rôle majeur dans l’histoire du Liban et la présidence de Fouad Chéhab. Ce journal en livre les dessous. A vrai dire, sa lecture seule peut être malaisée pour à qui ne connait pas un minimum la chronologie de la période et les grands traits de l’œuvre réformatrice menée par Fouad Chéhab. Evidemment, je ne saurai trop recommander de lire en parallèle la biographie de Fouad Chéhab publiée par ailleurs par S. Malsagne, notamment alimentée, pour la période présidentielle, par la lecture de ce journal et des autres sources de l’IRFED. Mes réflexions suivantes s’appuient de ces deux documents.

Lebret dans ses cercles

Ce journal est véritablement une source exceptionnelle pour comprendre cette période. L’appareil éditorial fourni par S. Malsagne, notamment l’excellente introduction (une présentation raccourcie en a été publiée sur Jadaliyya récemment), les de notes et les index, sans parler des documents cartographiques d’origine1 ou de synthèse, tout cela constitue une fort utile et commode boussole pour se repérer dans cet ensemble hétéroclite, de notations très diverses, parfois d’ordre télégraphique, à d’autres moments d’une rédaction plus aboutie et plus surplombante. De surcroit, le statut du journal est complexe puisque destiné à être reproduit partiellement pour ses collaborateurs, il est voué à la communication et n’est pas un espace d’épanchement.

Carte touristique du Liban sur laquelle sont reportées les itinéraires des visites de terrain du Père Lebret (source : CD Rom accompagnant le le livre (c) Geuthner)

Carte touristique du Liban sur laquelle sont reportés les itinéraires des visites de terrain du Père Lebret (source : CD Rom accompagnant le le livre (c) Geuthner)

La personnalité du Père Lebret s’y dévoile néanmoins: passionné par le Liban et par l’œuvre de développement entreprise, il consacre beaucoup de temps au travail administratif et politique visant à faire valider sa vision et à créer les conditions de sa mise en œuvre. Homme âgé et fatigué, souvent malade, il brûle son énergie et sa santé dans des tâches qui lui inspirent beaucoup de frustration et d’amertume. Le Père est aussi un religieux, qui porte sur la société libanaise et les personnes rencontrées un regard constamment marqué par ses catégories spirituelles et religieuses. Son engagement auprès du concile n’apparaît cependant qu’en pointillé ; du moins le journal libanais ne permet-il pas de s’en faire une idée très construite, peut être par un effet de sélection des extraits.

Sur un autre plan, il est frappant d’observer combien le Liban de cette époque est encore étroitement uni avec la France, du moins une certaine société libanaise que fréquente Lebret. Les cercles d’expatriés sont très nombreux et semblent instaurer une certaine distance avec le reste de la population.

Le journal est un révélateur très éclairant de la proximité entre Chéhab et Lebret et de la manière dont le président s’appuie fortement sur ce dernier pour mener ses réformes. En revanche, il n’est pas très explicite sur les profondes oppositions politiques qu’a suscité ces réformes et cette politique chéhabiste. Si certains adversaires sont parfois nommés, et des confrontations, plutôt détendues d’ailleurs, rapportées (par exemple avec Pierre Eddé), cette adversité passe surtout par la presse et des jeux politiques qui sont lointains et n’est pas analysées avec précision.

Les relations avec les collaborateurs libanais de l’IRFED

Ayant, dans mon livre Beyrouth et ses urbanistes: une ville en plans, largement étudié les réalisations chéhabistes concernant l’urbanisme et l’aménagement du territoire, c’est avec délectation que j’ai utilisé cet ouvrage pour vérifier certaines conjectures élaborées sur la base de mes propres sources. A mon avis, c’est là une des grandes utilités du document livré par S. Malsagne. On peut relever plusieurs points.

Le premier concerne le rapport entre le groupe de l’IRFED, Lebret et ses équipiers, et le groupe des collaborateurs libanais, souvent eux-mêmes favorables aux réformes mais en désaccord voire en conflit avec les mesures prônées dans le détail. Par rapport à ma lecture (voir notamment ce chapitre), le journal de Lebret permet de restituer des nuances dans l’évolution des positions. S. Malsagne a bien en évidence dans ses travaux et repris dans la biographie de Chéhab, l’émergence d’une technocratie d’ingénieurs et de bureaucrates chéhabistes, qui vont d’ailleurs durablement structurer l’administration libanaise et contribuer à la persistance de pratiques et d’intentions réformistes et volontaristes dans un environnement politique devenu contraire après 1965-67. Mais à côté de cette catégorie, j’ai souligné qu’un certain nombre de techniciens et d’experts libanais avaient critiqué l’IRFED. On retrouve ces oppositions dans le journal, par exemple les cas de Joseph Naggear ou Henri Eddé. Toutefois, on constate aussi l’adoucissement de ces oppositions au fil du temps. Naggear semble plus ouvert et facilite le travail de la mission en 1964, quand il est devenu ministre, alors que plusieurs désaccords sont mentionnées en 1960-61-62. Un des enjeux concernait finalement la reconnaissance des idées et des premières tentatives de l’élite libanaise, dans les années 1950-58, notamment l’élaboration d’une première mouture du plan, et leur inclusion dans la poursuite des travaux.

C’est sans doute ainsi qu’il faut comprendre les rapports complexes avec des personnalités considérées comme proche de la mission IRFED, comme les économistes Pierre Ganagé ou Mohammed Atallah, qui entrent dans un rapport de concurrence avec les experts français, tout en cherchant en même temps des bénéfices économiques de leur collaboration.  Lebret livre ici une étonnante anecdote, à travers une conversation qu’il a avec Gannagé, où ce dernier cherche à évincer son collègue Attalah de la présidence ou de direction de la Commission de la planification – alors qu’en fait, il veut le poste pour lui (20 octobre 1963, p.296). Mais rien ne permet d’y lire une dimension politique au-delà de la concurrence individuelle. S. Malsagne indique que le journal révèle les difficultés de construction de l’Etat mais au fond, en le lisant, on voit peu le clientélisme ou le communautarisme dont il dénonce par ailleurs la persistance, en tout cas pas à travers des faits aussi concrets que dans cette anecdote.

Par ailleurs, Corm, dans la préface à la biographie de Chéhab, se plaint des difficultés d’accès des collaborateurs libanais au Père Lebret et suggère en fait une certaine coupure, voire un certain aveuglement, face à certaines réalités. C’est à mon sens un point qu’il serait nécessaire d’explorer davantage.

L’IRFED Liban, monstre administratif?

Un deuxième point que le journal permet de documenter, et qui correspond à l’une des difficultés majeures qu’a rencontré l’IRFED, paradoxalement peu soulignée par Malsagne, tient aux hésitations sur son statut administratif, et aux inconvénients de la solution choisie.

L’itinéraire de Mohammed Atallah peut illustrer ce point. Cet économiste en poste à l’AUB était pressenti pour diriger la direction de la planification en préfiguration, ce qui finalement ne se fit pas. Il me semble que dans la biographie de Chéhab, S. Malsagne ne souligne pas assez son importance et notamment omet le fait qu’il deviendra le premier président du CDR, en 1977, après sa création par le Président du Conseil Sélim Hoss. Cela met en évidence la continuité entre l’IRFED et cette institution toujours centrale aujourd’hui. Mais en fait, cette continuité n’en est pas totalement une, notamment sur le plan de la structure administrative, puisque la création du CDR constitue une liquidation du ministère du Plan tel que conçu et construit par Lebret et son équipe. En effet,  après la première étude, en 1959-60, qui avait dégagé la diagnostic de la situation socio-économique du Liban, Chéhab confie à Lebret une deuxième mission consistant à élaborer un plan des investissements publics. En pratique, cette deuxième mission, composée d’experts français, libanais et d’autres nationalités, constitue la colonne vertébrale du ministère du Plan, qui existait déjà mais sans administration propre. Le journal montre que le Père Lebret a par moment rêvé d’une autre structure, plus proche d’une administration de mission, sur le modèle du Commissariat au Plan, ce que fut la DATAR fondée d’ailleurs en 1963 en France, et ce que  fut plus ou moins le CDR fondé en 1977.

En effet le journal montre que cette organisation et cette intégration dans l’administration libanaise fut loin d’être aisée : du recrutement du personnel aux règles d’engagement des crédits, sans parler même du problème des locaux, tout est en permanence objet de négociations, de réunions avec les directeurs généraux, les ministres, etc. Une énergie considérable fut perdue ici. Du reste, le journal montre aussi que vers la fin de la mission, le Père Lebret réalise la nécessité d’une transition vers les experts libanais, transition qui n’est pas aisée car tous les instruments sont dans les mains et dans la tête des experts français, ce qui explique aussi en bonne partie l’animosité ou du moins les frictions avec les potentiels relais libanais. De ce point de vue, l’héritage de l’IRFED est sans doute plus problématique que bénéfique, et cela a pu expliquer, outre les oppositions politiques et le retour des « fromagistes », l’abandon d’une partie du projet chéhabistes. En ce sens, la mission IRFED fut bien une sorte de « monstre administratif », un point que Georges Corm avait bien mis en avant au sujet de l’administration régionale dans son ouvrage de 1964, écrit après avoir travaillé deux ans dans l’équipe de l’IRFED. Curieusement, que ce soit dans les entretiens qu’il m’a accordé lors de ma recherche ou dans sa préface à la biographie de Malsagne, Corm modère les critiques contenues dans son ouvrage sur ces aspects administratifs (voir dans mon livre). Lebret lui-même semble n’y voir que des « réserves d’usage » (1er novembre 1964, p. 345).

Les politiques du développement au Moyen Orient

Un troisième aspect très intéressant du journal concerne les missions du Père Lebret en Jordanie, en Syrie et au Koweit où il cherche à comprendre l’économie et les politiques de développement des autres pays de la région, et les liens qui pourraient se nouer entre eux et le Liban. Par exemple, il indique tous les avantages qui pourraient naître d’une bonne articulation commerciale et financière entre le Koweit en plein boom et le Liban. Il se montre aussi très intéressé par l’expérience de développement jordanienne et notamment le Planning Board. Dans un commentaire du livre de Paul Kingston sur les politiques de développement en Jordanie et en Irak, j’avais fait un petit parallèle entre les deux expériences, et souligné aussi les différences. Les annotations de Lebret permettent d’identifier d’autres différences : par exemple, le Planning Board jordanien est une institution à la fois plus flexible et réactive, plus ouverte aussi, que le monstre administratif créé au sein  du ministère du Plan libanais, et Lebret fait part de son approbation pour cette formule, et semble regretter la voie choisie / imposée au Liban. Je renvoie à cette note sans développer plus avant ce point, mais il y a là aussi des matériaux utiles pour entreprendre une histoire comparée des politiques de développement dans la région.

Pour conclure

Pour finir, la lecture du journal m’a laissé sur ma faim sur un dernier point: les rapports entre Michel Ecochard et Lebret, qui semblent avoir réellement été ténus. Et si les questions d’urbanisme préoccupent beaucoup Lebret, son interlocuteur principal paraît surtout avoir été André Bricet, un expert des Nations Unies détaché auprès de la direction générale de l’urbanisme en 1964, et rarement Ecochard, mentionné seulement en 1960 et 1961. Par contraste avec le désordre beyrouthin, il faut citer l’admiration – ou simplement l’ébahissement – de Lebret pour Koweit City, une ville si moderne, aux rues si larges, bordées de tant de magasins si pleins de richesse. La fascination pour le Golfe, contrepoint de la frustration face aux impasses libanaises : un motif devenu récurrent dans l’histoire économique et urbaine du Liban?

Notes _____________________
  1. luxe rare dans l’édition aujourd’hui, un CD ROm accompagne le Journal, où sont reproduites des cartes d’époque au 1/50 000 []

Jérusalem. Bâtir deux villes en une

Couv-Salenson-Jérusalem-bâtir-deux-villes-en-uneIrène Salenson vient de publier  Jérusalem. Bâtir deux villes en une aux éditions de l’Aube-Bibliothèque des territoires. J’avais eu le plaisir de participer à la soutenance de la monumentale thèse qui est à l’origine de ce livre. Irène m’a fait l’honneur de me demander d’en écrire la préface, que je reproduis ici.

*

*   *

Jérusalem incarne par excellence la coexistence difficile des grandes trois religions monothéistes et leurs affirmations superposées et concurrentes sur un même espace. Mais elle est aussi un désespérant symbole du conflit israélo-palestinien et de ses impasses meurtrières. La ville est revendiquée par Israël comme sa capitale, au mépris du droit international qui condamne l’annexion de Jérusalem-Est. Al Quds est également la capitale dont les Palestiniens rêvent pour leur futur Etat. Depuis le début des années 2000, le mur de séparation et l’accélération de la colonisation à Jérusalem-Est comme en Cisjordanie illustrent les dimensions schizophrènes du projet israélien cherchant à étendre et à consolider le territoire annexé tout en refusant le contact avec les Palestiniens.

Sur un tel sujet, où les écrits antagonistes ne manquent pas, il est difficile de poser un regard équilibré qui sans faire nécessairement droit à des revendications contradictoires et passionnelles, cherche du moins à les examiner avec distance critique. C’est cet objectif immensément ambitieux que s’est donné Irène Salenson. Il lui vaudra nécessairement quelques volées de bois vert. Ce petit livre courageux synthétise une thèse très dense, soutenue en 2007 au terme d’un travail de terrain long et méticuleux, et actualisée ici sur certains points. L’auteure fréquente Jérusalem depuis quinze ans. Elle parle l’hébreu, comprend l’arabe, a travaillé dans divers organismes publics israéliens d’aménagement, des structures officielles palestiniennes en charge de projets urbains, avec des ONG arabes et israéliennes, en contact avec des habitants israéliens et palestiniens. S’il est toujours vain, comme elle l’indique, de revendiquer une quelconque « neutralité » et si d’ailleurs sa subjectivité d’urbaniste et d’observatrice engagée affleure dans ce livre, du moins dispose-t-elle comme peu de personnes du recul et de la connaissance nécessaires pour délivrer une analyse dépassionnée des politiques et stratégies urbaines qui se déploient dans cette ville et qui la façonnent.

Si la ville attire quantité de géopolitologues obsédés par les dimensions ethniques et religieuses du conflit, il est beaucoup plus rare de lire cette lutte pour l’espace à partir de cette grille d’analyse plus technocratique en apparence. Elle se révèle pourtant à l’usage très heuristique pour à la fois et approfondir la compréhension des mécanismes à l’œuvre sur le terrain et dépasser certains clichés. Irène Salenson a bénéficié, durant son parcours, de la bourse Michel Seurat, octroyée chaque année par le CNRS à de jeunes chercheurs qui enquêtent sur des terrains du Moyen Orient en souvenir de l’œuvre de ce sociologue mort en captivité pendant la guerre du Liban. Seurat est notamment connu pour ses travaux sur les politiques urbaines au Proche Orient. Il y mettait en garde contre la pensée urbanistique et aménageuse, porteuse d’un risque de réification de l’urbain dans sa matérialité technique, « à l’aune du kilomètre de trottoir », écrivait-il. Le risque, pour lui, était de perdre de vue la réalité des pouvoirs et la dynamique des mobilisations sociales qui s’y inscrivent et qui font de la ville l’enjeu même des luttes. Dans cet ouvrage, Irène Salenson ne tombe pas dans cette ornière même si elle étudie très sérieusement les instruments et les justifications des urbanistes qu’elle a longuement côtoyés et interrogés – mais aussi les visions et revendications des ONG et des habitants – palestiniens et israéliens – qui les contestent, les négocient, ou y résistent.

L’un de ses apports est de montrer à la fois la réalité du rapport de force très défavorable aux Palestiniens mais aussi un ensemble d’autres déterminations et controverses secondaires, parfois orthogonales à cette ligne d’analyse majeure. Ainsi cette lecture urbanistique renvoie-t-elle à des enjeux rarement présentés dans le cas de Jérusalem, qui rapprochent la situation de cette ville d’autres métropoles. La mise en évidence du manque d’attractivité, sur le plan démographique, de la métropole de l’intérieur par rapport à sa concurrente Tel Aviv, fait partie de ces éléments méconnus, qui justifient certaines actions d’aménagement.

A un autre niveau, l’ouvrage retrouve également, dans ce contexte si particulier, les impasses d’un mode d’action publique naguère paré des vertus de la modernité et de la rationalité et aujourd’hui contesté pour son caractère hiérarchique et autoritaire, et critiqué pour les effets pervers qu’il génère sur le plan social et politique. La planification urbaine yérosalémitaine, puisque c’est de cela qu’il s’agit, et ses schémas directeurs, sont pris en défaut à la fois face aux revendications et critiques venant de la société civile israélienne – et sans doute aussi de pratiques spéculatives qui auraient pu être davantage éclairées dans l’ouvrage – et face aux besoins ignorés et niés des habitants palestiniens de la ville. De sorte que, comme dans de nombreux autres contextes, cet urbanisme officiel est pris de court, controversé et contourné par de multiples pratiques. Les unes, militaires et de type colonial, visent à étendre et à renforcer l’assise territoriale israélienne et enrôlent les instruments urbanistiques à leur service – en dehors d’une planification approuvée. Les autres relèvent de la dignité du fait accompli face au déni et à l’oubli, ou encore de microstratégies de résistance – parfois conçues et mises en œuvre par l’association d’habitants palestiniens et de professionnels israéliens.

Au total, le livre révèle une multiplicité de formes de mobilisations et d’interactions qui, dans le cadre d’un rapport de force – de plus en plus ? – déséquilibré, illustrent néanmoins l’existence et la conquête de marges d’action alternatives, autonomes ou semi-autonomes. A cet égard, le livre n’apporte pas seulement une connaissance plus fine des formes de production de la ville à Jérusalem, il illustre bien, plus largement, certaines des inflexions majeures de l’urbanisme contemporain, notamment en situation asymétrique. Irène Salenson, en urbaniste critique et engagée, offre ainsi aux professionnels de l’aménagement urbain des éléments pour repenser leurs pratiques en lien avec les habitants et les ONG – qu’on pense aux bidonvilles des villes émergentes ou aux Roms en France.

Alors que l’avenir de Jérusalem et de l’ensemble Israël/Territoires palestiniens est essentiellement envisagé à travers le prisme de la géopolitique, la prise en compte de ces pratiques et fabriques territoriales fines est essentielle. Car ces expériences, pour ténues, fragiles et limitées qu’elles soient, inscrivent modestement sur le terrain d’autres modalités possibles de coexistence ou du moins d’interactions, qui compteront dans le futur peut être plus qu’on n’ose l’espérer en regardant les choses d’en haut.

 

Du béton dans le souffle chaud du désert

La Sorbonne d'Abu Dhabi

La Sorbonne d’Abu Dhabi

J’ai passé quelques jours à Abu Dhabi, comme professeur invité au master of Urban Planning à Paris Sorbonne University at Abu Dhabi (PSUAD), ce « pont entre les civilisations ». De fait, ma classe présentait une belle diversité (une majorité d’Emiriennes et d’Emiriens, mais aussi des Indiens, un Ukrainien, un Koweitien, un Syrien et une Libanaise) et nous avons notamment réfléchi sur la notion de cosmopolitisme…

J’ai profité de quelques heures libres pour mettre en pratique les conseils de mes collègues d’une autre antenne d’une prestigieuse université occidentale, en l’occurrence New York University in Abu Dhabi, et notamment Pascal Menoret, sur le site FIND où l’on trouve une stimulante introduction à l’histoire récente de l’architecture à Abu Dhabi: quitter l’air conditionné, défier l’air brulant (42°C dans une impressionnante humidité) et arpenter cette ville dont j’avais déjà parcouru certaines parties en 2008, à la recherche de ses perles architecturales – dont certaines déjà menacées de démolition et de remplacement -, de ses ambiances, pour se laisser surprendre.

Voilà quelques photos représentatives d’une ville à l’urbanisme spectaculaire, en constant renouvellement et en pleine extension. Par contre, dans ce court laps de temps et sous cette canicule, je n’ai pas vu beaucoup d’habitants. Mes principaux interlocuteurs ont été des chauffeurs de taxis (indien, pakistanais, népalais) qui m’ont un peu parlé de leurs vies suspendues entre leur voiture climatisée, leurs logements à 35 km du centre-ville, et une famille lointaine retrouvée quelques semaines par an et encore…

Un centre-ville orthogonal, vertical, aux larges avenues, mais en constant renouvellement

Un urbanisme vertical et fondé sur l'automobile

Un urbanisme vertical et fondé sur l’automobile

La corniche du front de mer, avec sa vaste promenade fleurie - déserte à cette heure

La corniche du front de mer, avec sa vaste promenade fleurie – déserte à cette heure

A l'intérieur des ilots, des typologies architecturales complexes témoins de générations successives de construction. Le renouvellement a commencé, comme l'indique une grue à l'arrière plan.

A l’intérieur des ilots, des typologies architecturales complexes témoins de générations successives de construction. Le renouvellement a commencé, comme l’indique une grue à l’arrière plan.

Le world trade center, récemment ouvert, remplace un ancien marché très fréquenté des années 1970. La nouvelle construction comprend un énorme mall et un souk, très kitch, et qui peinent encore semble-t-il à trouver leur clientèle.

Le world trade center, récemment ouvert, remplace un ancien marché très fréquenté des années 1970. La nouvelle construction comprend un énorme mall et un souk, très kitch, et qui peinent encore semble-t-il à trouver leur clientèle.

Abu Dhabi Mall, autre gigantesque centre commercial

Abu Dhabi Mall, autre gigantesque centre commercial

 Les extensions urbaines

Sur l'autoroute, en longeant les banlieues résidentielles, vastes lotissements (souvent fermés) de villas.

Sur l’autoroute, en longeant les banlieues résidentielles, vastes lotissements (souvent fermés) de villas.

Masdar City, à 25 km du centre-ville, écoville modèle. Largement alimentée par les énergies renouvealbles (les panneaux photovoltaïques), attentive aux économies d'énergie (isolation) et cherchant à créer un climat urbain plus supportable (ombres, espaces verts, tour à vent pour rafraichir l'atmosphère, ailleurs aussi des jeux d'eau)

Masdar City, à 25 km du centre-ville, écoville modèle. Largement alimentée par les énergies renouvelables (les panneaux photovoltaïques), attentive aux économies d’énergie (isolation) et cherchant à créer un climat urbain plus supportable (ombres, espaces verts, tour à vent pour rafraichir l’atmosphère, ailleurs aussi des jeux d’eau).

Mais le projet, qui peine à trouver son modèle économique et est encore balbitiant, se limite à un ilot hébergeant un institut universitaire consacré aux énergies renouvelables, et apris beaucoup de retard par rapport aux ambitions affichées. A l'horizon on devine un champ de panneaux solaires, et on voit surtout la poussière des lots à bâtir...

Mais le projet, qui peine à trouver son modèle économique et est encore balbutiant, se limite à un ilot hébergeant un institut universitaire consacré aux énergies renouvelables, et a pris beaucoup de retard par rapport aux ambitions affichées. A l’horizon on devine un champ de panneaux solaires, et on voit surtout la poussière des lots à bâtir…

On se déplace en sous-sol, grâce à cette petite voiture électrique (Personal vehicule transit), commandé automatiquement. Mais pour l'instant, on ne peut accéder à Masdar qu'en voiture. A terme, il est prévu de construire un métro, comme à Dubai où il paraît que cela fonctionne très bien.

On se déplace en sous-sol, grâce à cette petite voiture électrique (Personal vehicule transit), commandé automatiquement. Mais pour l’instant, on ne peut accéder à Masdar qu’en voiture. A terme, il est prévu de construire un métro, comme à Dubai où il paraît que cela fonctionne très bien.

Abu Dhabi colonise aussi les iles qui l'entourent. Face aux grands hôtels qui ont les pieds dans l'eau, une nouvelle promenade aménagée sur Reem Island.

Abu Dhabi colonise aussi les iles qui l’entourent. Face aux grands hôtels qui ont les pieds dans l’eau, une nouvelle promenade aménagée sur Reem Island.

Sur dalle, d'immenses immeubles consacrés aux affaires ou dévolus à un hôpital commencent à occuper Reem Island.

Sur dalle, d’immenses immeubles consacrés aux affaires ou dévolus à un hôpital commencent à occuper Reem Island.

Un urbanisme hors-sol tendu vers l'avenir...

Un urbanisme hors-sol tendu vers l’avenir…

 Quelques références pour aller plus loin

Cadène, P. & Dumortier, B., 2011. Atlas des pays du Golfe, Paris, France: PUPS : RFI.

Elsheshtawy Y., 2008, Cities of Sand and Fog: Abu Dhabi’s Arrival on the Global Scene, in Elsheshtawy Y. (éd.), Evolving Arab city: tradition, modernity and urban development, London, Routledge,

Menoret P., 2014, Introduction to The Abu Dhabi Guide: Modern Architecture, 1950s-1990s

Flux: villes et énergie en pays émergents

FLUX_093_L204J’ai le plaisir d’annoncer la parution du numéro 93-94 de la revue Flux, avec un dossier portant sur « Energie et villes des pays émergents : des transitions en question » que j’ai coordonné avec Sylvy Jaglin. Les articles sont principalement issus d’une journée tenue en décembre 2012 à l’AFD dans le cadre des séminaires SERVED. Mais cela s’inscrit aussi plus largement dans des recherches menées pour une part dans le cadre du programme TERMOS/GOUVENUS , ainsi que pour les travaux des membres lyonnais, dans d’autres projets (COLLENER, UTIQUE et POUDEV).

Voici la table des matières du numéro.

Jonathan Rutherford, Avant-Propos. Les Flux d’énergie

Sylvy Jaglin, Éric Verdeil, Énergie et villes des pays émergents : des transitions en question. Introduction

 Ce dossier expose une partie des résultats de deux programmes de recherche comparatifs portant sur les transformations énergétiques urbaines. Les débats actuels montrent que la place des collectivités locales dans la transition vers une société post-carbone reste une question ouverte (Rutherford, Coutard, 2014). Dès lors, il s’agissait de s’interroger sur les facteurs de changement observables aux échelles urbaines et les principaux acteurs porteurs d’une « vision » ou d’une stratégie énergétique, ainsi que sur la capacité à agir des autorités urbaines. Celle-ci doit être jaugée par rapport aux opérateurs traditionnels du secteur énergétique, souvent très liés aux États, d’une part, aux acteurs privés renforcés par les réformes du secteur (libéralisation, dé-intégration, privatisation ou ouverture aux investisseurs privés), d’autre part. Globalement, la question est celle de l’émergence d’une territorialisation des questions énergétiques aux échelles métropolitaines. Dans ce numéro, le propos est centré sur des villes de pays émergents, c’est-à-dire des organismes urbains dont le développement s’inscrit dans des contextes marqués par la conjonction d’une croissance économique élevée, d’une insertion solide dans les marchés globalisés et d’un savoir-faire institutionnel consolidé. La demande énergétique urbaine y est forte, portée à la fois par des taux de croissance urbaine élevés et par l’essor de la consommation des couches moyennes urbaines.

Notre parti méthodologique a été d’interroger ces questions énergétiques urbaines à partir d’analyses empiriques approfondies issues, pour ce dossier, d’études conduites sur quatre métropoles de pays émergents (Buenos Aires, Delhi, Istanbul, Le Cap) et des villes secondaires (Sfax, villes turques). Ces études font clairement apparaître le poids des déterminants locaux (sources énergétiques dominantes, rapports sociaux existants, nature des élites urbaines et des bases économiques locales…) comme les problèmes de capacité réelle et d’efficacité de l’action urbaine locale dans l’ampleur et les modalités de l’engagement des villes. Elles soulignent, ce faisant, des écarts patents entre les trajectoires de transition énergétique urbaine formalisées dans la littérature académique comme dans les politiques sectorielles et les situations urbaines observées. De ce fait, ces recherches  n’ont, dans l’ensemble, pas permis de valider une double hypothèse : celle d’une convergence des évolutions au profit d’un modèle de « transition énergétique » et celle d’une montée en puissance des pouvoirs publics locaux dans la gouvernance énergétique. Pour autant, les villes ne sont pas inertes au regard des changements en cours. Outre la mise en évidence de facteurs proprement locaux, toujours très prégnants, la confrontation des différentes études de cas nous semble livrer un certain nombre d’enseignements plus généraux sur l’avenir de la question énergétique dans de nombreuses villes du Sud, que nous tentons de synthétiser dans la suite de l’introduction. Continuer la lecture